Poèmes de Guillaume de Machaut, Compositeur du XIV ème siècle

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Poèmes de Guillaume de Machaut, Compositeur du XIV ème siècle

Message par Stephandra le Sam 26 Mar 2011, 15:54

RONDEAUX POLYPHONIQUES


QUANT J’AY ESPART DE VO REGART

Quant j ‘ay espart de vo regart
dame d’ onnour
car main et tart m’esprent son dart
de fine amour
Et me repart d’un ris qui m’art
Mais celle ardour
son dous art
de moy despart
toute doucour
par son dou art
de moy part
toute doulour
*à deux voix


CINC UN TREIZE UIT NEUF D’AMOUR FINE

Cinc un treize uit neuf d’amour fine
qu’espoir vuet que d’amer ne fine
si que plus que fins ors s’affine
m’ont espris sans definement
mes cuers pour amer finement
*à deux voix


CE QUI SOUSTIENT MOY M’ONNEUR ET MA VIE

Ce qui soustient moy m’ onneur et ma vie
long pres toudis serez quoi que nuls die
Et quand je vif par vous douce anemie
aveuc amours c’estes vous douce dame
Qu’ains mieux que moy bien dire doy par m’ ame
*à deux voix


DOUS VIAIRE GRACIEUS

Dous viaire gracieus
vueillies moy estre piteus
se je sui un po honteus
de fin cuer vous ay servi
ne me mettes en oubli
*à trois voix


SE VOUS N’ ESTES POUR MON GUERRE DONNEE

Se vous n’estes pour mon guerre donnee
jamais ne mieux joie guerre donnee
car par vous m’iert la grief guerre donnee
Dame mar vi vo dous regart riant
qui me fera morir en guerriant
*à trois voix

MA FIN EST MON COMMENCEMENT

Ma fin est mon commencement
et teneure vraiement
mes tiers chans trois fois seulement
et mon commencement ma fin
se retrogarde et ainsi fin
*à trois voix


PUIS QU’EN OUBLI SUI DE VOUS DOUS AMIS

Puis qu’en oubli sui de vous dous amis
Mar vi le jour que m’amour en vous mis
Mais ce tenray que je vous ay promis
vie amoureuse et joie a dieu commant
C’est que jamais n’aroy nul autre amant
*à trois voix


QUANT MA DAME LES MAUX D’AMER M’APRENT

Quant ma dame les maux d’amer m’ aprent
Qu’en grant doucour mon cuer tient et esprent
dont qui les biens a droit saveure et prent
Elle me puet aussi les bien aprendre
riens n’est plus dous c’est legier a comprendre
*à trois voix


TANT DOUCEMENT ME SENS EMPRISONNES

Tant doucement me sens emprisonnes
jamais ne quiert estre desprisonnes
car tous biens m’est en ceste prison nez
qu’onques amans n’ost si douce prison
que dame puet donner sans mesprison
*à quatre voix


ROSE LIZ PRINTEMPS VERDURE


Rose liz printemps verdure
 fleur baume et tres douce odour
et tous les biens de la nature
 avez dont je vous aour
Et quant toute creature
 seurmonte vostre vahour
bien puis dire et par honnour
bele passes en doucour
*à quatre voix

_________________
avatar
Stephandra
Dans l'autre monde
Dans l'autre monde

Féminin Nombre de messages : 16007
Localisation : A ses côtés
Date d'inscription : 13/04/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Poèmes de Guillaume de Machaut, Compositeur du XIV ème siècle

Message par Stephandra le Sam 26 Mar 2011, 16:00

BALLADES

Sans cuer / Amis, dolens / Dame, par vous


Ligne 1
Sans cuer m'en vois, dolens et esplourez,
Pleins de soupirs et diseteus de joie,
D'ardant desir espris et embrasez,
Douce dame, que briefment vous revoie,
Si qu'einsi sans cuer durer
Ne porroie ne tels mauls endurer,
S'Espoirs en moy ne faisoit sa demeure
En lieu dou cuer, dame, qui vous demeure,

Et Souvenirs qui scet tous les secrés
Que Dous Pensers m'amenistre et envoie,
Dont en moy est empreins et figurez
Vos faitis corps et vo maniere quoie,
Vo douls riant regarder
Et vo douceur qui me fait aourer
Vous que je voy par tout et à toute heure
En lieu dou cuer, dame, qui vous demeure.

S'ay plus de joie et de douceur assez,
Quant je les ay, que de mon cuer n'arroie;
Car en tous cas sui d'Espoir confortez
Et Souvenirs me monstre, où que je soie,
Vo plaisant viaire cler.
Et s'aucuns griés me vient par desirer,
Tres Dous Pensers le destruit et deveure,
En lieu dou cuer, dame, qui vous demeure.


LIGNE 2

Amis, dolens, maz et desconfortez
Partez de moy et volez que je croie
Que vos cuers m'est tous entier demorez.
Tres bien le croy; dont je ne vous porroie
Si biau don guerredonner,
Et vous peüsse à fin souhait donner
Quanque desirs en ce monde saveure,
En lieu dou cuer, amis, qui me demeure.

Car il est vrais, fins, loiaus et secrez,
Frans et gentis, ne dire ne saroie
La riche honneur dont il est couronnés
Ne le haut bien: si ne say tour ne voie,
Comment peüsse finer
Dou remerir. Mais je ne vueil pener
Qu'à mon pooir vous conforte et sequeure,
En lieu dou cuer, amis, qui me demeure.

Si vous promet qu'en foy serés amez
Par dessus tous, sans ce que je recroie,
Et aveuc ce mon cuer emporterez
Qui pour vous seul me guerpist et renoie;
Se le veuil liés bien garder
Et comme ami conjoïr et amer,
Car plus chier don n'ay dont je vous honneure,
En lieu dou cuer, amis, qui me demeure.


LIGNE 3

Dame, par vous me sens reconfortez
De tous les griés que recevoir soloie,
Par vous sui hor de toutes orphentez,
Par vous ne puis riens sentir qui m'anoie,
Par vous m'estuet esperer
Quanque loyaus amis puet desirer,
C'est de merci don, s'en moy ne demeure
En lieu dou cuer, dame, qui vous demeure.

Dame je sui par vous resuscitez,
En paradis mis d'enfer, où j'estoie,
De mes mortelz paours asseürés,
Des grans doleurs garis que je sentoie;
Par vous est dous mon amer,
Quant vostre amie me daingniez apeler,
Et s'il vous plaist que joie en moy acqueure
En lieu dou cuer, dame, qui vous demeure.

Si seroie faus traïtres prouvés,
Douce dame, se je ne vous amoie
Tres loyaument, car tous mes biens est nez
De vostre bien; dont si fort me resjoie,
Quant bele et bonne sans per
Et des dames la flour vous oy nommer,
Que tendrement de joie en riant pleure
En lieu dou cuer, dame, qui vous demeure.
*Ballade en canon


MES ESPERIS

Mes esperis se combat à Nature
Dedens mon corps, dont trop sui esbahis,
Car se Nature est à deconfiture,
Durer ne puet en moy mes esperis.
Si me convient sans cause estre peris
Par je refu qui en riant m'amort,
Se ma dame n'en fait briefment l'accort.

Leure bataille est si crueuse et si dure
Et de dolour m'a si fort entrepris
Qu'en moy n'a mais joie n'envoiseüre,
Esperence, scens, maniere n'avis.
Helas! einsi morray, ce m'est avis,
Tout par deffaut de joie et de confort,
Se ma dame n'en fait briefment l'accort.

Et quant elle n'a de ma santé cure,
Et si ne puis estre sans li garis,
A ma folour, à sa gente faiture,
A ses dous yex, à son gracieus vis,
A son dur cuer, plus dur que marbre bis,
Et à Amours demanderay ma mort,
Se ma dame n'en fait briefment l'accort.
*à trois voix


JE PUIS TROP BIEN

Je puis trop bien ma dame comparer
A l'image que fist Pymalion.
D'ivoire fu estoit, tant belle et si sans per
Que plus l'ama que Medée Jason.
Li fols toudis la prioit,
Mais l'image riens ne li respondoit.
Einsi me fait celle qui mon cuer font,
Qu'adès la pri et riens ne me respont.

Pimalions qui moroit pour amer
Pria ses dieus par tele affection
Que la froideur de l'image tourner
Vit en chalour et sa dure fasson
Amolir, car vie avoit
Et char humeinne et doucement parloit.
Mais ma dame de ce trop m'i confont
Qu'adès la pri et riens ne me respont.

Or vueille Amours le dur en dous muer
De celle a qui j'ay fait de mong cuer don,
Et son franc cuer de m'amour aviver,
Si que de li puisse avoir guerredon.
Mais Amours en li conjoit
En fier desdaing, et le grand desir voit
Qui m'ocira; si croy que cil troiz font
Qu'adès la pri et riens ne me respont.
*à trois voix


Dous amis, oy mon complaint

Dous amis, oy mon complaint:
A toy se plaint
Et complaint,
Par defaut de tes secours,
Mes cuers qu'amours si contraint
Que tiens remaint;
Dont mal maint
Ay, quant tu ne me secours
En mes langours,
Car d'aillours
N'est riens qui confor m'amaint.
S'en croist mes plours
Tous les jours,
Quant tes cuers en moy ne maint.

Amis, t'amour si m'ataint
Que mon vis taint
Et destaint
Souvent de pluseurs coulours
Et mon dolent cuer estraint;
Si le destraint
Qu'il estaint,
Quant en toy n'a son recours.
S'a jours trop cours,
Se n'acours
Pour li garir, car il creint
Mort qui d'amours
Vient le cours,
Quant tes cuers en moy ne maint.

Mon cuer t'amour si ensaint
Qu'il ne se faint
Qu'il ne t'aint
Pour tes parfaites douçours;
Et ta biauté qui tout vaint
Dedens li paint
Et empraint
Aveuc tes hautes valours.
S'en sont gringnours
Mes dolours
Et plus dolereus mi plaint
Et en decours
Mes vigours,
Quant te cuers en moy ne maint.
*à deux voix

_________________
avatar
Stephandra
Dans l'autre monde
Dans l'autre monde

Féminin Nombre de messages : 16007
Localisation : A ses côtés
Date d'inscription : 13/04/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Poèmes de Guillaume de Machaut, Compositeur du XIV ème siècle

Message par Stephandra le Sam 26 Mar 2011, 16:04

LE REMEDE DE FORTUNE

TELS RIT AU MAIN


Tels rit au main qui au soir pleure
Et tels cuide qu'Amours labeure
Pour son bien, qu'elle li court seure
Et ma l'atourne;
Et tels cuide que joie aqueure
Pour li aidier, qu'elle demeure.
Car Fortune tout ce deveure,
Quant elle tourne,
Qui n'atent mie qu'il adjourne
Pour tourner; qu'elle ne sejourne,
Eins tourne, retourne et bestourne,
Tant qu'au desseur
Mest celui qui gist mas en l'ourne;
Le sormonté au bas retourne,
Et le plus joieus mat et mourne
Fait en po d'eure.

Car elle n'est ferme n'estable,
Juste, loyal, ne veritable;
Quant on la cuide charitable,
Elle est avere,
Dure, diverse, espouentable,
Traitre, poignant, decevable;
Et quant on la cuide amiable,
Lors est amere.
Car ja soit ce qu'amie appere,
Douce com miel, vraie com mere,
La pointure d'une vipere
Qu'est incurable
En riens a li ne se compere,
Car elle traïroit son pere
Et mettroit d'onneur en misere
Deraisonnable.

Fortune est par dessus les drois;
Ses estatus fait et ses lois
Seur empereurs, papes et rois,
Que nuls debat
N'i porroit mettre de ces trois
Tant fus fiers, orguilleus ou rois,
Car Fortune tous leurs desrois
Freint et abat.
Bien est voirs qu'elle se debat
Pour eaus avancier, et combat,
Et leur preste honneur et estat
Ne sai quens mois.
Mais partout ou elle s'embat,
De ses gieus telement s'esbat
Qu'en veinquant dit: "Eschac et mat"
De fiere vois.

Einsi m'a fait, ce m'est avis,
Fortune que ci vous devis.
Car je soloie estre assevis
De toute joie,
Or m'a d'un seul tour si bas mis
Qu'en grief plour est mué mon ris,
Et que tous li biens est remis
Qu'avoir soloie.
Car la bele ou mes cuers s'ottroie,
Que tant aim que plus ne porroie,
Maintenant vëoir n'oseroie
En mi le vis.
Et se desir tant que la voie
Que mes dolens cuers s'en desvoie,
Pour ce ne say que faire doie,
Tant sui despris.
*Complainte


COMMENT QU'A MOY

Comment qu'à moy lonteinne
Soiez, dame d'onnour,
Si m'estes vous procheinne
Par penser nuit et jour.

Car Souvenir me meinne,
Si qu'adès sans sejour
Vo biauté souvereinne,
Vo gracieus atour,
Vo maniere certainne
Et vo fresche coulour
Qui n'est pale ne veinne,
Vou toudis sans sejour.
Comment qu'à moy.

Dame, de grace pleinne,
Mais vo haute valour,
Vo bonté souvereinne
Et vo fine douçour
En vostre dous demeinne
M'ont si mis que m'amour,
Sans pensée vilainne,
Meint en vous que j'aour,
Comment qu'à moy lonteinne
Soiez, dame d'onnour.

Mais Desirs qui se peinne
D'acroistre mon labour
Tenra mon cuer en peinne
Et de mort en paour,
Se Diex l'eure m'ameinne
Qu'à vous, qui estes flour
De toute flour mondeinne,
Face tost mon retour.
Comment qu'à moy lonteinne
Soiez, dame d'onnour,
Si m'estes vous procheinne
Par penser nuit et jour.
*virelai

_________________
avatar
Stephandra
Dans l'autre monde
Dans l'autre monde

Féminin Nombre de messages : 16007
Localisation : A ses côtés
Date d'inscription : 13/04/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Poèmes de Guillaume de Machaut, Compositeur du XIV ème siècle

Message par Stephandra le Sam 26 Mar 2011, 16:09

VIRELAIS

Quant je sui mis


Quant je sui mis au retour de veoir ma Dame,
Il n'est peinne ne dolour que j'aie, par m'ame.
Dieus! c'est drois que je l'aim,
sans blame de loial amour

Sa biauté, sa grant doucour d'amoureuse flame,
Par souvenir, nuit et jour m'espient et enflame
Dieus! c'est drois que je l'aim,
sans blame de loial amour

Et quant sa haute valour mon fin cuer entame,
Servir la weil sans fotour penser ne diffame.
Dieus! c'est drois que je l'aim,
sans blame de loial amour
*à une voix


Se je souspir

Se je souspir parfondement
Et tendrement
Pleure en recoy,
C'est, par ma foy,
Pour vous, quant vo faitis corps gent,
Dame, ne voy.

Vostre dous maintieng simple et coy,
Vo bel aroy,
Cointe et plaisant,
Vo maniere sans effroy,
Pris m'ont cil troy
Si doucement
Qu'à vous tres amoureusement
Entierement
Doing et ottroy
Le cuer de moy
Qui loing de vous esbatement
N'a n'esbanoy
Se je souspir parfondement
Et tendrement
Pleure en recoy,
C'est, par ma foy,
Pour vous, quant vo faitis corps gent,
Dame, ne voy.

Si que je port plus grief anoy
Qu'onques mais n'oy,
Secretement;
Mais, par m'ame, je le conjoy
Et le reçoy
Tres humblement,
Qu'aligier poués mon tourment
Legierement,
D'un seul ottroy,
Et plus qu'un roy
Moy faire vivre liement;
Ainsi le croy.
Se je souspir parfondement.

Dame, mis m'avés en tel ploy,
Bien le perçoy,
Que, vraiement,
En vous sens, temps et vie employ
Et toudis croy
En ce talent.
Et se loing sui d'aligement
Et povrement
De mercy j'oy,
Ne m'en desvoy,
Car si grant honnour nullement
Avoir ne doy.
Se je souspir parfondement
Et tendrement
Pleure en recoy,
C'est, par ma foy,
Pour vous, quant vo faitis corps gent,
Dame, ne voy.
*à deux voix


De bonté, de valour

De bonté, de valour,
De biauté, de douçour
Ma dame est parée;
De maniere, d'atour,
De scens, de grace est couronnée.

Dame desirée,
Richement aournée
De coulour,
Bien endoctrinée,
De tous à droit loée,
Par savour,
Juenette, sans folour,
Simplette, sans baudour,
De bonne heure née,
Parfaite en toute honnour,
Nulle n'est à vous comparée.
De bonté, de valour,
De biauté, de douçour
Ma dame est parée;
De maniere, d'atour,
De scens, de grace est couronnée.

Car loyal, secrée,
De bonne renommée,
Sans faus tour,
Franche et esmerée,
Nette, pure, affinée,
La millour
De toutes de la flour,
Sans mal, sans deshonnour,
Estes apellée.
Pour ce avés sans retour,
Mon cuer, m'amour et ma pensée.
De bonté, de valour,
De biauté, de douçour
Ma dame est parée;
De maniere, d'atour,
De scens, de grace est couronnée.

Et s'il vous agrée,
Gentil dame honnourée,
Que j'aour,
Qu'en moy soit doublée,
Sans estre ja finée,
Ma langour,
Si vueil je la dolour
Et l'amoureuse ardour,
Qu'en moy est entrée,
Endurer nuit et jour,
Ne ja n'en serés meins amée.
De bonté, de valour,
De biauté, de douçour
Ma dame est parée;
De maniere, d'atour,
De scens, de grace est couronnée.
*à deux voix


Plus dure que dyamant

Plus dure qu'un dyamant
Ne que pierre d'aÿmant
Est vo durté,
Dame, qui n'avez pité
De vostre amant
Qu'ociés en desirant
Vostre amitié.

Dame, vo biauté
Qui toutes passe, à mon gré,
Et vo samblant
Simple et plein d'umilité,
De douceur fine paré,
En sousriant,
Par un acqueil attraiant,
M'ont au cuer en regardant
Si fort navré
Que ja mais joie n'avré,
Jusques à tant
Que vo grace qu'il atent
M'arez donné.
Plus dure qu'un dyamant
Ne que pierre d'aÿmant
Est vo durté,
Dame, qui n'avez pité
De vostre amant
Qu'ociés en desirant
Vostre amitié.

J'ay humblement enduré
L'amoureus mal et porté,
En attendant
Vostre bonne volenté
Que j'ay et tous cas trouvé
Dure et poingnant.
Et quant tous en vo commant
Suis, je me merveil comment
Vostre bonté
M'a se grace refusé,
Quant en plourant
Vous ay et en souspirant
Merci rouvé
Plus dure qu'un dyamant.

Helas! dame, conforté
Ne m'avez en ma grieté,
Ne tant ne quant,
Eins m'avez desconforté,
Si que tout deconfort hé.
Mais nompourquant
J'ameray d'or en avant
Plus fort qu'onques mais, et que quant
Mort en miné
M'ara vostre cruauté
Qui m'est trop grant,
Lors sera bien apparant
Ma loyauté.
Plus dure qu'un dyamant
Ne que pierre d'aÿmant
Est vo durté,
Dame, qui n'avez pité
De vostre amant
Qu'ociés en desirant
Vostre amitié.
*à deux voix

Je suis aussi

Je sui aussi com cilz qui est ravis,
Qui n'a vertu, sens ne entendement,
Car je ne sui a nulle riens pensis,
Jour ne demi, temps, heure ne moment.
Fors seulement a m'amour
Et sans partir en ce penser demour.
Soit contre moy, soit pour moy, tout oubli
Fors li qu'aim mieus cent mille fois que mi.

Qant je la voy, mes cuers est si espris
Qu'il art et frit si amoureusement
Qu'a ma maniere appert et a mon vis;
Et quant loing sui de son viaire gent,
Je languis a grant dolour:
Tant ay desir de veoir sa valour.
Rien ne me plaist, tout fuy, tout ay guerpi
Fors li qu'aim mieus cent mille fois que mi.

Ei,so lonteins et pres langui toudis,
Dont changies sui et muez tellement
Que je me deubt que n'en sois enhaïs
De meinte gent et de li proprement.
Et c'est toute ma paour;
Car je n'i scay moien, voie ne tour,
Ne riens n'i puet valoir n'aidier aussi
Fors li qu'aim mieus cent mille fois que mi.
*à trois voix

_________________
avatar
Stephandra
Dans l'autre monde
Dans l'autre monde

Féminin Nombre de messages : 16007
Localisation : A ses côtés
Date d'inscription : 13/04/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Poèmes de Guillaume de Machaut, Compositeur du XIV ème siècle

Message par Stephandra le Sam 26 Mar 2011, 16:12

MOTETS

Qui es promesses


I
Qui es promesses de Fortune se fie
Et es richesse de ses dons s'asseure,
Ou cilz qui croit qu'elle soit tant s'amie
Que pour li soit en riens ferme ou seure
Il est trop folz,car elle est non seure
Sans foys, sans loy, sans droit et sans mesure,
C'est fiens couvers de riche couverture
Qui dehors luist et dedens est ordure.
Une y dole est defaus se pour traiture,
Ou nulz ne doit croire ne mettre cure
Sa contenance en vertu pas ne dure,
Car c'est tous vens, ne rien qu'elle figure
Ne puet estre fors de fausse figure,
Et li siens sont toudis en aventure de trebuchier,
Car, par droite nature, la desloyal renoie, parjure,
Fausse, traitre, perverse et meresure
Oint et puis point de si mortel pointure
Que ciaulz qui sont fait de sa noriture
En traison met a desconfiture.

II
Ha! Fortune trop suis mis loing de port,
Quant en la mer m'as mis sans aviron
En un bastel petit, plat et sans bort,
Foible, porri, sans voile et environ
Sont tui li veut contraire pour ma mort
Si qu'il n'i a confort ne garison
Merci n'espoir ne d'eschaper ressort
Ne rien de bien pour moy, car sans raison
Je voy venir la mort amere a tort
Prest a moy mettre a destruction
Mais celle mort recoy je par ton sort
Fausse fortune, et par ta traison.
*à trois voix



_________________
avatar
Stephandra
Dans l'autre monde
Dans l'autre monde

Féminin Nombre de messages : 16007
Localisation : A ses côtés
Date d'inscription : 13/04/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Poèmes de Guillaume de Machaut, Compositeur du XIV ème siècle

Message par Stephandra le Sam 26 Mar 2011, 19:07



Je maudis l’heure et le temps et le jour,
La semaine, le lieu, le mois, l’année
Et les deux yeux dont je vis la douceur
De ma dame, qui ma joie a finée.
Et si maudis mon cœur et ma pensée,
Ma loyauté, mon désir et m’amour
Et le danger qui fait languir en pleur
Mon dolent cœur en étrange contrée.

Et si maudis l’accueil, l’attrait, l’atour
Et le regard dont l’amour engendrée
Fut en mon cœur, qui le tient en ardeur,
Et si maudis l’heure qu’elle fut née,
Son faux-semblant, sa fausseté prouvée,
Son grand orgueil, sa durté où tendreur
N’a ni pitié, qui tient en tel langueur
Mon dolent cœur en étrange contrée.

Et si maudis Fortune et son faux tour,
La planète, l’heur, la destinée
Qui mon fol cœur mirent en telle erreur
Qu’oncques de moi fut servie n’aimée.
Mais je pri’ Dieu qu’il gart sa renommée
Son bien, sa paix, et lui accroisse honneur,
Et lui pardonn’ ce qu’occit à douleur
Mon dolent cœur en étrange contrée.

_________________
avatar
Stephandra
Dans l'autre monde
Dans l'autre monde

Féminin Nombre de messages : 16007
Localisation : A ses côtés
Date d'inscription : 13/04/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Poèmes de Guillaume de Machaut, Compositeur du XIV ème siècle

Message par Stephandra le Sam 26 Mar 2011, 19:07



Ne quiers voir la beauté d’Absalon
Ni d’Ulyssès le sens et la faconde,
Ni éprouver la force de Samson,
Ni regarder que Dalila le tonde,
Ni cure n’ai par nul tour
Des yeux Argus ni de joie gringnour,
Car pour plaisance et sans aÿde d’âme
Je vois assez, puisque je vois ma dame.

De l’image que fit Pygmalion
Elle n’avait pareille ni seconde ;
Mais la belle qui m’a en sa prison
Cent mille fois est plus belle et plus monde :
C’est un droit fluns de douceur
Qui peut et sait guérir toute douleur ;
Dont cil a tort qui de dire me blâme :
Je vois assez, puisque je vois ma dame.

Si ne me chaut du sens de Salomon,
Ni que Phoebus en termine ou réponde,
Ni que Vénus s’en mêle ni Mennon
Que Jupiter fit muer en aronde,
Car je dis, quand je l’adore,
Aime et désir’, sert et crains et honore,
Et que s’amour sur toute rien m’enflamme,
Je vois assez, puisque je vois ma dame.

_________________
avatar
Stephandra
Dans l'autre monde
Dans l'autre monde

Féminin Nombre de messages : 16007
Localisation : A ses côtés
Date d'inscription : 13/04/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Poèmes de Guillaume de Machaut, Compositeur du XIV ème siècle

Message par Stephandra le Sam 26 Mar 2011, 19:08



Oncques mon cœur ne sentit
Si dure douleur,
Comm’ quand je me départis
De ma douce amour.
Mais ce me rendit vigueur
Qu’elle vis à vis
Me dit par très grand douceur :
Adieu, doux amis.

De ce mot, quant je l’ouïs,
La douce saveur
Fut empreinte et fit emmi
Mon cœur son séjour.
Lors ma dame au cointe atour
Écrit, ce m’est vis,
De sa belle bouche entour :
Adieu, doux amis.

Si ne quiers autre merci
De mon doux labeur :
Car j’ai cent joies en mi
Pour une tristeur.
Quand la souveraine fleur
Du monde et le prix,
Veut que je porte en s’honneur :
Adieu, doux amis.

_________________
avatar
Stephandra
Dans l'autre monde
Dans l'autre monde

Féminin Nombre de messages : 16007
Localisation : A ses côtés
Date d'inscription : 13/04/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Poèmes de Guillaume de Machaut, Compositeur du XIV ème siècle

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum