CHAPITRE V. Quels sont les différents signaux militaires.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

CHAPITRE V. Quels sont les différents signaux militaires.

Message par Legrandalsacien1 le Lun 02 Mai 2011, 19:50

CHAPITRE V.
Quels sont les différents signaux militaires.


L'homme de guerre a bien des choses à observer dans le combat. Là, la moindre faute qu'il y fait est punissable, puisqu'il est question du salut public ; mais rien ne contribue plus à la victoire, que d'obéir aux ordres du général : ils s'indiquent par différents signaux. Il n'est pas
possible que dans le tumulte de l'action, la voix d'un seul homme dirige les mouvements
d'une armée : il est obligé de changer souvent ses ordres, à mesure que les circonstances changent ; ce qui a fait établir, chez toutes les nations, des signaux que le soldat reconnaît et auxquels il obéit. Nous en avons de trois espèces, qu'on peut distinguer par vocaux, demi-vocaux et muets : les deux premiers frappent l'oreille, les derniers frappent les yeux. Les vocaux consistent dans de certains mots que donne le général pour les gardes ou pour le ralliement ; comme la victoire, la palme, la valeur, Dieu est avec nous, le triomphe de l'empereur, etc. Il a la précaution de les varier tous les jours, de crainte que les ennemis ne
se glissent impunément dans le camp à la faveur du mot, s'il était trop souvent le même. Les
signaux demi-vocaux s'indiquent par la trompette, le cor ou le cornet. On appelle trompette,
l'instrument dont le canal est en droite ligne. Le cor est composé d'un canal d'airain qui se
replie sur lui-même en forme de cercle. Le cornet est fait d'une corne de bœuf sauvage,
entortillée d'argent. Les sons en varient, suivant que le trompette sait plus ou moins ménager
son haleine. Ce sont trois instruments qui annoncent l'ordre de marcher, de faire halte, de
revenir sur ses pas, de poursuivre l'ennemi ou de faire retraite ; et tout cela de façon à ne s'y pas méprendre.

Les signaux muets sont : les aigles, les dragons, les drapeaux ou les étendards, les banderoles, les touffes de plumes, les aigrettes, etc. De quelque côté que le général fasse porter les enseignes, le soldat est obligé de les suivre. Il y a d'autres signaux muets, attachés aux chevaux, aux habits et même aux armes, afin que les soldats de la même armée se reconnaissent les uns et les autres, et ne prennent pas l'ennemi pour l'ami.

On distingue encore certains ordres du général à un geste de la main, au fouet qu'il porte
quelquefois comme les Barbares, à une certaine manière de toucher ses habits. On doit
exercer le soldat à connaître ces différents signaux et à y obéir, soit en garnison, soit en
marche, soit dans le camp ; c'est à quoi il ne parviendra jamais, dans la confusion inséparable des combats à la guerre, s'il n'y est exercé par un usage continuel, en temps de paix. Il y a encore des signaux muets, communs à toutes les nations. Par exemple : la poussière qui s'élève toujours en forme de nuage, peut vous indiquer l'approche de l'ennemi ; par le feu pendant la nuit, et par la fumée pendant le jour, deux armées s'informent réciproquement de bien des choses qu'elles ne pourraient se faire savoir autrement. On place quelquefois au haut des tours d'une ville ou d'un château, des espèces de solives ; et en les élevant ou les baissant, suivant qu'on en est convenu avec des troupes amies, on les informe de ce qui se passe dans l'endroit où l'on est.

_________________
avatar
Legrandalsacien1
Dans l'autre monde
Dans l'autre monde

Masculin Nombre de messages : 4176
Age : 42
Localisation : Sémur / Duché de Bourgogne
Date d'inscription : 22/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum