Livre 6- Histoire de Normandie par Guillaume de Jumiege

Aller en bas

Livre 6- Histoire de Normandie par Guillaume de Jumiege

Message par Stephandra le Ven 08 Avr 2011, 20:25

LIVRE SIXIEME.

DE RICHARD III ET DE ROBERT SON FRÈRE, TOUS DEUX FILS DE RICHARD II.


CHAPITRE PREMIER.


Comment Richard III, quoiqu'il n'ait pas long-temps gouverné le duché, se montra cependant imitateur des vertus de son père.


PUISQUE nous avons jusqu'à présent rapporté, sans aucune prétention à l'élégance du style, les actions mémorables des premiers ducs de Normandie, il nous semble raisonnable que ceux qui ont brillé de notre temps occupent la place qui leur est due dans la carrière que nous avons entrepris de parcourir. Nous connaissons ce qu'ils ont fait, en partie pour l'avoir vu nous-même, en partie d'après les rapports d'hommes véridiques; et nous avons résolu en conséquence de le faire connaître aussi à un plus grand nombre de personnes, autant que nous le permettra la faiblesse de nos talens.

Le jeune Richard succéda donc à son père dans le gouvernement du duché, et quoiqu'il ne lui ait pas survécu long-temps, il s'est montré cependant son héritier, aussi bien par le nom que par son extrême bonnêteté. Infiniment propre à porter les armes dans les combats, il fut cependant tout dévoué à la foi catholique, rempli de bonté et de mansuétude pour les serviteurs de Dieu; il gouverna les chevaliers avec beaucoup de justice, et se plut à jouir d'une paix non interrompue.



CHAPITRE II.


Des dissensions qui s'élevèrent entre Richard et Robert son frère, et de la mort de Richard après le rétablissement de la paix entre eux.


CEPENDANT le perfide ennemi de l'homme ne permit pas qu'il jouît plus long-temps des prospérités de cette paix si desirable, et, à l'aide des artifices de quelques malveillans, il excita son frère Robert à se révolter contre lui. Robert donc, au bout de deux ans, méconnaissant la suzeraineté de son frère, s'enferma avec ses satellites dans le château de Falaise pour lui opposer résistance. Or le duc Richard, desirant réprimer au plus tôt les téméraires entreprises de son frère insensé, et le ramener à la soumission qu'il lui devait, alla avec une nombreuse armée l'investir et l'assiéger dans son château. Après qu'il l'eut attaqué quelque temps, en faisant sans cesse jouer les béliers et les balistes, enfin Robert renonça à sa rébellion et lui présenta la main: ils retrouvèrent leur ancienne amitié, et se séparèrent l'un de l'autre après avoir conclu une solide paix. Le duc Richard, ayant alors quitté son armée, retourna à Rouen, et y mourut empoisonné, ainsi que quelques uns des siens, au dire de beaucoup de gens. Cet événement arriva l'an 1028 de l'Incarnation de notre Seigneur.

Richard avait un fils très-jeune, nommé Nicolas, qui fut privé de son héritage terrestre, afin que Dieu lui-même devînt son partage dans le monde et dans l'éternité. Livré aux lettres dès sa plus tendre enfance, et élevé dans le monastère de Saint-Ouen, dans le faubourg de Rouen, il porta très-long-temps le joug monastique. Lorsque l'abbé Herfast fut mort, il lui succéda dans le gouvernement du susdit monastère, et l'administra durant près de cinquante ans, du temps de Guillaume duc de Normandie et illustre roi d'Angleterre. Il mourut enfin l'an 1092 de l'Incarnation du Seigneur, au mois de février, du temps du duc Robert II et de Guillaume, archevêque de Rouen. Je reprends maintenant mon récit.



CHAPITRE III.


Comment Robert succéda à son frère Richard. — De son caractère et des dissensions qui naquirent entre lui et l'archevêque Robert.


AINSI donc le duc Richard ayant quitté les dignités de la domination de ce monde, pour monter, à ce que nous croyons, dans le royaume des cieux, Robert son frère fut reconnu du consentement de tous prince de toute la monarchie. Quoiqu'il fût plus dur de cœur envers les rebelles, il se montra cependant doux et plein de bonté pour les hommes bienveillans, pieux et zélé pour le service de Dieu; aussi eût-il été digne de jouir des délices d'une longue paix, s'il n'eût choisi volontairement de suivre par fois les conseils des pervers. Dès le commencement de sa domination, il se déclara ennemi de l'archevêque Robert, et alla l'assiéger et l'investir dans la ville d'Evreux. Desirant échapper à ses efforts, l'archevêque s'enferma dans les murailles de la ville avec une troupe de chevaliers. Enfin, ayant engagé sa foi qu'il se retirerait, il se réfugia en exil, avec les siens, auprès de Robert, roi des Francs, et frappa la Normandie de son anathême pontifical. Cependant le duc Robert, ayant reconnu la malice des pervers, et considérant qu'il avait agi imprudemment en toute cette affaire, rappela l'archevêque de France, et le rétablit dans ses honneurs. Ensuite, se repentant du mal qu'il avait Fait, il appela l'archevêque à ses conseils, selon qu'il était convenable pour un homme aussi important, et dans la suite il lui demeura toujours fidèle.



CHAPITRE IV.


Comment le même duc Robert assiégea Guillaume de Belesme dans le château d'Alençon, et le força à se rendre.


AYANT enfin chassé loin de lui tous les instigateurs de discorde, et repris en son cœur généreux des sentimens de paix, le duc commença à prendre conseil des hommes sages, et s'éleva par sa bonne conduite au comble de la puissance et des honneurs; aussi les hommes de bien ne tardèrent pas d'exalter par leurs louanges ses vertus et sa conduite pacifique, tandis que quelques méchans l'imputèrent à lâcheté. Parmi ces derniers Guillaume de Belesme, fils d'Yves, qui tenait le château d'Alençon à titre de bénéfice, osant tenter le courage du duc, entreprit témérairement par voie de rébellion de soustraire sa tête imprudente au joug de son service. Empressé de réprimer promptement cet excès d'insolence, le duc accourut avec ses chevaliers, et assiégea Guillaume dans la forteresse qui favorisait son audacieuse révolte, jusqu'à ce qu'enfin Guillaume eût imploré sa clémence, et marchant pieds nus, portant une selle de cheval sur ses épaules, fût venu lui donner satisfaction. Après avoir reçu cette soumission de fausse apparence, le duc lui remit non seulement toutes ses fautes, mais en outre lui restitua son château, et se retira aussitôt après. Guillaume, conservant toujours en son cœur obstiné le cruel poison qui le dévorait, renonça quelque temps à manifester ses perfides intentions; mais bientôt après il recommença ouvertement à se montrer encore parjure; car il était infiniment cruel et ambitieux, et il avait quatre fils, nommés Guérin, Foulques, Robert et Guillaume, parfaitement semblables à lui. Après avoir, sans aucun motif, et par cruauté, fait trancher la tête à Gunhier de Belesme, brave et aimable chevalier, qui ne soupçonnait point le mal, mais qui plutôt était venu en souriant le féliciter comme un ami, Guérin fut bientôt saisi par le démon, et étranglé par lui, sous les yeux de ses compagnons qui l'entouraient. Guillaume, se parjurant de nouveau, en vint à un tel point d'inimitié contre le duc, que dans son audace il envoya ses deux fils Foulques et Robert avec un corps de chevaliers, afin qu'ils allassent piller et dévaster la Normandie: mais un grand nombre de serviteurs de la maison du duc s'étant réunis, se portèrent courageusement à leur rencontre, leur livrèrent une bataille sanglante dans la forêt de Blavon, et avec l'assistance de Dieu les battirent complètement. Dans ce combat, Foulques, fils du perfide Guillaume, fut tué, et presque tous les chevaliers perdirent la vie; Robert, frère de Foulques, fut blessé, et ne s'échappa qu'avec peine, suivi d'un petit nombre d'hommes. Guillaume leur père, qui déjà était sérieusement malade, ayant appris le malheur de ses fils, éprouva un grand serrement de cœur et rendit l'ame tout aussitôt. Les ennemis du duc ainsi dispersés, la rébellion qui s'était élevée en ces lieux se trouva entièrement comprimée.



CHAPITRE V.


Comment Hugues, évêque de Bayeux, et fils du comte Raoul, voulut s'emparer du château d'Ivry, et ne put y réussir.


TANDIS que ces événemens se passaient, Hugues, fils du comte Raoul et évêque de la ville de Bayeux, ayant reconnu que le duc Robert voulait suivre les conseils des hommes sages et renoncer aux siens, imagina un certain artifice, et fit secrètement approvisionner le château d'Ivry en vivres et en armes. Ensuite il y mit des gardiens, et se rendit promptement en France, pour y engager des chevaliers qui vinssent l'aider à défendre vigoureusement cette forteresse. Mais le duc, se hâtant de le prévenir dans l'exécution de ses desseins, rassembla des troupes de Normands, alla mettre le siége devant le château, et le bloqua de telle sorte qu'il ne fut plus possible à personne d'en sortir ou d'y entrer. Hugues se voyant dans l'impossibilité d'y pénétrer, et inquiet pour ceux qu'il y avait enfermés, fit demander au duc par ses députés la permission de s'en aller, et retira aussitôt ses hommes de la forteresse. Il partit donc avec ceux qu'il avait redemandés, et demeura long-temps en exil, ainsi que ses compagnons. Après qu'ils eurent évacué le château, le duc s'en rendit maître, et y mit une garnison.



CHAPITRE VI.


Comment Baudouin, comte de Flandre, demanda pour son fils Baudouin la fille de Robert, roi des Francs, et l'obtint, pour son malheur, si Robert, duc de Normandie, ne lui eût prêté secours. — Mort de Robert, roi des Francs, qui eut pour successeur Henri son fils.


DANS le même temps, Robert, seigneur de Flandre, desirant associer sa race à une race royale, alla trouver Robert, roi des Francs, et lui demanda de lui donner sa fille pour Baudouin son fils. L'ayant obtenue, il l'emmena hors des appartemens du palais, la transporta encore au berceau dans sa propre maison, et l'éleva avec beaucoup de soin jusqu'à ce qu'elle fût devenue nubile. Or à peine le fils de Baudouin se fut-il uni à elle en mariage, que, se fiant sur l'appui du roi Robert, il chassa son père de son propre pays, et lui enleva la fidélité des gens de Flandre. Indignement abandonné par les siens, Baudouin se rendit en toute hâte auprès du duc des Normands, et lui demanda du secours contre son fils. Le duc, prenant compassion des malheurs de ce noble homme, rassembla tous ses chevaliers, sortit de son pays comme un terrible ouragan, entra sur le territoire de Flandre, et le livra aussitôt aux flammes dévorantes. S'avançant jusques au château que l'on appelait Chioc, il le renversa sans délai, et brûla tout ce qui y était enfermé. Or les grands du pays voyant cela, et craignant d'éprouver le même sort, abandonnèrent le fils, et retournant au père, envoyèrent des otages au duc. De son côté le jeune Baudouin, jugeant bien qu'il ne pourrait en aucune fa9on résister aux violentes incursions du duc, lui envoya aussi des députés, le suppliant très-humblement de se porter pour médiateur et de le réconcilier avec son père. Le duc, rempli de bienveillance, accéda avec empressement aux desirs et aux sollicitations du jeune Baudouin, et amena le père et le fils à se donner le baiser de paix et à vivre en bonne intelligence, comme par le passé. Cette querelle ainsi terminée, dans la suite ils continuèrent à demeurer en paix et en bonne amitié, ainsi qu'il était convenable, et le duc ayant déjoué les entreprises des rebelles, retourna en Normandie avec toute son armée. En ce même temps, Robert, roi des Francs, mourut, et son fils Henri lui succéda.



CHAPITRE VII.


Comment le même duc prêta son assistance à Henri, roi des Francs, contre Constance sa mère.


LE roi Henri avait été associé à la royauté, du vivant de son père Robert, et bientôt après la mort de celui-ci, sa mère Constance le poursuivit si vivement de sa haine de marâtre, que les comtes conspirèrent contre lui, Constance faisant les plus grands efforts pour l'expulser du trône et pour mettre en sa place Robert son frère, duc des Bourguignons. Ayant pris l'avis des siens, Henri se réfugia auprès de Robert, duc des Normands, avec douze petits vassaux, et alla à fécamp lui demander du secours, au nom de la fidélité qu'il lui devait. Le duc l'accueillit honorablement, le combla de présens, et bientôt après lui ayant fourni convenablement des chevaux et des armes, il l'adressa à son oncle paternel, Mauger, comte de Corbeil, mandant à celui-ci qu'il eût à attaquer dans son pays, par le fer et le feu, tous ceux qu'il saurait avoir renoncé à leur fidélité envers le roi. De son côté, le duc établit de nombreux corps de chevaliers dans tous les châteaux soumis à sa domination et situés sur les frontières de la France, et livra aux rebelles des combats si violens et si fréquens, qu'enfin, courbant la tête et ayant perdu tout ce qui leur appartenait, ils se virent forcés de se réconcilier avec leur roi, en sorte que les projets de sa malheureuse mère furent entièrement déjoués.

A cette époque Robert, héritier du pouvoir et de la cruauté de Guillaume de Belesme, était depuis quelques années ennemi déclaré de ses voisins du Mans et de la Normandie. Ayant entrepris une expédition au delà de la Sarthe, il fut fait prisonnier par les gens du Mans, et retenu deux ans en captivité dans le château de Ballon. Au bout de ces deux ans, Guillaume, fils de Giroye, et d'autres seigneurs de Robert rassemblèrent une armée, allèrent offrir la bataille au comte du Mans, et l'ayant combattu avec vigueur, le mirent en fuite. Ils se saisirent en cette occasion de Gauthier de Sordains, illustre chevalier, et de deux de ses fils, braves chevaliers aussi; et, malgré l'opposition de Guillaume, ils attachèrent méchamment à une potence ce Gauthier, au milieu de ses deux fils. Les trois autres fils de Gauthier étaient alors à Ballon. A peine eurent-ils appris l'horrible mort de leur père et de leurs frères, que, violemment irrités, ils pénétrèrent de vive force dans la prison, et se jetant sur Robert de Belesme, ils le tuèrent misérablement à coups de hache et lui brisèrent la tête contre les murs de la prison. Robert étant mort, Guillaume Talvas, son frère, lui succéda dans les dignités de son père. Celui-ci se montra, par toutes sortes de crimes, plus mauvais encore que tous ses frères, et cette méchanceté sans bornes s'est perpétuée jusqu'à aujourd'hui dans les héritiers de son sang.

_________________
avatar
Stephandra
Dans l'autre monde
Dans l'autre monde

Féminin Nombre de messages : 16007
Localisation : A ses côtés
Date d'inscription : 13/04/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Livre 6- Histoire de Normandie par Guillaume de Jumiege

Message par Stephandra le Ven 08 Avr 2011, 20:26

CHAPITRE VIII.


Comment le duc Robert, ayant marché contre Alain, comte des Bretons, fonda le château de Carroc, sur les rives de la rivière du Coesnon.


LE comte des Bretons, Alain, transporté par son orgueil, voulut aussi tenter dans Son audace de se soustraire au service qu'il devait au duc Robert. Mais celui-ci leva contre lui une armée innombrable, et construisit non loin de la rivière du Coesnon un château qu'il appela Carroc, et qu'il destina à protéger les frontières de la Normandie et réprimer l'insolence de son orgueilleux adversaire. De là il envahit la Bretagne, et livra aux flammes dévorantes tout le comté de Dol. A la suite de cette brillante expédition, il rentra en Normandie, chargé d'un immense butin. Or, après son départ, Alain desirant se venger de l'insulte qu'il avait reçue, marcha sur ses traces avec une grande armée, dans l'intention de ravager le comté d'Avranches. Mais Nigel et Alfred surnommé le Géant, chargés de la défense du château d'Avranches, marchèrent avec leurs hommes à la rencontre d'Alain, et lui ayant livré bataille, ils firent un si grand carnage des Bretons, qu'on les voyait tous étendus comme des moutons, soit dans, la plaine, soit sur les rives du Coesnon. Alain retournant tristement chez lui, rentra à Rennes couvert de honte.



CHAPITRE IX.


De l'abbaye du Bec, de son premier abbé et fondateur, le vénérable Herluin, et de son successeur Anselme.


VERS le même temps, c'est à savoir l'an 1034 de l'Incarnation du Seigneur, le seigneur abbé Herluin, abandonnant la vie du siècle à l'âge de quarante ans, reçut le saint habit de religieux de l'évêque de Lisieux Herbert, et fut ensuite ordonné prêtre et institué abbé par ce même évêque. Ce fut là l'origine du monastère du Bec. Mais puisque nous avons fait mention de cet illustre père, il nous paraît convenable d'insérer dans ces pages, pour les transmettre à la postérité, des détails un peu plus circonstanciés sur cet homme et sur l'église qu'il fonda.

Son père tirait son origine de ces Danois qui les premiers conquirent la Normandie, et sa mère était liée de proche parenté avec les ducs de la Gaule Belgique, que les modernes appellent le pays de Flandre. Son père s'appelait Ansgot, et sa mère Héloïse. Gilbert, comte de Brionne, petit-fils de Richard Ier, duc de Normandie, par son fils le prince Godefroi, fit élever Herluin auprès de lui, et le chérissait particulièrement entre tous les seigneurs de sa cour. Il était habile dans le maniement des armes, et se montrait doué d'un grand courage. Toutes les plus grandes familles de la Normandie le comptaient parmi les chevaliers d'élite et le célébraient pour ses connaissances dans toutes les affaires de chevalerie et pour l'élégance de sa personne. Il détournait son cœur de tout ce qui est malhonnête, et recherchait avec ardeur tout ce qui est honorable et digne d'éloges dans les cours. Il ne pouvait supporter de n'être pas le plus distingué parmi tous ses compagnons d'armes dans les affaires, soit intérieures, soit de chevalerie. Par tous ces motifs, non seulement il avait obtenu la bienveillance particulière de son seigneur, mais en outre il s'était fait un nom honorable, et avait familièrement accès auprès de Robert, duc de tout le pays, et auprès des seigneurs des contrées étrangères.

Dans cette position très-agréable, Herluin avait déjà dépassé l'âge de trente-sept ans, lorsqu'enfin son cœur saisi de crainte commença à être embrasé de l'amour divin, à se détacher de l'amour du monde, et à se refroidir de plus en plus et de jour en jour. Détournant les yeux des choses extérieures pour les porter sur lui-même, il allait plus souvent à l'église, priait dévotement, et souvent fondait en larmes. Négligeant les intérêts de la terre, déjà il allait moins souvent à la cour; et même il n'y était plus retenu que par le seul desir de pouvoir partager ses biens avec Dieu. Il y parvint, arrachant le consentement de son seigneur à force d'instances, et lui-même fit passer sous la domination de Herluin, et mit à son service tout ce que possédaient, en vertu de leurs droits paternels, ses frères, qui étaient nés dans la même dignité que lui. Mais comme il était plus grand et plus véritablement noble que ses frères, on ne trouva pas qu'il fût indigne d'eux ni humiliant de lui être soumis.

Aussitôt il entreprit, dans la terre que l'on appelle Bonneville, d'élever pour le service de Dieu un ouvrage qui ne fut pas petit, mais qu'il termina promptement. Non seulement il présidait lui-même au travail, mais il s'y employait de sa personne, creusant la terre, vidant les fossés, transportant sur ses épaules des pierres, du sable et de la chaux, et unissant ensuite ces matériaux pour en faire une muraille. Aux heures où les autres s'en allaient, il amenait toutes les choses nécessaires au travail, ne se donnant pas un moment de loisir durant toute la journée. Plus il avait paru autrefois délicat dans son orgueilleuse vanité, plus il se montrait alors véritablement humble et rempli de patience à supporter toutes sortes de fatigues pour l'amour de Dieu. Puis, quand il avait terminé son travail avec le jour, il prenait, une fois par jour seulement, une nourriture peu recherchée et peu abondante, sans parler des jours où il n'est pas permis de manger.

Il apprit les premiers élémens des lettres, ayant déjà près de quarante ans; et assisté de la grâce de Dieu, Il en vint au point de se faire, même auprès de tous ceux qui étaient déjà fort savans dans la grammaire, une grande réputation pour l'intelligence et l'explication des sentences contenues dans les divines Ecritures. Et afin que l'on croie que cela n'arriva que par l'efficace de la grâce divine, qu'on sache qu'il ne vaquait à cette étude que dans les heures de la nuit; car jamais il n'interrompit un moment ses travaux du jour pour la lecture. Il renversa donc les maisons de ses pères pour en construire des habitations aux serviteurs de Dieu.

L'église qu'il avait bâtie ayant été consacrée par l'évêque de Lisieux, Herbert, Herluin coupa sa chevelure, et déposant l'habit séculier, reçut de ce même pontife le saint habit de religieux, s'étant déjà montré à travers tant de périls vaillant chevalier du Christ. Deux des siens se courbèrent avec lui sous le joug du même ordre. Après cela ayant été consacré prêtre par le même évêque, et plusieurs autres frères s'étant soumis à sou autorité, il devint leur abbé. Ceux dont il avait reçu la direction, il les gouverna avec beaucoup de sévérité, et à la manière des anciens pères. Vous les eussiez vus, après l'office de l'église, l'abbé portant sur sa tête des semences, en ses mains un rateau ou un sarcloir, marcher en avant pour aller aux champs, e\ tous les moines travailler toute la journée à l'œuvre de l'agriculture. Les uns nettoyaient les ronces et les épines d'un champ, les autres transportaient du fumier sur leurs épaules et le répandaient sur la terre. Ceux-ci sarclaient, ceux-là semaient, nul ne mangeait son pain dans l'oisiveté. A l'heure de la célébration d'un office dans une église, tous s'y rendaient. Leur nourriture journalière était du pain de fleur de froment, et des herbes avec de l'eau et du sel. Ils ne buvaient que de l'eau bourbeuse, car à deux milles à la ronde il n'y avait aucune source.

La noble mère d'Herluin se consacra aussi en ces lieux au même service pour l'amour de Dieu, et ayant donné à Dieu tous les biens qu'elle possédait, elle remplit les fonctions de servante, lavant les hardes des serviteurs de Dieu, et faisant avec le plus grand soin les œuvres les plus basses qui lui étaient commandées.

Au bout de quelque temps Herluin fut invité par une vision à abandonner ces champs solitaires, où l'on manquait absolument de toutes les ressources nécessaires et convenables, et à transporter sa résidence en un lieu qui lui appartenait, qui a reçu le nom de Bec, d'un ruisseau qui coule auprès, et situé à un mille du château que l'on appelle Brionne. Ce lieu est lui-même au milieu de la forêt de Brionne, au fond d'une vallée enfermée de tous côtés par des montagnes couvertes de bois, et offre toutes sortes de commodités pour les besoins de l'homme. Il y avait une grande abondance de bêtes fauves, tant à causé de l'épaisseur des bois que de l'agrément de ce petit ruisseau. Au surplus on n'y trouvait que trois maisons de meuniers et une habitation assez petite.

Ayant en peu d'années construit et consacré une assez grande église, Herluin bâtit ensuite avec des pièces de bois un couvent dans lequel il voulut que, selon l'usage de son pays, les frères habitassent, sans jamais en sortir. Mais les nombreuses querelles qui s'élevaient souvent dans l'intérieur ne tardèrent pas à l'affliger, et à le tourmenter grandement. Il n'était pas homme à pouvoir demeurer dans le couvent, pour arranger ces difficultés, car la nécessité de pourvoir à toutes les dépenses le forçait à habiter en dehors. Après qu'il eut bien souvent imploré l'assistance de Dieu à ce sujet, enfin la miséricorde du Seigneur vint à son aide, et lui prêta un secours qui fut suffisant pour tout ce qu'il avait à faire.

Il y avait un certain homme, né en Italie, et nommé Lanfranc, que tout le pays Latin honore avec toute l'affection qui lui est due, pour avoir rendu à la science son antique éclat. La Grèce elle-même, maîtresse de toutes les nations dans les études libérales, écoutait avec plaisir et admirait ses disciples. Cet homme étant sorti de son pays, conduisant à sa suite beaucoup d'écoliers de grand nom, arriva en Normandie. Il se rendit au monastère du Bec, plus pauvre alors et plus obscur que tout autre. Par hasard en ce moment l'abbé était occupé à construire un four, et y travaillait de ses propres mains. Lanfranc, rempli d'admiration et d'amour pour l'humilité de son ame et la dignité de ses discours, se fit moine en ce même lieu.

Il vécut ainsi durant trois années solitaire, ne voyant point les hommes, se réjouissant d'en être ignoré, inconnu de tous, à l'exception de quelques personnes avec qui il causait de temps en temps. Mais enfin, lorsque ce fait fut connu, la renommée le répandit en tous sens, et la très-grande réputation de cet homme fit bientôt connaître dans toute la terre et le monastère du Bec et l'abbé Herluin. Des clercs, des fils de ducs, des maîtres très-renommés des écoles de latinité, de puissans laïques, des hommes d'une grande noblesse accoururent de toutes parts. Plusieurs d'entre eux, pour l'amour de Lanfranc, firent don à cette même église de beaucoup de terres. Aussitôt le monastère du Bec se trouva riche en ornemens, en propriétés, en personnes nobles et honorables. A l'intérieur, la religion et la science firent de grands progrès; à l'extérieur, on commença à avoir en grande abondance toutes les choses nécessaires à la vie. Celui qui en commençant à fonder son couvent n'avait pas eu assez de terrain pour les maisons dont il avait besoin, se trouva en peu d'années avoir un domaine qui s'étendait à plusieurs milles.

Bientôt le nombre des- habitans s'étant fort accru, Il arriva ce que le Seigneur a dit par la bouche du prophète Isaïe: «Ce lieu est trop étroit pour moi, fais-moi de la place, afin que je puisse y habiter.» Comme déjà les maisons ne pouvaient plus contenir la quantité de frères qui y étaient assemblés, et comme en outre le Couvent se trouvait dans une position insalubre pour les habitans, le vénérable Lanfranc commença à proposer à l'abbé Herluin de s'occuper de la construction d'un plus grand monastère et de toutes ses dépendances. Mais Herluin redoutait la proposition seule d'une si grande entreprise; car il était déjà avancé en âge, et se défiait beaucoup de ses forces. Comme donc il ne voulut y consentir en aucune façon, le presbytère du monastère vint à s'écrouler par la volonté divine: et enfin vaincu, mettant en Dieu ses plus fermes espérances, se confiant beaucoup aussi dans l'assistance de son conseiller, par qui lui étaient survenus toutes sortes de biens, l'abbé entreprit d'élever de nouvelles constructions dans un site beaucoup plus sain, savoir, un monastère et des dépendances, ouvrage très-grand et très-majestueux, d'une beauté supérieure à celle de beaucoup d'autres abbayes bien plus riches. Pour entreprendre une si grande œuvre, l'abbé ne compta point sur ses ressources, lesquelles étaient infiniment modiques, mais il mit toute sa confiance en Dieu; et Dieu, lui accordant toutes choses, le combla tellement, que depuis le jour où l'on jeta les premières fondations jusqu'à celui où l'on posa la dernière pierre, il ne manqua jamais ni de matériaux ni d'argent.

Après un intervalle de trois années, et lorsque la basilique seule n'était pas encore entièrement terminée, le vénérable Lanfranc, qui dirigeait l'entreprise de cette œuvre, cédant aux vives instances de son seigneur et des grands de Normandie, fut fait abbé de l'église de Caen. Dans le même temps Guillaume, duc des Normands, envahissant le royaume d'Angleterre, qui lui appartenait par droit d'héritage, soumit par les armes cet empire rebelle aux lois qu'il voulut lui imposer. Il appliqua ensuite tous ses soins à l'amélioration du sort des églises. De l'avis et sur la demande du souverain pontife de toute la Chrétienté, Alexandre, homme très-distingué par ses vertus et sa science, et du libre consentement de tous les grands du royaume d'Angleterre et du duché de Normandie, le roi Guillaume prit à ce sujet la résolution la meilleure et la seule praticable, et choisit pour conduire cette grande affaire le docteur ci-dessus nommé. Cédant à de nombreux motifs, Lanfranc se rendit donc en Angleterre, et reçut le gouvernement de l'église de Cantorbéry, à laquelle est attribuée la primatie des îles au delà de la mer. Enrichi d'une grande étendue de terre, possédant en outre beaucoup d'or et d'argent, Lanfranc accomplissant le commandement que l'on trouve dans l'Exode: «Honore ton père et ta mère, afin que tes jours soient prolongés sur la terre,» se montra rempli de toutes sortes de bontés pour son père spirituel et pour l'Eglise sa mère. La grande restauration de l'établissement ecclésiastique dans toute l'étendue du pays montre assez quels furent dans la suite les heureux fruits de ses soins en Angleterre. L'ordre des moines, qui était complètement tombé dans la dissolution des laïques, fut réformé et rentra dans la bonne discipline des couvens. Les clercs furent contenus dans les règles canoniques, et toutes les folies des coutumes barbares ayant été interdites, le peuple fut dirigé dans la bonne voie pour croire et juger. De diverses parties du monde il se forma auprès de Lanfranc une réunion d'hommes très-nobles et très-bons, tant clercs que laïques, dont le nombre s'élevait à plus de cent.

La nouvelle église cependant n'était pas encore consacrée, car elle attendait que celui par les conseils et les secours duquel elle avait été fondée et terminée pût célébrer lui-même cette cérémonie, pour laquelle elle adressait à Dieu d'instantes prières; et Dieu, qui s'était montré en toutes choses rempli de bontés pour elle, lui accorda en ce point aussi l'accomplissement de ses vœux, et réalisa toutes ses espérances. L'église fut consacrée par celui qu'elle desirait, avec une magnificence beaucoup plus grande qu'elle n'eût pu le prétendre.

Le 23 octobre, et l'an 1087 de l'Incarnation du Seigneur, Lanfranc, souverain pontife des peuples habitant au delà de la mer, et vénérable à toute la sainte Eglise, arriva en ces lieux pour mettre la dernière main, par la consécration, à l'église qu'il avait commencée par l'inspiration de Dieu, et dont il avait posé de sa propre main la seconde pierre lors de la construction des fondations. Tous les évêques, abbés et autres hommes religieux de la Normandie, y assistèrent. Les grands du royaume y furent aussi présens. Le roi, retenu par d'autres affaires, ne put s'y rendre. La reine Mathilde y fût allée volontiers si elle n'en eût été empêchée par ses royales occupations: elle y assista cependant par les dignes témoignages de sa libérale munificence. Le roi des cieux ne voulut pas permettre qu'un roi de la terre mît la dernière main à une œuvre de sa grâce, se réservant à lui seul toute la joie de la consommation de ce travail, par lequel s'éleva dans l'espace de seize années, aux seuls frais des pauvres, un monastère pourvu de toutes ses dépendances, ouvrage très-grand et très-beau. Des princes très-illustres du royaume de France, un grand nombre d'autres seigneurs du même royaume, des clercs et des moines venus de toutes les provinces voisines, assistèrent aussi à cette cérémonie.

Quelque temps s'étant écoulé après cette dédicace, le vénérable père Herluin commença à être entièrement privé de l'usage de tous ses membres; et longtemps avant la révolution d'une année, à partir du même jour, il obtint ce qu'il avait desiré. En effet, le vingtième jour du mois d'août suivant, un jour de dimanche, Herluin se coucha dans son lit. Les frères ayant tenu l'assemblée du soir, à la fin de la journée et des offices du jour, il atteignit après une heureuse course au terme de la vie humaine, à l'approche de la nuit qui précédait le jour du dimanche, et le vingt-sixième jour d'août. On lui éleva dans le chapitre un monument destiné à rappeler à jamais ses bonnes actions à la postérité. Tous ceux qui ont droit de se rassembler en ce lieu pour s'entretenir de leurs travaux spirituels, y trouvent ainsi présent, le souvenir de celui qui, devenu de puissant seigneur religieux, d'homme infiniment adonné au monde, homme complétement spirituel, fut le premier fondateur et abbé de ce monastère et de son ordre.


Epitaphe d'Herluin.


«Cette pierre couvre celui qui s'étant fait moine de laïque qu'il était, avait construit tous les édifices que tu vois autour de toi. Agé de trois fois onze ans et de sept années encore, il ignorait la grammaire, et depuis il est mort savant, il passa quatre fois onze années dans la vie du couvent, employant pieusement toutes ses journées. Quand Phébus a paru pour la neuvième fois sous la constellation de la Vierge, il est parti, terminant à la fois la journée et la semaine. Si quelqu'un s'informe de son nom, il s'appelait Herluin, et que Dieu lui accorde dans la compagnie des saints tout ce qui appartient à ceux-ci!»


Autre Epitaphe.


«Toi qui vois ce tombeau, connais par ses mérites celui qui y est enseveli. C'est être sur le chemin de la vertu que d'apprendre quel il fut lui-même. Jusqu'à ce qu'il fût parvenu à l'âge de quatre fois dix années, il dédaigna par amour du siècle les choses qui se rapportent à Dieu. Mais alors changeant de rôle, de chevalier du monde il se fit subitement chevalier du Christ, et de laïque moine. Là, selon l'usage des Pères, réunissant une société de frères, il les gouverna et les nourrit avec la sollicitude convenable. Tout autant d'édifices que tu en vois, il les fit construire à lui seul, bien moins par ses richesses que par les mérites de sa foi. Les lettres qu'il avait ignorées dans son enfance, il les apprit par la suite, tellement que le savant avait peine à l'égaler, lui qui avait été ignorant. La mort, dans ses rigueurs, l'a enlevé à nos larmes, le vingt-cinquième jour du sixième mois. C'est ainsi, ô père Herluin, que tu es monté en triomphe dans les demeures célestes, selon qu'il nous est permis de le croire, à raison de tes mérites.»

Ainsi donc le vénérable père Herluin mourut le 26 août, dans la quatre-vingt-quatrième année de son âge, et la quarante-quatrième année de sa profession de moine; et quelques jours après, Anselme, qui était alors prieur du même lieu, fut élu abbé en sa place. Combien celui-ci fut rempli de religion et de sagesse, c'est ce que reconnaîtra aisément quiconque lira le livre qui a été écrit sur sa vie. Cet homme respectable a composé lui-même plusieurs écrits dignes de vivre dans la mémoire des hommes, et dont voici la nomenclature.

Tandis qu'il était encore prieur dans le couvent du Bec, il composa trois traités, l'un sur la Vérité, le second sur le Libre Arbitre, le troisième sur la Chute du Diable, il en a écrit aussi un quatrième intitulé du Gmmmairien, dans lequel il répond au disciple qu'il représente discutant avec lui, et lui propose et résout ensuite beaucoup de questions de dialectique. Il a fait un cinquième livre, qu'il a appelé le Monologue. Dans celui-ci, en effet, il parle seul et avec lui- même, cherche et découvre par des raisonnemens entièrement neufs ce que c'est que le sentiment de la véritable foi en Dieu, et prouve et établit d'une manière invincible que ce sentiment est tel qu'il l'expose, et non autrement. Il a composé un sixième livre, qui, bien que petit, est très-grand par l'importance des sentences et des méditations infiniment ingénieuses qu'il contient; il l'appela Proslogion, car dans cet ouvrage c'est toujours à lui-même ou à Dieu qu'il s'adresse. Son septième livre contient des lettres écrites à diverses personnes, auxquelles il répond sur leurs affaires, ou mande les choses qui l'intéressaient personnellement. Il a composé un huitième écrit sur l'Incarnation du Verbe. Cet ouvrage, exécuté dans le style épistolaire, fut dédié et adressé à Urbain, souverain pontife de la sainte Eglise romaine. Son neuvième écrit est intitulé Cur Deus homo, pourquoi Dieu s'est-il fait homme? Le dixième traite de la Conception de la Vierge. Le onzième contient des discours adressés à divers saints, et beaucoup de gens appellent cet ouvrage les Méditations. Ceux qui le liront reconnaîtront sans peine à quel point la mansuétude des habitans des cieux avait pénétré dans le fond du cœur d'Anselme. Dans son douzième et dernier écrit, il a exposé comment procède le Saint-Esprit. Ce livre est une réfutation de la doctrine exposée par les Grecs dans le concile de Bari, lorsqu'ils écrivent que le Saint-Esprit procède du Fils. Ayant pris texte de là, Anselme composa son livre sur la demande d'Ildebert, évêque du Mans. Et puisque j'ai déjà donné ces détails au sujet de cet homme vénérable, il me paraît à propos d'ajouter quelques mots sur l'histoire de sa vie.

Anselme donc était né de nobles parens dans la ville d'Aost, située sur les confins de la Bourgogne et de l'Italie. Voyageant de lieux en lieux pour étudier les lettres, il arriva en Normandie et de là au monastère du Bec, où à cette époque le grand Lanfranc dont j'ai déjà parlé remplissait l'office de prieur. Ayant étudié auprès de celui-ci, et avec ses autres écoliers, tant les lettres divines que celles du siècle, d'après les exhortations et les conseils de Lanfranc, Anselme se fit moine au Bec, à l'âge de vingt-sept ans, et y vécut trois ans, enfermé dans le cloître et sans aucune distinction. Lorsque le susdit Lanfranc fut devenu archevêque de Cantorbéry, Anselme fut prieur du monastère du Bec durant quinze années. Il fut ensuite abbé de ce même couvent, pendant quinze ans, après la mort du vénérable Herluin, de pieuse mémoire, premier abbé de ce lieu. De là Anselme fut appelé à l'archevêché de Cantorbéry, après la mort du vénérable Lanfranc, et le gouverna durant seize années. Pendant la dix-septième année de ses fonctions d'archevêque, la quarante-neuvième de sa profession de moine, et la soixante-seizième de son âge, il sortit de ce monde, le 21 avril, quatre jours avant la cène du Seigneur, car cette même année le jour de Pâques fut le vingt-cinquième jour d'avril.

Après avoir anticipé sur le cours de mon récit pour rapporter ces détails au sujet du fondateur du monastère du Bec, le vénérable Herluin, dont le nom ne doit être prononcé qu'avec respect, et de son successeur Anselme, homme très-illustre pour toutes, les choses divines, je reprends maintenant l'histoire des faits et gestes des ducs de Normandie, interrompue par cette digression.

_________________
avatar
Stephandra
Dans l'autre monde
Dans l'autre monde

Féminin Nombre de messages : 16007
Localisation : A ses côtés
Date d'inscription : 13/04/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Livre 6- Histoire de Normandie par Guillaume de Jumiege

Message par Stephandra le Ven 08 Avr 2011, 20:27

CHAPITRE X.


De la flotte que le duc Robert se disposa à envoyer en Angleterre, au secours de ses cousins Edouard et Alfred, fils du roi Edelred.


Au temps où Edelred, roi des Anglais, comme nous l'avons déjà rapporté, fut chassé de son royaume par Suénon, roi des Danois, et se réfugia en Normandie, il avait deux fils, Edouard et Alfred, qu'il laissa peu de temps après, lorsqu'il retourna dans sa patrie, pour être élevés auprès de Richard, leur oncle. Ces jeunes gens, ainsi résidant à la cour des ducs de Normandie, furent traités avec grand honneur par le duc, qui, s'étant attaché à eux par les liens de l'affection, les adopta comme des frères. Prenant donc compassion de leur long exil, le duc Robert envoya des députés au roi Canut, lui mandant qu'après s'être si long-temps rassasié de leur exil, il eût enfin quelques égards pour eux et leur rendît, pour l'amour de lui et quoiqu'il fût bien tard, ce qui leur appartenait. Mais le roi ne voulut point accéder à ces sages remontrances, et renvoya les députés sans aucune bonne réponse. Alors le duc, animé d'une très-violente fureur, convoqua les grands de son duché, et donna ordre de construire en toute hâte un grand nombre de vaisseaux. Puis ayant rassemblé sa flotte de tous les points de la Normandie maritime, et l'ayant bien équipée en peu de temps, et avec beaucoup de soin, en ancres, en armes et en hommes vaillans, il ordonna qu'elle prît station à Fécamp, sur le rivage de la mer. De là il donna le signal du départ, et fit déployer les voiles au vent; mais la flotte fut jetée par une forte tempête vers l'île que l'on appelle Jersey, et ceux qui faisaient partie de l'expédition ne parvinrent à toucher terre qu'à travers les plus grands dangers. Je pense que cet événement arriva par la volonté de Dieu, pour l'amour du roi Edouard, que le Seigneur se disposait à faire régner par la suite, sans effusion de sang. Ils furent retenus dans cette île pendant long-temps; et le vent contraire continuant toujours à souffler, le duc en était au désespoir et en éprouvait une douleur inconcevable. Enfin, voyant qu'il n'y avait pour lui aucun moyen de franchir la mer, il fît retourner les proues de ses navires, et traversant l'espace qui le séparait du continent, il débarqua bientôt après au mont Saint-Michel.



CHAPITRE XI.


Comment le duc envoya une partie de sa flotte pour dévaster la Bretagne, et comment la paix fut rétablie ensuite entre lui et Alain, comte de Bretagne.


OR le duc Robert confia alors une partie de sa flotte à Rabell, très-vaillant chevalier, et l'envoya dévaster la Bretagne par la flamme et le pillage. Lui-même rassemblant une armée de chevaliers se disposa à attaquer ce pays d'un autre côté. Mais Alain se voyant ainsi sérieusement menacé par terre et par mer, envoya une députation à Robert, archevêque de Normandie, son oncle et oncle du duc, lui mandant de venir le trouver en toute hâte. Après qu'Alain lui eut raconté les dévastations et la ruine de la Bretagne, et la terrible expédition que le duc préparait contre lui dans sa colère, l'archevêque se présentant pour médiateur prit Alain avec lui, le conduisit au mont Saint-Michel, et implora la clémence du duc qui se disposait à envahir la Bretagne. Bientôt, par la protection du Christ, l'archevêque parvint à adoucir les cœurs endurcis, à les ramener à des sentimens de paix; et ayant écarté tout nouveau sujet de querelle, il rétablit entre eux la bonne intelligence, et obtint, pour Alain suppliant, qu'il rentrerait complétement au service du duc, en lui engageant sa foi. Après cela le duc envoya des députés pour ordonner aux hommes de sa flotte de suspendre leurs ravages, et de se retirer de la Bretagne.



CHAPITRE XII.


Comment Canut, roi des Anglais, offrit par des députés, à Edouard et à Alfred, la moitié du royaume d'Angleterre,par suite de la crainte que lui inspirait Robert, duc de Normandie. — Et comment le duc, partant ensuite pour Jérusalem, mit à là tête du duché de Normandie son fils Guillaume, âgé de cinq ans.


CES dissensions étant ainsi entièrement apaisées, voici, on vit arriver vers le duc Robert des députés envoyés par le roi Canut, lui annonçant que ce roi voulait rendre aux fils du roi Edelred la moitié du royaume d'Angleterre, et faire la paix avec eux durant sa vie, attendu qu'il était accablé d'une très-grave maladie de corps. C'est pourquoi le duc, suspendant son expédition navale, différa l'exécution de son entreprise, voulant d'abord terminer cette affaire avant de partir pour Jérusalem, ce qu'il desirait depuis long-temps avec une grande dévotion de cœur: car, considérant que cette vie est courte et fragile, et méditant en son cœur pieux et bienheureux ces paroles adressées aux riches par le Seigneur: «Malheur à vous qui avez eu en ce monde votre récompense,» il aimait mieux être le pauvre du Christ, que d'être consumé par les flammes de la géhenne. Il appela donc auprès de lui Robert l'archevêque et les grands de son duché, et leur déclara son intention d'entreprendre le pélerinage de Jérusalem. A ces paroles tous furent extrêmement étonnés, redoutant que son absence n'excitât toutes sortes de troubles dans leur patrie. Alors leur présentant son fils Guillaume, le seul qu'il eût eu, et qui lui était né à Falaise, il leur demanda avec de vives instances de l'élire en sa place pour leur seigneur, et de le mettre à la tête de leur chevalerie; et quoique Guillaume fût encore dans l'âge le plus tendre, tous se réjouirent infiniment de trouver cette ressource, et, conformément aux intentions du duc, ils le reconnurent aussitôt et avec zèle pour leur prince et seigneur, et lui engagèrent leur foi par des sermens inviolables. Le duc Robert, après avoir arrangé ces choses selon ses vœux, confia son fils aux soins de tuteurs et de directeurs sages et fidèles jusqu'à l'âge de raison, et ayant fait toutes les dispositions convenables pour le gouvernement de sa patrie, et prenant tendrement congé de tous, il partit pour ce très-saint pélerinage avec une honorable escorte. Or, quelle langue, quelles paroles pourraient dire les abondantes aumônes que tous les jours il distribuait aux indigens? Quelle veuve, quel orphelin, quel pauvre se présentait qui ne fût soulagé à ses dépens? Enfin, ayant terminé son voyage, il arriva à ce vénérable sépulcre dans lequel reposa le corps très-saint du roi des cieux. Et maintenant quel homme racontera de combien de torrens de larmes il arrosa ce sépulcre durant huit jours, ou combien de présens en or il entassa sur cette tombe?



CHAPITRE XIII.


Comment le même duc, revenant de Jérusalem, mourut dans la ville de Nicée, dans le sein du Christ.


DONC ce duc invincible, saint et agréable à Dieu, ayant adoré le Christ au milieu des soupirs et des sanglots sortis du fond de son cœur, et ayant visité les saints lieux, s'en revint de cette bienheureuse expédition, et entra dans la ville de Nicée. Là, saisi d'une maladie de corps, l'an 1035 de l'Incarnation du Seigneur, il entra dans la voie de tout le genre humain, aux acclamations des anges, et succombant enfin, obéit à l'appel de la voix divine, le deuxième jour du mois de juillet. J'estime qu'il n'est point inconvenant de croire et d'écrire avec cette plume que le roi éternel de la Jérusalem céleste, dont le duc était allé adorer le sépulcre sur la terre, se complut à l'associer à sa gloire immortelle, au milieu de sa sainte entreprise mortelle, de peur que son ame bienheureuse, déjà brillante de splendeur et épurée par un grand nombre de bonnes œuvres, engagée de nouveau dans les affaires du monde n'y contractât quelque souillure. Le duc fut enseveli par les siens dans la basilique de Sainte-Marie, dans les murs de la ville de Nicée, régnant notre Seigneur Jésus-Christ, dans la divinité de la majesté du Père, et dans la co-égalité du Saint-Esprit, aux siècles des siècles. Amen!


_________________
avatar
Stephandra
Dans l'autre monde
Dans l'autre monde

Féminin Nombre de messages : 16007
Localisation : A ses côtés
Date d'inscription : 13/04/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Livre 6- Histoire de Normandie par Guillaume de Jumiege

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum