CHAPITRE DOUZIÈME. SUPÉRIORITÉ DÉ LA POINTE SUR LE TAILLANT.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

CHAPITRE DOUZIÈME. SUPÉRIORITÉ DÉ LA POINTE SUR LE TAILLANT.

Message par Legrandalsacien1 le Dim 01 Mai 2011, 16:29

CHAPITRE DOUZIÈME.
SUPÉRIORITÉ DÉ LA POINTE SUR LE TAILLANT.


On apprenait aussi à frapper non du taillant mais de la pointe. Les partisans du taillant ont fourni aux Romains avec une conquête aisée un sujet de dérision. Le taillant, quelle que soit la force qu'on lui imprime, tue rarement ; les organes essentiels étant préservés par les
armes et par la charpente osseuse. La pointe, au contraire, enfoncée à deux pouces, est
mortelle : tout ce qui plonge dans l'intérieur pénètre nécessairement les parties vitales. Puis lorsqu'on se sert du taillant, le bras droit et le flanc restent découverts ; la pointe, en maintenant le corps à l'abri, blesse l'adversaire sans qu’il s'en aperçoive. C'est pourquoi on a vu les Romains adopter de préférence ce genre d'escrime. Quant aux poids double assigné à la claie et au bâton, c'est afin que le conscrit, en reprenant ses véritables armes, beaucoup plus légères, se sentit comme débarrassé d'une charge pesante, et marchât au combat leste et confiant.

_________________
avatar
Legrandalsacien1
Dans l'autre monde
Dans l'autre monde

Masculin Nombre de messages : 4176
Age : 42
Localisation : Sémur / Duché de Bourgogne
Date d'inscription : 22/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum