CHAPITRE IV. De la conduite qu'il faut tenir pour éviter les séditions.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

CHAPITRE IV. De la conduite qu'il faut tenir pour éviter les séditions.

Message par Legrandalsacien1 le Lun 02 Mai 2011, 19:46

CHAPITRE IV.
De la conduite qu'il faut tenir pour éviter les séditions.


Souvent, dans une armée qui vient de s'assembler de différentes provinces, il s'élève des
mouvements de sédition ; et des troupes murmurent hautement, de ce qu'on ne les mène
pas combattre, quoiqu'en effet elles n'en aient rien moins qu'envie ; ce qui arrive principalement à ceux qui dans leurs quartiers ont vécu dans l'oisiveté et dans la mollesse :
car le travail qu'il faut soutenir dans le cours d'une campagne, et dont ils ont perdu
l'habitude, les rebute ; et comme ils craignent nécessairement les combats, puisqu'ils
craignent même l'exercice qui n'en est que l'image, ils ne le demandent que par une
présomption mal soutenue. À ce mal, ou applique plus d'un remède. Pendant que les corps
sont chacun dans leurs quartiers, et séparés les uns des autres ; que les tribuns, leurs lieutenants et officiers tiennent leurs soldats dans une discipline sévère ; qu'ils ne respirent que le devoir et la soumission ; qu'on les fasse sans relâche manœuvrer sous les armes ; qu'on les passe souvent en revue ? qu'il ne leur soit accordé aucun congé, qu'au moindre signe, à la moindre parole, ils soient toujours au commandement ; qu'on les exerce sans cesse et très longtemps, jusqu'à la lassitude, à tirer des flèches, à lancer des javelots, à jeter des pierres à la main ou avec la fronde, à escrimer contre le pieu, à le frapper de pointe, et de taille avec l'épée de bois, à courir, à sauter, à franchir lu fossés si leurs quartiers sont près de la mer ou d'une rivière, qu'on leur fasse apprendre à nager pendant l'été ; qu'on les mène souvent près des lieux escarpés ou fourrés ; qu'on leur fasse abattre des arbres, les dégrossir, creuser des fossés ; qu'on en mette une partie à défendre un poste contre leurs camarades, qui tâcheront de les pousser boucliers contre boucliers, afin d'apprendre aux uns et aux autres l'usage et la force de cette arme.

Des soldats et des cavaliers, disciplinés et exercés de cette sorte dans leurs quartiers,
prendront nécessairement de l'émulation pour la gloire. Quand on les rassemblera pour une
expédition, ils ne demanderont qu'à combattre. En général, un soldat qui a de la confiance
en ses armes et en ses forces, ne pense point à se mutiner ; mais enfin, s'il se trouve
quelques séditieux dans les légions ou dans les auxiliaires, cavalerie ou infanterie, à
commencer par les centurions, leurs lieutenants et les autres officiers, c'est à un général
attentif à les découvrir, non par les délations, mais par les voies non suspectes de la vérité ;
et pour lors, il les éloignera du camp, sous prétexte de quelque commission qui puisse leur faire plaisir, ou il les enverra servir dans des villes, ou des châteaux, mais avec tant d'adresse, qu'en se défaisant d'eux, il semble les y envoyer par préférence. Jamais la multitude ne se porte à la révolte par un accord :elle y est excitée par un petit nombre de mutins, qui fondent l'espérance de l'impunité de leur crime sur le nombre des complices qu'ils s'assurent. Supposé que cette révolte devint si générale qu'on ne pût la dissimuler, il n'en faut punir que les auteurs : c'était l'usage des anciens qui, par le supplice d'un petit
nombre de coupables, contenaient tous ceux qui auraient pu le devenir. Au reste, il est bien
plus glorieux à un général de maintenir ses soldats dans la discipline par l'habitude de
l'exercice et du travail, que par la crainte du châtiment.

_________________
avatar
Legrandalsacien1
Dans l'autre monde
Dans l'autre monde

Masculin Nombre de messages : 4176
Age : 42
Localisation : Sémur / Duché de Bourgogne
Date d'inscription : 22/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum