Histoire de li Normant d'Aimé du Mont / Livre 1

Aller en bas

Histoire de li Normant d'Aimé du Mont / Livre 1

Message par Stephandra le Ven 08 Avr 2011, 13:19

AIME DU MONT CASSIN

HISTOIRE DE LI NORMANT

LIVRE I


HISTOIRE DE LI NORMANT



A LO MOLT REVERENT ET SAINT MISSIRE DESIDERE, SERVE DE LI SERVICIAL SOE.

Je voi en dui, c'est en Ricchart et en Robert, princes de Normandie, est[re] complie la parole que Dieu dist à Cyre, roy de Persie: A lo christe mien Cyre, c'est à lo roy mien Cyre; quar en molt d'escripture li rois et li prestre se clament "christe", pource que sont onté de crisme; et adont dist Dieu par Ysaie prophete: A lo roi mien Cyre à loquel je ai prise la main droite, à ce que devant la face soe soient subjecte la gent, et li roy tornent l'espaule devant la soe face. Je irai devant lui, et lo plus gloriouz de la terre humilierai, et combatrai je contre la porte ramé, et romprai les chaines de fer; devant lui ovrerai les portes, et nulle non l'en sera cloze devant. Et pource que je voi, lo Pere mien Abbé molt benigne, ceste parole et toutes autres qui la sequte estre aempliez en ces .II. Principes, et pour ce ai je mise ma volonté et mon corage à escrivre l'ystoire lor. Et croi que non dirai je tant solement lo fait de li home, més ce que fu concedut, par dispensation de Dieu, que fust fait par li home. Et pense que je me prendrai alli monachi de la parole de alcun, liquel diront: Non covient à un moine a escriv[r]e les batailles de li seculer. Més à moi, pensant ceste choze, me recorda que Paul, dyacone et moine de cest Monastier dont je sui escrit li fait de li Longobart, coment il vindrent et demorerent en Ytalie; et fu home cler de vie, de science et de doctrine. Et autresi me recorda que ces grans homes sont tant liberal et devot a notre Monastier; et por là merite que par aucun de lo Monastier le fait lor, pour perpetuel memoire, soit escrit. Et toutes foiz je non sui si hardi que je tochasse d'escrire, se premerement la votre volenté non oisse et seusse s'il plaist à vouz, et que je of et sace qu'il non te desplaist. O la licence et benediction vostre, et o tout l'aide de la grace de Dieu, ai je comencié secont ce que je avoie en cuer. Et li fait de li Normant, liquel sont digne de notre memoire, ai je en .VIII. volume de livre distincte. Et, à ce que non soit fatigue de chercier à ceuz qui volissent alcune chose lire de l'Ystoire, chascun volume ai je note o cert capitule. En toute ceste choze plus voille estre à vostre jugement, Pere, que moi escriptor. Et, pert à moi, pour clamer la grace de Dieu, sans laquelle nulle parfaite operation non puet estre faite, tout avant: ferai alcuns vers pour clamer l'aide de Sa main destre. Et sache tout home que à null ne faudra de ce qu'il le proie de bon cuer et de prierie juste, quare ensi lo dist Jeshu Crist, qui est verité: Ce que vouz deproieres en oration, croiez qu'il vouz sera donné sans faille.

Et adont dist cestui bon moine:
O Dieu, Pere eternel, concordable avec lo Fill et avec li saint Esperit, et retient venerable equalité de siege, de splendor et de somme honor deité! Tu sez la pensée des homes, tu commandes a la fontaine de geter l'eau, et la terre stable de faire herbe florie; et a toi obeist lo solloil et la soror de lo sol, c'est la lune, laquelle, secont lo dit de li poete, est soror de lo sol, pource qu'elle est enluminée de lo sol. A toi obeist la grandesce de lo Ciel, et toutes les chozes qui sont sur terre, et toutes les chozes qui volent par l'air, et toutes les chozes qui natent en l'aigue. Et autresi obeist a toi Infer. Et à toute home est manifeste que tuit li temporal t'obeissent. La premerevaire fait li flor dont s'engendre toute choze. L'esté commande que li home taillent li labor; li autompne fait lo moust; et l'yver se seminent li labor. Et ensi fait lo monde coment ta main lo governe. Tu, pitouz et saint, regarde nostre operation, et que faisons choze dont soions amez, et aions merite dont, par li aspre fait de li molt mal, doions aler en Enfer. La toe main sur tant grant poiz fai estre fort. Adont je, abatut en terre pour lo pechié, a' demandé toi souveraine vertu. Quar, comme se dit en l'Evangile, li larron, c'est lo pechié, m'ont desrobé 10 et levé la bone grace et an ome ferute, debilitant la vertu sensitive ". Adont tu me portez a l'estable, c'est à la merite de sainte Eclize, et aies cure de moi que non muire, et me concede li don que je te requier, et fai que je die choze verae; et fai que je escrive choze juste. Quar tu, Roy, conservez et governes la rayson de li royalme, et destrui li superbe et hausce li umile. Quar, sanz toi, nulle choz[e] est digne, nulle cose est benigne en cest monde. Et adont, meintenant que est lo temps a ce que je puisse faire ce que je ai commencie, te pri que tu me doies benedicere, et me fait dire cose dont la grace toe sempre remaingne avec moi. Amen.
Ci finissent li vers de la Invocation.


LIBRO PRIMO

Commen[cen]t li Capitule de lo premier Livre.

I. De lo siege de la terre laquel li Normant tienent et porquoi se clement Normant.
II. Coment s'espartirent par lo monde, et coment traitoient la gent del paiz où il aloient.
III. Coment lo conte Guillame ala en Engleterre et la vainchi; et coment vainchi la grant multitude qui fu mandée del grant Roy de li Danoiz au Roy d'Engleterre.
IIII. Coment apparut l'estoille comete.
V. Coment, par lo consentement de li meillor, manda Robert Crespin en Espaingne o exercit de diverse gent, et coment il veinchi.
VI. Coment fut prise la cité de Barbastie et donée en garde à Robert Crespim
VII. Coment li Christien perdirent la cité et furent vainchut.
VIII. Coment Robert ala en Ytalie et puiz ala en Costentinnople, et là fu mort.
VIIII. Coment Uerselle vint en Costentinnople.
X. Coment, par lo conseill de l'Empereor, la moillier de son pere, c'est sa mere, fist monache et sa moillier mist en prison Urselle.
XI. Coment lo Impereor dona la fille de Roy de Thurchie à son filz et fu delivré avec Orselle.
XII. Coment fu pris li Empereor et racheté de grant monnoie.
XIII. Coment, par le comandement de Cesaire, fu li pere crevé les oills, par laquel cose il fu mort.
XIIII. Coment leva la moillier de l'Empereor, par force, de prison.
XV. Coment Ursel fu done en prison de li Turche à li Grex.
XVI. De la defension que fist cestui monache escriptor que paroit que non ordena bien ceste Ystoire.
XVII. Coment Salerne fu delivrée de li Sarrazin par li Normant qui venoient de sain Sepulcre de proier Dieu.
XVIII. Coment li Prince prierent li Normant qu'il demorassent, et lor offrirent derniers à doner et faire toute lor volenté; et il respondirent qu'il non pooient demorer.
XVIIII. coment li Prince manderent as parties de Normandie presens, et lor manderent proiant qu'il venissent habiter en lor contrée.
XX. De la sedition de Gisilbere et Guillerme, et coment Gisilbere avec ses freres vint à Capue.
XXI. Coment entra en li confine de Puille et combatirent .v. foiz contre li Grex.
XXII. Coment li Empereor assembla pour deniers molt de gent, et petit de Normant vindrent contre lui à combatre.
XXIII. Coment, puiz, molt de Normant vindrent pour combatre, et veinchirent touz lor anemis.
XXIIII. Coment Melus ala a l'Empereor et lui dist qu'il venist en Ytalie, et la, puiz, fu mort.
XXV. Coment [l']Empereor entra en Ytalie, et vint soupre Troie; et Belgrime fu mandé pour prendre lo Prince de Capue et la cité de Saleme; et comment fu delivrée puiz et fu pris lo Prince.
XXVI. Pourquoi l'Impereor fu esmut en ire contre Pandolfe.
XXVII. Coment Atenulfe abbe, foiant en Costentionoble, fu noiés en mer. Coment lo Impereor fist prince de Capue un autre Pandulfe.
XXVIII.
XXVIIII. Coment fist Teobalde abbé de Mont de Cassin, et lui dona molt de possessions, et rachata lo tresor de le sainte Eglize.
XXX. Coment il ot la retribution de Deu de lo bien qu'il avoit fait.
XXXI. Coment lo Impeor aempli à sez neveuz ce qu'il avoit promis a Melo.
XXXII. Coment li Normant, volant à enciter lo commandement de lo Roy, manderent Pierre et Melo a Reiner marchise.
XXXIII. Coment li Normant, o grant multitude de pierres, veinchurent.
XXXIIII. Coment li Prince de Salerna manda grans domps a Pandolfe, et lui dona la Principé.
XXXV. Coment Theobalde abbé fouy.
XXXVI. Et habita en lo cenobie [Saint] Liberator, et là fu mort.
XXXVII. Coment Pandulfe se converti a tout mal. Coment Basile fu fait abbé du Mont de Cassin.
XXXVIII. Coment il mist en prison Ylaire, abbé de Saint Vincent, et Anulphe archevesque.
XXXVIIII. Coment Eldeprande, bastart de lo Prince, fut faist archevesque, et coment celui [à] qui l'estoit, rendi l'anel et la croce.
XXXX. Coment Pandulfe fist mal a ceauz de la cité et à sez parens.
XXXXI. Coment chasa Sierge, maistre de la chevalerie, de la cité, et coment Sierge la recovra puiz.
XXXXII. Coment fist Averse, et la concedi puiz a Raynolfe et lui donna la soror pour moillier.
XXXXIII. Coment l'onor de li Normant cresoit; e coment la moillier de Raynolfe fu morte.
XXXXIIII. Coment Raynolfe et Palde s'asemblerent à parle[r] ensemble.
XXXXV. Coment Raynulfe prist pour moillier la nepote de Pandulfe et fait fu maistre de la chevalerie.


Ci se finissent li Capitule, et ci se commence li premier Livre de l'Ystoire de li Normant.

_________________
avatar
Stephandra
Dans l'autre monde
Dans l'autre monde

Féminin Nombre de messages : 16007
Localisation : A ses côtés
Date d'inscription : 13/04/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Histoire de li Normant d'Aimé du Mont / Livre 1

Message par Stephandra le Ven 08 Avr 2011, 13:20

I. Nous trovons en cest premier Capitule de l'Estoire de li Normant que en la fin de France est une plane plene de boiz et de divers frutz. En celui estroit lieu habitoit grant multitude de gent, molt robuste et forte; laquel gent premerement habiterent en une ysulle qui se clamoit "Nora"; et pour ce furent clamez "Normant", autresi comme "home de Nore". "Man" est à dire, en langue thodesche, "home". Et en tant estoit cressute la moltitude de lo pueple, que li champ né li arbre non souffisoit a tant de gent de porter lor necessaires dont peussent vivre.


II. Adont par diverses parties del munde s'espartirent sà et là, c'est en diversez parties et contrées. Quar, secont les diverses disposition del ciel, sont diverses contrées lesquelles sont dites "climate". Et se partirent ceste gent, et laisserent petite choze pour acquester assez. Et non firent second la costumance de molt qui vont par lo monde, liquel se metent à servir autre, més, simillance de li antique chevalier, voilloient avoir toute gent en lor subjettion et en lor seignorie. Et pristrent l'arme, et rompirent la ligature de paiz, et firent grant exercit et grant chevalerie. Et por ce vouz dirons coment il s'espartirent par lo monde, et coment faisoient lor vie.


III. De ceste fortissime gent en armes fu li conte Guillerme. Et assembla avec lui .c. mille chevaliers, et .x. mille arbalestier, et autres pedons sanz nombre; et prist son navie, et vint jusque en Engleterre. Et Aldoalde seoit sur son siege et trone royal d'Engleterre; loquel Adoalde regnoit puiz la mort de Adeguarde juste roy. Estoit maledit home. Contre cestui ala premerement Guillerme, et combati contre lui; et lui creva un oill d'une sajete, et molt gent de li Englez occist. Et puiz li devant dit Guillerme fut haucié en lo siege royal et ot vittoriose corone. Et puiz dui ans, li Roy de li Danoiz, pour revengier lo Roy d'Engleterre, manda grant multitude de gent sans nombre; més li Normant veinchirent tuit.


IIII. En cel an apparut un merveillouz signe pour ceste forte aventure et bataille qui estoit à venir. Car l'estoille qui se clame comete aparut molt de nuiz, et [ot] tant de fulgure qui resplendissoit comment la lune. Ceste bataille brevement fu de li Normant, laquelle fu faite en lo temps de cestui qui escrist ceste Ystoire; quar cestui moine fu à lo temps que ces Normans vindrent. Més il lo dira en l'autre Ystoire.


V. Et a ce que la religion de la Foi christiane fuse aemplie, et macast detestable folie de li Sarrazin, par inspiration de Dieu, s'acorderent en une volenté li roy et li conte et li prince en uno conseill. C'est que fust assemblée grant multitude de gent, et grant chevalerie de Fran‡oiz et de Borguegnons et d'autre gent, et [fu deliberato che] fussent en compaignie de li fortissime Normant, et ces deussent aler combatre en Espaingne, a ce que la chevalerie de li Sarrazin, laquelle il avoient assamblée, fust occupée et subjette à li Chretien. Et à ceste choze faire fu eslit un qui se clamoit Robert Crespin. Et quant il fu eslut, il se appareilla d'aler à la bataille où illec estoit comman d'aler. Et clamerent l'ayde de Dieu; dont Dieu fu present en l'aide de ceux qui l'avoient demandé. Dont li fidel de Dieu orent victoire de la bataille, quar une grant part de li Sarrazin furent mort. Et rendirent grace à Dieu de la victoire qu'Il presta à son pueple.


VI. Et alore fu prese la cité qui se clamoit Barbastaire, molt grand terre, et plene de gran ricchesce, et molt garnie. Et tout l'ost voust que Robert Crispin la feist garder, à ce que en lo secont an retornast o tel exercit ou plus grant, pour prendre des autres cités d'Espaingne.


VII. Et lo dyable, armé de subtillissime malice, pour invidie de lo bon commencement de la Foi, pensa de contrester, et metre en lo penser de li chevalier de li Christi[ens] feu d'amour. Et, qué se hauchassent, chairent en bas. Pour laquel choze Christ fu corrocié, car lo chevalier se donna à lo amor de la fame. Adont, pour lor pechié, perdirent ce qu'il avoient acquesté; et furent secuté de li Sarrazin. Et, perdue la cité, une part furent occis, et une part furent en prison, et une part foyrent et furent delivré.


VIII. Crespin, pour la vergoigne, non vouloit puiz retorner en son paiz; més vint en Ytalie à ceus de sa contrée. Et là demora par alcuns ans. Et pour faire chevalerie souz lo pooir de lo Impereor, ala en Costentinoble, ou il ot molt de triumphe et molt de victoire. Et puiz fu mort.


VIIII. Et puiz que cellui fu mort, coment ce fust cose que molt alerent de diversez parties del monde à li solde de l'Empereor. Et entre tous ceaux de Normendie qui alerent a l'Empereor pour prendre li solde [vi fu Ursello] , honeste chevalier et vrai et fidel. Puizqu'il avoit veinchut la contrée d'Esclavonnie, ala pour aidier à lo pueple de l'Empereor, loquel devoit combatre. Et lo Impereor vit qu'il estoit acte de combatre et home à prove. Lo manda contre li Turc en l'aide de lo pere. Més, pour lo juste jugement de Dieu, li Turc orent la victoire et fu grant mortalité de Chretiens. Et Auguste et Urselle furent prison. Et ensi ces .II., o tout lor chevaliers, furent menez en prison. Et de lo Duc de li Turc furent honorablement receuz. Mès autre chose est a entendre; que autre choze est Auguste et autre cose Cesare. Auguste et impereor est une cose, come est dit devant; més Cesaire est aucune cose manque. En cellui temps [c'erano] .II. empereor ou Auguste. Et cestui qui estoient sur la Tarquie estoient a patrie, et un autre qui estoient Cesaire; si que alore estoient .II. empereor et .II. Cesaire veraiement.


X. Cestui que je vouz ai devant dit atendoient l'ayde de l'Empereor. Et entrevint lo contraire, par lo conseill de un loquel lui estoit patrie, qui estoit Cesaire. Et oiant, par veraie fame, que sa mere estoit en prison, laquelle estoit moillier de lo sage Cesaire, elle se pela la teste et se bati lo pet pour son marit, et se fist monacha. Et la moillier Urselle, fame molt noble, mist en prison. Més lo conseill de Dieu non faut de aidier dont la malice de l'ome cerche la malice de destruire.


XI. Lo Impereor, liquel estoit en prison, dona son filz pour marit à la fille a lo Roy de Thurquie, laquelle estoit baptizié et faite christiane. Pour laquel choze il et Urselle furent delivré et mandé honorablement. Et non petite part de lo Impiere raquesterent o l'aide de li Turchi.


XII. Et Cesaire, loquel avoit [esté] contre Auguste son patrie, fu prison, et chai en la fosse laquelle il avoit faite a autre. Et toutez foiz fu en prison, non à l'Omperator, més a altre gent. Et por molt or et argent qu'il dona fu delivré de Ia prison.


XIII. Et à cest choze fu a[j]oint major mal; qua[r], par substrattion de lo fillastre Cesare, par commandement de lo autre Impereor, fu à lo Impereor, patrie de Cesare, crevéz les oillz(s); et pour la dolor fu mort. Cestui moine qui compila cest Ystoire fait mention de moult empereour, mès de Cesaire non fait mention de li nom, comment se clamoient.


XIIII. Et Ursselle, home de grant cuer et fort combateor, en celui temps conquesta Hermenie; et puiz lui fist tribut. Et vint en Costentinoble pour delivrer la moillier; et mist son siege, et fist tant de damage qu'il desroboit et occioit et ardoit quant qu'il trovoit. Et tant fu son ire contre li Grez, que la moillier, laquelle li Empereor non lui vouloit rendre par sa volenté, covint qu'il lui rendist contre sa volenté.


XV. Et, qué li Grex, molt de foiz, par maliciouz argument et o subtil tradement avoient usance de veinchere lor anemis, escristrent à li Turchi. Avec ceauz estoit sous pat Ursselle; quar il lui estoient traitor. Et, par domps de molt or, ordenerent que Urselle fust prison de li Turchi; et fu liez o fortes chaenes, Qui bien cerchera li autoret l'ystoire, especialement de Troya, trovera que li Grex ont plus sovent vainchut per malice et par traison que par vaillantize.


XVI. Non se pense cil qui cest livre lege, que cestui moine procede mal en son dit, pour ce qu'il entreprent d'une part et de autre à dire; quar tout est de une ystoire; et, quant est de la victoire de une gent, c'est de li Normant. Et adont, se laisse lo dire de Urselle et conte altre de li Longobart, non est de merveiller; dont se excuse. Cest auttor dit que vole dire comment vinrent à li part de Ytalie et de lo Regne, et quel pueple veinchirent, et coment vienchirent la superbe de li non fidel.


_________________
avatar
Stephandra
Dans l'autre monde
Dans l'autre monde

Féminin Nombre de messages : 16007
Localisation : A ses côtés
Date d'inscription : 13/04/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Histoire de li Normant d'Aimé du Mont / Livre 1

Message par Stephandra le Ven 08 Avr 2011, 13:21

XVII. Avan mille [.XVI. ans]puis que Christ, lo nostre Seignor, prist char en la Virgine Marie, apparurent en lo monde .XL. vaillant pelerin. Venoient del saint Sepulcre de Jerusalem, pour aorer Ihesu Crist. Et vindrent a Salerne, laquelle estoit assegé de Sarrasin, et tant mené mal qu'il se vouloient rendre. Et, avant, Salerne estoit faite tributaire de li Sarrazin. Més, se tarderent qu'il non paierent chascun an li tribut à lor terme, encontinent venoient li Sarrazin o tout molt de nefs, et tailloient et occioient et gastoient la terre. Et li pelegrin de Normendie vindrent là. Non porent soustenir tant injure de la seignorie de li Sarrazin, né que li Christiens en fussent subject a li Sarrazin. Cestui pelegrin alerent à Guaimarie, serenissime principe, liquel governoit Salerne o droite justice, et proierent qu'il lor fust donné arme et chevauz, et qu'il vouloient combatre contre li Sarrazin; et non pour pris de monoie, més qu'il non pooient soustenir tant superbe de li Sarrazin. Et demandoient chevaux. Et quant il orent pris armes et chevaux, ils assallirent li Sarrazin et molt en occistrent; et molt s'encorurent vers la marine, et li autre fouirent par li camp. Et ensi li vaillant Normant furent veinceor. Et furent li Salernitain delivré de la servitute de li Pagan.


XVIII. Et quant ceste grant vittoire fu ensi faite par la vallantise de ces .XL. Normant pelegrin, lo Prince et tuit li pueple de Salerne les regracierent molt; et lor offrirent domps, et lor prometoient rendre grant guerredon, et lor prierent qu'il demorassent à deffendre li Chrestien. Més li Normant non vouloient prendre merite de deniers de ce qu'il avoient fait por lo amor de Dieu. Et se excuserent qu'il non pooient demorer.


XVIIII. Aprés ce, orent conseill li Normant que là venissent tuit li principe de Normendie. Et les enviterent. Et alcun se donnerent bone volonté et corage à venir en ces partiez de sà, pour la ricchece qui i estoit. Et manderent lor messages avec ces victoriouz Normans; et manderent citre, amigdole, noiz confites, pailles imperials, ystrumenns de fer aorné d'or. Et ensi les clamerent qu'il deussent venir à la terre qui mene lat et miel et tant belles coses. Et que ceste cosez fussent voires, cestui Normant veinceor lo testificarent en Normendie.


XX. Et en cellui temps estoit rumor et odie entre .II. princes de Normendie, c'est Gisilberte et Guillerme. Et Gisilberte, loquel estoit clamé Buatere, prist volenté et corage contre Guillerme, liquel co[n]trestoit contre l'onor soe, et lo geta d'un lieu molt haut; dont il fu mort. Et quant cestui fu mort, ot cestui ceste dignité: que estoit viceconte de toute la terre. Et Robert , conte de la terre, fut moult iré de la mort de cestui, et manecha de occire cellui qui avoit fait celle homicide; quar, se ceste offense non fusse punie, parroit que licence fust de toutes pars de occirre li viceconte. Et Gisilberte avoit .IIII. freres, c'est Raynolfe, Ascligime, Osmude et Lofulde. Et avieingne que cestui n'avoient colpe de la mort de Guillerme, toutes foiz foyrent avec lo frere et vindrent avuec lo message del Prince de Salerne. Et vindrent armés, non come anemis, més come angele; dont par toute Ytalie furent receuz. Les coses necessaire de mengier et de boire furent données de li seignor et bone gent de Ytalie. Et passerent la cité Rome, et vindrent a Capue. Et troverent que un de Puille qui se clamoit Melo estoit la chacié; et estoit chacié pource qu'il avoit esté rebelle contre lo Empereor de Costentinnople.


XXI. Cestui furent en aide de Melo, et entrerent en la fin de Puille avuec lui. Et commencerent à combatre contre li Grez, et virent qu'il estoient comme fames. Et par li camp arenouz de Puille font gesir lor anemis sans esperit. Et pour la mort de ces, est occasion de grant tristesce. Et plus en remanda a combatre. Et quant il oi dire que par hardiesce de chevalier estoit sa terre assalie, manda contre li Normant li plus fort home qu'il put trover. Et puiz la venue de ces autres, ordenant la seconde bataille. Més li Grex perdirent et li Normant estoient touzjors ferme. Et de ce ot grant dolor l'Empereor. Et manda grant multitude de gent, et ordena la tierce de bataille, et la quarte, et la quinte. Et tout veincirent li Normant. Et ensi Melo, par la force de li Normant, fu en lo trone de son honor.


XXII. Aprés ce, li Empereor manda domps et manda tribut en toutes pars. Et ovri son thesaure et trova chevaliers pour monoie; et combatirent contre li fort Normant. Més li Normant en veinchurent sans nombre. Et tant vindrent de gent sanz nombre, et lo champ fu tot plein de la multitude de lo exercit de l'Empereor. Et sont veues les lances estroites come les canes sont en lo lieu où il croissent, et venant, encontre, petit de Normant en l'aide de Melo. Et la moltitude de la gent de l'Empereor aloient par lo camp comme li ape quant il issent de lor lieu quant il est plein. Et que vous diroie ye? Li Normant son appareilliez de morir avant que fouir. Et se fist la .VI. bataille molt fort; et de chascune part est grant peril de mort. Més pour un de li Normant furent mort molt de anemis; et en tant fu forte la bataille que de .II.C.L. Normant non remestrent se non .x. Et de ces se sot lo nombre quant furent, més de l'autre part furent tant que nombre non s'en trove. Cestui moine storiographe, cest escriptor de l'Ystoire, non met se ceste multitude de li Normant vindrent novellement de Normandie, ou se à Capue se partirent li Normant. Et aucun vindrent en l'aide de Melo, et li autre alerent avec li messagier de lo Prince de Salerne.


[XXIII]. Més, quant fu seu a Salerne que ensi avoient combatu li Normant por aidier a Melo et estoient mort, vindrent cil Normant de Salerne. De li Normant vint grant exercit, et emplirent la contrée de fortissimes chevaliers. Et Melo prist une autre bataille contre li Grex. Et s'encontrerent li Normant contre li Grex en un lieu qui se clamoit Vacarice. C'est en Puille, à Maelfe, où maintenant sont gentil home qui se clament Vaccaire. Et li Grex tant coment il en estoit remez de l'autre bataillefurent mort. Et de li Normant, liquel avoient esté troiz mille, non remainstrent se non cinc cent. Et .VI. grant home de li Normant remeinstrent; de liquel .II. remainrent avec Athenulfe, abbé de Mont de Cassin, et li autre, avec li sien chevalier, à faire chevalerie avec lo Prince de Salerne. Et second ceste ultime parole, pert que cestui troiz mille Normant venissent novelement de Normendie.


XXIIII. Et quant Melo se senti abandoné de l'aide de li chevalier, il s'en ala [à la] cort de lo Empereor, et requist misericorde. Et la benignité de lo Impereor li promist de hire ce que Melo requeroit. Et lo Impereor fu guardé de li prince de li Thodés. Coment de certe chevalier * * *, se appareilla d'aler à restituer Melo en sa propre honor. Et la crudele [mort] s'en rit de ceste covenance; quar Melo fu mort, et fu sousterré en l'eglise de Babiperga, laquelle avoit faite cestui Impereor, et en lo sepulcre de li noble fu mis. Et en ot tristece l'Emperor et tout son excercit.


XXV. La vertu imperial non voloit muer la disposition de venir en Ytalie. Et puiz ala [à la] cité de Troie , pource que li Grez l'avoient mise en lo tenement de Bonivent; et la prist. Et en- celui temps, manda lo combatant Archevesque de Coloingne à prendre li Prince de Capue, et puiz devoit aler à prendre Salerne. Et fu pris lo Prince de Capue; et .XL. jors fu assegié Salerne. Més, por ce que la cité estoit forte à prendre, prist ostage del filz de lo Prince de Salerne. Et o gloire de triumphe, retorna à la cort de lo Impereor. Et puiz, par examination de juste jugement, Pandulfe, prince de Capue, fu jugié à mort. Més, par priere de l'Archevesche de Coloingne, fu delivré de celle sentence; toutes foiz fu il porté de là de li Alpe liez de une catene en lo col. Et lo fil de lo Prince de Salerne, loquel Prince se clamoit Guaymarie, fu recommandé a lo pape Benedit.


XXVI. Cestui moine storiographe rent la rayson pour quoi li Empereor fu irés contre li prince de Capue, Pandulfe. Lo frere carnel de la moillier de Melo, de loquel nouz avons dit desus, loquelle se clamoit Dato. Et, par lo comandement de lo Pape, estoit montée en la tor de Garilgiane, envers la ripe. Et Pandulfe, desirrant la mort, lui vint sur, o li Grex; et vainchi la tor, et dona Datto innocente à li Grex; liquel, par commandement de li Impereour de li Grex, fu noiez en mer. Et pour cesste cose fu mandé Pandulfe de l'autre Empereor à lo Pape. Assez brevement cestui moine a mis la raison porquoi li Empereor, qui non estoit Grec. fu corrocié contre cestui Pandulfe; toutez foiz non met que ce fust lo Emperere de li Grex; més pert que li Empereor venoit en Ytalie por remetre Melo en son estat; quar Melo, loquel s'estoit rebellé contre l'Empereor de Costentinoble. Et quant sust ce que Pandulfe fust coingnat à Melo, * * * toutes foiz estoit Pandulfe contraire à Melo, qui estoit frere de sa moillier.


XXVII. Aprés ces chozes faites, Enulfe, frere de Pandulfe, pour paour de ce qui fu fait à son frere, se mist en mer, et voloit foyr en Costentinople à lo Empereor; loquel s'en vint en Ytalie, si come est dit; més par pestilence fu noiez en mer . Et ensi, en diverse maniere, furent .II. frere charnel mort malement..

_________________
avatar
Stephandra
Dans l'autre monde
Dans l'autre monde

Féminin Nombre de messages : 16007
Localisation : A ses côtés
Date d'inscription : 13/04/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Histoire de li Normant d'Aimé du Mont / Livre 1

Message par Stephandra le Ven 08 Avr 2011, 13:21

XXVIII. Et Troiens, par debelité de ceuz qui l'asegerent, né par force de ceuz qui dedens estoient, més pour lo fort lieu où elle estoit, non pot estre prise. Où Troie fu apart l'antique fabrique, et non pas là où elle est maintenant, quar en plus vill lieu est ore.


XXVIIII. Et li religiouz Impereor se parti de là et ala à Mont de Cassin. Et li frere qui estoient là le visitoient, et o diligence et service lui faisoient obedience. Et fu proié de tout lo college de li moine: conferma en abbé Theobalde, home noble de lignage et plus de costume, et lui donna la croce. C'est lo baston eclesiastique.


XXX. Jesu Crist, qui est retributor de toutes bones chozes et est gloriouz en touz ses sains, pour la merite de saint Benedit merita cestui Empereor. Quar un jor senti grant dolor à lo flanc, et plus grave que non soloit, quar estoit acostumé d'avoir celle dolor. Et en celle dolor manifesta lo secret de son cuer a ceus qui continuelment en avoient compassion. Et dist: Coment lo Impere romain, loquel est subjett à nous, entre li autre royalme de lo monde est haucié par la clef de saint Pierre Apostole et par la doctrine de saint Paul, ensi, par la religion de lo saint pere Benedit, croirons à acroistre lo Impere, se avisons avec nous presentement son cors. Quar, por la predication de ces .II. Apostole, par tout lo monde fu espasse la Foi, més, pour la maistrie de lo Pere, [on] donna commencement de religion et maniere de conversation à tuit li moine. Et quant il ot dite ceste parole, il s'endormi. Saint Benoit lui apparut, et lo manesa, et lo gari. Et lui dist: o Empereor, pourquoi desires tu la presence moe corporal? Crois que je voille laissier lo lieu où je fu' amené de li angele? Où la Regule de li moine et la vie je escris? Dont la masse de mon cors fu souterrée?. Et en ceste parole se moustre que, quant li os d'aucun saint sont translate de un lieu en autre, toutes voiez lo lieu où a esté premerement pour la char, qui est faite terre, doit estre à l'omme en reverence. Et plus se moustre par ce que je sequterai. Et lo Impereor, de ]oquel avoit paour lo regne, ot paour de un moine. Et lo Saint lui dist que: Sans nulle doute tu saches que mon cors veut ici ester, et de ce te donrai je manifeste signe o la verge pastoral, lequel signe sera manifeste. C'est o la croce, laquelle tenoit en main li Saint. Et fist la croiz à lo costé de l'Empereor, en loquel lui tenoit lo mal, et lui dist: Resveille toi sain et salve, et quar ceste enfermeté non auras tu plus n. Et maintenant li Empereor se resveilla sain et salve. Et si, coment li Saint lui promisse, de celle enfermeté non ot onques puiz, dolor. Et pour cest miracle tant ot devotion à lo Monastier, quar, coment il dist, qu'il vouloit laissier la dignité imperial et vivre en lo Monastier come moine.


XXXI. Et puiz que li Empereor ot recovrée sa santé, lui recorda de la promission qu'il avoit faite à Melo. La vouloit aemplir à son neveu. Et, que non pot recovrer la cose, lui donna de lo sien propre. La terre, laquelle se clame lo Comune, avec li chastel qui i apartenoient, lor donna. Et lor donna en aide Trostayne avec .XXIIII. Normant. Et li autre Normant laissa por defendre la Foy, et à contrester contre li Sarrasin. Et il s'en ala [de là] de li mont o sa chevalerie.


XXXII. Quant li Normant furent ferme en la foi de l'Eclize emperiere, s'efforcerent de faire lo commandement de l'Empereor. Et vindrent en la terre qui devoit estre de li neveu de Melo; et entrerent en lo castel Gallinare, et firent paour à tuit cil qui habitoient entor. Més, qué cestechoze estoit petite, ces chastelz d'entor voloient par bataille. Requerirent aide de li marchis Reynier ; et lui manderent .II. de sez freres , c'este Pierre et Melo; et Stephane remaist avec li Normant. Et porterent lo commandement de lo Impereor, loquel disoit que, s'il requeroient aide, ne lor devuissent noier. Et lo Marchiz fist lo comandement de lo Impereor coment fidel.


XXXIII. Et la superbe de un autre Pierre, filz de Reynier, non reposa. Et, quar entre ceaux de celle contre estoit tenut lo meillor, vouloit contrester contre la Majeste imperial. Et se appareilla, et assembla de sa gent et de ses amis. Et disoit qu'il non vouloit soustenir que li heritage de ses ancessors fust de gent estrange. Et mesura la gent qu'il avoit assemblé, et atendi ceuz qu'il avoit priez de lui aidier. Et se assemble por occirre li Normant, liquel de la vie et de la terre ensemble lo priverent. Et manderent petit de gent devant por faire proie, et remeistrent assez pour faire la garde. Et li Normant non pensoient ce, més secuterent cil qui faisoient la proie, et vindrent à ceaux qui les insidioient. Et, quant il virent tant grant congregation et multitude, se merveillerent molt. Distrent parole de paiz; et Pierre lor promettoit la mort. Li Normant mostrerent la main sans arme, et lor col mostroient. Et volentiers fuggissent, més il n'avoient qui le receust. Et, quant il virent qu'il non pooient avoir autre aide, il clamerent l'aide de Dieu, par laquel ajutoire un en persecuta mil, et .x. mille en fugirent devant dui. Ils distrent à Stephane qu'il requerist l'ayde de Dieu, et tuit crient. Et l'autre part se confidoient en lor vertu; non cherca autre aide. Et de ces .xxv. Normant, [celui] liquelle tenoient lo gofanon fu mort, et non plus. Et de l'autre part de .II. c. et .L. non remestrent se non .c. nonante; et li autre s'en foirent par lo camp, et lesserent l'arme et lo cheval; et se resconstrent par les crotes et par les fossez, pour escamper la vie. Et de li arme de li anemis et de la robe furent ricche li Normant. Et li Longobart, liquel porent eschamper la vie, o grant vergoingne foirent. Et li Normant veinceor orent tant misericorde en celle bataille; car, coment ce fust cose que li camp fust plein de .II. mille pedon et .v. cent, nul non vouloient tochier li Normant. Et puiz vint la triumphal bataille [a notizia] de lo marchiz Renier; et ot grane joie de la victoire de ses amis siens Normant, à liquel, puiz, donna aide. Et subjugarent lo castel à ces troiz freres, coment rayson estoit.


XXXIIII. Puiz que ceste cose fu faite, li Normant se recuillirent de totes pars et se mistrent en volonté de faire chevalerie souz lo grant prince de Salerne Guaymarie, loquel en cellui temps, par lo senge et par prierie de la moillier, laquel estoit soror de Pandulfe, manda domps à la Maieste imperial et a touz li grant home de la cort. Et lui manda proiant qu'il lui pleust de delivrer Pandulfe * * * et lo privast de honor. Et li Prince ot la grace laquelle avoit requise à lo Impereor. Et puiz retorna Pandulfe, Gaymarie sollao o deniers li Grex, et racuilli à soi lo exercit de li Normant, et asseia Capue; laquelle prist par la industrie de li citadin plus que par force de arme. Et Pandulfe, loquel lui estoit donné de lo Impereor, chasa de lo Principé, et fist prince lo frere charnel de Pandulfe, loquel estoit petit et jovencel.


XXXV. Et apres ce, descorda à Pandulfe la paor de Dieu et sa misere, quant il fu en prison, puis recovra la grandesce de son Principee. Et, par li conseill de li malvaiz, estoit en la voie de li pecheor, et seoit en la siege de li pecheor et de pestilence. En prime, comensa à combatre contre Dieu et contre li saint. Et leva li Abbé de Mont de Cassin, abbé Theobalde, liquel estoit eslit de li frere et vestu de la dignité de part de l'Empereor, et confermé de par[t] lo Pape. Et ordena qu'il habitast en la celle de Saint Benedit, laquelle se clamoit " Capusita ". Et, par son iniquité, commiste la cure de l'Abbeie à un de li sien, et lo fist abbé, liquel se clamoit Basilie. Etli Abbé estoit constraint de faire tout ce que cestui Basile commandoit, qui estoit de la part de lo Prince. Loquel autresi de lo nombre de li frere leva la decime, ou la decime par[t] lo reduxe. Et en lo monastier de Mont de Cassin tant petit de moines i remestrent - pour la soe iniquité le chasoit - que à pene pooient complir de dire .XII. leccions. Si que de ces fratres s'en partirent .II., liquel estoient acte de dire l'office, et cil qui remainstrent estoient vilanement traitié. i i possession de l'Eglize comment li plaisoit retenoit à. son service, et des choze de Dieu l[u]i et li sien se sacioient. La terre et lo offerte de l'autel estoient donné à lo prestre de lo Prince. Li servicial de lo Monastier estoient à son service. Et lui et cil qui estoient avuec lui metoient en vice de luxure li jovene qui là habitoient. Toutes les bestes de l'Abbe[i]e avoit faites soes. Et li frere qui là estoient remez estoient consumes de toute chetivité. Et, quant il estoient à lo service de Dieu, non lor era donne à mengier, quant il venoient à refettoire, secont l'usance; més, puiz que li ministre de lo Prince avoient mengié, alor estoit aporté de mengier. Et avoient emplie la rocche de son chastel de coses de vivre, de salmes de divers domps et de dras de lin. Més puiz vous diroie quel fin orent ces chozes mal acquestées. Et en ceste office 11 avoient eslit un pervers official de lo Monastier. Cestui estoit prelat sur toute la poverté de li servicialz de Dieu, et pource que cestui estoit molt grant maistre de lo Monastier. Et dist que, come estoit lo seignor, ensi devoient [estre] li serf.


XXXVI. Et li vaillant Abbé, non soustenant la vergoingne de saint Monastier, s'en ala à la Marche, à lo monastier de Saint Liberator. Et li Conte de celle terre lui fist grant honor. Et tuit li gentil home lui obeissoient comme à pere, et li autre coment à seignor. Et pource qu'il ala la, fist coment comanda nostre Seignor, qui dist: " Se vouz se[rez] chaciez d'une cité, foiez en l'autre. Et, qué fist ce que Dieu avoit mandé, ot ce que Dieu avoit promis. Quar alla sans burse et sac, et nulle cose non lui manca, quar vivoit avec Dieu et li frere qui estoient en sa cure. Quar non les pooit veoir par facet les consolloit par letre molt sovent, et les esmovoit à lo service de Dieu. Et puiz aucun an, fu mort l'Abbé , et molt en furent triste sa gent et sez freres. Et Pandulfe en fu molt alegre et joiouz, quar se creoit que fust finie toute la malice qu'il avoit fait à lo Monastier et en autre part.

_________________
avatar
Stephandra
Dans l'autre monde
Dans l'autre monde

Féminin Nombre de messages : 16007
Localisation : A ses côtés
Date d'inscription : 13/04/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Histoire de li Normant d'Aimé du Mont / Livre 1

Message par Stephandra le Ven 08 Avr 2011, 13:22

XXXVII. Més, à ce que sa perversité et malvaistié parisse que fust sanz colpe, et non avisse vergoingne à ce que lo monastier de Mont de Cassin non remanist Sanz abbé, loquelle Monastier estoit chief de tout le autre abbaies, si voloit faire une abbe par sa volenté et par son commandement. Et adont fu fait abbé cellui Basilie, dont nous avons devant parlé, de cest saint Monastier. Et tant estoit cestui abbé presié coment s'il fust droit et vraiz Abbé. Et quant venoit la feste sollempnel de Capue, là où habitoit, allo Monastier et par tout li confin de Saint Benedit non estoient données le cosez necessaires, né erent servit ceus qui aloient avec lui.


XXXVIII. Et autresi encontinent abbaissa lo religiouz Ylaire, abbé de Saint Vincent martyre. Et ensi se giorifia li pervers Prince, à ce que Dieu lui meist iniquité sur iniquité. Més ce qu'il cerca trovera. Cestui archipape, c'est surpape, laquel choze non este licite de dire, se hau‡a tant qui paroit qu'il deust sallir supre la poesté del Ciel, quar fist molt piz. Lo filz soe bastart, loquel se clamoit Eldeprande, fist clerc, liquel estoit usé de fait de chevalerie; et lo Archevesque de Capue, home religiouz, loquel se clamoit Adinulle, mist en prison, o li fer as piés et as mains fortement.


XXXVIIII. En cellui jor que li Redemptor de lo monde rachata la umane generation et exulta la char, laquelle il avoit prise en la Virge Marie, sur li angele, c'est en lo jor del'Ascension, li dyable dona conseill à Pandufe. Son devant dist filz Heldeprande fist eslire et fu fait Archevesque, liquel avoit fait clerc. Et fist chanter, coment il est usance, une hymne, laquelle se commence Te Deum " laudamus ". Et la compaignie perverse molt en ot grant joie, et li peccorel de Dieu en furent dolent. Et fu mis en lo siege et en lo trone de lo Archevesque. Li Archevesque, liquel estoit en 5 prison, est dezliez des fers qu'il tenoit, et fu trait hors; et do] filz de Pandulphe vit en lo siege, et lo pere stant devant la tribunal justice de lo dyable. Lo Archevesque lui estoit devant a genolz, et atendi li jugement o grant paor. Et lui fu commandé qu'il lui donnast l'anel et la croce, et puiz lui baisast li dui pié. Et l'ultime fu remené en la prison.


XXXX. Et puiz la rage de fortissime loupe se mostra à ceaux de la cité, et estraingnoit les dens come home esragié. Et, quant li home, quant li fame, faisoit prendre. Et ensi estoit li pueple tormenté de prison et de necessite sanz fin. Non ooit predication de prestre, et avoit close l'orelle pour non oir la parole de l'Evangile, com lo aspide sort pour non oir la voiz de cellui qui l'encante. Et en toutes manieres mostra son iniquite. Et mut guerre contre li parent soe; quar queroitde cachier del'onor de Boniventson coingnat, et lo frere de celui qui l'avoit mis en hautesce. Més, quant Dieu est avec l'ome, nul non lui puet nuire né mal faire.


XXXXI. Puiz cest chose, cestui malvaiz home, lo prince de Capue, Pandulfe, chaza Sierge, maistre de la chevalerie, de la cité soe. Et la grant cité de Naple, o l'aide de ceus de la cité, mist souz sa poesté. Més, petit de temps, cestui Maistre de la chevalerie honorablement rentra en sa cité.


XXXXII li). Et, à ce que non lui peust mal faire la malice de cestui Pandulfe, ala à Ranolfe, home aorné de toutes vertus qui covenent à chevalier, et lui dona sa soror por moillier, laquelle e novellement estoit faite vidue par la mort de lo Conte de Gaite; et lui demanda qu'il fust contre la superbe de lo prince Pandulfe. Et pour reprendere la ferocite de cest anemi, fist Adverse atornoier de fossez et de hautes siepe; et une part ricchissime de Terre de Labor lui fu donnée que lui feist tribut. Et là fist habiter lo coingnat, lo conte Raynolfe. Et ceste parte d'Averse tributaire sont molt de casal qui i sont.


XXXXIII. Li honor de li Normant cressoit chascun jor, et li chevalier fortissime multiplioient chascun jor. Et a pene pooit Pandulfe restrendre né contrester à lo pooir lor; anchoiz prenoit li autrui. Més une choze entrevint: que la moillier de Ranolfe vint à mort; de là dont la concorde de Ia paiz non fu ferme. Et molt fu Raynolfe dolent de la mort de la dame. Més plus en est triste lo Maistre de la milicie. Més Pandulfe en fu alegre et joiant, quar cherca la division et l'animistié de ces .II. amis.


XXXXIIII. Cestui prince Pandulfe manda messages à lo conte Raydolfe, qu'il desirroit molt à parler à lui. Et lo parlement fu qu'il lui voloit donner une parente soe pour moillier. Et ensi determinerent.


XXXXV. Le Conte prist por moillier la fille de lo Patricie de Umalfe, laquelle estoit niece de lo prince Pandulfe, quar la moillier de lo Patricie estoit seror à lo Prince. Et ensi l'alegrece de lo Maistre de la chevalerie de Naple torna en plor; et li cant de lo Prince de Capue se exaltoient; kar la cité, laquelle avoit faite lo Maistre de la chevalerie en sa terre, estoit en la servitude de lo Prince son anemi. Lo Maistre de la chevalerie fu malade, et dui foiz fu fait moinne, et puiz fu mort. Explicit Liber primus


_________________
avatar
Stephandra
Dans l'autre monde
Dans l'autre monde

Féminin Nombre de messages : 16007
Localisation : A ses côtés
Date d'inscription : 13/04/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Histoire de li Normant d'Aimé du Mont / Livre 1

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum