Livre 5- Histoire de Normandie par Guillaume de Jumiege

Aller en bas

Livre 5- Histoire de Normandie par Guillaume de Jumiege

Message par Stephandra le Ven 08 Avr 2011, 20:29

LIVRE CINQUIÈME.


DU DUC RICHARD II, FILS DE RICHARD Ier.



CHAPITRE PREMIER.


De l'honorable conduite de Richard II, tant pour les affaires du siècle que pour les affaires divines.


PUISQUE dans les pages précédentes nous avons exalté par de dignes éloges cette très-précieuse perle du Christ, savoir Richard, duc des Normands, l'ayant honorablement marqué du sceau du roi éternel, il paraît bien convenable que l'escarboucle sortie de cette perle occupe la seconde place dans l'éloge de ces très brillantes vertus, comme elle la possède par le nom; nous voulons parler de Richard, fils du premier Richard, illustré par ses triomphes de chevalier, et qui ne fut pas moins digne d'être célébré et comblé de louanges. Répandant dans les diverses parties du monde les rayons étincelans de son nom glorieux, il illustra aussi, dans les limites de son duché, l'Eglise de Normandie par toutes sortes de bonnes œuvres, et en fit presque l'unique patrie du Christ. Infiniment vaillant dans les armes, il conduisit en tous lieux, avec une grande distinction, les légions armées de ses chevaliers; et eut l'habitude de remporter toujours la victoire sur ses ennemis. Et quoiqu'il fût ainsi adonné aux œuvres du siècle, il persista cependant tout entier dans la foi catholique, et fut rempli de bienveillance et de dévouement pour les serviteurs de Dieu. Sous son gouvernement, s'élevèrent de nombreuses bergeries de moines, qui, tels que des abeilles s'élançant du sein des ruches, remplis de bonnes œuvres, transportèrent dans les trésors célestes un miel éclatant de beauté.



CHAPITRE II.


Avec quelle sagesse il réprima la conspiration générale tramée par les paysans contre la paix de la patrie.


TANDIS qu'il était ainsi infiniment riche de tant de bonnes qualités, au commencement de son jeune âge, il s'éleva dans l'intérieur du duché de Normandie un certain germe empoisonné de troubles civils. Dans les divers comtés du pays de Normandie, les paysans formèrent d'un commun accord un grand nombre de conventicules, dans lesquels ils résolurent de vivre selon leur fantaisie, et de se gouverner d'après leurs propres lois, tant dans les profondeurs des forêts que dans le voisinage des eaux, sans se laisser arrêter par aucun droit antérieurement établi. Et afin que ces conventions fussent mieux ratifiées, chacune des assemblées de ce peuple en fureur élut deux députés, qui durent porter ses résolutions pour les faire confirmer dans une assemblée tenue au milieu des terres. Dès que le duc en fut informé, il envoya sur-le-champ le comte Raoul avec un grand nombre de chevaliers, afin de réprimer la férocité des campagnes, et de dissoudre cette assemblée de paysans. Raoul exécutant ses ordres sans retard, se saisit aussitôt de tous les députés et de quelques autres hommes, et leur faisant couper les pieds et les mains, il les renvoya aux leurs, ainsi mis hors de service, afin que la vue de ce qui était arrivé aux uns détournât les autres de pareilles entreprises, et rendant ceux-ci plus prudens les garantît de plus grands maux. Ayant vu ces choses, les paysans abandonnèrent leurs assemblées, et retournèrent à leurs charrues.



CHAPITRE III.


De la rébellion de Guillaume, frère naturel du duc, à qui celui-ci avait donné le comté d'Hiesme.— Comment ce même Guillaume fut pris, se réconcilia ensuite avec son frère, reçut du duc le don du comté d'Eu et une femme nommée Lezscenina, et en eut trois fils.


EN ce même temps, l'insolence de quelques médians remplit d'orgueil et poussa à la rébellion un certain frère du duc, né du même père, et nommé Guillaume. Cet homme, ami de son frère, ayant reçu de lui en présent le comté d'Hiesme, afin qu'il s'acquittât envers lui des devoirs de chevalier, fut séduit par les artifices des méchans, dédaigna son seigneur suzerain, et renonça à son service de fidélité. Après que le duc lui en eut fait plusieurs fois des reproches par ses messagers, comme il ne voulait pas de désister de son audacieuse rébellion, il fut fait prisonnier, de l'avis et par l'aide du comte Raoul, enfermé à Rouen dans la tour de la ville, et expia sa témérité par une détention de cinq années. Quelques-uns de ses compagnons, qui persistèrent dans ses projets séditieux, furent vaincus par le duc dans de fréquens combats; les uns perdirent la vie, les autres furent exilés de leur pays. Enfin, au bout de cinq ans, Guillaume prit la fuite, s'étant échappé de sa tour par le fait d'un de ses chevaliers, et à l'aide d'une très-longue corde attachée à une fenêtre fort élevée; se cachant le jour pour n'être pas découvert par ceux qui le cherchaient, et marchant seulement la nuit, il finit par penser en lui-même qu'il vaudrait mieux, pour lui, tenter, au péril de sa vie, de solliciter la clémence de son frère, qu'aller chercher, sans l'espoir de rien obtenir, les secours de quelque roi ou de quelque comte. Tandis que, dans une telle disposition d'esprit, il suivait un certain jour son chemin, il rencontra le duc, qui prenait le divertissement de la chasse dans la forêt de Vernon. Aussitôt, se roulant par terre à ses pieds, il lui demanda avec douleur le pardon de ses fautes. Le duc, touché de compassion, et de l'avis du comte Raoul, le releva de terre, et lorsqu'il eut appris par son récit les détails de son évasion, non seulement il lui remit ses fautes, mais en outre, et dès ce moment, il l'aima avec beaucoup de bienveillance, et comme un frère très-chéri. Peu de temps après, il lui donna le comté d'Eu, et une très-belle jeune fille, nommée Lescelina, fille d'un certain homme très-noble, nommé Turquetil. Guillaume eut d'elle trois fils, savoir Robert, qui fut, après sa mort, héritier de son comté, Guillaume, comte de Soissons, et Hugues, évêque de Lisieux. Ces querelles ainsi terminées, la terre de Normandie demeura en repos sous la main du duc.



CHAPITRE IV.


Comment Edelred, roi d'Angleterre, qui avait épousé Emma, sœur du duc, envoya une armée pour conquérir la Normandie; et comment Nigel de Coutances vainquit et détruisit entièrement cette armée.


VERS ce même temps, quelques motifs de discussion s'étant élevés, Edelred, roi des Anglais, qui était uni en mariage à Emma, sœur du duc, brûlant du desir de nuire à celui-ci et de lui faire insulte, donna ordre de mettre en mer une grande quantité de vaisseaux, et manda aux chevaliers de tout son royaume qu'ils eussent à se rendre vers la flotte au jour qu'il leur indiqua, convenablement armés de leurs cuirasses et de leurs casques. Empressés d'obéir à ses commandemens, les Anglais accoururent tous à la fois vers les navires. Le roi voyant cette armée nombreuse et très-bien équipée, appelant auprès de lui les chefs, et leur exposant les projets de son esprit, leur prescrivit, avec une grande sévérité, selon sa manière royale, d'aller en Normandie, et de dévaster tout ce pays par le fer et le feu, épargnant seulement le mont de l'archange Michel, et se gardant de livrer aux flammes un lieu de tant de sainteté et de religion. Il leur commanda en outre de prendre le duc Richard, de lui lier les mains derrière le dos, et de le conduire vivant en sa présence, après avoir conquis sa patrie. Après leur avoir donné ces instructions, il leur commanda de partir en toute hâte. Lançant alors leurs vaisseaux en pleine mer, et sillonnant les flots à l'aide d'un vent favorable, ils allèrent débarquer sur les bords de la Sare. S'élançant aussitôt hors de leurs navires, ils livrèrent aux flammes dévorantes tout le territoire maritime des environs. Mais Nigel, ayant appris leur débarquement de ceux qui étaient placés en sentinelle, rassembla les chevaliers de Coutances, avec une grande foule de gens du peuple, s'élança sur les Anglais avec impétuosité, et en fil un si grand carnage qu'il ne demeura pas un seul d'entre eux pour raconter cet événement à la postérité. L'un d'eux, en effet, fatigué d'une trop longue marche, s'était assis loin de ses compagnons; mais lorsqu'il vit leur désastre, frappé de terreur et oubliant la faiblesse de son corps, il courut en toute hâte vers les navires, et raconta à ceux qui les gardaient la ruine de l'expédition. Ceux qui étaient restés, cherchant d'un commun accord à se mettre en sûreté et craignant pour leur vie, se retirèrent à force de rames dans un golfe de la mer. Puis élevant leurs voiles dans les airs, et partant d'une marche rapide, ils retournèrent auprès de leur roi, poussés par un vent propice à leurs vœux. Le roi, aussitôt qu'il les vit, se mit à leur demander la personne du duc; mais ils lui répondirent: «Roi sérénissime, nous n'avons point vu le duc; mais nous avons combattu pour notre ruine avec la terrible population d'un comté. Là se trouvent non seulement des hommes très-forts et très belliqueux, mais aussi des femmes qui combattent, et qui, avec leurs cruches, cassent la tête aux plus vigoureux de leurs ennemis: sache donc que tes chevaliers ont tous été tués par ces gens.» A ce récit, le roi, reconnaissant sa folie, fut couvert de rougeur et pénétré de tristesse.



CHAPITRE V.


Comment Geoffroi, comte des Bretons, demanda et obtint pour femme la sœur du duc Richard, nommée Madvise, dont il eut deux fils, Alain et Eudes.


OR Geoffroi, comte des Bretons, voyant que le duc Richard réussissait en toutes choses, et que ses forces et ses richesses allaient croissant de jour en jour, pensa qu'il pourrait conserver plus sûrement ses domaines, et se renforcer de plus en plus, s'il jouissait de l'amitié et de l'appui du duc. C'est pourquoi, ayant pris l'avis des siens, et franchissant les frontières de la Bretagne, il se rendit à la cour de Richard avec une nombreuse escorte de chevaliers. Le duc l'accueillit honorablement, ainsi qu'il était convenable à l'égard d'un tel homme, le retint quelque temps auprès de lui, au milieu d'un grand développement de ses richesses, et lui montra autant qu'il lui plut la grandeur de sa puissance. Or Geoffroi se voyant aussi bien traité par le duc, commença à penser en lui-même que s'il s'unissait en mariage avec sa sœur, nommée Hadvise, il se formerait entre eux un lien d'amitié bien plus fort. Cette jeune fille était très-belle de corps, et très recommandable par l'honnêteté de sa conduite. Ainsi donc, après tant de témoignages d'amitié, Geoffroi fit tous ses efforts pour obtenir qu'elle lui fût donnée. Le duc accueillant ses demandes d'un cœur reconnaissant, et ayant pris le consentement des grands de Normandie, accorda à Geoffroi celle qu'il desirait, et la lui donna selon le rit chrétien. Les noces furent célébrées avec un éclat incomparable, et peu de temps après le duc permit aux nouveaux époux de repartir en triomphe, et les renvoya comblés de magnifiques présens. Dans la suite, Geoffroi eut de sa femme deux fils, savoir Alain et Eudes, qui, après la mort de leur père, gouvernèrent très-long-temps le pays de Bretagne avec la plus grande vigueur.

_________________
avatar
Stephandra
Dans l'autre monde
Dans l'autre monde

Féminin Nombre de messages : 16007
Localisation : A ses côtés
Date d'inscription : 13/04/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Livre 5- Histoire de Normandie par Guillaume de Jumiege

Message par Stephandra le Ven 08 Avr 2011, 20:30

CHAPITRE VI.


De la cruauté d'Edelred, roi des Anglais, envers les Danois qui demeuraient paisiblement chez lui, en Angleterre; et de la fuite de quelques jeunes gens de la même nation qui s'échappèrent pour aller annoncer à Suénon, roi de Danemarck, la mort de ses proches.


TANDIS que la Normandie prospérait dans l'état de félicité ci-dessus rapporté, sous le gouvernement de son illustre chef, Edelred, roi des Anglais, souilla le royaume qui avait long-temps fleuri sous la puissance de rois très-glorieux, et commit une trahison si épouvantable, que les Païens jugèrent horrible ce crime exécrable. Transporté d'une fureur soudaine, le roi, sans les accuser d'aucun grief, ordonna de massacrer les Danois qui habitaient en paix dans toute l'étendue de son royaume, ne se croyant nullement en danger de mort; il fit enfouir les femmes en terre jusqu'au milieu du corps, et commanda de lâcher contre elles des chiens féroces qui leur déchirassent la poitrine et le sein; et les enfans encore à la mamelle, il donna ordre de les jeter devant les portes des maisons, et de leur casser la tête. Tandis qu'au jour fixé pour ce massacre les cadavres des morts s'accumulaient ainsi dans la ville de Londres par la cruauté des licteurs sanguinaires, quelques jeunes gens, s'échappant avec agilité, se jetèrent dans un navire, et faisant force de rames sur le fleuve de la Tamise, s'enfuirent rapidement, et gagnèrent enfin la mer. Traversant alors l'immense étendue de l'Océan, ils arrivèrent enfin au but de leurs desirs, et, débarquant dans un port du Danemarck, allèrent annoncer au roi Suénon la sanglante catastrophe des hommes de sa race. Alors ce roi pénétré dans le fond de son ame d'une vive douleur, appelant auprès de lui tous les grands de son royaume, leur exposa en détail ce qui venait de lui être rapporté, et leur demanda avec empressement ce qu'ils pensaient qu'il fallût faire. Ceux-ci, touchés du chagrin et des regrets de leurs parens et de leurs amis, résolurent d'une commune voix de déployer leurs forces pour venger le sang de leurs compatriotes.



CHAPITRE VII.


Comment le roi Suénon, ayant rassemblé une grande armée, débarqua dans le comté d'Yorck, et laissant là son armée, partit pour aller demander la paix à Richard, duc de Normandie, et arriva à Rouen avec quelques vaisseaux. — Du traité conclu entre les Normands et les Danois. — Comment les habitans d'Yorck, de Cantorbéry et de Londres se rendirent au roi Suénon; et comment le roi Edelred s'enfuit avec sa femme et ses enfans auprès de Richard, duc de Normandie.


OR, ayant entendu cette réponse, le roi ordonna à tous ceux qui vivaient sous son autorité de faire leurs préparatifs en toute hâte. Il envoya de tous côtés des exprès, et désigna le jour où les chevaliers avides de butin pourraient venir des royaumes étrangers se réunir à cette expédition. A l'approche du terme fixé, une armée immense se rassembla en hâte auprès des navires. Alors les bannières royales furent élevées dans les airs, et, les vents ayant enflé les voiles, l'expédition traversa les vastes espaces de la mer, et vint s'arrêter sur le territoire de la ville d'Yorck. Là le roi ayant quitté l'armée, partit avec quelques vaisseaux, et se rendit à Rouen pour aller demander la paix au duc Richard. Le duc l'accueillit royalement, le retint quelque peu auprès de lui, et tandis que le roi et ses chevaliers se reposaient des fatigues d'une telle navigation, les deux princes conclurent entre eux un traité de paix, sous la condition que, dans la suite des temps, entre les rois danois et les ducs normands et leurs héritiers, cette paix demeurerait ferme et perpétuelle, et que ce que les Danois enlèveraient aux ennemis, ils le porteraient aux Normands pour être acheté par eux; qu'en outre si quelque Danois, malade ou blessé, avait besoin d'un secours d'ami, il serait soigné et guéri chez les Normands comme dans sa propre maison, et en toute sécurité; et afin que cette convention fût bien ratifiée, des deux côtés les princes la sanctionnèrent par leurs sermens. Ayant ainsi obtenu l'accomplissement de ses vœux, et reçu du duc des présens dignes de lui, le roi, rempli de joie, retourna promptement auprès des siens. Aussitôt qu'il eut rejoint son armée, il commença à livrer aux flammes vengeresses le royaume d'Angleterre. Les gens d'Yorck, voyant que nul ne venait à leur secours, donnèrent des otages au roi et se soumirent à sa domination. Etant parti de là, le roi se dirigea vers les rives de la Tamise. Il arriva devant Cantorbéry, et les habitans de cette ville se soumirent de la même manière à son pouvoir; ensuite le roi ayant fait lever les ancres, et suivant avec ses vaisseaux le cours du fleuve, alla mettre le siége devant Londres. Les habitans de cette ville, ne pouvant résister à la vivacité de son attaque, courbèrent à regret leurs têtes sous le joug de la servitude. Alors le roi Edelred, qui vivait à Winchester, se voyant entièrement abandonné par les Anglais, enleva ses trésors enfouis en terre, et se rendit en Normandie auprès du duc Richard, avec sa femme et ses fils Edouard et Alfred. Le duc le recut convenablement, déployant sous ses yeux de grandes richesses, et passa à Rouen avec le roi tout le temps que celui-ci y demeura.



CHAPITRE VIII.


De la mort du roi Suénon à Londres; et comment Canut son fils, lui ayant succédé, conduisit une nouvelle armée contre les Anglais. — Du retour d'Edelred en Angleterre, et de la victoire des Danois à Sandwich.


TANDIS que Suénon était à Londres, s'occupant du gouvernement du royaume, il y fut frappé de maladie et mourut. Les Danois embaumèrent son corps avec des aromates, le déposèrent dans un navire et le transportèrent aussitôt en Danemarck pour y être enseveli. Après cette cérémonie, son fils nommé Canut, prenant les armes de son père, renforça vigoureusement son armée, et fit les plus grands efforts pour que les Danois n'eussent pas à se repentir de leur nouvelle expédition. En outre, ayant envoyé des députés, il appela auprès de lui comme auxiliaires deux rois, savoir, Lacman roi des Suédois, et Olaüs, roi des Norvégiens. Ceux-ci venant donc à son secours avec leurs corps de chevaliers, ajoutèrent leurs forces à toutes les forces du roi des Danois.

Tandis que ces choses se passaient, le roi Edelred ayant appris la mort de Suénon, et fait toutes ses dispositions pour s'embarquer, retourna joyeusement dans son royaume avec sa femme, laissant ses deux fils Edouard et Alfred auprès de leur oncle. Or le roi Canut, ayant rassemblé de tous côtés des légions de chevaliers, partit de son royaume comme un violent ouragan, et se lança avec intrépidité sur la mer orageuse. Ayant conduit ses vaisseaux dans la haute mer, il la franchit d'une course rapide, et se dirigea vers le pays des Anglais. De là gagnant le fleuve de la Tamise, il débarqua bientôt après dans le comté de Londres. Comme il sortait de ses navires avec tous les siens, les Anglais accourant de toutes les parties du royaume se portèrent à sa rencontre, et l'ayant rejoint à Sandwich, ils lui livrèrent à leur grand détriment une bataille très-sanglante. Le roi combattit contre eux avec ses légions, animées de la plus grande ardeur; il leur fit un mal horrible; et le massacre fut si grand, que nul ne put compter combien de milliers d'hommes de race anglaise avaient péri en cette journée.



CHAPITRE IX.


Comment Edelred, roi des Anglais, étant mort, Canut, roi des Danois, épousa sa veuve Emma, et en eut un fils, Hardi-Canut, qui dans la suite lui succéda.


OR le roi étant demeuré vainqueur remonta avec les siens sur ses vaisseaux, et s'avançant ensuite avec confiance et en toute hâte, il alla investir et assiéger la ville de Londres. Enfermé dans cette ville, le roi Edelred tomba dangereusement malade, et le mal s'appesantissant sur lui, il quitta son enveloppe mortelle. Le roi Canut ayant appris la mort du roi, tint conseil avec ses fidèles, et prenant ses précautions pour l'avenir, fit sortir de la ville la reine Emma, et peu de jours après il s'unit avec elle selon le rit chrétien, donnant à cette occasion à toute son armée le poids de son corps en or et en argent. Dans la suite du temps, il eut de cette femme un fils nommé Hardi-Canut, qui fut après lui roi des Danois, et une fille nommée Gunnilde, qui se maria avec Henri, empereur des Romains. Les habitans de Londres, désespérant de leur salut, après avoir souffert d'une longue famine, ouvrirent leurs portes, et se livrèrent volontairement au roi, eux et tous leurs biens. Ces choses ainsi terminées, toute la domination du royaume d'Angleterre passa au roi Canut. Nous avons inséré tous ces détails dans notre récit, afin de faire connaître l'origine du roi Edouard à ceux qui l'ignorent. Et maintenant, après cette courte digression, nous allons rentrer dans notre sujet.



CHAPITRE X.


Des dissensions qui s'élevèrent entre le duc Richard et Eudes, comte de Chartres, au sujet du château de Dreux. — Comment le duc construisit le château de Tilliers sur la rivière d'Avre; et comment les Normands vainquirent Eudes, et deux comtes qui s'étaient joints à lui.


DANS le même temps, Eudes, comte de Chartres, emmenant de la maison paternelle une certaine sœur du duc nommée Mathilde, et partant comblé de présens, s'unit avec elle en mariage légitime. Le duc lui donna à titre de dot la moitié du château de Dreux, et le territoire adjacent, sur les bords de la rivière d'Avre. Quelques années après, cette même Mathilde mourut, par la volonté de Dieu, sans laisser d'enfans. Après sa mort le duc redemanda le territoire ci-dessus désigné; mais le comte Eudes employa toutes sortes de subterfuges pour s'y refuser, ne voulant pas remettre au duc le château de Dreux. C'est pourquoi, appelant auprès de lui les légions des Bretons et des Normands, le duc se porta en ennemi sur la rivière d'Avre, et y bâtit un château, qu'il appela Tilliers. En outre ayant pris des vivres dans le comté d'Eudes, il les transporta en grande abondance dans cette forteresse, et y laissa pour la garder Nigel de Coutances, Raoul de Ternois, et Roger, fils de celui-ci, avec leurs chevaliers. Ayant heureusement terminé cette entreprise, le duc se retira, et ordonna à chacun de rentrer chez soi; mais le comte Eudes, ayant secrètement appelé à son secours deux comtes, savoir Hugues du Mans et Galeran de Meulan, avec leurs corps de chevaliers, chevaucha toute la nuit, et arriva au point du jour auprès du château de Tilliers, précédé de ses porte-bannières. Les grands ci-dessus nommés les ayant vus arriver, et laissant aussitôt dans le château quelques gardiens, s'élancèrent impétueusement hors de son enceinte avec leurs chevaliers, et leur livrèrent bataille. Aussitôt, et par l'aide de Dieu, le parti du duc remporta la victoire; tellement que les autres ayant eu un grand nombre d'hommes tués et beaucoup de blessés, ceux qui survécurent prirent la fuite à travers champs, et allèrent chercher des refuges dans les profondeurs des forêts. Eudes et Galeran, s'efforçant de sauver leur vie, se cachèrent derrière les fortifications du château. Quant à Hugues, le cheval qu'il montait ayant été tué, il se réfugia dans une étable de moutons, et enfouit aussitôt dans la terre la cuirasse dont il était revêtu; ensuite se couvrant de la casaque d'un berger, il allait infatigable, portant de lieu en lieu sur ses épaules les claies de la bergerie, et excitant les Normands à poursuivre sans relâche les ennemis qui naguère avaient fui honteusement devant eux. Ceux-là donc s'étant éloignés, le berger se porta en avant, et s'enfonçant dans les profondeurs des bois, après trois jours de marche, il arriva enfin au Mans, les pieds et les jambes misérablement ensanglantés par les buissons et les ronces.



CHAPITRE XI.


Comment deux rois païens vinrent d'au delà des mers pour secourir le duc Richard contre les Francs.


LE duc, voyant le comte Eudes parvenu à un tel degré de démence, expédia des députés au delà des mers, et appela à son secours deux rois avec une armée de Païens, savoir, Olaüs roi des Norwégiens, et Lacman roi des Suédois. Ces rois accueillirent les députés convenablement, les renvoyèrent chargés de présens, et promirent de marcher bientôt sur leurs traces. S'étant ensuite réunis avec leurs armées, et sillonnant les flots de la mer écumante avec un petit nombre de navires, ils vinrent d'une course rapide débarquer sur les rivages de la Bretagne. Les Bretons, instruits de leur arrivée inattendue, se réunirent de toutes les parties du royaume, et crurent pouvoir surprendre aisément des étrangers qui n'aspiraient qu'à enlever du butin. Mais les Païens ayant aussitôt reconnu leurs projets artificieux, usèrent aussi de stratagème et creusèrent des galeries très-profondes et étroites à la surface du sol, au milieu d'une certaine plaine, où ils savaient que les Bretons devaient venir, afin que, lorsque les cavaliers arriveraient, leurs chevaux eussent les jambes cassées, que les hommes fussent jetés par terre, à l'improviste, et qu'il devînt ainsi plus facile de les faire périr par le glaive. Les Bretons arrivèrent en effet, et tout aussitôt s'élancèrent vigoureusement sur leurs ennemis; mais tombant bientôt dans les piéges des Païens, ils éprouvèrent leur fureur, de telle sorte que bien peu d'entre eux échappèrent à la mort. De là les Barbares se portant en avant, allèrent assiéger le château de Dol, et s'en étant emparés, ils le livrèrent aux flammes et mirent à mort ses habitans ainsi que Salomon, gouverneur de ce lieu. Ensuite ayant levé leurs ancres, les Païens regagnèrent la mer, et, faisant force de voile, vinrent aborder sur les rives de la Seine. Suivant alors le cours du fleuve, et le remontant rapidement, ils arrivèrent à Rouen, où le duc Richard, rempli de joie, les accueillit royalement, et leur rendit les honneurs convenables.



CHAPITRE XII.


Comment Robert, roi des Francs, redoutant les rois susdits, rétablit la paix entre le duc Richard et Eudes.


OR Robert, roi des Francs, apprenant que les Païens avaient fait tant de maux et d'insultes aux Bretons, et que le duc Richard les avait appelés pour repousser les attaques du comte Eudes, craignit que ces Païens ne détruisissent la France, convoqua les seigneurs de son royaume, et manda aux deux ennemis qu'ils eussent à se rendre auprès de lui à Coudres. Là, ayant entendu de chacune des deux parties le sujet de leurs querelles, il calma leur animosité, et les réconcilia aussitôt sous la condition que Eudes garderait le château de Dreux, que le duc recouvrerait le territoire qui lui avait été enlevé, et que le château de Tilliers demeurerait à jamais, comme il était alors, la propriété du duc et de ses héritiers. Le duc, satisfait de ces arrangemens, retourna joyeusement auprès de ses deux rois. Les ayant comblés royalement de présens dignes d'eux, il les engagea à retourner en triomphe dans leur pays, les laissant disposés à revenir à son secours en toute occasion. Or le roi Olaüs, ayant pris plaisir à la religion chrétienne, abandonna le culte des idoles, ainsi que quelques-uns des siens, sur les exhortations de Robert, archevêque, se convertit à la foi du Christ, fut lavé du baptême, et oint du Saint-Chrême par l'archevêque; et tout joyeux de la grâce qu'il avait reçue, il retourna ensuite dans son royaume. Mais dans la suite, trahi par les siens et injustement frappé de mort par des perfides, il entra dans la cour du Ciel, roi et glorieux martyr; et maintenant il brille d'un grand éclat au milieu de sa nation par ses prodiges et ses miracles.


_________________
avatar
Stephandra
Dans l'autre monde
Dans l'autre monde

Féminin Nombre de messages : 16007
Localisation : A ses côtés
Date d'inscription : 13/04/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Livre 5- Histoire de Normandie par Guillaume de Jumiege

Message par Stephandra le Ven 08 Avr 2011, 20:31

CHAPITRE XIII.


Comment le duc Richard prit pour femme Judith, sœur de Geoffroi, comte des Bretons, et des enfans qu'il en eut.


CEPENDANT le duc Richard, vivement desireux d'avoir des successeurs, ayant appris que le comte des Bretons, Geoffroi, avait une sœur nommée Judith, parfaitement belle de corps, et recommandable par toutes sortes de bonnes qualités, la fit demander en mariage par ses députés. Or Geoffroi, fort empressé de hâter l'accomplissement de ce projet, fit préparer toutes les choses nécessaires pour un si grand événement, et accompagna sa sœur jusqu'aux environs du mont Saint-Michel. Là le duc la reçut avec tous les honneurs convenables, et s'unit à elle d'un légitime nœud. Dans la suite des temps il en eut trois fils, savoir, Richard, Robert et Guillaume, qui dans son adolescence prit l'habit de moine à Fécamp, et autant de filles, dont l'une, nommée Adelise, fut mariée à Renaud, comte de Bourgogne, et lui donna deux fils, Guillaume et Gui. Une autre fille de Richard épousa Baudouin de Flandre, et la troisième mourut vierge, étant déjà grande. Long-temps après le comte Geoffroi s'étant rendu à Rome pour y faire ses prières, laissa toute la Bretagne et ses deux fils, savoir, Alain et Eudes, sous la protection du duc Richard. Après avoir visité la demeure des saints, il se remit en route pour rentrer dans sa patrie; mais la mort l'empêcha d'y arriver.



CHAPITRE XIV.


Comment Robert, roi des Francs, aidé du duc Richard, rendit à Bouchard le château de Melun1.


EN ce temps, tandis que Bouchard, comte du château de Melun, résidait à la cour du roi des Francs, un certain sien chevalier, nommé Gautier, aveuglé par des présens, lui ravit en fraude son château, et le livra par une trahison secrète au comte Eudes. Or le roi, lorsqu'il apprit cette nouvelle, manda en toute hâte au comte Eudes qu'il eût à se dessaisir de plein gré du château dont il s'emparait injustement. Mais lui, se fiant en la forte position de ce lieu, que la Seine entourait de ses eaux, répondit aux députés du roi que tant qu'il serait vivant il ne le rendrait à personne. Le roi, extrêmement irrité de ces paroles, appela à une conférence Richard duc de Normandie, lui raconta ce qui le faisait rougir de honte, le suppliant par sa très-gracieuse fidélité de venir à son secours, afin qu'il ne fût pas ainsi livré en proie aux insolences des siens. Or le duc, ne pouvant souffrir le déshonneur de ce bon roi, rassembla une armée merveilleusement grande, se rendit aussitôt devant Melun, et l'assiégea de l'un des côtés du fleuve, tandis que le roi prenait position sur l'autre rive. Ainsi attaqué de deux côtés, le château fut le jour et la nuit incessamment ébranlé, comme par une tempête, par les machines et les engins de guerre. Enfin les habitans, voyant bien qu'ils ne pourraient résister aux efforts violens de tels ennemis, livrèrent au duc l'orgueilleux rebelle, ouvrirent ensuite leurs portes, et reçurent le duc avec les siens. Le duc épargna la multitude, et envoya tout aussitôt le traître au roi Robert, lui mandant de faire venir des chevaliers, pour retenir le château dans sa fidélité. Le roi, fort réjoui de cette nouvelle, restitua sur-le-champ le château à Bouchard, et ordonna de pendre à une potence le traître et sa femme, leur rendant ainsi le juste prix de leur rébellion. Après cela, le duc Richard, ayant convenablement terminé cette affaire, s'en retourna chez lui, emportant la bénédiction royale. A cette époque les Normands étaient accoutumés à mettre toujours en fuite leurs ennemis, et à ne tourner le dos devant personne.



CHAPITRE XV.


Comment avec le secours du duc Richard, le roi des Francs, Robert, prit possession, malgré les Bourguignons, du duché de Bourgogne, que le duc Henri lui avait laissé en mourant.


TROIS années s'étant écoulées après ces événemens, le duc des Bourguignons, Henri, mourut sans laisser d'enfans, et institua Robert, roi des Francs, héritier de son duché. Or les Bourguignons, dans l'excès de leur orgueil, refusèrent de le reconnaître, et allèrent à Auxerre chercher Landri, comte de Nevers, pour l'exciter à la rébellion. Empressé de réprimer les efforts de leur témérité vaniteuse, le roi Robert, appelant auprès de lui le duc Richard avec une nombreuse armée de Normands, alla assiéger Auxerre jusqu'à ce qu'il eût soumis à sa domination et Landri et la ville, et qu'il en eût reçu des otages. Etant parti de ce lieu, il se rendit devant le château d'Avalon pour l'assiéger, et y dressa son camp. Il l'attaqua pendant trois, mois avec une grande vigueur; et enfin la Bourgogne ayant été dévastée, les habitans du château, forcés par le défaut de solde, et cédant aux avis et aux sommations du duc, rendirent la place au roi des Francs. Ces affaires ainsi bien terminées, le roi envoya des gardiens dans tous les châteaux, confia le duché de Bourgogne à Robert son fils, et se reposa après avoir ainsi réprimé l'insolence des rebelles. De là le roi retourna en France, et le duc en Normandie avec tous les siens.



CHAPITRE XVI.


Comment Renaud, comte des Bourguignons, d'outre-Saône, épousa la fille du duc Richard, Adelise.


INFORME par la renommée des œuvres merveilleuses du duc, Renaud, comte des Bourguignons, d'outre-Saône, lui envoya des députés pour lui demander en mariage sa fille nommée Adelise; l'ayant obtenue, il l'emmena de la maison paternelle, la conduisit avec de grands honneurs en Bourgogne, et l'associa à sa couche, selon le rit chrétien. Mais long-temps après, quelques sujets de querelle s'étant élevés, Renaud tomba par artifice entre les mains d'un certain comte de Châlons, nommé Hugues, et fut jeté dans une dure prison et chargé de chaînes pesantes. Le duc, aussitôt qu'il apprit cet indigne traitement, envoya en toute hâte des députés à Hugues, lui mandant qu'il eût à rendre la liberté à son gendre, sans aucun délai et pour l'amour de lui. Mais Hugues fit peu de cas du message du duc; et non seulement il refusa de rendre Renaud, mais il augmenta en outre le nombre de ses gardiens, et ordonna de veiller plus sévèrement sur lui. Ces faits ayant été rapportés au duc, il commanda sur-le-champ à son fils Richard de rassembler une armée de Normands, d'aller en Bourgogne, et de faire tous ses efforts pour venger cette insulte d'une manière terrible. Le jeune homme se chargea avec empressement d'exécuter les ordres de son père, et fit toutes les dispositions nécessaires pour une si grande entreprise; ensuite, tel qu'une tempête pleine de violence, il sortit de son pays, renversant tout devant lui; et ayant fait sa route avec une multitude innombrable de Normands, il envahit la Bourgogne, et investit le château de Mélinande. Or les habitans de ce lieu, se fiant en la solidité de leur forteresse, commencèrent pour leur malheur à provoquer leurs ennemis à coups de flèches et de traits: mais les Normands, animés de la plus cruelle fureur, assaillirent le château de tous côtés avec une extrême impétuosité, s'en emparèrent sans différer, le renversèrent et le livrèrent aux flammes, brûlant aussi les hommes, les femmes et les petits enfans. De là ils dirigèrent leur marche vers la ville de Châlons, et incendièrent tout le territoire. Alors Hugues, reconnaissant qu'il n'avait aucun moyen de résister à une si redoutable armée, portant sur ses épaules une selle de cheval, vint se rouler aux pieds du jeune Richard, implorant, en suppliant, son pardon pour l'excès de sa témérité. Ayant reçu ce pardon, il rendit Renaud, livra des otages, et s'engagea par serment envers le duc Richard à se rendre à Rouen, pour lui donner satisfaction. Ayant ainsi mis fin à son entreprise selon ses desirs, le jeune Richard retourna auprès de son père avec les siens.



CHAPITRE XVII.


Comment le duc Richard, se trouvant à toute extrémité, remit son duché à Richard, son fils aîné.


LE duc Richard, quoiqu'il se fût constamment illustré en tous lieux par les actions les plus éclatantes, demeura cependant toujours fidèle serviteur du Christ; tellement qu'on l'appelait à bon droit le père très-tendre des moines et des clercs, et le protecteur infatigable des pauvres. Honoré par ces vertus et par d'autres semblables, il commença à être violemment accablé d'une maladie de corps. Ayant donc convoqué à Fécamp Robert l'archevêque et tous les princes Normands, il leur annonça qu'il était déjà entièrement détruit. Aussitôt, dans tous les appartenons de la maison, tous furent saisis d'une douleur intolérable. Les moines et les clercs se lamentaient tristement, sur le point de devenir orphelins d'un père si chéri; dans les carrefours de la ville, des bandes de mendians se livraient à la désolation, en perdant leur consolateur et leur pasteur. Enfin ayant appelé son fils Richard, il le mit à la tête de son duché, après avoir consulté des hommes sages, et donna à Robert son frère le comté d'Hiesmes, afin qu'il pût être en état de rendre à son frère le service qu'il lui devait. Ayant ensuite fait d'un cœur ferme toutes ses dispositions pour les choses qui se pouvaient rapporter au service de Dieu, l'an 1026 de l'Incarnation du Seigneur, il dépouilla l'enveloppe de l'homme, et entra dans la voie de toute chair, régnant Notre Seigneur Jésus-Christ, dans la divinité de la majesté du Père, et dans l'unité du Saint-Esprit, aux siècles des siècles. Amen!

NOTE
1 Voyez la Vie de Bouchard, comte de Melun, tom. VII de notre Collection.


_________________
avatar
Stephandra
Dans l'autre monde
Dans l'autre monde

Féminin Nombre de messages : 16007
Localisation : A ses côtés
Date d'inscription : 13/04/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Livre 5- Histoire de Normandie par Guillaume de Jumiege

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum