CHAPITRE SEPTIÈME. PROFESSIONS EN HARMONIE 0U EN DÉSACCORD AVEC LE MÉTIER DES ARMES

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

CHAPITRE SEPTIÈME. PROFESSIONS EN HARMONIE 0U EN DÉSACCORD AVEC LE MÉTIER DES ARMES

Message par Legrandalsacien1 le Dim 01 Mai 2011, 16:16

CHAPITRE SEPTIÈME.
PROFESSIONS EN HARMONIE 0U EN DÉSACCORD AVEC LE MÉTIER DES ARMES



Examinons à présent quelles sont les professions qui permettent on qui interdisent
formellement l'admission du soldat. Les pécheurs, les oiseleurs, les pâtissiers, les
tisserands, et tous ceux en général dont l'occupation a quelque analogie avec celle des
femmes, doivent, selon moi, être bannis des camps. Les ouvriers qui travaillent le fer, les
charrons, les bouchers, les chasseurs à la bête fauve sont dignes d'être enrôlés. Il importe
essentiellement au salut de l'Empire que, dans le choix des recrues, on envisage la
supériorité physique et morale des sujets : de cette opération préliminaire dépendent l'éclat du trône et l'affermissement du nom romain. Et qu'on ne s'imagine point que l'organisation des levées soit un vain emploi, qui puisse être donné indifféremment au pierrier venu ! chez les anciens, parmi tant de qualités diverses, qui distinguèrent Sertorius, on vantait surtout
sets talents à cet égard. La jeunesse à qui l'un veut confier la garde des provinces et qui
affrontera les hasards de la guerre, doit exceller sous le rapport moral, et autant que
possible, sous le rapport physique. C'est le sentiment de l'honneur qui constitue le vrai soldat
; tant que la honte l'empêche de fuir, elle lui facilite la victoire. À quoi sert, je le demande, d'exercer un lâche, qui n'aura d'autre mérite que de passer plusieurs années dans les camps ? Une armée, dont le recrutement a été défectueux, n'a jamais rien fait qui vaille. Et, en interrogeant les leçons de l'expérience, si nous avons essuyé tant de désastres à la fois, c'est qu'une longue paix avait occasionné l'inattention et la négligence dans les enrôlements
; c'est que le meilleur de la nation s'adonnait aux fonctions civiles ; c'est que les conscrits
étant mis en réquisition chez les propriétaires, un système de faveur et de partialité de la part des examinateurs ne recrutait l'armée que des sujets dont le maître se souciait le moins. Il est donc à propos que des personnages éminents choisissent eux-mêmes avec beaucoup
de soin des jeunes gens capables.

_________________
avatar
Legrandalsacien1
Dans l'autre monde
Dans l'autre monde

Masculin Nombre de messages : 4176
Age : 42
Localisation : Sémur / Duché de Bourgogne
Date d'inscription : 22/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum