Herbiers

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

herboristerie refonte

Message par Stephandra le Ven 30 Nov 2012, 13:50

Absinthe





Où?

Plante des terrains rocailleux de 0,40 à 1 m dont on utilise les feuilles et sommités fleuries.


A quoi ça sert?

L'absinthe est très amère, elle est employée pour favoriser l'appétit la digestion. Elle favorise les règles. Un bouquet d'absinthe fait fuir les insectes.
Également : Flatulences, troubles hépatiques, gastrite, douleurs et fièvres, grippe, parasitose (oxydures et ténia)


Comment l'utiliser?

En infusion, une cuillère à soupe par litre d'eau bouillante laisser infuser 10 minutes ; 3 tasses par jour juste avant ou juste après le repas

En décoction une bonne poignée par litre d'eau faire bouillir 5 minutes en usage externe pour le lavage des plaies qui cicatrisent mal et les ulcères.


Quand la récolter?

Juin, juillet.

En savoir plus

L'absinthe a, dit-on, une chaleur du premier degré ; comme siccatif, elle est du second. De quelque manière qu'on l'emploie elle fortifie l'estomac ; mais il vaut mieux la faire bouillir dans de l'eau pluviale. et en boire après l'avoir laissée refroidir en plein air. Ainsi préparée, elle est très efficace contre les diverses affections de l'estomac : elle chasse les vers, elle relâche le ventre et en apaise les douleurs les plus violentes ; elle est diurétique et emménagogue. Broyée avec du nard des Gaules dans du vin miellé, elle est très utile aux femmes qui en boivent à l'époque de leurs règles. On obtient aussi le même effet en plaçant au-dessous du vagin un flocon de laine imbibé de cette mixtion. Mélée avec de l'osier, du nard et du vinaigre, elle dissipe les dégoûts. On peut encore la broyer et la faire bouillir dans du vin avec de la rue, du sel et du poivre et en composer une boisson qui guérit les crudités d'estomac. Mélée à l'iris, elle est très bonne pour la poitrine. En se frottant d'absinthe broyée dans du vinaigre, on n'a pas à craindre les cousins. Brûlée, elle exhale une odeur qui les met en fuite. Prise toute crue avec de l'ache, elle dissipe la jaunisse. Avec du nard des Gaules, elle est bonne pour le foie. Bue avec du vinaigre, elle guérit des maux de rate, et est un excellent antidote contre les mauvais champignons. Avec du vin, elle neutralise les funestes effets de la ciguë et remédie aux morsures des animaux venimeux. Une onction de miel et d'absinthe éclaircit la vue, et fait disparaître les meurtrissures. Une fumigation de cette herbe dégage le conduit auditif. Broyée avec du miel et appliquée sur les oreilles, elle facilite l'écoulement des humeurs qui les obstruent. Combinée avec du miel et du nitre, elle remédie à l'angine. Un cataplasme d'absinthe apaise encore l'inflammation d'une blessure récente ou des plaies de la tête. La démangeaison cède à quelques gouttes d'une décoction de cette herbe. Quand, avant de s'embarquer, on prend en boisson cette plante macérée dans le vin, on n'a pas à craindre le mal de mer. Mise dans un morceau de toile et appliquée sur les aines, l'absinthe en dissout, dit-on, les tumeurs. Placée sous la tête du malade, et à son insu, elle a la vertu de l'assoupir par son odeur. La cendre d'absinthe incorporée dans du cérat, noircit les cheveux si on les en frotte souvent. Cette herbe, placée dans les armoires, en éloigne les teignes. Avec du miel, elle fait disparaitre l'enflure de la langue et la teinte livide qui flétrit quelquefois le tour des yeux. Combinée avec du fiel de boeuf, elle remédie aux tintements d'oreilles. Appliquée en cataplasme sur la région de la rate, elle en dissipe les obstructions. Mêlée avec du miel et placée sous la matrice, elle la dégorge et facilite l'écoulement du sang. Une décoction d'huile et d'absinthe fraîche employée en fomentation, est très efficace contre les maux d'estomac. L'encre délayée dans du vin où on a macéré de l'absinthe, préserve les manuscrits de la dent des souris. Pline fait un éloge pompeux de la vertu de cette herbe, et raconte que, dans les Féries latines, les Romains offraient une coupe, remplie de jus d'absinthe, à celui qui avait remporté la victoire dans les courses de chars et venait s'asseoir au Capitole, persuadés que le présent le plus digne d'un vainqueur était la santé, le bien, sans contredit, le plus précieux de tous ceux que puissent désirer les hommes.


Dernière édition par Stephandra le Dim 02 Déc 2012, 21:52, édité 1 fois

_________________
avatar
Stephandra
Dans l'autre monde
Dans l'autre monde

Féminin Nombre de messages : 16007
Localisation : A ses côtés
Date d'inscription : 13/04/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Herbiers

Message par Stephandra le Ven 30 Nov 2012, 14:18

Ache




Où?

Plante trouvée dans les marais salants de 0,30 à 1 m que l'on utilise entière.
L’Ache est une plante vivace qui aime les terrains humide. Sa tige est robuste, rameuse et marquée de sillons. Elle est aussi creuse a l’intérieure. Cette plante mesure environ 30cm à 1m de haut. Elle nait d’une rosette de feuilles légèrement épaisses, luisantes et glabres. Elles sont découpées en segments incisés qui, lorsqu’on les frotte, révèlent une forte odeur de céleri.
La fleuraison a lieu de juin à juillet. Les fleurs sont blanches virant vers le jaunâtre et sont réunies en petites ombelles qui terminent les rameaux.


A quoi ça sert?

L'ache (céleri sauvage) est utilisée comme diurétique. Elle favorise les expectorations bronchiques.
Également : Oligurie, albuminurie, lithiase rénale, bronchite chronique, asthme, toux, arthrite, météorisme, inappétence.
On utilise de cette plante les racines, les feuilles, et les fruits.Pour la racine elle est principalement diurétique, c’est un excellent déchlorurant qui favorise l’élimination de l’eau et du sel contenus dans les tissus. Elle fait aussi partie d’un célèbre remède appelé « sirop des 5 racines.
Pour les feuilles elles sont apéritive ainsi que les racines, digestive, diurétique et aide à la « vidange » de la vésicule biliaire dans l’intestin. Les feuilles sont également contre les engorgements des seins lors de l’allaitement.Quant aux fruits sont aussi digestifs mais aident également a l’élimination des gaz.
Pour la racine et les feuilles je vous conseil de récolter l’Ache avant l’apparition de la hampe florale pour qu’il y ait une concentration maximale de substances actives dans la plante.


Comment l'utiliser?

-Décoction : 30g par litre d’eau. Laisser bouillir 5 à 10min. En prendre deux ou trois tasses par jour comme Diurétique.
-Infusion : Prendre 2 cuillerées à café de feuille dans une tasse d’eau bouillante après chaque repas.
-Cataplasme : Prendre des feuilles cuites mélangé a des feuilles de Pervenche et de Menthe. Appliquer chaud, contre les engorgements des seins.


Quand la récolter?

Mai, juin les feuilles
Juillet, août

En savoir plus

S'utilise mélangée ou ajoutée à d'autres plantes pour soigner divers affections.
L’Ache nettoie le plant émotif, calme les angoisses, chasse la tristesse en tonifiant le système nerveux cella est du a sa nature Mercurienne et aqueuse. Elle symbolise la connaissance soumise à une plus haute hiérarchie. On l’utilise en poudre, en fumigation et en bains. Je vous conseille d’ailleurs de l’utilisé avec en fumigation avec du Benjoin et d’allumer une bougie orange, faite une séance de relaxation pendant la fumigation et vous verrez vous vous sentirez merveilleusement calme et déstressé.La fleur d’oranger et certaine autre plante renforce son pouvoir.
Pline indique qu’on réservait l’Ache pour les banquets funèbres, et que l’on ne devait pas la consommer autrement.Sédir, lui, conseille de la récolter lorsque Mercure est en Lion.

_________________
avatar
Stephandra
Dans l'autre monde
Dans l'autre monde

Féminin Nombre de messages : 16007
Localisation : A ses côtés
Date d'inscription : 13/04/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Herbiers

Message par Stephandra le Ven 30 Nov 2012, 14:41

Acore




Où?

Plante trouvée au bord des étangs de 0,50 à 1,50 m dont on utilise le rhizome.


A quoi ça sert?

L'acore vrai est un bon diurétique et favorise les digestions lentes.
Également : Atonie, ballonnements, arthrite, ulcère de l'estomac, nausées, rachitisme, goutte, règles insuffisantes, nervosité.


Comment l'utiliser?

En Infusion 10 g pour un litre d'eau ; 2 à 3 tasses par jour.


Quand la récolter?

-

En savoir plus

L'acore vrai, roseau aromatique ou acore odorant (Acorus calamus ) , est une plante herba­cée qui pousse dans les marais; il appartient à la famille des Aracées. Originaire de l'Inde, il est répandu dans de nombreux pays tropicaux et tempérés et on le trouve aussi sous nos latitudes le long des cours d'eau et dans les marais de Normandie et de Bretagne.

Il fleurit au printemps, mais de nombreuses plantes, qu'elles soient cultivées ou à l'état sauvage, ne donnent pas de graines, en sorte que la reproduction est surtout asexuée. On emploie le rhizome qu'on récolte en automne, épluché et décortiqué. il contient une huile essentielle et de nombreuses autres substances dont certaines ne sont pas encore déterminées ou étudiées.

L'acore vrai possède de nombreuses propriétés: c'est un excitant, tonique, stomachique, anticatarrhal; en Inde on l'utilise pour traiter de nombreux troubles d'origine nerveuse:insomnie, hystérie, névrasthénie et comme sédatif, analgésique et antispas­modique. On lui reconnaît aussi des propriétés carminatives et antiseptiques.

Enfin, on l'utilise dans la fabrication des liqueurs, comme correcteur du goût, amaro-aromatique et eupeptique.

_________________
avatar
Stephandra
Dans l'autre monde
Dans l'autre monde

Féminin Nombre de messages : 16007
Localisation : A ses côtés
Date d'inscription : 13/04/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Herbiers

Message par Stephandra le Ven 30 Nov 2012, 14:55

Agripaume




Où?

Plante vivace dans toute l'Europe, sauf en Méditerranée de 0,50 à 1,20 m dont on utilise les feuilles et fleurs.


A quoi ça sert?

L'agripaume est surtout utilisé comme antispasmodique dans les troubles nerveux et les palpitations.
Également : Diarrhée, bronchite, ballonnements.


Comment l'utiliser?

En Infusion 15 g pour un litre d'eau ; 3 tasses par jour


Quand la récolter?

Juin, juillet pour les feuilles

En savoir plus

Gracieuse plante des friches et des haies ; l’agripaume cardiaque (Leonurus cardiaca) produit en été ses inflorescences démesurées qui dépassent 1,20m de haut. Mais avant, elle exhibe un feuillage denté de toute beauté et des fleurs roses s’épanouissant en grappes. Il lui faut du soleil ainsi qu’un sol calcaire ou caillouteux. Tonique du cœur, l’agripaume est aussi un remède relatif à la thyroïde. Parmi les jolies simples déjà cultivées au Moyen-Age, retenez également la pulmonaire (Pulmonaria) ou la consoude (Symphytum officinale).

_________________
avatar
Stephandra
Dans l'autre monde
Dans l'autre monde

Féminin Nombre de messages : 16007
Localisation : A ses côtés
Date d'inscription : 13/04/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Herbiers

Message par Stephandra le Ven 30 Nov 2012, 15:37

Aigremoine




Où?

Plante vivace des terrains incultes et des champs de faible altitude de 0,30 à 0,70 m dont on utilise les feuilles et les fleurs.
Plante herbacée vivace de la famille des rosacées. Sa tige est velue, rougeâtre et non ramifiée. Les fleurs sont jaunes, assemblées en grappes terminales s'élevant jusqu'à 80 cm du sol. Les feuilles sont composées de 3-6 paires de folioles principales entre lesquelles s'intercalent des paires de folioles plus petites. Porte des fruits (akènes) marqués de sillons et pourvus de poils crochus à leur sommet.

Elle fleurit de juin à septembre.

A quoi ça sert?

L'aigremoine est utilisée comme décongestionnant, en bain de bouche contre les aphtes, en gargarisme pour les angines, enrouements extinction de voix et maux de gorge.

Également : Asthme, diabète, obésité, diarrhée, astringente, décongestionnant, cicatrisante (fraiche), tonique digestive.

Son infusion rosée, d'un goût passable, a valu à l'aigre­moine ses noms de thé des bois et thé du Nord (les paysans du Nord de la France l'~ployaient couram­ment) ; elle s'utilise surtout comme astringente légère et décongestionnante.

Remède du foie réputé depuis le Moyen Age, l'aigre­moine peut améliorer notablement des cholécystites, prévenir les crises de coliques hépatiques, contribuer à res­taurer l'état général dans l'hépatisme chronique, la jau­nisse, mais seulement en cures prolongées (utiles aussi dans la lithiase urinaire et, selon certains, dans le dia­bète). Riche en tanin, la plante s'indique aussi dans la diarrhée. Elle tonifie les voies digestives. On emploie sa décocnon à 5-8 g/l : bouillir 5 mn à feu doux, à couvert ; infuser 10 mn ; 3 à 5 petites tasses par jour, loin des repas. La plante fraîche est à conseiller en cures d'été ..

L'aigremoine est utile, en gargarismes fréquents, dans les angines, la pharyngite, les maux de gorge banals. On peut lui adjoindre la feuille de ronce : 5 à 10 g de chaque plante pour 1/2 litre d'eau, en décoction jusqu'à réduction d'un tiers (s'emploie non sucré). Le Dr Leclerc a obtenu de très bons résultats en utilisant, "pour le pansement des ulcères variqueux et des plaies dont la présence de fongo­sités retarde la cicatrisation", un vin d'aigremoine obtenu en faisant bouillir 5 mn et en laissant infuser 1 heure 200 g de la plante sèche dans un litre de vin rouge.

Au XVIéme siècle, on l'utilisait pour traiter les morsures de serpents et les troubles du foie.




Comment l'utiliser?

En infusion 20 g par litre d'eau ; 3 tasses par jour

En gargarisme avec une décoction de 100 g pour un litre d'eau 6 à 8 fois par jour.

Faire bouillir 5 minutes 200 g d'aigremoine dans un litre de vin rouge puis laisser infuser 1 heure, appliquer en compresse sur les plaies nettoyées.



Quand la récolter?



En savoir plus

Panacée au Moyen-Age. Strabo désire qu'elle soit cultivée dans les jardins, et Hildegarde Von Bigen croit qu'elle a la faculté de rendre la raison.
Parties utilisées : sommités fleuries et tige.



Usage médical : Traitement des diarrhées légères, contre l'insuffisance veineuse et les problèmes circulatoires du membre inférieur, en gargarismes contre maux de gorges et pharyngite ou angine.

Usage interne ou externe. (infusion, vin, teinture, décoction, cataplasme)

Usage culinaire : son infusion, agréable, peut être utilisée en guise de thé.

Autre usage : la tige est utilisée pour ses propriétés tinctoriales (jaune vif qui tient bien)

Le roi Perse Mithridate Eupator, aurait également, d'après la légende, conçu une potion magique contre tous les poisons,en utilisant cette plante comme base. D'où sa dénomination: Eupatoria...

« Un verre de tisane d'aigremoine ôte un verre de sang du corps »

Proverbe.

_________________
avatar
Stephandra
Dans l'autre monde
Dans l'autre monde

Féminin Nombre de messages : 16007
Localisation : A ses côtés
Date d'inscription : 13/04/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Herbiers

Message par Stephandra le Ven 30 Nov 2012, 15:50

Ail




Où?

Plante cultivée dont on utilise le bulbe.


A quoi ça sert?


Antiseptique, l'ail est excellent en cas d'infection bronchique, de rhume, grippe ou otite. Il soigne l'appareil digestif, le débarrasse de ses parasites. Il favorise la circulation sanguine et abaisse le taux de cholestérol.
Également : Manque d'appétit, hypertension, lithiase, ulcère.


Comment l'utiliser?


Teinture d'ail : Prendre une tête d'ail fraîche éplucher et couper en deux les gousses dans 1 l d'eau de vie. Laisser macérer et dynamiser 15 jours au soleil. Filtrer conserver dans des flacons teintés et garder au frais. En usage interne 3 fois par jour 25 gouttes dans un peu d'eau ou de lait : Antigrippal antiseptique intestinal hypotenseur vermifuge

Sirop d'ail : Prendre 20 g d'ail pour 40 g d'eau, faire bouillir 30 mn, filtrer, ajouter le même poids de sucre ; 3 cuillères à soupe par jour.


Quand la récolter?



En savoir plus

L'ail, que les Grecs nomment σκόρδιον, a, suivant les plus savants médecins, une force de chaleur et de siccité du quatrième degré. En la mâchant ou en se frottant avec sa pulpe, on neutralise la piqûre du serpent ou du scorpion. Appliquée sur la plaie avec du miel, elle cicatrise les morsures des chiens. Son odeur, quand elle est broyée, chasse les insectes qu'on appelle teignes. Bouillie avec du vin miellé et du vinaigre, elle donne une boisson qui détruit les différentes sortes de vers qui s'engendrent dans les intestins. Combinée avec de l'huile, où on l'a fait cuire avec son enveloppe, et employée en fomentation, elle est très bonne contre les morsures venimeuses, contre les contusions, contre les douleurs et les tumeurs de la vessie. Suivant Hippocrate, la fumée de l'ail broyé, en pénétrant dans la matrice, précipite l'arrière-faix. Cuite avec du lait, cette plante apaise les douleurs des poumons ; il suffit même de la manger crue. Dioclès conseille d'en donner aux hydropiques avec de la centaurée : la combinaison de ces deux plantes a la vertu de sécher les humeurs aqueuses. Suivant le même médecin, l'ail bouilli est très bon contre les douleurs néfrétiques. Praxagoras s'en servait dans la cure de l'ictère, en le mêlant avec de la coriandre et du vin, et dit que le breuvage qui résulte de ce mélange relâche le ventre. Le mal de tête cède à un cataplasme, composé d'ail et de fèves, qu'on a fait cuire ensemble, et appliqué sur les tempes. Quelques gouttes tièdes de graisse d'oie, imprégnée d'ail et instillées dans l'oreille, sont d'une merveilleuse efficacité pour en calmer les douleurs. Cuit dans l'eau, l'ail est bon contre la toux ou l'asthme. Cuit simplement au feu, il éclaircit la voix, mais il est plus efficace quand il a cuit dans l'eau. Cuit dans la bouillie, il communique à cet aliment une vertu médicamenteuse, qui apaise les ténesmes. Un emplâtre, composé d'ail broyé et de graisse de porc, dissout les tumeurs les plus considérables. L'ail, pris le matin à jeun, est un préservatif contre les funestes influences que peut avoir sur la santé la diversité des eaux et des lieux.

Protection contre le mal
Dans de nombreuses cultures, l'ail était considéré comme ayant le pouvoir de repousser le mal: les sorcières, les voleurs, les méchants, les envieux et le diable . On accrochait des têtes d'ail au dessus des portes d'entrée pour repousser le mal .
L'ail est également utilisé contre les mauvais coups du sort:
- les guerriers contre les assauts de l'ennemi, à l'image des guerriers romains qui portaient toujours une tête d'ail autour du cou.
- les voyageurs contre les périls de la route
- les marins contre les naufrages, c'est ainsi que l'ail s'implante en Amérique latine
- les montagnards contre les changements intempestifs du temps
- les toréadors contre les charges du taureau.

Antiseptique
L'effet le plus souvent mentionné de ce liliacée est son action antiseptique. Déjà utilisé depuis plusieurs siècles dans les monastères pour soigner les blessures. De même durant la première guerre mondiale, l'ail fut utilisé contre la gangrène et la septicémie.
Cette action antiseptique de l'ail est reconnue aujourd'hui par la science. En effet, l'allicine essence contenue dans l'ail bloque deux groupes d' enzymes présentes dans les bactéries, ce qui a un rôle inhibiteur sur les gênes pathogènes, sans toutefois les détruire.

Protection contre les épidémies, les maladies
Une utilisation qui remonte jusqu'aux égyptiens, puis reprise par les grecs, c'est la protection contre les épidémies: peste mais aussi la lèpre et la grippe.
Cette action découle de la propriété antiseptique de l'ail. Au moyen âge, il était un des rares moyens de se prémunir contre les épidémies de peste .Les personnes les plus exposées à l'épidémie comme les médecins et les moines en consommaient régulièrement.

Contre les piqûres et les morsures
Les égyptiens et romains, plaçaient un peu d'ail sur les plaies dues aux morsures de serpents et de scorpions, mais aussi aux piqûres d'insectes.

Vermifuge
Les égyptiens, disposaient un collier d'ail autour du cou des personnes infectées par des vers intestinaux. De même que chez les romains . Aujourd'hui les médecins conseillent de l'essayer contre le ténia.

_________________
avatar
Stephandra
Dans l'autre monde
Dans l'autre monde

Féminin Nombre de messages : 16007
Localisation : A ses côtés
Date d'inscription : 13/04/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Herbiers

Message par Stephandra le Ven 30 Nov 2012, 16:17

Ail des Ours





Où?

Plante vivaces des zones ombragées et des sous-bois humides de 0,3 m dont on utilise les bulbes et les parties aériennes, on sent sa forte odeur d'ail avant même de le voir..



A quoi ça sert?

L'ail des ours a des propriétés proche de l'ail commun, il fait baisser la tension artérielle et prévient l'artériosclérose. Il soulage les douleurs d'estomac, facilite la digestion, il est utilisé pour traiter les diarrhées les coliques les indigestions et pour stimuler l'appétit. Il est vermifuge. Certains l'utilise en cure dépurative de printemps.



Utilisé comme épice : les feuilles sont coupées menu comme de la ciboulette ou du persil et rajoutées sur les soupes, sauces, salades ...

Teinture : remplir une bouteille de feuilles coupées en morceaux, recouvrir d'alcool à 40%, laisser reposer 15 jours au soleil, prendre 15 gouttes par jour dans un peu d'eau.


Comment l'utiliser?

L'ail des ours doit être consommé frais, car lorsqu'il sèche, il perd beaucoup de son effet.
L'utilisation de l'ail à doses élevées, en particulier cru ou en extrait, est déconseillée en cas d'hémorragie. qu'elle soit d'origine traumatique (blessures, accidents, etc.) ou menstruelle (règles abondantes).

Étant donné son action fluidifiante sur le sang, l'ail à fortes doses peut prolonger les hémorragies et rendre difficiles les processus de coagulation.

Décoction de gousses d'ail : faire bouillir 1 gousse d'ail dans 1 litre d'eau pendant 5 minutes. En boire 3 tasses par jour. On perd ainsi une partie de ses propriétés, mais on évite également la mauvaise haleine.

Lavements : très utiles contre les parasites intestinaux. On les prépare en mélangeant 2 ou 3 cuillerées d'aïoli dans 1 litre d'eau tiède. On peut également introduire 1 gousse d'ail cru huilée dans le rectum, à la manière d'un suppositoire. Ainsi on soulage les picotements anaux des enfants et on obtient un remarquable effet vermifuge.

Quand la récolter?



En savoir plus


Utilisation dans la cuisine
L’ail des ours, qui pousse fréquemment en colonies, se reconnaît de loin, non seulement à son odeur unique qui rappelle celle de l’ail, mais également à son magnifique tapis de fleurs d’un blanc éclatant qui nous invite à une échappée dans la forêt printanière encore peu fournie. On trouve fréquemment d’importantes colonies d’ail des ours dans les endroits ombragés humides au sol profond et riche en humus. Au grand plaisir de ceux qui le ramassent. Et les plaisirs culinaires que nous procure l’ail des forêts sont très variés, et qui plus est bons pour la santé.
On utilise en règle générale les feuilles fraîchement cueillies car elles perdent de leur goût et de leurs vertus une fois séchées. Mais on peut aussi utiliser son bulbe après l’avoir déterré. Les boutons de fleurs encore fermés servent également pour des recettes et occasions particulières. Contrairement à une opinion très répandue, l’ail des forêts ne devient pas toxique lorsqu’il se met à fleurir. Mais son goût devient plus intense et ses feuilles sont un peu coriaces lorsqu’il prend de l’âge.

_________________
avatar
Stephandra
Dans l'autre monde
Dans l'autre monde

Féminin Nombre de messages : 16007
Localisation : A ses côtés
Date d'inscription : 13/04/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Herbiers

Message par Stephandra le Ven 30 Nov 2012, 17:22

Alchémille




Où?


Plante commune sauf en Méditerranée de 0,10 à 0,30 m que l'on utilise entière.
Partie(s) utilisée(s) : Toute la plante, mais surtout la racine.


A quoi ça sert?


L’alchémille est surtout astringente et anti-diarrhéique. Elle est prescrite en cas d'affections des reins et de la vessie. Recommandée contre les pertes blanches, en cas de règles trop abondantes ou d'hémorragie utérine.
Également : Angine, trouble des règles, facilite l'accouchement, diabète, entérites, spasmes, météorisme, artériosclérose, rhumatismes, obésité, céphalées, congestion hépatique.
Riche en tanin, l'alchémille donne de bons résultats dans les cas de coliques, de diarrhées, de pertes blanches, de règles trop abondantes, d'incontinence urinaire. En injections vaginales, elle soulage et favorise les règles, en lotion elle s'utilise contre le prurit vulvaire.

Anti-inflammatoire, vulnéraire, astringent, cicatrisant, sédatif, stomachique.
Artériosclérose, diabète, migraine, plaies, angines, ménopause, conjonctivite, contusions, diarrhée, leucorrhée, météorisme, régulation du flux menstruel


Comment l'utiliser?

En infusion une poignée par litre d'eau bouillir et infuser 10 minutes ; 3 tasses par jour.

En décoction 3 poignées par litre d'eau faire bouillir 5 minutes ; en lavage chaud comme calmant des démangeaisons.

Pour faire sécher la plante, il faut la suspendre en bouquet dans une pièce aérée.


Quand la récolter?



En savoir plus

Elle porte plusieurs noms :

Manteau de Notre Dame

Mantelet des dames

En espagnol : Pie de léon

Pied de lion, Pied de griffon, Patte de lapin, Soubeviette, Porte-rosée

Dans la « Carte au trésor » au mont-Blanc, elle était l’indice 2 d’une énigme.

Une variété plus petite, l’Alchémille des champs porte le joli nom de Perce-pierre.

Les anciens n’ignoraient pas qu’elle faisait fuir les Elfes et les Farfadets, et ce n'est cette vertu que je recherche.

C’est la plante de la féminité, autrefois la légende la conseillait pour refaire une virginité, aider à la conception d’un enfant.

Actuellement ses vertus médicinales sont reconnues.

Les parties vertes de la plante en lotion ou décoction astringentes et cicatrisantes soignent l’inflammation et les petites plaies car elle est aussi vulnéraire. Possède des vertus hémostatiques et bactéricides.

Les sommités fleuries en infusion pour ses propriétés calmantes, anti-inflammatoires et astringentes sont utilisées contre les « indispositions » comme on le disait dans le temps on peu parler de règles douloureuses. Facilite ma ménopause, traite la leucorrhée et calme les démangeaisons vaginales.



Pour les vaches, son fourrage possède des vertus galactogènes, qui accroissent la sécrétion lactée.

Elle est aussi employée pour la circulation, les ballonnements, contre la diarrhée, les inflammations oculaires, les migraines et les céphalées.

On peut se procurer toutes ces plantes vivaces et si particulières dans le beau village de Saint-Vérand proche de Saint-Marcellin, à ne pas confondre avec Saint-Véran dans le Queyras, pays des instituteurs et plus haut village d’Europe.

_________________
avatar
Stephandra
Dans l'autre monde
Dans l'autre monde

Féminin Nombre de messages : 16007
Localisation : A ses côtés
Date d'inscription : 13/04/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Herbiers

Message par Stephandra le Ven 30 Nov 2012, 17:40

Alkékenge




Où?

Plante vivace qui pousse dans les haies et les sols humides de 0,20 à 0,60 m dont on utilise les baies qui deviennent rouges à maturité.


A quoi ça sert?

L'alkékenge est un très bon antirhumatismal, on l'utilise aussi comme diurétique en cas de goutte, urée, lithiase urinaire, oedème.


culinaire
dessert, gelée, confiture, accompagnement de viandes, sauce aigre;

Comment l'utiliser?

En infusion 20 g par litre d'eau ; 3 tasses par jour.

En décoction deux poignées de fruits par litre d'eau faire bouillir 5 minutes ; à boire en 24 heures.

Vin d'alkékenge faire macérer 10 jours 30 g de tiges, feuilles et baies dans 1 litre de vin blanc, passer. 1 petit verre chaque matin en cas d'oedème des jambes.


Quand la récolter?



En savoir plus

Les baies de l’alkékenge possèdent des propriétés thérapeutiques diurétiques, elles sont utilisées pour traiter les crises de gouttes. L’alkékenge est une plante médicinale conseillée pour ses vertus dans la fièvre intermittente et les infections urinaires. Il est aussi anesthésiant et anti-inflammatoire, idéal pour soulager les douleurs des crises hémorroïdaires.

Propriétés thérapeutiques:

Les baies de l'alkékenge sont diurétiques et sont employées contre la goutte et le rhumatisme ainsi que l'œdème généralisé, les calculs rénaux.
Elles réduisent la proportion d'acide urique dans le sang et lui permettent ainsi de s'éliminer par les urines.

Les tiges et les feuilles sont fébrifuges et dépuratives (purifiant l'organisme) et c'est pour cette raison qu'on la conseille contre les fièvres intermittentes, l'ictère et la congestion du foie, les infections urinaires.

L'alkékenge a aussi un effet anesthésiant et anti-inflammatoire contre les douleurs causées par les hémorroïdes en usage externe, ainsi que pour les furoncles.

Utilisation traditionnelle:

Dioscoride, au premier siècle après J.C et Galien conseillaient déjà les baies d'alkékenge contre la rétention d'urine, contre la jaunisse.
Arnaud de Villeneuve, au Moyen-âge, l'utilisait contre la pierre et la gravelle (calculs rénaux).
Sainte Hildegarde l'utilisait contre les troubles oculaires et les maux d'oreilles.
C'est un médecin de campagne du XIX siècle qui mit au point et surtout officialisa le traitement des rhumatismes, de la goutte et des oedèmes et de l'oligurie (raréfaction du volume des urines chez un individu) par l'alkékenge.


Origine:

L'alkékenge est une plante herbacée vivace, qui mesure entre 20 à 60 cm, hôte peu fréquent des champs et des vignes sur terrain calcaire, et pousse jusqu'à 1500 m d'altitude. Elle est commune en France, en Corse, Europe centrale et Asie occidentale, au japon et en Afrique du sud.
Au premier abord c'est un végétal peu remarquable, avec ses tiges ramifiées, ses feuilles ovales, groupées par deux, un peu molles, d'un vert mat et ses petites fleurs d'un blanc jaunâtre, solitaire à l'aisselle des feuilles, qui apparaissent en juin-juillet. Mais lorsque les fruits mûrissent, en automne, l'alkékenge resplendit. Le calice se développe progressivement pour prendre l'aspect d'une lanterne chinoise d'un orange vif emprisonnant une baie charnue rouge, orangé, luisante. Au cours de l'hiver, les parties tendres se décomposent et la baie devient visible à travers les fines mailles du tissu fibreux résiduel. Elle est cultivée dans les jardins pour la beauté de ses fruits.

_________________
avatar
Stephandra
Dans l'autre monde
Dans l'autre monde

Féminin Nombre de messages : 16007
Localisation : A ses côtés
Date d'inscription : 13/04/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Herbiers

Message par Stephandra le Ven 30 Nov 2012, 18:36

Anis vert




Où?

Plante de 0,40 m cultivée en Europe du sud dont on utilise les graines.


A quoi ça sert?

L'anis vert est antispasmodique il calme tous les troubles du système nerveux les toux sèches il stimule l'appétit la digestion et agit aussi contre la fatigue.
Également : Météorisme intestinal, aérophagie, indigestion, vomissements, nausées, allaitement (stimule la production de lait), tonique cardiaque, spasmes, toux.


Comment l'utiliser?

En infusion une cuillère à café par tasse d'eau bouillante laisser infuser 10 minutes ; une tasse après chaque repas.

Teinture d'anis vert, laisser macérer 10 jours, 20 graines dans 100 g d'alcool à 60°, passer, conserver en flacon bouché; 10 gouttes diluées dans une infusion de tilleul ou dans un petit verre d'eau sucrée.


Quand la récolter?



En savoir plus

En France, c’est Charlemagne qui ordonna sa culture en 812, principalement dans les abbayes et les monastères. En particulier à l'Abbaye de Flavigny. L’abbaye bénédictine fut fondée en 717 sur le site même de l’ancienne villa romaine de Flavien, qui devint Flavigny-sur-Ozerain. A la même époque, l'anis est considéré comme une plante précieuse et les moines de Flavigny en offrent ainsi au Pape ...

Echaudés L'échaudé est le plus ancien de tous les gâteaux encore connus en Aveyron. Cette très ancienne spécialité biscuitière était également nommée panis qui disunher eschandatis » (pains appelés échaudés). D’après certains écrits, son origine remonte à l’Antiquité. Plus tard, l’échaudé faisait partie, parait-il, de la besace des chevaliers partis aux croisades. Dès le XIIème siècle, il est connu dans toute la région d’Albi : une charte de 1202 y fait allusion parlant de ce « panis qui discuntiur eschaudats ». Une tradition orale rapporte que c’est à l’occasion d’un séjour que Saint Louis aurait effectué à Albi qu’un boulanger dénommé Jeannot aurait eu l’idée d’adjoindre de l’anis aux échaudés qu’il offrit au roi.

En épousant Marguerite de Provence, Saint Louis accueille en son Palais toute une suite de poètes, apothicaires et confiseurs, sévèrement Blanche de Castille régie par Blanche de Castille (1188-1252), la mère du roi. De nouvelles recettes utilisent l’anis, au grand plaisir des Anysetiers de la rue Vieille du Temple. La petite dragée de sucre enrobant une graine d’anis fut fort appréciée par les dames de la cour et fut rebaptisée "dragée à la reine" pour ne faire point de jaloux.

Oublié en France et en Europe jusqu’au Moyen Age, l’anis vert fut redécouvert lors des croisades et réintroduit à cette occasion dans la pharmacopée occidentale via les ports croisés, notamment Marseille et Gènes. Son usage resta toutefois exclusivement médicinal, attesté par l’existence, en 1263, d’une confrérie des "anysetiers" qui détenait un quasi-monopole sur son utilisation pharmaceutique à travers l’élaboration d’onguents, élixirs, liqueurs, huiles, etc... Au fil du temps, cette présence dans la pharmacopée ne se démentit pas. L’anis vert faisait parti, dans l’officine du temps passé, des Quatre Semences Chaudes Majeures avec le Carvi, le Cumin et le Fenouil. On redécouvrit en particulier ses vertus stomachiques ancestrales.

En 1288, le sucre, l'anis, le cumin, le riz, le crocus, le clou de girofle, le c poivre long », le « poivre noir » et certains produits étranges qu'il appelle macis, bebis, guaringano, etc., figurent dans ses comptes pour 52 livres, 18 sous, 4 deniers, ce qui représente plusieurs milliers de francs de notre monnaie. C'est qu'il entrait beaucoup de ces épices dans la fameuse sauce caméline, condiment obligatoire de toutes les viandes des fètages.

Dès le XIVème siècle, on s’en servait pour aromatiser le pain et certaines pâtisseries.

En 1305, de l'anis vert a été énumérés par le roi Édouard I comme un assujetti de drogue et les marchands mettre en Londres a payé un péage pour aider à recueillir des fonds pour entretenir et réparer pont de Londres.

Pline lui reconnaissait également " le pouvoir du sommeil et la jeunesse du visage ", car on en faisait déjà des onguents, et dans bien des pays on continue à faire des masques de beauté avec des graines broyées. N'oublions pas qu'à partir de l'époque impériale les Romains qui pouvaient se le permettre faisaient un usage quasi-systématique des produits de beauté. D'ailleurs la fameuse " cold-cream ", un onguent mélangé à de l'eau qui permettait de rafraîchir la peau à mesure que l'eau s'évaporait, est une descendance très directe de l'unguentum infrigidas, une préparation de Galien, médecin de Marc Aurèle, auteur de plusieurs traités sur les massages, né vers l'an 130 environ un siècle après Pline.


_________________
avatar
Stephandra
Dans l'autre monde
Dans l'autre monde

Féminin Nombre de messages : 16007
Localisation : A ses côtés
Date d'inscription : 13/04/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Herbiers

Message par Stephandra le Ven 30 Nov 2012, 19:40

Arbousier




Où?

Arbuste de 5 a 7 mètres poussant essentiellement dans le midi dont on utilise les racines, les feuilles l'écorce et les fruits.


A quoi ça sert?

L'arbousier est un puissant diurétique et favorise la circulation sanguine
Également : Cystite, urétrite, diarrhée, maladies du foie et des reins, artériosclérose.
Feuilles : Astringentes, Diurétiques, Antiseptique des voies urinaires.
Feuilles et Fruits : inflammatoire, Antirhumatismale, diurétique.


Comment l'utiliser?

En infusion : 50 g de feuilles pour 1 litre d'eau bouillante, laisser infuser 5 mn.

En décoction : Faire macérer une nuit 40 g de racine séchée coupée pour 1 litre d'eau, puis laisser évaporer à feu doux jusqu'au tiers, laisser reposer, filtrer, 1 verre chaque matin à jeun pendant 3 jours.


Quand la récolter?

Récolte : Fruit : octobre – février, ou même avant maturité quand ils sont déjà oranges .


En savoir plus

Goût : Fruit : Goût agréable, mais fade, en confiture proche du coing, Saveur : douce, légèrement acidulé et farineuse.

Les arbouses peuvent être cuisinées en confiture, gelée, compote. On peut en faire du vinaigre, de la liqueur ou du vin.

On sait que l'arbouse était utilisée pour faire des alcools au Moyen-Age.

Autres utilisations :

- Les feuilles servaient au tannage des peaux.
- Le bois, au grain très fin, est utilisé en ébénisterie.

_________________
avatar
Stephandra
Dans l'autre monde
Dans l'autre monde

Féminin Nombre de messages : 16007
Localisation : A ses côtés
Date d'inscription : 13/04/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Herbiers

Message par Stephandra le Ven 30 Nov 2012, 21:48

Aristoloche





Où?

Plante toxique en cas de surdosage
Plante vivace d'Europe méridionale, sur les sols calcaires de 0,30 à 0,70 m dont on uilise les feuilles et les souches.


A quoi ça sert?

L'aristoloche a la réputation de faciliter l'accouchement et régulariser les règles.
Également : arthrite, goutte, rhumatismes.


Comment l'utiliser?

En Infusion 15 g par litre d'eau ; 3 tasses par jour.


Quand la récolter?



En savoir plus

On distingue trois espèces d'aristoloches : l'une appelée longue, parce que sa racine est longue ; l'autre ronde, parce que sa racine est ronde ; la troisième, appelée clématite, de son nom grec κληματίς, possède à peu près les mêmes vertus que la seconde. Toutes les trois ont une siccité du premier degré, et une chaleur du second. Prise avec du vin, l'aristoloche ronde remédie aux morsures venimeuses, neutralise l'effet des poisons, et précipite l'arrière-faix. Prise avec du poivre et de la myrrhe, elle préserve, après l'accouchement, de toute putréfaction intérieure ; il suffit même, pour obtenir cet effet, de l'appliquer sous la matrice. Elle est également bonne contre l'asthme et les rhumes. Avec de l'eau, elle remédie à la pleurésie. Broyée et employée en topique, elle fait sortir les corps pointus qui auraient pu s'introduire dans l'épaisseur des tissus. Avec du miel, elle purifie et cicatrise les blessures. En ajoutant de l'iris, et en se frottant les gencives avec cette mixtion, on préserve les dents de la carie. Bue avec de l'eau, l'aristoloche dissipe les obstructions de la rate, les douleurs de côté, et est d'une merveilleuse efficacité contre les fièvres malignes ; elle dissipe aussi, mieux que tout autre remède, les spasmes, et les douleurs aiguës et la goutte, quand on en fait un long usage ; elle est de plus, souvent efficace contre l'épilepsie, calme les douleurs violentes des entrailles et ranime les membres des paralytiques. Sa fumée, dit-on, met en fuite le malin esprit, et égaye les enfants. Sa racine, pilée et introduite dans la plaie, a la vertu de cicatriser les fistules ; mais il faut avoir soin de la bien laver avant de s'en servir. Administrée à l'intérieur, elle arrête, dit-on, le hoquet. L'aristoloche longue a toutes les vertus de la ronde, mais à un moindre degré. C'est pourquoi, à défaut de cette dernière, il faudra employer la longue dans la proportion d'une demie en sus. Une décoction d'aristoloche longue, employée en fomentation ou en boisson, dissipe, d'une manière merveilleuse, les affections de la matrice, en débilitant les humeurs. Pline prétend que cette plante, combinée avec de la chair de boeuf, et appliquée sur la matrice après la conception, fait naître des enfants mâles. Broyée et mêlée avec de la chaux, l'aristoloche ronde tue les poissons : ce qui l'a fait appeler par quelques personnes poison de la terre.

_________________
avatar
Stephandra
Dans l'autre monde
Dans l'autre monde

Féminin Nombre de messages : 16007
Localisation : A ses côtés
Date d'inscription : 13/04/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Herbiers

Message par Stephandra le Ven 30 Nov 2012, 21:54

Armoise




Où?

Plante vivace poussant sur les terrains incultes, le long des ruisseaux de 0,80 à 1,50 m dont on utilise les feuilles les racines, les sommités fleuries.


A quoi ça sert?

L'armoise favorise les règles et stimule la digestion. Utile comme vermifuge, en cas de parasitose intestinale.
Également : Antiseptique, antipaludéen, accouchement, troubles nerveux, épilepsie, vertiges, vomissements, diarrhée chronique.


Comment l'utiliser?


En infusion 20 g de plante séchée pour un litre d'eau à boire durant la journée, commencer 10 jours avant l'époque habituelle des règles.

Une poignée de feuilles par litre d'eau laisser infuser 15 minutes ; 4 tasses par jour.

Vin d'armoise, 50 g de sommités fleuries macérées pendant 30 jours dans 1 litre de vin, filtrer. Prendre 1 petit verre avant chaque repas.


Quand la récolter?



En savoir plus

Au début d'un poème où je me propose de dire les vertus des herbes, celle qu'on appelle communément la mère des plantes, et qui a reçu des Grecs le nom d'armoise, s'offre naturellement la première à mes chants. Elle doit son nom à Diane, que les Grecs appellent Artémis, et qui passe pour en avoir découvert les propriétés. Cette herbe remédie principalement aux maladies des femmes. Une décoction d'armoise, prise en boisson, facilite l'écoulement périodique du sang. On obtient le même effet,soit en bornant son usage à de fréquentes frictions faites à la •matrice, soit en la broyant crue dans du vin pur et en la buvant ainsi mélangée, soit en l'appliquant toute verte en cataplasme sur le bas-ventre pendant la nuit. Prise en breuvage, ou même simplement placée sous le siège, elle facilite l'accouchement, elle amollit la rigidité des parties, et dissout les tumeurs. Comme boisson, elle est diurétique, et délivre de la gravelle. Infusée dans le vin, elle finit par dissiper la jaunisse. Suivant Pline, l'armoise combinée avec de la graisse donne un emplâtre très efficace contre les scrofules ; il en recommande surtout l'emploi avec du vin. Broyée dans cette liqueur, elle devient une boisson qui neutralise les funestes effets de l'opium. On prétend même qu'elle est un préservatif contre toute sorte de poison et contre la morsure des bétes féroces. Sa racine, suspendue au cou, est un talisman contre les rainettes et contre toutes les grenouilles venimeuses. Mêlé avec du vin, le jus de cette herbe a la même vertu. Broyée toute fraîche avec le moût, elle fait du vin un spécifique contre les diverses affections dont je viens de parler, et lui donne en même temps une saveur et une odeur très agréables. Entre autres vertus, le vin ainsi mixtionné fortifie l'estomac et est un bon cordial.

_________________
avatar
Stephandra
Dans l'autre monde
Dans l'autre monde

Féminin Nombre de messages : 16007
Localisation : A ses côtés
Date d'inscription : 13/04/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Herbiers

Message par Stephandra le Ven 30 Nov 2012, 22:03

Arnica




Où?

Attention cette plante est toxique en cas de surdosage
Plante vivace de 0,20 à 0,40 m qui pousse dans les pâturages entre 500 et 2500 m dont on utilise les racines les fleurs et les feuilles.


A quoi ça sert?

L'arnica est surtout employé pour soigner les hématomes les contusions les entorses en usage externe.
Également : Coqueluche, spasmes, tabagisme.


Comment l'utiliser?

En Teinture d'arnica : bien écraser 100 g de fleurs d'arnica séchées (ou un litre de fleurs fraîches) dans 1 l d'eau de vie. Laisser macérer et dynamiser 15 jours au soleil. Filtrer conserver dans des flacons teintés et garder au frais. En usage externe pour soigner les foulures hématomes luxations douleurs rhumatismes.

Décoction pour compresses chaudes sur les contusions 2 cuillères à soupe par litre d'eau faire bouillir 15 minutes.


Quand la récolter?



En savoir plus

"Quand un homme et une femme sont amoureux, si quelqu'un étale de l'arnica sur la peau d'une de ces personnes, quand l'arnica a séché ils deviennent éperdus d'amour, jusqu'à en perdre la raison."
C'est ainsi qu'au Moyen-Age Hildegarde de Bingen décrivait les propriétés de l'Arnica... Depuis, on a un peu oublié l'usage amoureux au profit des bleus et des bosses ! Mais si on veut transmettre ce patrimoine à nos lointains descendants, il va falloir le protéger.

Connue des Grecs de l'Antiquité (et probablement bien avant !), c'est au Moyen-Age que les écrits témoignant de ses usages se précisent. Dans la médecine populaire médiévale, l'Arnica paraît être utilisée pour les douleurs menstruelles et comme agent abortif. Ce sont les usages gynécologiques qui sont soulignés, il n’y a pas encore de preuve que la plante ait été utilisée pour soigner les blessures externes. L'Arnica n’était pas seulement employée comme plante médicinale mais aussi pour préparer des philtres d'amour. Dans beaucoup de régions, elle passait pour aphrodisiaque. "Quand un homme et une femme sont amoureux, si quelqu'un étale de l'Arnica sur la peau d'une de ces personnes, quand l'Arnica a séché ils deviennent éperdus d'amour, jusqu'à en perdre la raison." écrivait Hildegarde de Bingen au Moyen-Age. L'Arnica a une action sur les nerfs, peut-être cela a-t-il porté à confusion ?!

_________________
avatar
Stephandra
Dans l'autre monde
Dans l'autre monde

Féminin Nombre de messages : 16007
Localisation : A ses côtés
Date d'inscription : 13/04/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Herbiers

Message par Stephandra le Ven 30 Nov 2012, 22:22

Artichaut




Où?

Plante de 1.5 m dont on utilise les feuilles et le fruit.


A quoi ça sert?

Le fruit cru est excellent pour le foie qu'il protège des infections en éliminant les toxines.
C'est la plante protectrice du foie. Il contient de la cynarine qui stimule la formation et l'élimination de la bile. Il aide à la reconstitution de la cellule hépatique, raison pour laquelle on l'utilise dans les cas de jaunisse et de cirrhose.
Également en infusion de feuilles pour combattre le cholestérol et l'urée.


Comment l'utiliser?

Infusion : une cuillère de feuilles coupées par tasse faire bouillir puis infuser 10 minutes ; 2 tasses par jour sucrées au miel car la tisane est très amère.

En décoction : 30 g de feuilles pour 1 litre d'eau, bouillir 10 mn; 2 tasses par jour.


Quand la récolter?



En savoir plus

Ce n’est qu’au Moyen-âge (1400) que l’artichaut apparaît en Italie. C’est un cousin du cardon, sorte de chardon consommé depuis la Préhistoire. Il arrive en France un siècle plus tard, très apprécié par la reine Catherine de Médicis. L’artichaut devient alors un légume populaire et connu de tous.

L'herboristerie traditionnelle utilise l'artichaut en feuilles fraîches ou séchées, en jus (de plante entière ou en divers extraits liquides) ou en extraits solides. En France, la Note Explicative de l'Agence du médicament (1998) admet qu'il est possible d'utiliser la feuille d'artichaut

pour faciliter les fonctions d'élimination urinaire et digestive ;
comme cholérétique ou cholagogue ;
pour favoriser l'élimination rénale de l'eau12.

Les effets bénéfiques de l'artichaut sur le foie et la vésicule biliaire sont connus depuis longtemps et habituellement appréciés au lendemain de réveillons copieusement arrosés. Mais comme le remarque un peu sardoniquement Bruneton12 « Pour nombre de pharmacologues, les affections traitées par cholagogues et les cholérétiques auraient pour seule origine des irritations de la muqueuse gastrique : dans ces conditions, l'intérêt d'accroître la sécrétion de bile ou de stimuler la contraction vésiculaire n'apparaît pas très clairement. »
Contre-indications :

calculs biliaires ou obstruction des voies biliaires parce que l'artichaut stimule la production de bile
allergie aux plantes de la famille des composées (marguerites, asters, camomille, etc.)

_________________
avatar
Stephandra
Dans l'autre monde
Dans l'autre monde

Féminin Nombre de messages : 16007
Localisation : A ses côtés
Date d'inscription : 13/04/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Herbiers

Message par Stephandra le Ven 30 Nov 2012, 22:33

Aspérule odorante




Où?

Petite plante dans les sous-bois du nord et est de l'Europe de 0,10 à 0,30 m que l'on utilise entière.


A quoi ça sert?

L'aspérule odorante est un calmant contre les insomnies elle procure le sommeil des justes.
Également : Lithiase et troubles hépatiques, céphalées, problèmes digestifs et en usage externe, abcès, chasse les insectes.


Comment l'utiliser?

En infusion une cuillère à dessert par tasse d'eau laisser infuser 10 minutes ; 4 tasses par jour.

La plante sèche dégage une agréable odeur de vanille, utilisée pour parfumer les flans, crèmes brulées.

Poser sur le front un cataplasme d'aspérule fraîche écrasée en cas de maux de tête


Quand la récolter?

Ses ombelles
de petites fleurs blanches sont très décoratives et viennent mettre une jolie touche de couleur sur le sol riche en humus de la forêt.
Les feuilles fraîches du gaillet odorant, d’un vert intense, sont récoltées de fin avril à début juin. On cueille les feuilles des 3 à 4 étages supérieurs des plantes pas encore en fleurs – si elles sont déjà fleuries, il est préférable de ne pas utiliser trop de fleurs.

En savoir plus

Utilisation dans la médecine naturelle
La reine des bois séchée peut être utilisée, mélangée à d’autres herbes comme la lavande et la mélisse, pour rembourrer un oreiller qui dispensera un sommeil bienfaisant.
Macérée dans le vin, cette plante aurait le pouvoir de «mettre le coeur en joie».
En usage externe, les feuilles fraîches triturées dans la main peuvent également apaiser les piqûres d’insectes. Les feuilles fraîches écrasées aident vite le sang à se coaguler dans les plaies.
Les feuilles séchées glissées sous un tapis et entre les piles de linge chassent les mites et toutes sortes d’insectes indésirables.
Les propriétés médicinales du gaillet odorant – action diurétique, calmante, stimulante du foie.


_________________
avatar
Stephandra
Dans l'autre monde
Dans l'autre monde

Féminin Nombre de messages : 16007
Localisation : A ses côtés
Date d'inscription : 13/04/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Herbiers

Message par Stephandra le Dim 02 Déc 2012, 16:59

Aubépine




Où?

Arbrisseau épineux des bois de 2 à 3 m dont on utilise les fleurs et les baies.
L’aubépine pousse à la lisière des forêts, dans les bois de feuillus peu touffus et les taillis jusqu’à une altitude de 1500 mètres. On l’utilise souvent pour des haies. L’aubépine est courante dans toute l’Europe.


A quoi ça sert?

L'infusion d'aubépine est un puissant sédatif du système cardiovasculaire régulateur de la tension sanguine et du rythme cardiaque.
Également : Palpitations, angine de poitrine, acouphènes, artériosclérose, troubles vasomoteurs, ménopause, nervosité, spasmes, diarrhée.
En usage externe : Cellulite, angines, maux de gorges, gargarismes.


Comment l'utiliser?

2 cuillerées à soupe de graines d'aubépine, ajouter 3 tasses d'eau bouillante, laisser macérer 24 heures ; boire 1 tasse avant chaque repas.

En infusion une cuillère à soupe de fleurs par tasse laisser infuser 10 minutes ; 3 tasses par jour.

Remplir un bocal de sommités fleuries sèches recouvrir de Cognac laisser reposer 2 semaines filtrer mettre en bouteille ; 2 petites cuillères par jour.


Quand la récolter?



En savoir plus

Propriétés et utilisations :
L’aubépine était déjà utilisée au Moyen Age pour soigner la pleurésie et les crises de goutte. Les sommités fleuries contiennent des flavonoïdes qui sont utilisées depuis le 19 ème pour leurs propriétés pour traiter les affections du système cardio-vasculaire et du système nerveux. A utiliser avec prudence car un surdosage peut provoquer des troubles cardio-vasculaire.
La pulpe des cenelles étaient autrefois séchée, moulue et mélangée aux farines. Les anciens confectionnaient avec une boisson alcoolisée et les graines torréfiées remplaçaient le café. Son bois rougeâtre à un grain fin, mais il se déforme.


_________________
avatar
Stephandra
Dans l'autre monde
Dans l'autre monde

Féminin Nombre de messages : 16007
Localisation : A ses côtés
Date d'inscription : 13/04/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Herbiers

Message par Stephandra le Dim 02 Déc 2012, 17:07

Aunée




Où?

Plante vivace des sols humides de 1,50 m le plus souvent cultivée dont on utilise la racine.


A quoi ça sert?

La racine d'aunée est tonique et expectorante, connue depuis longtemps comme tonifiant du système respiratoire son action permet de soigner les affections des bronches dont elle assèche les muqueuses, bronchites chroniques, asthme, bronchites. Grâce à ses propriétés amères elle stimule aussi l'estomac.
Également : Anémie, fatigue, vermifuge, digestion, appétit, toux, antiseptique.


Comment l'utiliser?


En décoction : 1 cuillère à café de racine écrasée par tasse, faire bouillir 10 minutes, à avaler par petites gorgées ; 3 tasses par jour.

En teinture contre la bronchite : mélanger 50 ml de teinture d'aunée et 50 ml de teinture de thym ; 1 cuillère à café 3 fois par jour.

En sirop pour calmer la toux : Préparer une infusion, faire réduire de moitié à feu doux, puis ajouter du sucre ou du miel ; prendre une ou deux cuillères à café de ce sirop toutes les 2 heures.


Quand la récolter?



En savoir plus

L'aunée, que l'on appelle communément elna, et que les médecins nomment helenium, est une herbe dont tout le monde connaît la forme. On lui attribue une humidité du premier degré, et une chaleur du second. Une décoction de cette herbe, prise en boisson, facilite écoulement périodique du sang chez les femmes, active la sécrétion de l'urine, provoque l'expulsion du foetus mort dans la matrice, et passe pour relâcher le ventre. Broyée et appliquée sur la partie douloureuse, sa racine dissipe la sciatique. Un cataplasme de feuilles d'aunée cuites dans du vin, appliqué sur les reins, est très efficace contre la névralgie. Réduite en poudre et incorporée avec du miel, sa racine devient un aliment qui apaise la toux et remédie à l'orthopnée. Le jus de cette herbe, mêlé à celui de la rue, est un breuvage efficace, dit-on, dans les cas de fractures.


Propriétés médicinales :

*Antiseptique des voies respiratoires
*Expectorant
*Cholagogue
*Diurétique
*Sudorifique
*Tonique
*Apéritif
*Digestif
*Bactéricide
*Emménagogue
*Vermifuge
*Sédatif
*Cicatrisant
*Antifongique


Usages :

Interne :

*Bronchites, asthme, quinte de toux, tuberculose pulmonaire
*Affections du foie, ictères
*Affections de la vésicule biliaire
*Hémorroïdes
*Anémie, fatigue générale
*Règles douloureuses, insuffisance des règles
*Leucorrhée
*Hypertension
*Parasites intestinaux
*Diarrhée
*Goutte

Externe :

*Dartres, gale, eczéma
*Ulcères, escarres

_________________
avatar
Stephandra
Dans l'autre monde
Dans l'autre monde

Féminin Nombre de messages : 16007
Localisation : A ses côtés
Date d'inscription : 13/04/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Herbiers

Message par Stephandra le Dim 02 Déc 2012, 17:18

Avoine




Où?

Plante céréale cultivée dont on utilise la graine.


A quoi ça sert?

L'avoine est nutritive, fortifiantes, les grains sont énergétiques et légèrement antidépresseurs. La bouillie de flocons d'avoine rétablit le système nerveux et contribue à faire baisser le cholestérol.
Également : Stimule la libido, convalescence, asthme, troubles du sommeil, diabète.


Comment l'utiliser?

En bain pour apaiser les eczémas remplir un sachet de mousseline de bouillie de flocons d'avoine et le suspendre sous le robinet d'eau chaude.

Contre le stress manger de l'avoine en farine ou en flocons.

Décoction de paille d'avoine contre les troubles du sommeil, 30 g par litre d'eau, bouillir 5 mn, une tasse au coucher.


Quand la récolter?


En savoir plus

paillasse de balle d’avoine
Tant que les pratiques agricoles permirent de récolter l'enveloppe du grain ou "balle d'avoine", on se servit de cette balle douce et souple pour faire des oreillers ou des paillasses, recommandés pour les enfants au berceau et pour les personnes qui ne supportaient pas la plume.

Au moyen âge, on utilise des cataplasmes d'avoine pour faire mûrir certains abcès et on soulage rapidement un point de côté ou un lumbago par des cataplasmes d'avoine entière, cuite avec un peu de vinaigre.
L'avoine reconstitue, purifie et adoucit. On donnait aux personnes affaiblies du gruau d'avoine au lait et les convalescents épuisés buvaient une décoction d'avoine.

_________________
avatar
Stephandra
Dans l'autre monde
Dans l'autre monde

Féminin Nombre de messages : 16007
Localisation : A ses côtés
Date d'inscription : 13/04/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Herbiers

Message par Stephandra le Dim 02 Déc 2012, 17:27

Bardane




Où?

Plante vigoureuse des terrains incultes de 0,50 a 2 m dont on utilise surtout les racines.
Préférant les endroits ensoleillés et tolérant les sols pauvres, elle est commune autour des lieux habités dans les terrains en friche ou incultes.


A quoi ça sert?

En infusion de racines la bardane débarrasse le corps de ses déchets. En cataplasme de feuilles fraiches excellent pour traiter les problèmes dermatologiques acné, furoncles, abcès, eczéma, psoriasis.
Elle contient une substance hypoglicémiante qui contribue à baisser le taux de sucre en cas de diabète.
Également : goutte, lithiase vésiculaire, rhumatismes, sudation, rougeole.
Traiter l'acné, l'eczéma, le psoriasis et autres affections cutanées, le diabète et les troubles arthritiques; protéger l’organisme contre les infections, les intoxications


Comment l'utiliser?

En infusion 30 g pour 1/2 litre d'eau faire bouillir 3 minutes puis laisser infuser 10 minutes.

En décoction faire bouillir 10 grammes de racines dans 3 tasses d'eau, laisser réduire d'un tiers, filtrer ; boire 1 tasse tiède avant chaque repas.

En cataplasme, faire cuire dans très peu de lait quelques feuilles fraîches ; appliquer tiède entre deux mousselines.
Acné, eczéma, psoriasis

Racine séchée. Prendre de 1 g à 2 g, 3 fois par jour.
Infusion. Infuser de 2 g à 6 g de racine séchée dans 250 ml (1 tasse) d’eau bouillante, pendant une dizaine de minutes. Boire 3 tasses par jour.
Décoction. Placer de 2 g à 6 g de poudre de racine séchée dans 250 ml (1 tasse) d'eau froide, amener à ébullition et laisser mijoter doucement durant 5 à 10 minutes. Filtrer et refroidir. Boire 3 tasses par jour. On peut également appliquer, sur les parties atteintes, des compresses imbibées d’une décoction obtenue avec 25 g de racine dans 500 ml (2 tasses) d’eau.
Extrait liquide (1:1, éthanol à 25 %). Prendre de 2 ml à 8 ml, 3 fois par jour.
Teinture (1:10, éthanol à 45 %). Prendre de 2 ml à 4 ml, 3 fois par jour.

Quand la récolter?


En savoir plus


Les herboristes de la Chine et de l'Inde anciennes employaient la bardane pour traiter les infections respiratoires, les abcès et les douleurs articulaires.

Depuis le Moyen Âge, on emploie la bardane pour traiter la goutte, les tumeurs cancéreuses, les problèmes de peau, les maladies transmises sexuellement et les troubles de la vessie et des reins.

Les Amérindiennes s'en servaient pour stimuler les contractions utérines durant un accouchement difficile.

Sous le nom de Ngau Pong en Chine et de gobo au Japon, la racine fraîche est consommée comme un légume.

Au XXe siècle, la bardane a connu un regain de popularité, notamment en raison de sa présence dans deux préparations populaires destinées à combattre le cancer : la formule Hoxsey aux États-Unis et ESSIAC au Canada.




_________________
avatar
Stephandra
Dans l'autre monde
Dans l'autre monde

Féminin Nombre de messages : 16007
Localisation : A ses côtés
Date d'inscription : 13/04/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Herbiers

Message par Stephandra le Dim 02 Déc 2012, 17:43

Basilic




Où?

Plante cultivée dans la région méditerranéenne que l'on utilise entière .


A quoi ça sert?

En infusion le basilic est diurétique et tranquillisant, il aide la digestion. Un bouquet de basilic dans une pièce repousse les insectes.
Également : Gastrite, dyspepsie, aérophagie, vomissements, toux, coqueluche.
Et en usage externe : Aphtes, orgelets.


Comment l'utiliser?

En infusion : 5 g de feuilles ou sommités fleuries pour 100 g d'eau, deux à trois fois par jour après les repas.

En vin : faire macérer pendant trois jours une poignée de feuilles dans un litre de vin, filtrer, sucrer, un verre après le repas.

Garder une plante de basilic pour protéger une pièce de l'intrusion des insectes.


Quand la récolter?


En savoir plus

Au Moyen-Age, le basilic fut progressivement associe a l'a1chimie et a la sorcellerie (il permettait de repérer a coup sur les sorcières). «Ainsi, la récolte de la plante s 'accompagnait d'un rituel précis: l 'herboriste devait purifier sa main dite profanatrice en l'aspergeant, a l 'aide dl/un rameau de chêne, de l'eau de trois sources différentes, revêtir des vêtements propres et se tenir a distance des êtres impurs, en particulier des femmes en période de menstruation. Les instruments de fer, métal , erraient, bien entendu, proscrits lors de la cueillette. Les sorciers qui recherchaient eux aussi Ie basilic, procédaient également au ramassage avec un rituel qui était en tous points oppose a celui que nous venons de relater. La Plante devait être cueillie la nuit, par une femme non vierge, de la main gauche, mise dans une chemise soulte et coupée avec un couteau venant de servir a égorger un poulet noir ». (Pierre Ferran)



Le basilic est une herbe souvent ajoutée dans l'onguent dont les sorcières s'enduisaient pour voler dans les airs (ce qui en réalité serait plutôt une expérience de projection astrale).

Selon une croyance médiévale, le basilic créa le scorpion. En effet, il suffisait de couper quelques feuilles de basilic, de les déposer sur le sol, à même la terre et de renverser un pot dessus. Quelques jours plus tard, avec précaution, on soulevait le pot et, à la place du basilic on retrouvait un scorpion. Cette pratique était, à une certaine époque, très en vogue et le scorpion devenait l'animal favori de personnes aux penchants funestes qui briguaient un poste ou un changement matrimonial.


Il ne faut pas penser que le basilic a toujours été associé au sacré et à la mort. Il prend, dès le Moyen-Age, et sur tout le pourtour bassin méditerranéen, un caractère plus humain, plus social. Il parfume même l'eau de lessive et joue les entremetteuses.

_________________
avatar
Stephandra
Dans l'autre monde
Dans l'autre monde

Féminin Nombre de messages : 16007
Localisation : A ses côtés
Date d'inscription : 13/04/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Herbiers

Message par Stephandra le Dim 02 Déc 2012, 17:52

Berce




Où?

Plante des prairies et des bois très répandue dans toute l'Europe sauf en Méditerranée de 0,50 à 1,50 m dont on utilise les racines les feuilles et les graines.


A quoi ça sert?

La racine de berce est indiquée comme stimulant et aphrodisiaque. Elle a des propriétés proches de celles du ginseng.
Également : Hypertension, digestion difficile, règles insuffisantes.


Comment l'utiliser?


En infusion une cuillère à soupe pour un quart de litre d'eau bouillante à raison de 3 à 6 tasses par jour.

Délicieux : Cuits à la vapeur les boutons floraux et les feuilles se mangent comme un légume.

Vin de berce, laisser macérer 24 h, dans 1 litre de vin rouge, 50 g de racines et de feuilles coupées en petits morceaux, passer; 1 petit verre avant les repas.


Quand la récolter?


En savoir plus

La Berce
Heracleum sphondylium (« vertèbre d’Hercule »), appelée aussi Patte-d'ours, Herbe du Diable, Angélique sauvage.
Dans l’Antiquité, la Berce était dédiée au héros grec Hercule à la force légendaire : sa très grande taille peut aller de 1,50m à 3m ! Sa tige est dressée, robuste, duveteuse et creuse, avec des fleurs blanches en ombelles. Les feuilles apparaissent avant les fleurs et ont une forme rappelant les pattes d'ours.
La berce est un bon diurétique, elle soulage les règles douloureuses et améliore les règles insuffisantes. Mais ce sont surtout ses propriétés aphrodisiaques qui sont intéressantes : tonique, stimulante, excitante, elle redonne l'appétit sexuel et le plaisir aux jeux de l'amour. C’est en 1926 que le Dr Leclerc découvrit ses vertus excitantes.
Ses propriétés sont proches de celles du ginseng, et utilisées en phytothérapie notamment pour relancer le « circuit du plaisir ».
La berce contient une substance voisine de la testostérone, l’hormone sexuelle mâle du désir. Son rôle est indispensable dans le désir féminin : elle contribue à une sexualité féminine épanouie. La testostérone augmente la libido et la vitalité. Elle rend particulièrement sensibles les zones érogènes, entraîne une érotisation du cerveau en augmentant fantasmes et imaginaire sexuel.
Vous pouvez confectionner vous-même votre Vin de berce : laissez macérer 24 h, dans 1 litre de vin rouge, 50 g de racines et de feuilles coupées en petits morceaux, puis passez; 1 petit verre avant les repas.

La berce est un bon diurétique, elle lutte contre l’hypertension, soulage les règles douloureuses, les rhumatismes, facilite la digestion. En médecine populaire, la berce était réputée chasser les vers du cerveau mais ce sont surtout ses vertus aphrodisiaques qui l’ont rendue célèbre : tonique, stimulante, excitante, elle redonne l’appétit sexuel et le plaisir aux jeux de l’amour.
Les tiges et pétioles sont très sucrés : écorchés, séchés au soleil, ils étaient mangés tels quels, comme friandise. Seul inconvénient de cette plante: les tiges portent des poils qui peuvent, chez certaines personnes sensibles, provoquer une irritation de la peau.







_________________
avatar
Stephandra
Dans l'autre monde
Dans l'autre monde

Féminin Nombre de messages : 16007
Localisation : A ses côtés
Date d'inscription : 13/04/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Herbiers

Message par Stephandra le Dim 02 Déc 2012, 18:04

Bétoine




Où?

Cette plante peut être dangereuse à forte dose.
Plante vivace des sous-bois et lieux ombragés de 0,30 à 0,60 m dont on utilise les racines et feuilles.


A quoi ça sert?

La bétoine est surtout utilisée en fumigation contre les infections des voies respiratoires et l'emphysème.
Également : Tabagisme, goutte, ictère, insuffisance hépatique.
Et en usage externe : Plaies, ulcères, abcès.


Comment l'utiliser?

En décoction : 20 g de plante séchée pour 1/2 litre d'eau; faire bouillir 3 minutes, laisser reposer dix minutes; 3 tasses par jour.

En compresses avec une décoction de 100 g de feuilles sèches, faire bouillir 5 minutes dans un litre de vin rouge.


Quand la récolter?


En savoir plus


Les Grecs donnent à la bétoine le nom de κέστρον. Prise en breuvage, elle est diurétique et lithontriptique ; avec de la bouillie, elle remédie à l'hémoptysie. Mêlée avec du vin et du miel, elle est bonne contre l'hydropisie. Un cataplasme de feuilles de,bétoine est très efficace contre les contusions des yeux. Le suc de cette herbe, combiné avec de l'huile de rose, et injecté dans les oreilles, en dissipe les douleurs. Réduite en poudre et bouillie avec du miel, elle est bonne contre l'empyème, elle apaise la toux, elle soulage les asthmatiques, et remédie à la plupart des maux d'estomac. S'il y a fièvre, il faut la boire avec de l'eau chaude ; s'il n'y a pas de fièvre, avec du vin. Mêlée avec du vin miellé, cette même poudre relâche le ventre. Un cataplasme de feuilles de bétoine broyées avec un peu de sel, cicatrise les blessures récentes ; en broyant la plante seule, on obtient un remède efficace contre les fractures de la tête. Les feuilles de bétoine bouillies sont avantageusement employées en cataplasme dans les diverses affections des yeux. Mangée ou prise en boisson, elle arrête le larmoiement. Cette herbe a aussi la vertu de prévenir la cécité ; mais, pour obtenir cet heureux effet, il faut la mêler à égale quantité de rue, broyer ensemble ces deux herbes, et en boire le suc, délayé dans de l'eau tiède. Cette dernière préparation dissipe et fait évaporer le sang qui enflamme les yeux et leur rend leur mobilité. Prise avec de l'eau tiède, elle dissout les abcès douloureux du poumon, et remédie aux maux d'estomac. Une décoction de cette plante est bonne pour la rate et le foie. Quatre onces de bétoine et vingt-sept grains de poivre, triturés dans trois cyaethes de vin vieux, dégagent les reins et en dissipent les deuleurs. Une once de la même herbe, broyée dans deux tasses d'eau chaude, apaise les coliques les plus fortes. Avec du miel, elle guérit la toux, et relâche le ventre. Elle est un bon spécifique contre la fièvre quotidienne : dans ce cas, il faut joindre deux onces de bétoine à une once de plantain, et broyer le tout dans de l'eau tiède. Ce mélange donne une boisson, qui, pour être plus efficace, doit être prise avant le retour du frisson. Une once de bétoine, infusée dans un cyathe d'eau chaude, donne aussi une boisson qui, souvent administrée, soulage les hydropiques. La poudre de sa racine, combinée avec de l'hydromel, a la vertu de l'ellébore, et devient un vomitif très actif. Suivant Pline, quatre drachmes de cette racine, combinées avec du vin de raisins cuits au soleil ou du vin miellé, donnent une boisson qui, en provoquant les vomissements, purge l'estomac des flegmes qui le surchargent. La feuille de bétoine, réduite en poudre, et bue avec de l'hydromel, soulage ceux qui souffrent de quelque fracture, et remédie au relâchement de la matrice. Sa graine, ou, à défaut de graine, sa feuille, combinée avec du vin, est un excellent antidote. Une once de bétoine , avec du vin tiède, dissipe la jaunisse ; avec de l'hydromel, elle facilite chez les femmes l'écoulement périodique du sang. Réduite en poudre, et mêlée avec du miel et une livre de fèves, elle est bonne pour l'estomac et pour activer la digestion. Suivant Pline, cette herbe est un talisman contre les serpents : quand ils se voient entourés de tous côtés de bétoine fraîche, ils n'osent franchir cette barrière, et meurent dans le cercle fatal tracé autour d'eux, en se mordant eux-mêmes et en se frappant de leur queue. Ménémachus conseille de la mêler à tous les remèdes, comme étant, de toutes les herbes, la plus salutaire pour l'estomac. Pline dit qu'en portant avec soi cette plante, on n'a à redouter l'effet d'aucun poison ; prise avec du vin, elle a 'aussi, à ce qu'on assure, la vertu de ranimer et de colorer le teint.

_________________
avatar
Stephandra
Dans l'autre monde
Dans l'autre monde

Féminin Nombre de messages : 16007
Localisation : A ses côtés
Date d'inscription : 13/04/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Herbiers

Message par Stephandra le Dim 02 Déc 2012, 18:16

Bistorte




Où?

Plante vivace que l'on retrouve sur les terrains humides, de 0,30 à 1 m dont on utilise le rhizome.
Plante vivace de 20 à 40 cm de hauteur, à souche épaisse +/- contournée (souvent en tire-bouchon), à feuilles oblongues, celles de la base pourvues d’un pétiole ailé
Fleurs roses, groupées en épi terminal cylindrique
Fruit trigone
Prairies humides des régions montagneuses
France (sauf région méditerranéenne) Europe, Asie, Amérique du Nord


A quoi ça sert?

La bistorte est fébrifuge et tonique. On la prescrit aussi pour resserrer les tissus par son pouvoir astringent en usage externe (plaies, stomatite, pharyngite).
Également : Diarrhée, hémorroïdes, tuberculose.


Comment l'utiliser?

En Infusion 20 g par litre d'eau ; 3 tasses par jour après les repas.

En Macération 60 g pour un litre d'eau pendant 6 heures pour injection vaginale, gargarisme.

Vin de bistorte : faire macérer 125 g de racine dans 250 g d'alcool à 45° pendant 24 heures, ajouter un litre de vin rouge, laisser macérer encore pendant quatre jours en remuant souvent; filtrer, un verre avant chaque repas.


Quand la récolter?


En savoir plus

Au Moyen-Âge, on la pensait capable de favoriser la conception, car en resserrant l’utérus, elle aurait permis de retenir la semence



_________________
avatar
Stephandra
Dans l'autre monde
Dans l'autre monde

Féminin Nombre de messages : 16007
Localisation : A ses côtés
Date d'inscription : 13/04/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Herbiers

Message par Stephandra le Mar 04 Déc 2012, 20:37

Bleuet



Où?

Plante bisannuelle de 0,30 à 0,80 m poussant en Europe dans les champs de céréales que l'on utilise entière.



A quoi ça sert?

Le bleuet est prescrit comme décongestionnant en cas de conjonctivite, orgelet ou soins de la peau.
Également : Stomatite, soins du cuir chevelu.


Comment l'utiliser?

Infusion de 20 g pour 1 litre d'eau en compresse ou soins externes.

Pour les orgelets : Laisser infuser 60 g de bleuet pendant 1/2 heure dans un litre d'eau bouillante, laisser refroidir, appliquer en bain d'oeil.

Pour les conjonctivites : faire bouillir 30 g de fleurs pendant 1/4 d'heure dans un litre d'eau, laisser refroidir, appliquer en bain d'oeil.


Quand la récolter?



En savoir plus

Son appellation "casse-lunettes" lui a été donné au 17ème siècle. A l'époque les apothicaires pilaient les fleurs de bleuet avec de la rosée ou de l'eau de pluie pour préparer une eau calmante pour les yeux fragiles ou irrités.

L'eau de bleuet est utilisée par les femmes depuis le moyen-âge comme produit cosmétique car elle a la propriété de faire briller les yeux et d'illuminer le regard.

Aujourd'hui on retrouve cette fleur, principalement dans les démaquillants et les eaux florales pour ses propriétés calmantes, apaisantes et adoucissantes.

D'autre part, le bleuet peut être utilisé dans les soins capillaires pour ses propriétés toniques et vivifiantes.

Les vertus médicinales de la centaurée bleue furent mentionnées pour la première fois au XIIe siècle par saint Hidelgrade de Bingen. L'herboriste Pierandrea Mattioli (1501-1577) recommanda la plante en s'appuyant sur la doctrine des signatures, selon laquelle l'apparence extérieure d'une plante indiquait ses applications thérapeutiques. La couleur bleue de la fleur symbolisait les yeux sains : la plante servit donc de remède contre les affections oculaires. En France, la centaurée bleue est appelée pour cette raison "casse-lunette".

_________________
avatar
Stephandra
Dans l'autre monde
Dans l'autre monde

Féminin Nombre de messages : 16007
Localisation : A ses côtés
Date d'inscription : 13/04/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Herbiers

Message par Stephandra le Mar 04 Déc 2012, 20:55

Boucage



Où?

Plante des prairies pâturages secs et talus rocailleux de la plaine à la montagne de 0,50 m dont on utilise la racine.


A quoi ça sert?

Le boucage est utilisée pour ses qualités expectorantes dans le traitement des maladies des voies respiratoires, pharyngite, bronchite, trachéite.
Également : Asthme, inflammation des voies urinaires, calculs rénaux.
Et en usage externe : Sur les plaies qui cicatrisent mal.


Comment l'utiliser?

En infusion, 1 cuillère à café pour 1 tasse d'eau bouillante, laisser infuser 10 minutes, 2 tasses par jour ou en gargarisme plusieurs fois par jour.


En usage externe sur les plaies : Bain avec une infusion, 2 cuillères à soupe pour 1 litre d'eau bouillante.


Les jeunes feuilles se mangent aussi en salade.


Quand la récolter?


En savoir plus

Nombreuses sont les vertus tirées du boucage. Déjà, il possède des qualités stomachique, astringent, sudorifique et vulnéraire. Aussi, cette plante est conseillée en cas de diarrhée, d’angine, de flatulences, de calculs rénaux, d’inflammation des voies urinaires ou encore de palpitations. Avec ses propriétés expectorantes, elle peut intervenir dans le traitement des différentes affections des voies respiratoires comme la bronchite, l’asthme, la pharyngite et la rachéite. Vu sa qualité anti-inflammatoire, elle peut soigner les différentes plaies. De plus, le boucage est apéritive et tonique. Les racines et les feuilles constituent les parties utilisées du boucage afin de bien profiter de toutes ses vertus.

Autrefois les feuilles et les jeunes pousses de l'égopode étaient couramment consommées, crues en salade, cuites en légume vert d'accompagnement ou préparées en saumure comme la choucroute. Attention chez certaines personnes, leur contact peut provoquer des irritations dermiques.
Elle est réputée depuis l'Antiquité, pour soigner la goutte d'où son nom populaire d'Herbe aux goutteux, les pharmacopées traditionnelles la prescrivaient pour ces propriétés vulnéraires, stimulantes et diurétiques.


_________________
avatar
Stephandra
Dans l'autre monde
Dans l'autre monde

Féminin Nombre de messages : 16007
Localisation : A ses côtés
Date d'inscription : 13/04/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Herbiers

Message par Stephandra le Mar 04 Déc 2012, 21:06

Bouillon Blanc



Où?

Plante bisannuelle des lieux incultes de 0,80 à 2 m dont on utilise les fleurs et les feuilles.


A quoi ça sert?

Le bouillon-blanc (ou molène) est adoucissant calmant parfait contre les bronchites les rhumes l'asthme la toux, facilite l'expectoration et la transpiration, il a une action sur les inflammations internes.
Également : Trachéite, cystite, coliques, diarrhées, hémorroïdes.


Comment l'utiliser?

En infusion une poignée par tasse d'eau bouillante laisser infuser 10 minutes, passer à travers un coton hydrophile pour retenir les poils recouvrant les pétales ; 4 tasses par jour.

Cataplasmes de feuilles fraîches bouillies 5 mn dans du lait sur les panaris, anthrax, ulcères, hémorroïdes, engelures.


Quand la récolter?


En savoir plus

ses vertus sont connues de longue date. Au Moyen Age, en dehors des utilisations qui sont restées courantes aujourd'hui, les médecins conseillaient le suc de Bouillon blanc pour la goutte et les hémorroïdes, cela après une curieuse préparation qui consistait à piler ensemble les feuilles et les fleurs, puis à les laisser pourrir dans une «tinette» de bois fermée hermétiquement avec du plâtre, récipient que l'on exposait au soleil ou que l'on enfouissait dans du fumier ; au bout de trois mois de ce qu'on appelait une « digestion », on exprimait le suc qu'on conservait dans des flacons bien bouchés et qu'on appliquait sur les régions douloureuses. Les feuilles étaient également utilisées autrefois pour faire des mèches de lampe à huile, et l'épi floral pour chauffer le four des boulangers.

La molène bouillon-blanc était autrefois une plante technique. À maturité, sa hampe florale peut atteindre deux mètres. Elle était utilisée au Moyen Age comme torche. Pour cela, il fallait en retirer les feuilles et l'enduire de poix. Cet usage lui a valu ses noms de « herba luminaria » ou « cierge-Notre-Dame ».

_________________
avatar
Stephandra
Dans l'autre monde
Dans l'autre monde

Féminin Nombre de messages : 16007
Localisation : A ses côtés
Date d'inscription : 13/04/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Herbiers

Message par Stephandra le Mar 04 Déc 2012, 21:35

Bouleau





Où?

Arbre de 20 à 30 m poussant en Europe sur les terrains siliceux jusqu'à 2000 m dont on utilise les feuilles les bourgeons l'écorce la sève.


A quoi ça sert?

Le bouleau a de nombreuses vertus, on l'utilise pour nettoyer l'organisme et accompagner d'autres plantes.
Également : Oligurie, oedèmes, coliques néphrétiques, hypertension artérielle, obésité, goutte, rhumatismes, hypercholestérolémie, intoxication.
Et en usage externe : Plaies, dermatoses, dartres, soins des cheveux.


Comment l'utiliser?

En décoction une cuillère à café d'écorce par tasse d'eau bouillir 5 minutes ; 3 tasses par jour avant les repas.

En infusion une cuillère à dessert de feuilles bouillir puis infuser 10 minutes ; 3 tasses par jour entre les repas.

En décoction une cuillère à soupe de bourgeons par tasse faire bouillir 10 minutes ; une tasse avant les repas.


Quand la récolter?


En savoir plus

D’une façon générale, le Bouleau (pubescent ou verruqueux) possède des propriétés médicinales remarquables :

- C’est un antirhumatismal et dépuratif précieux.

- L’écorce est diurétique et fébrifuge ; elle stimulait la digestion et s’avère efficace contre les affections cutanées.

- La sève : dès 1350, la sève de bouleau est prescrite pour l’élimination des pierres aux reins et de la vessie (cette sève était appelée « eau » ou « sang de bouleau ») ; pour cette raison, et surtout grâce à sa réelle efficacité, le bouleau deviendra l’arbre néphrétique d’Europe. La sève du bouleau contient jusqu’à 2 % de sucre et se conserve bien stérilisée. Un arbre âgé (± 40 ans) donne facilement 1 litre de sève par jour. De nos jours encore, la vigueur de ses propriétés diurétiques et dépuratives n’est pas contestée. En outre, les maladies de la peau (dartres, eczémas, …) et des voies urinaires sont soulagées par une cure de sève (3 à 4 cuillères à soupe par jour) durant 15 jours et renouvellement de la cure après une semaine d’arrêt. On en fait de cette sève, également du sucre ou du sirop, du vin pétillant et sucré et du vinaigre.

- Les feuilles : cueillies au début de l’été, séchées et utilisées en infusion, elles sont diurétiques qui luttent contre la goutte et les rhumatismes ; elles sont aussi dépuratives et pourrait aider à dissoudre certains calculs des reins et de la vessie.

- Les bourgeons : ils ont les mêmes propriétés, renforcées, que les feuilles et s’utilisent soit en décoction, soit en compresse ou en lavage pour le traitement des dermatoses et abcès. On incorpore l’huile de l’écorce et de bourgeons à des savons médicinaux.

_________________
avatar
Stephandra
Dans l'autre monde
Dans l'autre monde

Féminin Nombre de messages : 16007
Localisation : A ses côtés
Date d'inscription : 13/04/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Herbiers

Message par Stephandra le Mar 04 Déc 2012, 21:44

Bourdaine



Où?

L'écorce fraiche de bourdaine est toxique mais on peut l'utiliser séchée.
Plante d'Europe sauf en méditerranée de 1 à 5 m dont on utilise l'écorce séchée qui est stockée au moins une année avant sa consommation.


A quoi ça sert?

La bourdaine est surtout employée comme laxatif et purgatif.
Également : Insuffisance biliaire, obésité, parasites intestinaux.
Et en usage externe : Dartres, gale, teigne, plaies.


Comment l'utiliser?

Décoction de 3 g par tasse comme laxatif.

Décoction de 6 g par tasse comme purgatif.

En usage externe deux poignées dans un litre d'eau faire bouillir 15 minutes contre les dartres ou les ulcères.


Quand la récolter?


En savoir plus

Dès le Moyen-âge, l’écorce séchée de la bourdaine est utilisée comme laxatif. La plante sera plus précisément décrite par des médecins et botanistes à partir de la Renaissance. Parmi eux, le flamand Robert Doedoens auquel le nom commun de la plante fait référence.

On utilise l’écorce des rameaux de 3 ans, de préférence pendant la floraison de mai à juillet, car l’écorce se détache alors plus facilement. On la fait sécher au moins une année avant de s’en servir car l’écorce fraîche contient un ferment et un principe vomitif.
Elle a été utilisée pour soigner les insuffisances biliaires, du moyen âge à notre époque ; elle était appelée « rhubarbe des paysans» , la rhubarbe ayant également des propriétés purgatives. Puis elle tomba dans l’oubli pour finir par retrouver son rang comme un de nos meilleurs laxatifs. L’écorce séchée de bourdaine est un laxatif qui n’entraîne ni irritation ni intolérance ni accoutumance, elle est d’un usage traditionnel. Utilisée sous forme de décoction, elle est recommandée contre la constipation spasmodique (les femmes enceintes peuvent en boire sans danger), contre les problèmes biliaires, la constipation chronique et les hémorroïdes. La bourdaine favorise aussi la digestion. Il faut respecter scrupuleusement les doses prescrites.
En usage externe, la bourdaine est recommandée lors de problèmes cutanés et en cas de trop grande exposition au soleil. On l’utilise aussi contre l’acné, mêlée au bouleau et à la pensée.
Les baies sont considérées comme toxiques, ce qui n’empêchaient pas certains paysans des Vosges d’en ajouter une poignée à leur potage lorsqu’ils voulaient se débarrasser d’une constipation tenace.
C’est une plante mellifère.
On fabriquait du fusain avec son bois vert lentement carbonisé et ses jeunes rameaux servaient à la confection de paniers ou de balais.
Son bois mâché colore, comme la rhubarbe, et servait à blondir les cheveux .
Les fruits entrent dans la composition du vert de vessie.
Elle est parfois cultivée pour la beauté de son feuillage, en haies ornementales.

_________________
avatar
Stephandra
Dans l'autre monde
Dans l'autre monde

Féminin Nombre de messages : 16007
Localisation : A ses côtés
Date d'inscription : 13/04/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Herbiers

Message par Stephandra le Ven 07 Déc 2012, 18:32

Bourrache



Où?


Plante des terrains incultes de 0,20 à 0,50 m dont on utilise les feuilles et les fleurs.
La Bourrache est une plante annuelle à racine fusiforme, noirâtre, épaisse, tendre et charnue. La tige, qui peut atteindre 50 centimètres, est cylindrique, dressée, charnue, un peu ailée, rameuse au sommet, couverte de poils rudes. Les feuilles, alternes, sont très grandes, ovales, sinueuses sur les bords, plus ou moins ridées comme la tige, elles sont couvertes de poils. Les fleurs, bleues, quelquefois blanches ou rosées, s'épanouissent de mai à septembre. Un peu penchées, elles sont formées de cinq pétales soudés autour d'étamines formant un cône au centre. Le fruit est composé de quatre akènes brun noirâtre.


A quoi ça sert?

La bourrache est fébrifuge, provoque la sueur pour lutter contre le rhume, les bronchites et la grippe.
Également : Oligurie, goutte, coliques néphrétiques, rhumatismes, rougeole, constipation et en fumigation pour les voies respiratoires.


Comment l'utiliser?

En infusion une cuillère à soupe par tasse d'eau bouillante laisser infuser 10 minutes ; 4 tasses par jour.

Fumigation avec une décoction de 100 g de plante pour un litre d'eau, contre les affections des bronches.
La Bourrache est diurétique, sudorifique, dépurative. Ces trois principes la font recommander comme dépuratif de printemps contre les dermatoses, l'eczéma, l'herpès et les autres maladies de peau.

Ses propriétés sudorifiques sont les bienvenues chaque fois qu'il est nécessaire de transpirer, en cas de grippe, de rhume, de bronchite, de rougeole, de fièvre de plus, elle calme très bien la toux.

INDICATIONS :

- DERMATOSE, ECZÉMA, HERPÈS,
- FIÈVRE, GRIPPE,
- BRONCHITE, TOUX,
- RHUME.

Quand la récolter?

Il est très facile de cultiver la bourrache au jardin. Il lui faut une terre épaisse, bien fumée et bien exposée au soleil. Mettez les graines en terre en les semant à la volée, en automne ou en avril; éclaircissez quinze jours plus tard : vous aurez rapidement les plus beaux plants du monde (les besogneuses fourmis, les années suivantes, se chargeront de propager l'espèce alentour).

Cueillez, juste avant l'épanouissement, soit la plante entière, soit les sommités fleuries, soit les seules fleurs. Dans les deux premiers cas, faites sécher en petits bouquets suspendus à un fil. Pour les fleurs seules, Si vous voulez en conserver l'admirable teinte azurée, je vous conseille de les faire sécher rapidement dans un endroit sec et aéré.


En savoir plus

Les vertus magiques de cette plante ne s'exercent que lorsqu'elle est utilisée fraîche. Portez-en sur vous en la renouvelant pour affronter en vainqueur les risques de la vie.

« La bourrache peut dire, et c'est la vérité : Je soulage le coeur, j'enfante la gaieté ».

Ces deux vers de l'École de Salerne résument l'usage que les Anciens faisaient de la plante : ils la disaient propre à chasser la mélancolie. Mais quelle est-elle, cette gaie luronne?

Des fleurs d'un superbe bleu céleste, au sommet de grosses tiges hérissées de poils raides : la bourrache tire son nom du latin burra, "étoffe grossière"; d'aucuns ont cru voir dans "bourrache" une transcription de l'arabe abou rash, littéralement "père la sueur"; cette étymologie est fantaisiste, mais elle a le mérite de faire ressortir les vertus sudorifiques de la plante.

L'espèce nous vient probablement d'Afrique du Nord, et elle a gagné toute l'Europe et l'Amérique, tantôt cultivée et tantôt échappée des jardins. Ses feuilles épaisses et velues la font aussi sûrement reconnaître que ses fleurs à 5 pétales en étoile d'azur, et à grosses étamines brun noir rassemblées en bec d'oiseau.

Au Moyen Age déjà, le Grand Albert la disait "génératrice de bon sang"; dans l'Italie du XVIè siècle, Matthiole la recommandait contre les défaillances du coeur, pour rafraîchir les fiévreux et pour calmer leur délire.

_________________
avatar
Stephandra
Dans l'autre monde
Dans l'autre monde

Féminin Nombre de messages : 16007
Localisation : A ses côtés
Date d'inscription : 13/04/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Herbiers

Message par Stephandra le Ven 07 Déc 2012, 18:44

Bourse à pasteur



Où?


Plante des terrains incultes de 0,10 à 0,30 m que l'on utilise entière.
Déconseillée pendant la grossesse.

A quoi ça sert?

La bourse à pasteur est connue pour combattre les saignements, les hémorragies internes.
Également : Tension artérielle, cystites, diarrhées.


Comment l'utiliser?

En infusion une cuillère à café pour 1/4 de litre d'eau.

Suc de plante fraîche ou décoction sur les blessures et contusions.

Introduire dans la narine qui saigne un coton imbibé de suc de bourse à pasteur.


Quand la récolter?


En savoir plus

La bourse à pasteur est consommée dès le Néolithique en Europe, comme l'attestent les graines retrouvées dans des sites lacustres.
Elle a longtemps été utilisée pour arrêter les hémorragies de toutes sortes (estomac, poumons, utérus et reins). On s'en est servi pour traiter les hémorragies utérines et post partum (après l'accouchement), la ménorragie (menstruation excessive), les hémorragies du côlon et la diarrhée, ainsi que pour les problèmes de vessie et de sang dans les urines.
Au XVIe siècle, un médecin (Mathioli) résume ainsi ses propriétés médicinales : "bon hémostatique".
Durant la première guerre mondiale, on redécouvrit ces vertus hémostatiques pour soigner les blessures car les approvisionnement en médicaments étaient rares et insuffissants. Les résultats furent tellement probants que la capselle devint la star de nombreuses publications scientifiques...

Cette plante a une telle puissance, qu'il n'est même pas indispensable de l'ingérer ou d'appliquer lotions et onguents :

Europe, Moyen-Age, Livre des simples médecines (Plaetarius) :
"On doit la cueillir au mois de Juin, à la lune descendante. Elle a des vertus cachées et secrètes.
Pour arrêter les saignements de nez, il faut que le patient en tienne dans la main droite [où dans la main opposé au saignement] deux branches l'une sur l'autre. A ceux qui ont des ruptures et des relâchement de veines, il convient de donner à boire à jeûn de sa poudre dans un très bon vin."
pour la même affection, l'abbé Künzle nous conseille de s'entourer le cou de bourse à pasteur fraîche
Europe, Moyen Age : mettre au cou des enfants, dans un petit sac d'étoffe rouge, les cosses de la capselle pour stimuler la pousse des dents, une fois ces dernières apparues il fallait jeter le sac dans un cours d'eau…
Contre les chagrins d'amour : infusion de petite poignée de fruits frais dans un demi litre d'eau, à boire pendant 8 jours...

Seules les parties aériennes de la plantes sont utilisées :

Antihémorragique, Hémostatique.
Astringente
Tonique
Diurétique
Emménagogue

Les tiges florales contiennent des substances astringentes et antihémorragiques, résolvantes des engorgements. La bourse-à-pasteur est recommandée contre la tension artérielle élevée et, chez la femme, contre les hémorragies à la puberté et à la ménopause ainsi que contre les diarrhées, les hémorroïdes et les varices.
En Russie, elle est un remède populaire contre les fièvres intermittentes.
ATTENTION Toxique à haute doses.
avatar
Stephandra
Dans l'autre monde
Dans l'autre monde

Féminin Nombre de messages : 16007
Localisation : A ses côtés
Date d'inscription : 13/04/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Herbiers

Message par Stephandra le Ven 07 Déc 2012, 19:00

Bruyère



Où?


Arbrisseau des bois de 0,20 à 080 m dont on utilise surtout les sommités fleuries.


A quoi ça sert?

Il est rare qu'une cystite résiste plus de 48 heures à la tisane de bruyère. Elle est surtout diurétiques et sédative c'est aussi un antiseptique des voies urinaires elle est conseillée pour la goutte les rhumatismes et toutes les maladies liées à l'excès d'urée et d'acide urique.
Également : Albuminurie, énurésie, néphrite.
Et en usage externe : Dartres, acné.

Comment l'utiliser?

En infusion 1 cuillère à soupe pour une tasse d'eau bouillante laisser infuser 10 minutes.

En décoction faire bouillir 500 gr. de plante dans quelques litres d'eau à ajouter à l'eau du bain pour relever le tonus musculaire .


Quand la récolter?


En savoir plus


Dépurative et antiseptique

La bruyère, ou plutôt les bruyères, représentent 800 espèces, de la même famille que la myrtille et le rhododendron. La tige de la bruyère est ligneuse et tortueuse. Composée de nombreux rameaux de couleur brun-rougeâtre, elle porte des feuilles persistantes minuscules. Les fleurs roses, en forme de clochettes, forment des grappes réparties de façon régulière. La bruyère cendrée est la plus commune des espèces en Europe, c'est également celle dont les fleurs sont utilisées en phytothérapie. Les fleurs de bruyère donnent un miel très réputé et parfumé, de couleur rougeâtre.



Drainer l'organisme

La bruyère est principalement connue pour ses vertus diurétiques. Déjà au Moyen-âge, elle était utilisée pour éliminer les calculs rénaux. De nos jours, elle est toujours employée à cet effet. D'une manière générale, elle fait partie des dépuratifs courants dans les démarches minceur. Elle favorise l'élimination des déchets et des toxines accumulées dans l'organisme et aide à lutter contre la rétention d'eau. En effet, l'eau en excès provoque un gonflement disgracieux de la silhouette, qui se traduit, entre autres, par l'apparition de cellulite. Or 70% des femmes sont concernées par la rétention d'eau. Le drainage de l'organisme est donc une priorité pour affiner sa silhouette et faciliter la perte de poids.



Soigner les infections urinaires

La bruyère est souvent recommandée pour soigner la cystite. En effet, elle possède une action antiseptique puissante grâce à sa teneur en arbutine. Cette substance est particulièrement efficace pour traiter les infections urinaires. Combinée à son action diurétique, les vertus antiseptiques de la bruyère en font une plante tout à fait adaptée pour soulager les infections urinaires et les inflammations de la paroi de la vessie.



Soulager les articulations douloureuses

La bruyère possède des qualités anti-inflammatoires qui la rendent utile dans le traitement des douleurs rhumatismales. Le surpoids est l'une des causes majeures de douleurs articulaires. Non seulement les articulations sont sur-sollicitées mais une mauvaise alimentation favorise la présence de substances néfastes. Parmi elles, l'acide urique provoque les crises de goutte lorsqu'il est en excès. Grâce à ses vertus diurétiques, la bruyère agit assez efficacement sur l'élimination de l'acide urique.

_________________
avatar
Stephandra
Dans l'autre monde
Dans l'autre monde

Féminin Nombre de messages : 16007
Localisation : A ses côtés
Date d'inscription : 13/04/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Herbiers

Message par Stephandra le Ven 07 Déc 2012, 19:10

Bryone



Où?


Plante toxique a ne pas utiliser sans avis médical.

Herbe grimpante vivace dont on utilise la racine.


A quoi ça sert?

La bryone est un purgatif puissant. Elle favorise aussi l'évacuation des mucosités bronchiques. On la recommande en cas d'affections rhumatismales douloureuses et inflammatoires, ulcère du duodénum, asthme, bronchites, pleurésies.

Également : Antiviral, hypertension.


Comment l'utiliser?

Quand la récolter?


En savoir plus

Au Moyen-Âge, on sculptait des formes humaines dans les épaisses racines de bryone, qui jouaient le même rôle que celles de mandragore, réputées pour leurs propriétés magiques.
Broyée avec de la bryone et du miel, elle est diurétique, elle déterge les plaies de mauvaise nature et guérit les fistules. Avec du vinaigre seulement, le serpentaire fait disparaître les taches du corps.

_________________
avatar
Stephandra
Dans l'autre monde
Dans l'autre monde

Féminin Nombre de messages : 16007
Localisation : A ses côtés
Date d'inscription : 13/04/2010

Revenir en haut Aller en bas

Herbiers

Message par Liloia de Baish le Sam 10 Aoû 2013, 19:25

Herbier constitué par  JC Mail à l'Université de Rennes et offert à Liloia en 1460 , à l'Université Normande.

Herbier de JC Mail


Anis
Pimpinella anisum

Plante de 0,40 m cultivée en Europe du sud dont on utilise les graines.

L'anis vert est antispasmodique il calme tous les troubles du système nerveux les toux sèches il stimule l'appétit la digestion et agit aussi contre la fatigue.
Egalement : Météorisme intestinal, aérophagie, indigestion, vomissements, nausées, allaitement (stimule la production de lait), tonique cardiaque, spasmes, toux.



Code potion : 0-0-0-0-0
Prix d'une fleur d'anis : entre 1 et 5.95 écus
Soigne les troubles digestifs



Tilleul
Tilia platyphyllos

La fleur de Tilleul est la panacée des fatigues nerveuses, elle calme, détend, repose, facilite le sommeil sans risque d'accoutumance. Favorisant la transpiration, c'est la plante idéale en cas de refroidissement, qui calme douleurs, migraines et courbatures diverses. Digestif, son emploi régulier est utile contre l'artériosclérose. Les bains de Tilleul calment les enfants les plus nerveux ; l'eau de beauté de Tilleul est utilisée comme adoucissant pour le visage, elle élimine les impuretés, les dartres, détend les traits, elle est recommandée en compresses sur les brûlures et les ulcères.



Code potion : 1-0-0-0-0
Prix d'une feuille de tilleul : entre 1 et 5.95 écus
Soigne la fièvre



Céleri
Apium graveolens

Forme cultivée du céleri sauvage sélectionée au cours des âges.

Le céleri est un excellent dépuratif on l'utilise pour traiter la goutte et les rhumatismes. Il débarrasse les reins le foie de leurs déchets et réduit l'acidité de l'organisme. Les graines sont antiseptique efficace contre la cystite en désinfectant les canaux urinaire.
Egalement : Asthénie bronchite, angine, rhumatismes, diabète, obésité.
Et en usage externe : Plaies, engelures.



Code potion : 0-1-0-0-0
Prix d'une branche de céleri : entre 1 et 5.95 écus
Soigne la fatigue



Lavande
Lavandula officinalis

Plante vigoureuse des terrains ensoleillés du bassin méditerranéen de 0,30 à 0,60 m dont on utilise les fleurs.

En infusion contre les affections de l'appareil respiratoire, la lavande est antiseptique et antispasmodique en cas de grippe, toux, asthme.
Egalement : Nervosité, anxiété, fièvre, insomnie, oligurie, vertiges.
Et en usage externe : Prurit, lésions cutanées, leucorrhées, bains de bouche, soins des cheveux, brulures, eczéma, teigne.  



Code potion : 0-0-1-0-0
Prix d'un brin de lavande : entre 1 et 5.95 écus
Soigne les troubles respiratoires



Marjolaine
Origanum majorana

La marjolaine est un antispasmodique. Egalement utile en cas d'hypertension, insomnie, anxiété, douleurs rhumatismales.
Et en usage externe : Névrites, torticolis, sinusite.



Code potion : 0-0-0-1-0
Prix du brin de marjolaine : entre 1 et 5.95 écus
Soigne les courbatures



Partenelle
Tanacetum parthenium

Largement répandue dans les Balkans, la partenelle, appelée également grande camomille, a été introduite en Europe, d’abord en Grande-Bretagne, puis en France.
On utilise les sommités fleuries de la partenelle qui contiennent du parthénolide, auquel la plante doit son activité antimigraineuse.



Code potion : 0-0-0-0-1
Prix d'une fleur de paternelle : entre 1 et 5.95 écus
Soigne les maux de tête



Romarin
Rosmarinus officinalis

Petit arbuste des garrigues méditerranéennes de 0,5 à 2m que l'on utilise entier.

En infusion le romarin est un stimulant général, il favorise la circulation cérébrale, décongestionne les voies hépatiques. Il facilite le travail de l'estomac, atténue les sensations de ballonnement et de pesanteur. Il tonifie la production de sucs gastriques. C'est en plus un tonique général qui aide à combattre la fatigue due aux digestions difficiles.
Egalement : Asthénie, surmenage, dépression, impuissance.
Et en usage externe : Douleurs rhumatismales, entorse, soins de la peau, soins des cheveux.



Code potion : x-x-x-x-x
Prix d'un brin de romarin : entre 5 et 10.95 écus
Soigne ...



Thym
Thymus vulgaris

Sous-arbrisseau des régions méditerranéennes de 0,10 à 0,30 m dont on utilise les tiges fleuries et les feuilles.

En infusion le thym est un puissant antiseptique contre la grippe, sinusite, toux, rhume, il est tonique et stimule l'appétit. Il prévient les fermentations intestinales. Comme il est aussi antispasmodique, il atténue les douleurs stomacales et diminue les sensations nauséeuses.
Egalement : Convulsions, aérophagie, météorisme intestinal, dyspnée, colopathie, parasitose, règles insuffisantes, rhumatismes.
En usage externe : Plaies, gale, piqures, soins du cuir chevelu.



Code potion : 0-0-2-0-0
Prix d'une branche de thym : entre 5 et 10.95 écus
Soigne les troubles respiratoires et les troubles digestifs



Saule blanc
Salix alba

Arbre commun des berges humides de 5 à 25 m dont on utilise l'écorce des jeunes rameaux et les feuilles.

L'écorce de saule contient un précurseur de l'aspirine, elle est recommandée pour l'insomnie, l'excitation et les fièvres grippales.
Egalement: Rhumatismes.
Et en usage externe : Erythème, cors, durillons, plaies, ulcères variqueux.



Code potion : 1-0-0-0-2
Prix d'un morceau d'écorce de saule blanc : entre 5 et 10.95 écus
Soigne la fièvre et les maux de tête




Pavot blanc
Papaver somniferum

Originaire d'Asie Mineure, le pavot officinal est aujourd'hui cultivé dans les monde entier. Il affectionne les terrains vagues, les friches et les terres cultivées. Il est multiplié par semis de graines. On récolte les capsules en été, avant leur maturité, afin de recueillir et de faire sécher le latex blanc qu'elles contiennent.
PROPRIÉTÉS :
- Analgésique
- Antispasmodique
INDICATIONS :
- Maux de tête
- Diarrhée



Code potion : x-x-x-x-x
Prix d'une fleur de pavot blanc : entre 7 et 12.95 écus
Soigne ...
Nécessaire dans la propriété pour une consultation poussée




Angélique
Angelica archangelica

L'Angélique est une très belle plante bisannuelle pouvant atteindre jusqu'à 2 mètres de hauteur. Sa racine est forte, charnue, noirâtre, très rameuse, supportant une tige épaisse, cylindrique, dressée, très rameuse également, creuse à l'intérieur. Les feuilles sont alternes, très grandes, deux ou trois fois ailées, à folioles ovales, lancéolées, aiguës et dentées. Les fleurs, d'un jaune verdâtre, disposées en larges ombelles, sont visibles vers juillet, août. Le fruit, jaune crème ou marron clair, est ovale, allongé, aplati, relevé par des cottes saillantes. L’angélique habite les régions montagneuses de l’Europe méridionale, les bords des ruisseaux, les fossés humides, les prairies.
Douée d'excellentes propriétés antispasmodiques, elle agît sur les colites en calmant efficacement les spasmes intestinaux et les douleurs. L’angélique est cholagogue c'est-à-dire qu'elle favorise l'écoulement de la bile et facilite ainsi la digestion. Elle évite la formation des gaz intestinaux et soigne l'aérophagie et les ballonnements.
La racine est préférable pour ses propriétés toniques, fortifiantes et équilibrantes des fatigues nerveuses.



Code potion : 0-4-0-0-0
Prix d'un brin d'angélique : entre 7 et 12.95 écus
Soigne fatigue et les troubles digestifs



Bourrache
Borago officinalis

Plante des terrains incultes de 0,20 à 0,50 m dont on utilise les feuilles et les fleurs.

La bourrache est fébrifuge, provoque la sueur pour lutter contre le rhume, les bronchites et la grippe.
Egalement : Oligurie, goutte, coliques néphrétiques, rhumatismes, rougeole, constipation et en fumigation pour les voies respiratoires



Code potion : 4-0-0-0-0
Prix d'une fleur de bourrache : entre 7 et 12.95 écus
Soigne la fièvre et les troubles digestifs



Menthe
Mentha

Plante vivace ou cultivée à tige dressée ou rampante jusqu'a 1,20 m.

On connait depuis longtemps ses vertus digestives mais c'est aussi un antiseptique bronchique un traitement des troubles hépatiques et un remède contre la diarrhée on lui prête même des propriétés aphrodisiaques.
Egalement : Dyspepsie, aérophagie, gaz intestinaux, diarrhée, entérite, troubles hépatiques, lithiase, ictère, sinusite, laryngite, bronchite, toux, règles insuffisantes, ulcère.



Code potion : 0-0-1-0-2
Prix d'une feuille de menthee : entre 7 et 12.95 écus
Soigne les troubles respiratoires, les maux de tête et les troubles digestifs



Camomille
Matricaria Chamomilla

La Camomille est une plante vivace à racines assez fortes, fibreuses et chevelues. Les tiges, de 10 à 30 centimètres, sont grêles, vertes, velues, couchées, étalées, ou droites, elles portent des feuilles alternes, sessiles, divisées en folioles très courtes, lobées et pointues. Les fleurs sont groupées en capitules solitaires à l'extrémité des rameaux, elles sont visibles de juillet à septembre.
L'huile essentielle de Camomille, sorte de petite marguerite, a une odeur camphrée
Elle est bactéricide, neurotonique et calmante, et peut-être conseillée comme anxiolytique et rééquilibrant du système nerveux central. On lui attribue également des vertus aphrodisiaques. En cosmétique, la Camomille romaine, riche en glycosides et apigénine, est adoucissante et anti-prurit. Elle calme et diminue les sensations d'irritation des peaux qui grattent. Plante adoucissante par excellence.Aromathérapie : Angoisse, tendance à la déprime, sommeil difficile, stress, surmenage. Colites, parasitoses intestinales. Fatigue sexuelles. Maux de tête. Cosmétique : action adoucissante



Code potion : 0-0-0-5-3
Prix d'une fleur de camomille : entre 20 et 25.95 écus
Soigne les maux de tête et les courbatures



Sureau
Sambucus nigra

Arbuste commun des haies de 2 à 6 m dont on utilise les feuilles, fleurs et baies.

Le sureau est diurétique en cas de lithiase urinaire, cystite, goutte. Il est utilisé contre les rhumatismes, en cas de grippe, rhume, fièvre .
Egalement : Bronchite, asthme, constipation.
Et en usage externe : Bains oculaires, conjonctivite, orgelet, engelure, brulures, maladie de la peau.



Code potion : 3-0-5-0-0
Prix d'une baie de sureau noir : entre 20 et 25.95 écus
Soigne fièvre et les troubles respiratoires


_________________


Marche doucement car tu marches sur mes rêves...
avatar
Liloia de Baish
Chapitre
Grand Chancelier
ChapitreGrand Chancelier

Féminin Nombre de messages : 13056
Localisation : Le cul sur une selle...
Date d'inscription : 22/03/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Herbiers

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum