Livre XLV : Les événements des années 168 et 167

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Livre XLV : Les événements des années 168 et 167

Message par Zepto le Dim 19 Mar 2017, 15:38

http://bcs.fltr.ucl.ac.be/LIV/XLV.html
   Plan

       1ère partie: [45,1-9] L'effondrement du royaume de Macédoine
       2ème partie: [45,10-16] Conséquences de la victoire romaine (168)
       3ème partie: [45,17-34] Politique extérieure du sénat (167)
       4ème partie: [45, 35-44] La situation à Rome (167)

   
   Crédits

       La traduction a été reprise à celle de la Collection des Auteurs latins sous la direction de M. Nisard, Oeuvres de Tite-Live, t. II, Paris, Firmin Didot, 1864. Cette traductiona toutefois été légèrement modifiée. On a notamment modernisé l'orthographe, adapté les noms propres aux usages actuels, introduit les divisions modernes en paragraphes et ajouté des intertitres généralement repris à A. Flobert, Tite-Live. Histoire romaine. Les progrès de l'hégémonie romaine II. Livres XLI à XLV, Paris, 1999 (Garnier- Flammarion - GF 1035).
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Ière partie: [45,1-9] L'effondrement du royaume de Macédoine

   [45,1] Premières rumeurs (début septembre 168)

       (1) Q. Fabius, L. Lentulus et Q. Métellus, chargés d'aller à Rome annoncer la victoire, firent toute la diligence possible; mais la renommée les avait devancés, et ils trouvèrent la ville dans l'allégresse. (2) Quatre jours après le combat, pendant les jeux du cirque, la nouvelle de la bataille livrée en Macédoine et de la défaite du roi se répandit tout à coup dans l'assemblée. (3) Cette rumeur d'abord sourde circula bientôt de tous côtés et finit par provoquer des cris et des applaudissements, comme si l'on eût acquis la certitude de la victoire. (4) Les magistrats, étonnés, voulurent découvrir l'auteur de cette bonne nouvelle. Leurs recherches ayant été infructueuses; la joie se dissipa avec la certitude de l'événement; toutefois il resta au fond des coeurs un pressentiment heureux. (5) Quand la victoire eut été confirmée par le message positif de Fabius, de Lentulus et de Métellus, on se réjouit de la victoire elle-même et du pressentiment qui l'avait annoncée.

       (6) Quelques auteurs assignent au mouvement qui eut lieu dans le cirque une cause non moins vraisemblable: le dix des calendes d'octobre et le second jour des jeux romains, au moment où le consul C. Licinius montait sur son char pour aller donner le signal de la course des quadriges, un courrier, qui disait venir de la Macédoine, lui remit des dépêches enlacées de lauriers. (7) À peine les chars s'étaient-ils élancés dans l'arène, que le consul remonta sur le sien, et, traversant le cirque pour revenir à sa place, montra à la multitude ces dépêches et ces lauriers. (8) À cette vue, le peuple oublia le spectacle pour se précipiter au milieu du cirque. Le consul y convoqua le sénat, lut les lettres, et, avec l'autorisation des sénateurs, annonça au peuple du haut de la tribune "que son collègue Aemilius avait livré bataille au roi Persée; (9) que les Macédoniens avaient été battus et mis en déroute; que le roi avait pris la fuite avec une poignée de soldats, et que toutes les villes de Macédoine étaient tombées au pouvoir des Romains." (10) Cette lecture fut accueillie par des cris de joie et de vifs applaudissements. On abandonna les jeux, et la plupart des spectateurs coururent porter l'heureuse nouvelle à leurs femmes et à leurs enfants. (11) C'était le treizième jour après la bataille livrée en Macédoine.

   [45,2] Annonce officielle de la victoire à Rome (25 septembre 168)

       (1) Le lendemain, le sénat se réunit à la curie, décréta des supplications, et enjoignit au consul par un sénatus-consulte de licencier les troupes qui avaient renouvelé leur serment militaire, à l'exception des soldats de marine et des équipages des vaisseaux. (2) On attendrait pour délibérer à l'égard de ces derniers l'arrivée des envoyés du consul Aemilius, qui s'étaient fait précéder d'un courrier. (3) Le six des calendes d'octobre, vers la deuxième heure, les envoyés firent leur entrée dans la ville, suivis d'une foule immense de citoyens qui étaient allés à leur rencontre; ils se rendirent au Forum et pénétrèrent jusqu'au tribunal.

       (4) Le sénat se trouvait alors en séance, et le consul introduisit les envoyés dans la curie. On les y retint seulement le temps nécessaire pour qu'ils pussent faire connaître le montant des forces du roi en infanterie et en cavalerie, le nombre des morts, celui des prisonniers, (5) la perte des Romains, si peu considérable en comparaison du carnage qu'on avait fait des ennemis; enfin le petit nombre de soldats qui avaient accompagné Persée dans sa fuite. "On pensait, ajoutèrent-ils, qu'il chercherait à gagner l'île de Samothrace; la flotte était prête à le poursuivre, et il ne pourrait s'échapper ni par mer, ni par terre."

       (6) Conduits ensuite devant le peuple assemblé, les envoyés donnèrent les mêmes détails. Alors éclatèrent de nouveaux transports de joie, et le consul, ayant ordonné qu'on ouvrît tous les édifices sacrés, chacun quitta l'assemblée pour aller rendre grâces aux dieux, (7) et tous les habitants de la ville, hommes et femmes, se portèrent en foule dans les temples des dieux immortels. (8) Le sénat, convoqué de nouveau, décréta, en reconnaissance des succès du consul Aemilius, cinq jours de supplications devant tous les autels et l'immolation de grandes victimes. (9) En même temps, l'ordre fut donné de tirer à sec et de replacer dans les chantiers les vaisseaux qui stationnaient tout équipés sur le Tibre, (10) pour être envoyés en Macédoine, si Persée opposait une plus longue résistance. On licencia non seulement les troupes de marine, en leur donnant la solde d'une année, et celles qui avaient prêté serment entre les mains du consul, (11) mais encore tout ce qu'il y avait de soldats à Corcyre, à Brindes, près de la mer supérieure ou sur le territoire de Larinum. (On avait rassemblé sur tous ces points une armée avec laquelle Licinius aurait au besoin passé en Macédoine pour secourir son collègue.) (12) Le peuple fut averti par une proclamation que les supplications dureraient cinq jours, à partir du cinq des ides d'octobre inclusivement.

   [45,3] Maladresses de la délégation rhodienne

       (1) Cependant les deux lieutenants, C. Licinius Nerva et P. Décius, arrivèrent d'Illyrie avec la nouvelle "que l'armée ennemie avait été battue, le roi Gentius fait prisonnier et l'Illyrie entière soumise aux Romains." (2) À l'occasion de ces succès remportés sous les auspices et la conduite du préteur L. Anicius, le sénat décréta trois jours de supplications et un édit du consul les fixa aussitôt aux quatrième, troisième et second jours des ides de novembre.

       (3) Selon quelques historiens, les envoyés de Rhodes n'avaient pu encore être admis devant le sénat, et ce ne fut qu'après la nouvelle de la victoire, et comme pour se jouer de leur ridicule orgueil qu'on leur donna audience. (4) Leur chef Agépolis prit la parole: "Les Rhodiens, dit-il, avaient offert leur médiation pour rétablir la paix entre les Romains et Persée, et mettre fin à une guerre aussi funeste et onéreuse pour toute la Grèce (5) que coûteuse et dommageable aux Romains eux-mêmes. (6) Ils remerciaient la fortune, qui en terminant la guerre sans leur entremise, leur avait fourni l'occasion de féliciter les Romains de leur brillante victoire." Telles furent les paroles des Rhodiens.

       Le sénat répondit "que les Rhodiens n'avaient eu pour mobile ni l'intérêt de la Grèce, ni le désir d'épargner des dépenses au peuple romain, mais bien celui de servir Persée; (7) que s'ils avaient eu véritablement les sentiments dont ils se paraient, c'était à l'époque où Persée venait d'entrer avec une armée en Thessalie, et durant les deux années qu'il avait passées à réduire les villes grecques, les unes par la force, les autres par des menaces de guerre, qu'ils auraient dû envoyer une ambassade; (8) mais qu'alors les Rhodiens s'étaient bien gardés de parler de paix; quand ils avaient su, au contraire, que les défilés étaient franchis, que les Romains étaient entrés en Macédoine et qu'ils cernaient Persée de toutes parts, ils avaient offert leur médiation dans l'unique but de soustraire le roi au péril qui le menaçait." Les Rhodiens furent congédiés avec cette réponse.

   [45,4] Persée refuse de renoncer à son titre de roi

       (1) Pendant les mêmes jours, M. Marcellus, qui venait de quitter le département de l'Espagne, après s'être emparé de la ville importante de Marcolica, déposa dans le trésor public dix livres pesant d'or, et la valeur de dix millions de sesterces argent.

       (2) Le consul Paul Émile était, comme nous l'avons dit plus haut, sous les murs de Sira dans le territoire des Odomantes, lorsqu'il reçut une lettre de Persée. Le message avait été confié à trois personnages obscurs. À cette vue le consul ne put, dit-on, s'empêcher de verser des larmes sur l'instabilité des choses humaines: (3) il songeait à ce prince, qui naguère, non content du royaume de Macédoine, avait porté ses armes dans la Dardanie et l'Illyrie, et appelé les Bastarnes à son aide, et qui maintenant, sans armée, chassé de son royaume, jeté dans une petite île, réduit au rôle de suppliant, ne devait qu'à la sainteté du lieu une sûreté que ses propres forces ne pouvaient plus lui donner.

       (4) Mais quand il lut "le roi Persée au consul Paul Émile salut", l'aveuglement avec lequel Persée méconnaissait sa situation présente bannit toute commisération de l'âme du consul. (5) Aussi quoique le reste de la lettre contînt des prières fort peu dignes d'un roi, la députation fut renvoyée sans réponse verbale ni écrite. (6) Persée comprit alors qu'il devait renoncer à son titre, puisqu'il était vaincu, et il adressa au consul une seconde lettre dans laquelle, sans ajouter à son nom aucune qualité, il le priait de lui envoyer quelques personnes avec lesquels il pût conférer sur l'état de ses affaires. (7) Le consul fit partir P. Lentulus, A. Postumius Albinus et A. Antonius. Mais la conférence n'amena aucun résultat: Persée s'obstinait à vouloir garder son titre de roi, et Paul Émile exigeait qu'il s'abandonnât, lui et tout ce qui lui appartenait, à la discrétion et à la merci du peuple romain.

   [45,5] Assassinat d'Évandre

       (1) Cependant Cn. Octavius abordait à Samothrace avec sa flotte. Profitant de la terreur qu'inspirait sa présence, il employa tour à tour les promesses et les menaces pour engager Persée à se rendre. Un incident qu'il avait préparé, ou qui fut l'effet du hasard, vint tout à coup seconder ses efforts. (2) L. Atilius, jeune Romain de distinction, ayant trouvé le peuple de Samothrace assemblé sur la place publique, demanda aux magistrats la permission de lui adresser quelques paroles, et l'obtint. (3) "Habitants de Samothrace, nos hôtes, s'écria-t-il, est-il vrai ou faux que cette île soit sacrée, et que son territoire soit tout entier auguste et inviolable comme la renommée le publie?" (4) Un cri général d'assentiment confirma l'opinion de la sainteté de l'île. "Pourquoi donc, reprit-il, la laissez-vous violer par un meurtrier encore souillé du sang du roi Eumène? Pourquoi, au mépris de la formule des sacrifices qui écarte de l'autel tous ceux qui n'ont pas les mains pures, permettez-vous que le sanctuaire soit profané par la présence d'un assassin tout couvert de sang? "

       (5) La renommée avait appris à toutes les villes de la Grèce le meurtre qu'Évandre avait failli consommer à Delphes sur la personne du roi Eumène. (6) Aussi les gens de Samothrace, qui d'ailleurs se voyaient au pouvoir des Romains, eux, leur île et leur temple, et ne pouvaient méconnaître la justesse des reproches d'Atilius, envoyèrent Théondas, leur premier magistrat ou leur roi, comme ils l'appellent, notifier à Persée (7) que le Crétois Évandre était accusé de meurtre; qu'un tribunal établi par leurs ancêtres était chargé de juger ceux qui étaient prévenus d'avoir porté des mains sacrilèges dans l'enceinte sacrée du temple; (8) que si Évandre, fort de son innocence, pouvait détruire l'accusation capitale qui pesait sur lui, il était libre de venir plaider sa cause; s'il redoutait un jugement, il devait cesser de profaner le temple par sa présence et pourvoir à sa sûreté.

       (9) Aussitôt Persée fit appeler Évandre, et lui conseilla de ne pas courir les risques d'un jugement. "La justice de sa cause, lui dit-il, et son crédit ne sauraient le garantir d'une condamnation. (Le roi craignait qu'Évandre, une fois condamné, ne le désignât lui-même comme l'auteur de l'attentat.) (10) Le seul parti qui lui restât était de se donner courageusement la mort." Évandre se montra disposé à suivre ces conseils; il déclara seulement qu'il aimait mieux mourir par le poison que par le fer; mais il fit en secret des préparatifs pour assurer sa fuite. Persée en fut informé, et, craignant d'attirer sur sa tête le ressentiment des habitants de Samothrace qui l'accuseraient d'avoir soustrait le coupable au châtiment, il lui fit donner la mort. (11) À peine ce meurtre eût-il été commis, qu'il comprit toute son imprudence: la souillure qui pesait sur Évandre allait retomber sur lui. En effet, si Évandre avait frappé Eumène à Delphes, il venait, lui, de tuer Évandre à Samothrace. Ainsi il avait deux fois versé le sang humain, et profané les deux temples les plus respectés de l'univers. (12) Pour détourner l'odieux de ce dernier crime, il gagna à prix d'argent Théondas, et fit annoncer par lui au peuple qu'Évandre s'était donné la mort.

   [45,6] Persée cherche vainement à s'enfuir en Thrace

       (1) Évandre était le seul ami qui restât à Persée; il l'avait mis à l'épreuve en maintes circonstances, et cependant il l'avait sacrifié parce qu'Évandre ne l'avait pas trahi lui-même; un si lâche attentat lui aliéna les coeurs. (2) Chacun s'empressa de passer du côté des Romains, et le roi, se voyant presque seul, songea à prendre la fuite. Il fit venir un Crétois nommé Oroandès, qui connaissait la côte de Thrace pour avoir fait le commerce dans cette contrée, et lui demanda de le prendre sur un esquif et de le conduire auprès du roi Cotys. (3) Le bâtiment stationnait alors dans le port de Démétrium, près d'un promontoire de l'île. Au coucher du soleil, on y transporta toutes les choses nécessaires, et tout l'argent qu'il fut possible d'enlever secrètement. (4) Au milieu de la nuit, le roi lui-même, accompagné de trois personnes seulement, sortit par une porte de derrière, descendit dans un jardin voisin de la chambre où il couchait, en franchit la muraille non sans peine, et gagna enfin le bord de la mer. (5) Mais à peine l'argent avait-il été embarqué, qu'Oroandès avait levé l'ancre à l'entrée de la nuit, et fait voile vers la Crète. (6) Ne trouvant point de vaisseau dans le port, Persée erra quelque temps sur le rivage; mais craignant d'être surpris par le jour qui approchait, et n'osant retourner dans son premier asile, il se cacha dans un angle obscur sur un des côtés du temple.

       (7) Les jeunes pages du roi, c'est le nom qu'on donne en Macédoine aux enfants des meilleures familles, attachés au service du roi, avaient suivi Persée dans sa fuite, et ne le quittaient pas même en ce moment, lorsque Cn. Octavins fit publier par un héraut, qu'il promettait aux pages (8) et aux autres Macédoniens qui se trouvaient alors à Samothrace, s'ils passaient du côté des Romains, la vie, la liberté et la jouissance de tous les biens qu'ils avaient sur eux, ou qu'ils avaient laissés en Macédoine. (9) Aussitôt la désertion devint générale, et chacun courut donner son nom à C. Postumius, tribun des soldats. Ion, de Thessalonique, remit aux mains d'Octavius les enfants de Persée encore en bas âge; il ne resta auprès du roi que l'aîné de ses fils, nommé Philippe. (10) Alors il se rendit à Octavius avec le jeune prince, et, malgré leur présence dans le temple, il accusa la Fortune et les dieux d'avoir été sourds à ses prières. (11) On l'embarqua sur la galère amirale, où l'on transporta aussi ce qui lui restait d'argent, et la flotte reprit aussitôt le chemin d'Amphipolis. (12) De là Octavius fit partir le roi pour le camp romain, après avoir écrit au consul qu'il était maître de sa personne et qu'il le faisait conduire auprès de lui.

   [45,7] Arrivée de Persée au camp romain

       (1) La prise de Persée était une seconde victoire. À cette occasion, Paul Émile offrit un sacrifice aux dieux, assembla son conseil et après avoir donné lecture des dépêches du préteur, envoya Q. Aelius Tubéron à la rencontre du roi, et fit rester tous les autres chefs dans sa tente. (2) Jamais spectacle n'avait attiré une aussi grande affluence. Nos pères avaient vu le roi Syphax amené prisonnier dans le camp romain; mais outre que son illustration personnelle n'égalait point celle de Persée, ni que ses Numides ne valaient point les Macédoniens, il n'avait joué qu'un rôle secondaire dans la guerre punique comme Gentius dans celle de Macédoine. (3) Persée au contraire était l'âme de la guerre. Non seulement sa propre gloire, celle de son père, de son aïeul et de tous les rois dont il était le descendant, attiraient sur lui les regards, mais on voyait rejaillir sur lui l'éclat de ce Philippe et de cet Alexandre le Grand, qui avaient donné aux Macédoniens l'empire du monde.

       (4) Persée entra dans le camp en habit de deuil, sans aucun des siens, sans aucun ami, qui, en partageant son infortune, redoublât la compassion qu'elle inspirait. La foule de ceux qui s'empressaient pour le voir l'empêchait d'avancer; mais le consul envoya ses licteurs pour lui ouvrir un passage jusqu'à sa tente. (5) Dès que le roi parut, le consul se leva, en ordonnant aux autres de rester assis; il fit quelques pas à sa rencontre, et lui présenta la main. Persée voulut se jeter à ses pieds, mais Aemilius le releva avant qu'il eût pu embrasser ses genoux, le fit entrer dans sa tente et l'invita à s'asseoir en face des officiers appelés au conseil.

   [45,8] Paul Émile interroge Persée en présence de son état-major

       (1) Aemilius commença par lui demander quel grief l'avait porté à entreprendre avec tant d'acharnement contre le peuple romain une guerre qui le mettait lui et son royaume à deux doigts de sa perte. (2) Chacun attendait sa réponse, mais Persée, les yeux baissés vers la terre, ne répondit que par ses larmes. (3) "Si vous étiez monté sur le trône dans un âge peu avancé, reprit le consul, je serais moins surpris de voir que vous ayez ignoré combien le peuple romain est un ami puissant et un ennemi redoutable; (4) mais après avoir pris part à la guerre que votre père nous a faite, quand vous deviez vous rappeler le traité de paix qui la suivit et la rigoureuse exactitude avec laquelle nous l'avons observé, comment avez-vous pu préférer la guerre à la paix avec un peuple dont vous aviez éprouvé la force dans l'une et la fidélité dans l'autre?"

       (5) Persée resta muet à ces reproches, comme il l'avait été aux premières questions. "Quoi qu'il en soit, poursuivit Aemilius, que cette conduite provienne d'une erreur due à la faiblesse humaine, du hasard ou de la volonté du destin, ayez bon courage. La clémence du peuple romain, que tant de rois et de peuples ont éprouvée dans leurs revers, doit non seulement vous donner l'espoir, mais presque l'assurance d'un avenir meilleur." (6) Aemilius avait parlé au roi en langue grecque, il s'adressa au conseil en latin. "Vous voyez, dit-il, un exemple frappant des vicissitudes humaines. Jeunes gens, c'est surtout à vous que je m'adresse. Il faut se garder avec soin dans la prospérité d'user envers qui que ce soit de violence ou de hauteur, et de trop se fier à sa fortune présente; car on ne sait pas le matin ce que le soir peut amener. (7) L'homme vraiment digne de ce nom ne doit ni s'enorgueillir des succès, ni se laisser abattre par les revers."

       Après avoir congédié le conseil, il confia la garde du roi à Q. Aelius. Ce jour-là, Aemilius invita Persée à sa table, et lui rendit tous les honneurs que comportait sa situation.

   [45,9] Histoire du royaume de Macédoine

       (1) L'armée rentra ensuite dans ses quartiers d'hiver: la plus grande partie fut envoyée à Amphipolis, et le reste dans les villes voisines. (2) Ainsi se termina après une durée de quatre ans la guerre entre les Romains et Persée, et avec elle finit un royaume dont la renommée avait rempli la plus grande partie de l'Europe et l'Asie entière. (3) Persée était le vingtième successeur de Caranus, premier roi de Macédoine. Parvenu au trône sous le consulat de Q. Fulvius et de L. Manlius, il avait reçu du sénat le titre de roi, sous celui de M. Junius et de A. Manlius: son règne dura onze ans. (4) Le nom des Macédoniens avait été peu connu jusqu'à Philippe, fils d'Amyntas: ce fut à ce prince qu'ils durent les commencements de leur célébrité, qui toutefois ne dépassa pas les bornes de l'Europe, et resta concentrée dans la Grèce et dans une partie de la Thrace et de l'Illyrie. (5) Elle déborda ensuite en Asie, et, durant les treize années de son règne, Alexandre subjugua d'abord l'immense étendue de pays qui formait auparavant l'empire des Perses, (6) et parcourut en vainqueur l'Arabie, l'Inde et les contrées les plus reculées de la terre qu'embrasse la mer Rouge. (7) Alors les Macédoniens furent le peuple le plus célèbre du monde, comme leur royaume en était le plus considérable. Mais la mort d'Alexandre amena le partage de son empire en plusieurs royaumes; ses généraux se disputèrent ses dépouilles par la force, et ce déchirement causa la ruine totale de l'empire, cent cinquante ans après l'époque de sa plus grande prospérité.

_________________
avatar
Zepto
Chapitre
Recteur
Chapitre Recteur

Masculin Nombre de messages : 1330
Localisation : Honfleur
Date d'inscription : 01/09/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Livre XLV : Les événements des années 168 et 167

Message par Zepto le Dim 19 Mar 2017, 15:41

IIème partie: [45,10-16] Conséquences de la victoire romaine (168)

[45,10] Règlements de comptes à Rhodes (été 168)

   (1) Dès que le bruit de la victoire des Romains se fut répandu en Asie, Anténor, qui stationnait près de Phanae avec une escadre de vaisseaux légers, se porta en toute hâte à Cassandréa. (2) C. Popilius, qui se tenait à Délos pour escorter les navires qui se rendaient en Macédoine, apprenant que la guerre était terminée dans ce pays, et que les bâtiments légers de l'ennemi avaient abandonné leur station, congédia de son côté les vaisseaux athéniens, et continua sa route vers l'Égypte, pour accomplir la mission dont il était chargé. (3) Il voulait joindre Antiochus, avant que celui-ci n'arrivât sous les murs d'Alexandrie.

   (4) En longeant les côtes de l'Asie, les ambassadeurs relâchèrent à Loryma, port situé en face de la ville de Rhodes, à la distance d'un peu plus de vingt milles. (5) Aussitôt les principaux habitants de Rhodes (la nouvelle de la victoire y était également parvenue), accoururent auprès d'eux et les conjurèrent "de descendre dans leur ville. L'honneur et le salut de leur cité, disaient-ils, étaient intéressés à ce que les ambassadeurs prissent par eux-mêmes connaissance de ce que les Rhodiens avaient fait et de ce qu'ils faisaient encore, et pussent rapporter à Rome non pas de vains bruits, mais le résultat de leurs propres informations." (6) Après s'en être longtemps défendus, les ambassadeurs consentirent enfin à suspendre un moment leur voyage pour le salut d'une ville alliée.

   Lorsqu'ils furent entrés dans Rhodes, on leur fit les mêmes instances pour les engager à paraître devant le peuple. (7) Mais leur présence augmenta les alarmes des habitants au lieu de les diminuer. Popilius leur rappela toutes les paroles et tous les actes hostiles dont ils s'étaient rendus coupables pendant le cours de la guerre, soit en particulier, soit en public. (8) Popilius, qui était habitué à ne rien ménager, ajoutait à la dureté de ses reproches par son air farouche et son ton menaçant. (9) Aussi les habitants conclurent-ils de cette animosité d'un sénateur romain, qui n'avait contre Rhodes aucun grief personnel, que les dispositions du sénat tout entier leur étaient défavorables.

   (10) C. Décimius parla avec plus de modération. Il reconnut que la plupart des faits dont Popilius venait de parler devaient être imputés non au peuple, mais à un petit nombre d'agitateurs. (11) "C'étaient, ajouta-t-il, ces hommes à l'éloquence vénale qui avaient rédigé des décrets empreints d'une basse flatterie pour le roi, et envoyé des ambassades qui seraient pour les Rhodiens un motif éternel de honte et de repentir. Mais si le peuple persistait dans les mêmes sentiments, la peine de tous ces torts retomberait sur la tête des coupables." (12) Ces paroles furent écoutées avec une grande faveur, parce qu'elles atténuaient la faute de la multitude et parce qu'elles l'imputaient à ses véritables auteurs. (13) Aussi lorsque les principaux Rhodiens répondirent aux ambassadeurs, on ne leur sut pas gré de chercher à se disculper tant bien que mal des reproches de Popilius; on goûta plus la franchise de ceux qui reconnurent avec Décimius la nécessité de punir les coupables. (14) En conséquence, on décréta aussitôt la peine de mort contre tous ceux qui seraient convaincus de propos ou de démarches en faveur de Persée contre les Romains. Quelques-uns des coupables avaient quitté la ville dès l'arrivée de Popilius, et les autres s'étaient donné la mort. (15) Les députés, après avoir passé cinq jours à Rhodes, se remirent en route pour Alexandrie. Leur départ ne ralentit point l'exécution du décret rendu pendant leur séjour, et la modération de Décimius fut un motif de plus pour continuer les poursuites avec persévérance.

[45,11] Réconciliation des souverains d'Égypte (été 168)

   (1) Cependant Antiochus avait levé le siège d'Alexandrie, après d'inutiles efforts. Maître du reste de l'Égypte, il laissa à Memphis l'aîné des Ptolémée, qu'il feignait de vouloir rétablir sur le trône, avec l'intention secrète de tourner ses armes contre lui, aussitôt qu'il le verrait vainqueur, et ramena son armée en Syrie. (2) Ptolémée, qui avait pénétré le dessein d'Antiochus, voyant son jeune frère tourmenté par l'appréhension d'un siège, espéra profiter de ses craintes pour se faire recevoir lui-même dans Alexandrie, (3) à l'aide de sa soeur et avec le consentement des amis de son frère. Aussi ne cessa-t-il de solliciter d'abord sa soeur, et ensuite son frère et ses conseillers, jusqu'à ce qu'il se fût réconcilié avec eux. (4) Il était parvenu à leur rendre Antiochus suspect, en faisant observer que s'il lui avait abandonné le reste de l'Égypte, il avait laissé une forte garnison dans Pélusium. (5) Il était évident, disait-il, qu'il se réservait cette clef de l'Égypte, pour y rentrer avec son armée quand il le voudrait; d'ailleurs une guerre intestine avec son frère ne pouvait avoir d'autre résultat que d'affaiblir le vainqueur lui-même, et de le mettre hors d'état de résister à Antiochus. (6) Les sages réflexions de Ptolémée furent goûtées de son frère et de ceux qui l'entouraient, et Cléopâtre y contribua puissamment autant par ses prières que par ses conseils. (7) Ainsi la paix fut conclue, et Ptolémée rentra dans Alexandrie, sans opposition, même de la part du peuple, qui, dans le cours de la guerre, avait eu à souffrir de la disette, non seulement pendant la durée du siège, mais encore depuis qu'il était levé, parce qu'il n'arrivait plus de provisions de l'Égypte.

   (8) Antiochus aurait dû voir cette réconciliation avec plaisir, si son entrée en Égypte n'avait eu d'autre objet que de rétablir Ptolémée sur le trône, prétexte spécieux dont il avait masqué ses vues ambitieuses dans ses lettres à toutes les cités de l'Asie et de la Grèce, ou dans ses réponses à leurs ambassadeurs. Il en fut au contraire si irrité qu'il se prépara à faire la guerre aux deux frères avec plus de fureur et d'acharnement qu'il n'en avait montré contre un seul.

   (9) Il fit aussitôt partir sa flotte pour Chypre; lui-même, dès les premiers jours du printemps, il se mit en marche vers l'Égypte avec une armée, et s'avança jusque dans la Coelè-Syrie. (10) Près de Rhinocoloure, les ambassadeurs de Ptolémée vinrent lui rendre grâces du rétablissement de ce roi sur le trône de ses ancêtres, et le supplier de ne pas renverser son propre ouvrage et de faire connaître quelles étaient ses prétentions, plutôt que de changer son titre d'allié en celui d'ennemi, et de s'adjuger par la force des armes ce qu'il voulait. (11) Antiochus répondit "qu'il ne rappellerait sa flotte et ne retirerait son armée qu'après la cession de l'île de Chypre tout entière, de Pélusium et de son territoire autour du delta du Nil." En même temps il fixa le délai dans lequel on devait lui donner une réponse sur ces conditions.

[45,12] Résultats de la mission romaine en Égypte et en Asie (printemps 168)

   (1) Le terme expiré, Antiochus donna ordre aux commandants de ses forces navales, qui accompagnaient l'armée de terre, de faire voile vers Pélusium par l'embouchure du Nil, (2) et entra lui-même en Égypte par les déserts de l'Arabie. Les habitants de Memphis et ceux des autres villes d'Égypte lui ouvrirent leurs portes, les uns volontairement, les autres par crainte, et il descendit à petites journées vers Alexandrie. (3) Il venait de passer le fleuve près d'Éleusis, bourg situé à quatre milles d'Alexandrie, lorsque les ambassadeurs romains vinrent à sa rencontre. (4) Antiochus les salua et tendit la main à Popilius; mais ce dernier lui présenta les tablettes sur lesquelles était écrit le sénatus-consulte, et l'invita à en prendre connaissance sur-le-champ. (5) Après l'avoir lu, Antiochus répondit qu'il délibérerait avec son conseil sur le parti qu'il devait prendre; mais Popilius, fidèle à son caractère, traça un cercle autour du roi avec la baguette qu'il tenait à la main: "Avant de sortir de ce cercle, lui dit-il, il faut me donner la réponse que je dois rapporter au sénat."

   (6) Étourdi de la violence d'un tel ordre, Antiochus hésita un instant, puis il répondit: "Je ferai ce qu'exige le sénat." Alors seulement Popilius tendit la main au roi comme à un allié et à un ami. (7) Au jour convenu, Antiochus sortit de l'Égypte, et les ambassadeurs, après avoir, par leur autorité, cimenté entre les deux frères une paix encore récente, firent voile vers Chypre, d'où ils renvoyèrent au roi de Syrie sa flotte, qui avait déjà obtenu un avantage sur celle des Égyptiens. (8) Cette ambassade fit du bruit chez toutes les nations; car il était évident qu'elle avait arraché l'Égypte à Antiochus qui en était déjà maître, et qu'elle avait rendu à la race des Ptolémée le trône de ses pères.

   (9) Des deux consuls de cette année, si l'un illustra son consulat par une brillante victoire, l'autre resta dans l'obscurité, parce qu'il n'eut pas occasion de se signaler. (10) Au jour qu'il avait fixé aux légions pour se rassembler, il entra dans l'enceinte sacrée sans avoir pris les auspices; les augures, consultés à ce sujet, déclarèrent que la convocation était irrégulière. (11) Arrivé en Gaule, il resta campé dans la plaine du Macra, au pied des monts Sicimina et Papinus, et prit ensuite ses quartiers d'hiver aux environs avec les alliés du nom latin. (12) Les légions romaines restèrent à Rome, parce que l'armée n'avait pas été convoquée avec les formalités voulues.

   (13) Les préteurs se rendirent aussi dans leur province, à l'exception de C. Papirius Carbo, à qui la Sardaigne était échue. Le sénat l'avait retenu à Rome pour juger les contestations entre les citoyens et les étrangers, car le sort lui avait aussi assigné cette juridiction.

[45,13] Réception des délégations étrangères au sénat

   (1) Cependant l'ambassade dont Popilius était le chef revint à Rome avec la nouvelle que les querelles des rois étaient terminées, et que l'armée d'Antiochus avait évacué l'Égypte pour rentrer en Syrie. (2) Bientôt arrivèrent les ambassadeurs des rois eux-mêmes. Ceux d'Antiochus déclarèrent "que leur maître avait préféré à toute victoire une paix que le sénat semblait désirer, et qu'il avait obéi aux sommations des envoyés romains comme à un ordre émané des dieux. (3) Ensuite ils félicitèrent le peuple de sa victoire, et ajoutèrent que, si l'on avait mis son zèle à l'épreuve, le roi y eût contribué de toute sa puissance."

   (4) Les ambassadeurs de Ptolémée offrirent des actions de grâces au nom du roi et de Cléopâtre: (5) "Tous deux, dirent-ils, devaient plus au sénat et au peuple romain qu'aux auteurs de leurs jours et aux dieux immortels eux-mêmes: c'était Rome qui les avait délivrés d'un siège malheureux et leur avait rendu le trône de leurs pères qu'ils allaient perdre." (6) On répondit aux premiers "qu'Antiochus avait fait preuve de sagesse et d'équité en obéissant aux ambassadeurs, et que le peuple romain et le sénat lui savaient gré de sa conduite;" (7) à ceux des rois d'Égypte, Ptolémée et Cléopâtre, "que le sénat était charmé de ce qu'il avait pu faire d'avantageux pour leurs intérêts, et qu'il aurait soin de leur faire trouver en toute circonstance le plus ferme appui de leur trône dans la protection du peuple romain." (8) Le préteur C. Papirius fut chargé de faire remettre aux ambassadeurs les présents d'usage. (9) On reçut ensuite de Macédoine des lettres qui redoublèrent la joie de la victoire: elles annonçaient que le roi Persée était au pouvoir du consul.

   (10) Après les ambassadeurs des rois, on entendit les envoyés des habitants de Pise et de Luna. Les Pisans se plaignaient de l'occupation de leurs terres par les colons romains, et ceux de Luna affirmaient que le territoire en litige leur avait été assigné par les triumvirs. (11) Le sénat envoya pour reconnaître et fixer les limites, cinq commissaires, Q. Fabius Butéon, P. Cornélius Blasio, T. Sempronius Musca, L. Naevius Balbus et C. Apuléius Saturninus.

   (12) Eumène et ses deux frères, Attale et Athénée, envoyèrent aussi une ambassade pour complimenter les Romains. Masgaba, chargé de la même mission par le roi Masinissa, son père, trouva, en débarquant à Pouzzoles, le questeur L. Manlius, qui était chargé de le conduire à Rome aux frais de la république. (13) À peine arrivé, il obtint audience du sénat. Ce jeune homme n'avait que des choses agréables à dire; mais il sut leur donner par ses paroles une grâce toute nouvelle. Il rappela d'abord le nombre des fantassins, des cavaliers et des éléphants envoyés par son père en Macédoine, et la quantité de blé qu'il avait fournie pendant les quatre années de la guerre; (14) "mais, ajouta-t-il, deux choses lui avaient causé de la confusion, l'une, que le sénat lui eût fait demander par des ambassadeurs des secours qu'il avait le droit d'exiger; l'autre, qu'il eût envoyé le prix du blé fourni. (15) Masinissa n'avait point oublié que c'était au peuple romain qu'il devait sa couronne et les accroissements successifs de son royaume. Content de l'usufruit, il savait que la propriété restait aux donateurs. (16) La justice voulait donc que les Romains prissent sans rien demander ni payer des productions d'un territoire donné par eux. Pour Masinissa, il avait et il aurait toujours assez de ce que les Romains lui laisseraient. (17) "Telles étaient, dit-il, les instructions avec lesquelles il était parti; en route, il avait été rejoint par des courriers que son père lui envoyait pour lui annoncer la soumission de la Macédoine et lui ordonner d'en faire agréer ses félicitations au sénat, et de lui exprimer la joie que Masinissa en avait ressentie. Cette joie était si vive, qu'il voulait venir lui-même à Rome, pour offrir un sacrifice et des actions de grâce dans le Capitole, à Jupiter très bon et très grand, et il faisait demander au sénat la permission d'entreprendre ce voyage, si toutefois il n'y avait pas d'indiscrétion."

[45,14] Réponse du sénat à Masgaba, fils de Masinissa

   (1) "Il était noble, répondit-on au jeune prince, il était digne d'un coeur reconnaissant d'attacher, comme le faisait Masinissa, tant de prix à un bienfait qui lui était dû. (2) Dans la guerre punique, il avait servi le peuple romain avec courage et fidélité, et le peuple romain l'avait aidé à reconquérir son royaume. Plus tard, dans les guerres soutenues successivement contre trois rois, son zèle n'avait reculé devant aucun devoir. (3) Il était naturel qu'un roi qui avait lié son sort et celui de son royaume à la fortune de la république se réjouît de la victoire du peuple romain. Il devait se contenter de rendre grâce aux dieux des succès de ses alliés, au sein de ses pénates; son fils s'acquitterait de ce soin à Rome. (4) Il suffirait des félicitations adressées par son fils au nom de son père et au sien propre. Le sénat trouvait inutile pour lui d'abandonner ses états et de sortir de l'Afrique, et d'ailleurs cette absence pouvait nuire aux intérêts de la république."

   (5) Masgaba demanda ensuite qu'on obligeât les Carthaginois à livrer Hannon, fils d'Hamilcar, à la place d'un autre otage; mais le sénat répondit "qu'il ne lui paraissait pas équitable d'exiger des otages au gré de Masinissa." (6) Un sénatus-consulte mit à la disposition du questeur cent livres pesant d'argent pour l'achat des présents destinés au jeune roi: ce magistrat fut également chargé de le conduire à Pouzzoles, en pourvoyant à toutes ses dépenses, tant qu'il serait en Italie, et de fréter deux bâtiments pour le ramener en Afrique, avec ceux qui l'accompagnaient. (7) Toutes les personnes de sa suite, hommes libres et esclaves, reçurent des vêtements en présents. (8) Peu de temps après, Misagène, autre fils de Masinissa, écrivit à Rome "qu'ayant été renvoyé en Afrique avec ses cavaliers, par L. Paulus, après la défaite de Persée, il avait été assailli par une tempête qui avait dispersé sa flotte dans la mer Adriatique, et l'avait forcé de relâcher avec trois vaisseaux à Brindes, où il était malade." (9) On envoya vers lui le questeur L. Stertinius avec les mêmes présents qui avaient été faits à son frère, et l'ordre de mettre à la disposition du prince un logement convenable,

[45,15] Activité des censeurs (169-168)

   (1) Ces censeurs avaient réparti les fils d'affranchis dans les quatre tribus urbaines, à l'exception de ceux qui avaient un fils au-dessus de cinq ans. (2) Un sénatus-consulte maintint ces derniers dans la tribu où les avait placés le dénombrement précédent; quant à ceux qui possédaient une ou plusieurs propriétés rurales d'une valeur de plus de trente mille sesterces, ils furent admis dans les tribus de la campagne. (3) Comme ces dispositions avaient été maintenues, Claudius soutenait "qu'un censeur ne pouvait, sans l'ordre du peuple, enlever le droit de suffrage à un seul homme, et bien moins encore à une classe entière. (4) Que le pouvoir attribué aux censeurs de faire sortir un particulier de sa tribu, ce qui n'était autre chose que le forcer à passer dans une autre, ne lui donnait pas celui de l'exclure des trente-cinq tribus, c'est-à-dire de le dépouiller du titre de citoyen et de la liberté."

   (5) Après de longs débats, on finit par convenir qu'on tirerait publiquement au sort dans le temple de la Liberté une des quatre tribus de la ville dans laquelle devaient entrer tous ceux qui étaient sortis d'esclavage. (6) Le sort désigna l'Esquiline, et Ti. Gracchus déclara que tous les fils d'affranchis y seraient incorporés. (7) Cet accord des censeurs leur fit beaucoup d'honneur dans le sénat, qui remercia Sempronius d'avoir persévéré dans une idée utile, et Claudius de n'y avoir pas mis obstacle. (8) Les censeurs dégradèrent plus de sénateurs et de chevaliers que ne l'avaient fait leurs prédécesseurs; ils les exclurent tous de leur tribu, les rejetèrent dans les classes des contribuables; et aucun de ceux que l'un des censeurs avait flétris ne trouva d'appui auprès de l'autre. (9) Ils demandèrent une prorogation de pouvoirs pour quatorze mois, afin de pouvoir veiller, selon l'usage, à l'achèvement des réparations de bâtiments et vérifier l'état des autres travaux dont ils avaient chargé des entrepreneurs; mais le tribun Cn. Trémellius, qui ne leur pardonnait point de ne pas l'avoir admis au sénat, s'opposa à cette demande.

   (10) La même année, C. Cicéréius fit sur le mont Albain la dédicace du temple de la Monnaie qu'il avait voué cinq ans auparavant, et L. Postumius Albinus fut consacré flamine de Mars.

[45,16] Politique intérieure du sénat (début de l'année 167)

   (1) Les nouveaux consuls Q. Aelius et M. Junius mirent en délibération la répartition des provinces. Le sénat fut d'avis de diviser de nouveau en deux provinces l'Espagne, qui n'en avait fait qu'une pendant la guerre de Macédoine, (2) et prorogea dans le commandement de la Macédoine et de l'Illyrie L. Paulus et L. Anicius, jusqu'à ce que leurs efforts, secondés par la sagesse des commissaires, eussent pu réparer les désordres causés par la guerre et donner à ces deux royaumes une nouvelle forme de gouvernement. (3) Les consuls eurent pour départements Pise et la Gaule, avec deux légions fortes chacune de cinq mille fantassins et de trois cents chevaux.

   Quant aux préteurs, le sort donna à Q. Cassius la juridiction de la ville, et à Manius Juventius Thalna celle des étrangers. T. Claudius Néron eut la Sicile, Cn. Fulvius l'Espagne citérieure, et C. Licinius Nerva l'ultérieure. (4) La Sardaigne était échue à A. Manlius Torquatus; mais il ne put se rendre dans sa province, parce qu'un sénatus-consulte le retint à Rome pour faire une enquête sur plusieurs affaires entraînant la peine capitale.

   (5) Ensuite le sénat fut consulté sur les prodiges qu'on venait d'annoncer. Sur la Vélia, la foudre était tombée sur le temple des dieux pénates, et dans la ville de Minervium, elle avait renversé deux portes et une partie du mur. À Anagni, il était tombé une pluie de terre; à Lanuvium, on avait vu dans le ciel une torche ardente; à Calatia enfin, dans une terre qui appartenait à l'état, le citoyen romain M. Valérius avait vu, mandait-il, couler du sang de son foyer pendant trois jours et trois nuits. (6) À l'occasion de ce dernier prodige surtout, les décemvirs eurent ordre de consulter les livres sibyllins; ils prescrivirent un jour de supplications, et immolèrent cinquante chèvres dans le Forum. Quelques prodiges nouveaux ayant eu lieu, on indiqua un second jour de supplications devant tous les autels; on immola les grandes victimes, et l'on purifia la ville.

   (7) Le sénat voulut ensuite honorer dignement les dieux immortels, et décréta "qu'en reconnaissance de la victoire remportée sur les ennemis de Rome, Persée et Gentius, victoire qui avait mis en la puissance du peuple romain la Macédoine et l'Illyrie avec la personne de ces rois, (8) les préteurs Q. Cassius et Manius Juventius Thalna feraient déposer sur tous les autels la même offrande qui avait été faite après la déroute d'Antiochus, sous le consulat d'Ap. Claudius et de M. Sempronius."

_________________
avatar
Zepto
Chapitre
Recteur
Chapitre Recteur

Masculin Nombre de messages : 1330
Localisation : Honfleur
Date d'inscription : 01/09/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Livre XLV : Les événements des années 168 et 167

Message par Zepto le Dim 19 Mar 2017, 15:45

IIIème partie: [45,17-34] Politique extérieure du sénat (167)

[45,17] Envoi de commissaires en Macédoine et en Illyrie (mars 167)

   (1) Le sénat désigna ensuite les commissaires chargés de régler les affaires des pays conquis, de concert avec L. Paulus et L. Anicius. On en envoya dix en Macédoine et cinq en Illyrie. (2) Ceux qui allèrent en Macédoine furent A. Postumius Luscus et C. Claudius, qui avaient déjà été honorés de la censure, ainsi que C. Licinius Crassus, collègue de Paul Émile dans le consulat. Ce dernier était alors en Gaule, où on lui avait prorogé ses pouvoirs. (3) À ces personnages consulaires on adjoignit Cn. Domitius Ahénobarbus, Ser. Cornélius Sylla, L. Junius, T. Numisius de Tarquinies et Aulus Térentius Varro. (4) On nomma pour l'Illyrie P. Aelius Ligus, personnage consulaire, C. Cicéréius et Cn. Baebius Tamphilus, qui tous deux avaient été préteurs, Baebius l'année précédente, et Cicéréius plusieurs années auparavant, P. Térentius Tuscivicanus et P. Manilius. (5) Comme l'un des deux consuls devait remplacer en Gaule C. Licinius, désigné au nombre des commissaires, le sénat engagea ces magistrats à se hâter de faire entre eux le partage des provinces ou de les tirer au sort. Ils préférèrent ce dernier parti. (6) Pise échut à M. Junius; mais il ne partit pour sa province qu'après avoir présenté au sénat les ambassades qui venaient de toutes parts à Rome offrir des félicitations. Q. Aelius eut la Gaule.

   (7) Au reste, quoique le caractère bien connu des envoyés permît d'espérer que leurs conseils empêcheraient les généraux d'adopter aucune mesure indigne de la clémence et de la majesté du peuple romain, on discuta d'avance dans le sénat l'ensemble de leurs instructions, afin que les commissaires pussent leur porter de Rome un plan déjà ébauché.

[45,18] Instructions du sénat

   (1) On décida que d'abord les Macédoniens et les Illyriens seraient libres, afin qu'il fût prouvé à toutes les nations que les armes du peuple romain n'apportaient pas l'esclavage aux hommes libres, mais bien la liberté à ceux qui étaient esclaves. (2) Le sénat voulait convaincre les peuples déjà libres, qu'ils jouiraient à jamais et en toute sûreté de leur indépendance sous la protection du peuple romain; et ceux qui étaient gouvernés par des rois, que leur sort allait s'améliorer pour le présent et pour l'avenir: pour le présent, leurs maîtres s'attachant à les ménager par égard pour le peuple romain; pour l'avenir, attendu que, si la guerre éclatait entre le peuple romain et leurs rois, elle se terminerait pour les Romains par une victoire, et pour eux par la conquête de leur liberté.

   (3) On prit la résolution de supprimer les taxes sur les mines de Macédoine, ce qui était un revenu très important, et d'annuler le fermage des terres publiques; (4) car cette régie ne pouvait s'exercer sans le ministère des publicains, et avoir recours aux publicains, c'était ou compromettre les intérêts du trésor, ou sacrifier la liberté des alliés. (5) Il n'était pas plus sage, pensait-on, de confier cette perception aux Macédoniens: leur administration intéressée serait une source intarissable de troubles et de débats. (6) La Macédoine ne devait pas avoir une assemblée nationale; on craignait qu'une multitude insolente ne fît dégénérer en licence désastreuse la liberté que le sénat lui aurait accordée pour en user avec une modération salutaire. (7) On partagerait la Macédoine en quatre provinces dont chacune aurait son administration particulière, et paierait au peuple romain la moitié des impôts que les rois avaient coutume de lever. Des instructions semblables furent données pour l'Illyrie. (8) Le reste fut laissé à la sagesse des généraux et des commissaires que leur présence sur les lieux mettrait à même de juger avec plus de certitude des mesures nécessaires.

[45,19] Les tentations d'Attale

   (1) Dans la foule des ambassadeurs envoyés par les rois et les peuples, Attale, frère du roi Eumène, attira particulièrement les regards et l'attention de tous les Romains. (2) Ceux qui avaient été ses compagnons d'armes pendant la guerre lui firent un accueil aussi empressé qu'aurait pu le désirer Eumène lui-même, s'il était venu à Rome. (3) Deux motifs également honorables en apparence avaient amené Attale: il venait d'abord offrir aux Romains de légitimes félicitations sur une victoire à laquelle il avait contribué; en second lieu se plaindre des attaques des Gaulois, dont un succès récent mettait en danger le royaume de son frère. (4) À ces motifs se joignait l'espoir secret de recevoir du sénat des honneurs et des récompenses qu'il ne pouvait guère obtenir qu'aux dépens de son frère, et il trouvait même parmi les Romains de dangereux conseillers qui irritaient sa cupidité, en lui inspirant de coupables pensées. (5) "On faisait à Rome, lui disait-on, une grande différence entre Attale et Eumène; on voyait dans le premier un ami sur lequel on pouvait compter, et dans le second un allié aussi peu fidèle aux Romains qu'à Persée. (6) Aussi pouvait-il se flatter d'obtenir avec la même facilité ce qu'il demanderait pour lui-même ou contre son frère, tant les sénateurs étaient généralement disposés à tout accorder à l'un et à tout refuser à l'autre." (7) Attale, comme l'événement le prouva, était un de ces hommes dont l'ambition se prend à tout ce qu'ils peuvent se flatter d'obtenir; mais les avis prudents d'un ami fidèle mirent un frein à sa cupidité que le succès enivrait. (8) Cet ami était un médecin nommé Stratius; Eumène, qui n'était pas sans inquiétude, l'avait envoyé à Rome précisément pour observer la conduite de son frère et le rappeler à son devoir s'il le voyait s'en écarter.

   (9) Le jeune prince avait déjà prêté l'oreille à de perfides conseils, et son esprit s'y abandonnait imprudemment, lorsque Stratius, saisissant le moment favorable, sut raffermir sa fidélité fortement ébranlée. Il lui représenta que les autres états avaient dû leurs accroissements à différentes causes. (10) "Le royaume de Pergame, ajouta-t-il, qui était à peine naissant et dont le temps n'avait pas consolidé la puissance, ne pouvait subsister que par la concorde entre trois frères dont un seul portait le titre de roi et ceignait le diadème, mais qui tous régnaient également. (11) Attale, le plus âgé après Eumène, n'était-il pas roi aux yeux de tous? Et ce n'était pas seulement à cause de sa fortune présente, mais à cause de l'âge et des infirmités d'Eumène, qui allait bientôt lui céder le trône, puisqu'il était sans enfant légitime. (Ce prince n'avait pas encore reconnu celui qui régna dans la suite.) (12) Pourquoi vouloir obtenir par la violence un rang qui allait bientôt s'offrir à lui? Le bon accord et l'union des trois princes pouvaient seuls leur permettre de faire tête à l'invasion des Gaulois, nouvel orage qui menaçait leur royaume. (13) Si aux ennemis du dehors venaient se joindre des dissensions domestiques, toute résistance était impossible, et s'il parvenait à empêcher Eumène de mourir sur le trône, il s'enlevait à lui-même l'espérance prochaine d'y monter. (14) Quand il serait également glorieux pour lui de conserver le sceptre à son frère ou de le lui arracher, il y avait plus d'honneur à suivre le parti conforme aux sentiments de la nature. L'autre parti était un attentat exécrable et presque un parricide: comment balancer un instant? (15) Voulait-il ravir à son frère son royaume tout entier, ou en obtenir seulement une partie? Dans ce dernier cas, tous deux, affaiblis par ce partage de leurs forces, seraient exposés de la part de leurs voisins à toutes les humiliations. S'il s'emparait du royaume tout entier, il réduirait donc son frère aîné à la condition de simple particulier? ou il l'enverrait en exil malgré son grand âge et ses infirmités? ou bien enfin lui ferait-il donner la mort? (16) Stratius ne lui rappellerait pas la fin tragique des frères dénaturés dont parle la fable; mais Persée n'était-il pas pour lui un exemple mémorable? Après avoir usurpé la couronne en faisant périr son frère, il s'était vu contraint de la déposer aux pieds d'un ennemi victorieux, dans le temple de Samothrace, comme pour subir en présence des dieux vengeurs le châtiment dû à son forfait. (17) Les mêmes hommes qui le poussaient au crime, moins par amitié pour lui, que par haine contre Eumène, applaudiraient à sa piété et à sa constance, s'il gardait jusqu'au bout la fidélité qu'il devait à son frère."

[45,20] Réception de la délégation rhodienne (printemps 167)

   (1) Ces représentations l'emportèrent dans l'esprit d'Attale. Admis à l'audience du sénat, il félicita les Romains de leur victoire, exposa modestement les services de son frère et les siens pendant la guerre, et raconta le soulèvement des Gaulois, qui venait d'éclater avec une grande violence. (2) Il pria le sénat de leur envoyer des ambassadeurs dont l'autorité les forçât de déposer les armes. Après ces demandes dans l'intérêt du royaume, il sollicita pour lui-même Aenos et Maronée. (3) Ayant ainsi trompé l'espérance de ceux qui s'attendaient à le voir accuser son frère et demander le partage de ses états, il sortit de l'assemblée. Jamais roi ni particulier n'avait été écouté avec autant de faveur et avec un intérêt aussi général. On le combla d'honneurs et de présents pendant son séjour à Rome et même à son départ.

   (4) Des nombreuses ambassades de l'Asie et de la Grèce, celle des Rhodiens attira particulièrement l'attention publique. (5) Les envoyés s'étaient d'abord montrés vêtus de blanc, comme il convenait à une ambassade chargée d'offrir des félicitations, et qui pouvait craindre, en prenant des habits de deuil, de paraître déplorer la chute de Persée. (6) Pendant que les ambassadeurs attendaient dans le comitium, le consul M. Junius consulta le sénat pour savoir si on leur donnerait un logement, les présents d'usage et une audience. Le sénat fut d'avis de ne leur rendre aucun des devoirs de l'hospitalité. (7) Le consul sortit de l'assemblée, et comme les Rhodiens demandaient à y être introduits, en disant qu'ils étaient venus féliciter les Romains de leur victoire et justifier leur cité des accusations portées contre elle, (8) il leur déclara "que l'usage des Romains était de traiter leurs alliés et leurs amis avec tous les égards de l'hospitalité, et de les admettre à l'audience du sénat, mais que, pendant la dernière guerre, les Rhodiens ne s'étaient pas conduits de manière à ce qu'on pût voir en eux des alliés et des amis." (9) À ces paroles, ils se prosternèrent tous jusqu'à terre, suppliant le consul, ainsi que tous ceux qui étaient présents, d'avoir moins égard à des accusations récentes et calomnieuses contre les Rhodiens qu'à leurs anciens services, dont ils avaient eux-mêmes été les témoins. (10)Aussitôt ils prirent les habits de suppliants et allèrent de maison en maison prier les principaux sénateurs de les entendre avant de les condamner.

[45,21] Faut-il faire la guerre aux Rhodiens?

   (1) Le préteur Manius Juventius Thalna, qui avait dans sa juridiction la connaissance des contestations entre les citoyens et les étrangers, excitait le peuple contre les Rhodiens, (2) et lui avait même proposé "de déclarer la guerre aux Rhodiens et de choisir parmi les magistrats de cette année le chef de la flotte qui serait envoyée pour cette expédition." Il espérait que le choix tomberait sur lui. (3) Les tribuns du peuple M. Antonius et M. Pomponius s'opposèrent à ce projet de loi. (4) Mais le préteur avait commencé par introduire un précédent nouveau et dangereux: sans consulter le sénat ou prévenir les consuls, il avait de sa propre autorité demandé au peuple "s'il voulait, s'il ordonnait qu'on déclarât la guerre aux Rhodiens." (5) L'usage avait toujours été de prendre d'abord l'avis des sénateurs et de ne soumettre la question au peuple qu'après avoir obtenu leur assentiment. (6) Les tribuns de leur côté eurent le tort de former leur opposition, malgré la règle qu'on avait toujours suivie de n'exercer ce droit qu'après avoir laissé aux particuliers la faculté de soutenir ou de combattre la loi. Cette mesure avait souvent eu pour résultat que ceux qui n'avaient pas l'intention de rejeter la loi lui reconnaissaient par la discussion des vices qui les faisaient changer d'avis, (7) et que ceux au contraire qui étaient venus combattre la loi, se rendaient aux raisons de ceux qui avaient parlé pour elle. Mais dans cette occasion, le préteur et les tribuns agissaient à l'envi contre toutes les règles. (8) Les tribuns, par leur opposition prématurée, imitaient, tout en la blâmant, la précipitation du préteur.

[45,22] Discours des Rhodiens

   (1) "Mais nous, il est encore douteux que nous soyons coupables, et nous subissons déjà toute la peine et toute la honte du crime. Précédemment, quand nous vînmes à Rome après les victoires remportées sur les Carthaginois, sur Philippe et sur Antiochus, du logement que la république nous avait donné nous fûmes conduits devant vous, pour vous féliciter, Pères conscrits, et de la curie nous allâmes au Capitole porter nos offrandes aux dieux de Rome. (2) Aujourd'hui, c'est d'une misérable hôtellerie où nous avons avec peine obtenu un asile à prix d'or; c'est après nous être vus forcés de loger hors de la ville, comme des ennemis; c'est enfin dans ce lugubre appareil que nous venons devant le sénat, nous qui avons reçu naguère de votre munificence la Lycie et la Carie, nous que vous avez comblés de récompenses et d'honneurs.

   (3) Vous donnez la liberté, nous a-t-on dit, à l'Illyrie et à la Macédoine, qui étaient dans l'esclavage avant d'avoir pris les armes contre vous. (4) Et ne croyez pas que nous parlions ainsi par jalousie contre qui que ce soit; loin de là, nous rendons hommage à la clémence du peuple romain. Les Rhodiens, dont le seul crime est l'espèce de neutralité qu'ils ont gardée dans cette guerre, seront désormais pour vous des ennemis et non plus des alliés? (5) Et cependant vous êtes toujours ces mêmes Romains qui fondez sur la justice de vos guerres l'espérance de vos succès, et qui vous glorifiez moins des victoires qui les terminent que des motifs qui vous les font entreprendre. (6) Vous avez pris les armes contre les Carthaginois, parce qu'ils avaient attaqué Messine en Sicile, et Philippe s'est vu traiter par vous en ennemi, parce qu'il avait fait le siège d'Athènes, qu'il menaçait la Grèce de la servitude et fournissait à Hannibal des secours de troupes et d'argent. (7) Antiochus aussi, appelé par les Étoliens vos ennemis, passa d'Asie en Grèce avec une flotte, et, maître de Démétrias, de Chalcis et du défilé des Thermopyles, il voulut vous arracher votre empire. (8) Quant à Persée, ses entreprises contre vos alliés, le meurtre de plusieurs rois ou chefs de nations et de peuples, vous ont forcés de le combattre. (9) Mais nous, quel motif justifiera vos rigueurs, si notre perte est résolue? Et je ne sépare point encore la cause de Rhodes de celle de Polyaratus, de Dinon et des autres citoyens que nous avons amenés pour vous les livrer. Quand nous serions tous également coupables, quel a été notre crime dans cette guerre? (10) d'avoir pris les intérêts de Persée et d'avoir défendu un roi contre vous, comme nous vous avions défendus vous-mêmes contre des rois, dans les guerres d'Antiochus et de Philippe? (11) Si vous voulez savoir comment nous secourons nos alliés et quelle énergie nous savons déployer dans la guerre, interrogez C. Livius et L. Aemilius Régillus qui ont commandé vos flottes en Asie. Jamais vos vaisseaux n'ont combattu sans nous. (12) Notre flotte a combattu seule deux fois: la première à Samos et la deuxième en Pamphylie contre Hannibal. (13) Ce dernier succès est d'autant plus glorieux, qu'après avoir perdu à Samos une grande partie de nos vaisseaux et l'élite de notre jeunesse, loin de nous laisser abattre par un tel revers, nous osâmes marcher de nouveau à la rencontre de la flotte royale qui venait de Syrie. (14) Ce n'est point une vaine jactance qui me porte à rappeler ces événements: notre fortune présente nous interdit de pareilles pensées; j'ai voulu seulement vous faire connaître comment les Rhodiens ont coutume de servir leurs alliés."

[45,23] Suite du discours de la délégation rhodienne

   (1) "Après la défaite de Philippe et d'Antiochus, nous avons reçu de vous les plus brillantes récompenses. Si la fortune avait accordé à Persée la victoire que vous tenez de la bonté des dieux et de votre valeur, et que nous fussions allés en Macédoine demander à ce roi le prix de nos services, qu'aurions-nous à lui dire? que nous lui avons fourni des secours d'argent ou de blé? (2) que nous l'avons aidé de nos troupes ou de nos vaisseaux? Quel poste pourrions-nous nous vanter d'avoir occupé? où prétendrions-nous avoir combattu sous les ordres de ses lieutenants ou de nos propres généraux? (3) S'il nous demandait dans quel lieu nos soldats, nos vaisseaux, se sont joints aux siens, qu'aurions-nous à répondre? Nous aurions peut-être à nous défendre devant Persée victorieux, comme nous le faisons devant vous en ce moment.

   (4) C'est en effet le résultat de la double ambassade que nous avons envoyée pour ménager la paix, que nous ne pouvons nous faire un mérite de cette démarche auprès d'aucun des deux partis, et qu'elle nous a valu de la part de l'un une accusation et des dangers. (5) Encore, Pères conscrits, Persée serait en droit de nous faire un reproche que vous ne pouvez nous adresser, celui de vous avoir envoyé, au commencement de la guerre, des ambassadeurs pour vous offrir tous les secours dont vous auriez besoin. Comme dans les guerres précédentes, nous mettions à votre disposition nos vaisseaux, nos armes et notre jeunesse. (6) Si notre zèle n'a pu être mis à l'épreuve, c'est que vous ne l'avez point voulu et que vous avez eu des motifs pour rejeter nos offres. Nous n'avons donc commis aucun acte d'hostilité ni manqué à remplir les devoirs de fidèles alliés; seulement vous avez refusé nos services. (7) Mais quoi? Rhodiens, ne s'est-il passé dans votre cité rien que vous ayez à regretter et dont le peuple romain ait droit de s'offenser? Je ne viens pas défendre ce qui s'est passé; non, je ne suis pas insensé à ce point; mais je veux séparer la cause de l'état de celle des particuliers.

   (8) Il n'est aucune république qui ne compte parfois dans son sein des citoyens coupables, et ne renferme toujours une multitude aveugle. (9) Rome elle-même a vu des ambitieux flatter le peuple pour parvenir à leurs fins, le peuple se séparer du sénat et les rênes de l'état vous échapper. (10) Puisqu'une cité réglée par des lois si sages n'a pu être exempte de tels maux, comment s'étonner qu'il se soit rencontré à Rhodes quelques ambitieux qui, pour gagner les bonnes grâces du roi, aient perverti la populace? Encore toutes leurs intrigues n'ont-elles abouti qu'à nous retenir dans l'inaction? (11) Je ne dissimulerai pas le reproche le plus grave que nous ayons mérité pendant cette guerre: nous avons envoyé en même temps des ambassadeurs à Rome et auprès de Persée, démarche malheureuse dont l'emportement de notre ambassadeur a fait un acte de folie: (12) car nous avons appris qu'il vous avait parlé du même ton que Popilius, ambassadeur de Rome, intimant aux rois Antiochus et Ptolémée l'ordre de déposer les armes. (13) Mais enfin, orgueil ou folie, on a tenu à Persée le même langage qu'à vous.

   (14) Les nations, aussi bien que les individus, ont leur caractère distinctif: les unes sont emportées, les autres audacieuses; celles-ci sont timides, celles-là portées aux plaisirs de l'amour et du vin. (15) Les Athéniens ont la réputation d'être ardents et présomptueux; les Lacédémoniens passent pour temporisateurs et circonspects à l'excès. (16) Je ne disconviendrai pas que les peuples de l'Asie sont naturellement vains, et que notre langage à nous-mêmes n'est pas exempt d'une enflure que semble autoriser notre supériorité sur nos voisins, et qui tient moins à notre puissance qu'aux distinctions et aux témoignages flatteurs que vous nous avez accordés. (17) Assurément notre ambassade fut assez punie de sa faute par la réponse sévère avec laquelle vous l'avez congédiée; et lors même que cette humiliation n'aurait pas été un châtiment assez fort, l'attitude humble et suppliante de l'ambassade actuelle suffirait à expier une insolence beaucoup plus grande encore. (18) Les propos arrogants, qui excitent le ressentiment des âmes violentes, n'obtiennent que le dédain du sage, surtout si venant d'un inférieur ils vont à un supérieur; mais jamais personne ne les a regardés comme un crime digne de mort. (19) Sans doute ce qu'il y avait à craindre, c'était que les Rhodiens ne fussent pour les Romains un objet de mépris. On profère quelquefois des blasphèmes contre les dieux eux-mêmes: voyons-nous qu'ils aient jamais lancé la foudre pour punir un tel crime?"

[45,24] Fin du discours des Rhodiens

   (1) "Que nous reste-t-il donc à justifier, si le langage de notre ambassadeur, assez altier pour choquer vos oreilles, n'a pas mérité la ruine de la république? (2) Je sais, Pères conscrits, que dans vos entretiens particuliers on accuse nos intentions et nos penchants secrets: on dit que nous prenions un vif intérêt à Persée et que nous faisions des voeux pour sa victoire; en conséquence, on veut nous faire la guerre. (3) D'autres, sans douter de notre mauvais vouloir, ne sont cependant pas d'avis qu'on prenne les armes contre nous. Il n'y a, disent-ils, chez aucun peuple, de loi ou de coutume qui permette de condamner à mort un citoyen qui a désiré la perte de son ennemi, sans avoir rien fait pour y contribuer. (4) Nous rendons grâces à ceux qui, tout en nous regardant comme coupables, nous exemptent de tout châtiment.

   Mais nous prononçons nous-mêmes cette sentence contre nous. Si tous nous avons fait les voeux qu'on nous prête, nous ne distinguons point l'intention du fait, et nous voulons être tous punis. (5) Si, au contraire, nos principaux citoyens se sont déclarés, les uns pour vous et les autres pour Persée, nous ne vous demandons pas d'épargner les partisans du roi en considération de notre fidélité, mais seulement de ne pas nous faire périr à cause d'eux. (6) Vous n'avez pas contre eux plus de ressentiment que Rhodes elle-même, et, comme ils le savaient bien, la plupart ont pris la fuite ou se sont donné la mort; les autres, déjà condamnés par nous, vont être remis en votre pouvoir.

   (7) Le reste des Rhodiens n'a mérité par sa conduite dans cette guerre ni récompense, ni châtiment. Que l'importance de nos services passés compense cet oubli momentané de nos devoirs. (8) Vous avez combattu trois rois dans les années qui viennent de s'écouler: que notre inaction dans l'une de ces guerres ne nous soit pas plus funeste que nos services dans les deux autres n'ont pu nous être avantageux auprès de vous. (9) Comptez, dans notre cause, Antiochus, Philippe et Persée pour trois suffrages; deux nous absolvent, et le troisième, à mettre les choses au pis, laisse du doute sur notre culpabilité. Si ces rois étaient nos juges, nous serions déjà condamnés. Prononcez, Pères conscrits, si Rhodes doit subsister encore ou disparaître de la surface de la terre.

   (10) En effet, Pères conscrits, il n'est pas besoin de délibérer sur la guerre: vous pouvez la déclarer, mais vous n'aurez point à la faire, car aucun Rhodien ne prendra les armes contre vous. (11) Si vous persévérez dans votre colère, nous ne vous demanderons que le temps d'aller rendre compte à nos concitoyens de cette funeste ambassade, et tout ce qu'il y a à Rhodes de personnes de condition libre, hommes et femmes, (12) nous nous embarquerons avec nos richesses pour venir à Rome, et là, entassant dans le comitium et dans le vestibule du sénat tout l'or et l'argent que possèdent la république et les particuliers, nous nous abandonnerons avec nos femmes et nos enfants aux châtiments qu'il vous plaira d'infliger. (13) Que notre ville soit pillée et incendiée loin de nos yeux. (14) Rome peut déclarer que les Rhodiens sont ses ennemis; mais nous, en interrogeant notre conscience, nous ne trouverons jamais que nous ayons été les siens. Et quelle que soit la rigueur des maux que nous ayons à souffrir, nous ne commettrons jamais envers vous aucun acte d'hostilité."

[45,25] Le maintien de la paix est décidé

   (1) Lorsque Astymède eut fini de parler, tous les envoyés se prosternèrent de nouveau, et, dans cette attitude suppliante, ils agitèrent leurs branches d'olivier. Enfin on les fit relever, et sortir de la curie; puis on alla aux voix. (2) Les plus animés contre Rhodes étaient les consuls, les préteurs ou les lieutenants qui avaient pris part à la guerre de Macédoine. Mais les Rhodiens furent chaudement défendus par M. Porcius Caton, qui, malgré la rudesse de son caractère, se montra, en cette occasion, indulgent et doux. (3) Je n'affaiblirai point par une esquisse imparfaite l'éloquent discours qu'il prononça en cette circonstance, parce qu'il se trouve en entier dans le cinquième livre de ses 'Origines'.

   (4) On fit aux Rhodiens une réponse qui ne leur permettait ni de se regarder comme ennemis, ni de croire qu'ils restaient alliés de Rome. (5) Philocrate et Astymède étaient les chefs de l'ambassade. Il fut convenu entre eux que Philocrate, avec une partie des envoyés, retournerait à Rhodes, pour rendre compte du résultat de leur mission, pendant que les autres resteraient à Rome avec Astymède, pour suivre la marche de l'affaire et en informer leurs concitoyens. (6) Pour le moment, les Rhodiens eurent ordre de rappeler les corps de troupes qu'ils avaient en Lycie et en Carie.

   Cette nouvelle, tout affligeante qu'elle était, ne laissa pas de causer à Rhodes une grande joie, tant on était heureux d'être délivré de la crainte d'un plus grand mal; car on avait craint la guerre. (7) Aussi fut-il décrété sur-le-champ qu'on enverrait à Rome une couronne du poids de vingt mille pièces d'or, et Théétète, commandant de la flotte, fut chargé de cette ambassade. Il eut mission de solliciter l'alliance de Rome; mais on ne l'y autorisa ni par un décret ni par des instructions écrites, afin d'éviter l'humiliation d'un refus direct. (8) Le commandant de la flotte seul eut les pouvoirs suffisants pour conduire cette négociation, sans qu'ils lui fussent conférés par aucun acte public. (9) Des liens d'amitié avaient existé longtemps entre les deux républiques, sans aucun traité d'alliance, et Rhodes n'avait eu, pour s'abstenir de tout engagement, d'autre motif que de ne pas ôter aux rois l'espérance d'être secourus par elle au besoin, et de ne pas se priver elle-même des fruits de leur générosité et d'une part à leur fortune. (10) En ce moment, ils sentaient le besoin de rechercher l'alliance des Romains, non pour se créer un appui vis-à-vis des autres (car ils ne craignaient que les Romains), mais pour devenir moins suspects aux Romains eux-mêmes.

   (11) Vers le même temps, les Cauniens se révoltèrent contre eux, et les Mylasiens s'emparèrent des villes situées sur le territoire d'Euromos. (12) Les Rhodiens n'étaient pas assez abattus pour ne pas comprendre que, si Rome leur enlevait la Lycée et la Carie, les autres contrées, soumises à leur puissance secoueraient le joug ou deviendraient la proie de leurs voisins, tandis qu'ils se trouveraient eux-mêmes enfermés dans le cercle étroit d'une île petite et stérile, qui ne pouvait nourrir une aussi nombreuse population. (13) Ils mirent donc sur pied de guerre leur jeunesse qui fit promptement rentrer les Cauniens dans l'obéissance, malgré les secours que leur avaient fournis ceux de Cibyra. Ils vainquirent aussi en bataille rangée, près d'Orthosie, les Mylasiens et les Alabandins, qui, après s'être emparés du territoire d'Euromos, avaient réuni leurs forces et marché contre les Rhodiens.

[45,26] Pacification de l'Épire (fin de l'année 168). Libération de l'Illyrie

   (1) Pendant que ces choses se passaient, les unes en Macédoine, les autres à Rome, L. Anicius, qui s'était rendu maître, comme nous l'avons dit précédemment, de la personne de Gentius, mit une garnison dans Scodra, capitale des états de ce prince, (2) en donna le commandement à Gabinius, et confia à C. Licinius les importantes places de Rhizon et d'Olcinium. (3) Ayant ainsi pourvu à la sûreté de l'Illyrie, il prit la route de l'Épire avec le reste de ses troupes. La première ville qui lui ouvrit ses portes fut Phanota, dont les habitants vinrent au-devant de lui avec les bandelettes de suppliants. (4) Anicius y laissa garnison, et passa chez les Molosses, dont toutes les villes se soumirent, à l'exception de Passaron, de Tecmon, de Phylakè et d'Horreum. Il marcha d'abord contre Passaron. (5) Les principaux citoyens de la ville étaient Antinous et Théodote, tous deux signalés par leur attachement à Persée et par la haine qu'ils portaient aux Romains: c'étaient eux qui avaient entraîné la nation entière dans la révolte. (6) Le sentiment de leur faute, qui ne leur permettait d'espérer aucun pardon, leur fit prendre la résolution d'envelopper leur patrie dans leur ruine, et ils fermèrent les portes en exhortant le peuple à préférer la mort à l'esclavage.

   (7) Leur puissance fermait la bouche à tous les habitants. Enfin un autre Théodote, jeune homme appartenant aussi à une des principales familles et qui redoutait plus les Romains que les deux chefs de l'insurrection, osa dire à ses concitoyens: "Quelle rage vous porte à associer votre cité au châtiment mérité par deux coupables! (8) J'ai souvent entendu dire que de généreux citoyens sont morts volontairement pour leur patrie; mais ces hommes sont les premiers qui aient imaginé de sacrifier leur patrie pour eux. Allons, ouvrons nos portes et soumettons-nous à une domination que le monde entier a reconnue." (9) Antinous et Théodote, voyant que la foule allait le suivre, se jetèrent sur les avant-postes de l'ennemi et y trouvèrent la mort qu'ils cherchaient. La ville se rendit aussitôt. (10) Céphalus, qui commandait à Tecmon, voulut également résister; mais il fut tué et la ville capitula. Phylakè et Horreum se soumirent sans attendre qu'on les assiégeât.

   (11) Lorsque Anicius eut ainsi pacifié l'Épire et cantonné ses troupes pour l'hiver dans les villes les plus commodes, il retourna en Illyrie et convoqua à Scodra, où s'étaient rendus les cinq commissaires venus de Rome, une assemblée composée des principaux citoyens de toute la province. (12) Là, du haut de son tribunal, il déclara, avec l'assentiment des commissaires, "que le sénat et le peuple donnaient la liberté aux Illyriens et retiraient leurs troupes de toutes les villes, forts et châteaux; (13) qu'ils accordaient non seulement la liberté, mais même l'exemption de tout tribut aux habitants d'Issa, aux Taulantes, aux Dassarètes Pirustes, aux habitants de Rhizon et d'Olcinium, qui avaient embrassé le parti des Romains, lorsque Gentius n'avait encore rien perdu de sa puissance, (14) que les Daorses jouiraient de la même franchise, parce qu'ils avaient abandonné Caravantius, pour passer avec leurs armes du côté des Romains; que ceux de Scodra, les Dassarenses, les Sélépitani et les autres Illyriens ne paieraient que la moitié des contributions qu'ils payaient au roi." (15) Ensuite il divisa l'Illyrie en trois parties: la première fut celle dont nous avons déjà parlé; la seconde comprit tout le territoire des Labéates; la troisième, celui d'Agravon, de Rhizon, et d'Olcinium et les pays limitrophes. Après avoir établi cette division nouvelle de l'Illyrie, Anicius retourna en Épire passer l'hiver à Passaron.

_________________
avatar
Zepto
Chapitre
Recteur
Chapitre Recteur

Masculin Nombre de messages : 1330
Localisation : Honfleur
Date d'inscription : 01/09/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Livre XLV : Les événements des années 168 et 167

Message par Zepto le Dim 19 Mar 2017, 15:47

[45,27] Voyage de Paul Émile à travers laGrèce (automne 168)

   (1) Pendant que ces événements se passaient en Illyrie, avant l'arrivée des dix commissaires, Paul Émile avait envoyé son fils Q. Maximus, qui était déjà revenu de Rome, livrer au pillage les villes d'Agassae et d'Éginium. (2) La première, après avoir ouvert ses portes au consul Marcius, et sollicité d'elle-même l'alliance des Romains, était ensuite retournée au parti de Persée. (3) Les torts des Éginiens étaient plus récents: regardant comme un vain bruit la nouvelle de la victoire remportée par les Romains, ils avaient traité en ennemis quelques soldats entrés dans leurs murs. (4) L. Postumius fut envoyé pour infliger le même châtiment à ceux d'Aenia, qui avaient gardé les armes plus longtemps que les villes voisines.

   (5) On touchait à l'automne; le consul voulut employer le commencement de cette saison à parcourir la Grèce et à visiter les merveilles qu'on admire plus souvent sur la foi de la renommée que sur le témoignage de ses yeux. (6) Il laissa le commandement de l'armée à C. Sulpicius Gallus, et partit avec une suite peu nombreuse, ayant à ses côtés son fils Scipion et Athénée, frère du roi Eumène. Il se dirigea par la Thessalie vers le fameux temple de Delphes. (7) Là, après avoir offert un sacrifice à Apollon, il trouva dans le vestibule du temple des colonnes ébauchées, qui devaient porter les statues de Persée, et, comme vainqueur, il les destina à recevoir les siennes. (8) Il visita également le temple de Jupiter Trophonios à Lébadia, examina l'ouverture de l'antre par laquelle descendent ceux qui viennent consulter l'oracle, offrit un sacrifice à Jupiter et à Hercynna, qui ont leur temple en cet endroit, et descendit jusqu'à Chalcis, pour y jouir du spectacle de l'Euripe et du pont qui joint l'île d'Eubée au continent. (9) De Chalcis, il passa à Aulis, ville célèbre, située à trois milles; son port avait été jadis le rendez-vous des mille vaisseaux de la flotte d'Agamemnon, et c'était dans son temple de Diane que ce roi des rois avait immolé sa fille pour obtenir des dieux un vent favorable et aborder au rivage de Troie. (10) De là, il se rendit à Oropos, ville de l'Attique, où un vénérable devin est honoré comme un dieu, dans un temple antique, entouré de frais ruisseaux et de riantes fontaines. (11) Athènes lui offrit ensuite les souvenirs des temps héroïques et les nombreuses merveilles qu'elle renferme: sa citadelle, ses ports, les murs qui joignent la ville au Pirée, ses arsenaux, les monuments de ses grands capitaines, les statues des dieux et des héros, aussi remarquables par la richesse et la variété des matières que par la perfection de l'art.

[45,28] Fin du voyage de Paul Émile (printemps 167)

   (1) Après avoir offert un sacrifice à Minerve, déesse tutélaire de la citadelle, Paul Émile partit d'Athènes et se rendit en deux jours à Corinthe, (2) ville si belle à cette époque, car elle n'était pas encore détruite. La citadelle et l'isthme attirèrent son attention: la citadelle s'élève dans l'enceinte même des murs, à une prodigieuse hauteur, et renferme plusieurs sources. (3) L'isthme n'est qu'une langue de terre qui sépare deux mers voisines, l'une à l'occident et l'autre à l'orient. Ensuite il visita les villes illustres de Sicyone et d'Argos; Épidaure, moins opulente, mais célèbre par son fameux temple d'Esculape, situé à cinq milles de la ville. Aujourd'hui il présente à peine quelques vestiges de la magnificence dont on l'a dépouillé; mais alors il était rempli des riches offrandes consacrées au dieu par les malades, en reconnaissance de leur guérison.

   (4) De là il se rendit à Lacédémone, moins célèbre pour ses monuments que pour sa discipline et ses institutions. De là, par Mégalopolis, il monta jusqu'à Olympie. (5) Là, entre autres merveilles qui frappèrent ses yeux, il crut voir Jupiter en personne, et il éprouva une vive émotion. Aussi fit-il préparer un sacrifice plus pompeux que de coutume, tel qu'il aurait pu l'offrir dans le Capitole.

   (6) Ce fut ainsi qu'il parcourut la Grèce, sans rechercher quels sentiments les villes et les particuliers avaient manifestés pendant la guerre contre Persée, ne voulant pas inquiéter ces peuples alliés par une telle enquête. Comme il revenait à Démétrias, il trouva sur sa route une troupe d'Étoliens en habits de deuil. (7) Surpris de cet appareil, il en demanda le motif, et apprit que Lyciscus et Tisippus, ayant investi le sénat avec des soldats romains envoyés par Baebius, commandant militaire de la contrée, avaient fait massacrer cinq cent cinquante des principaux citoyens; que d'autres avaient été envoyés en exil, et que les biens des victimes et ceux des proscrits étaient devenus le salaire de leurs accusateurs. (8) Paul Émile leur donna rendez-vous à Amphipolis; mais quand il eut rejoint Cn. Octavius à Démétrias, apprenant que les dix commissaires avaient déjà traversé la mer, il oublia toute autre affaire et alla au-devant d'eux jusqu'à Apollonie.

   (9) Il y trouva Persée, qui, gardé assez négligemment à Amphipolis (cette ville est à une journée d'Apollonie), était venu à sa rencontre. Le consul l'accueillit avec bonté; mais lorsqu'il fut de retour dans son camp, à Amphipolis, il adressa, dit-on, de sévères réprimandes à C. Sulpicius, (10) d'abord pour avoir laissé Persée errer si loin de lui dans la province, ensuite pour avoir porté l'indulgence envers les soldats jusqu'à souffrir qu'ils enlevassent les tuiles des murs de la ville pour en couvrir leurs quartiers d'hiver. Il ordonna de reporter les tuiles et de rétablir les toits dans l'état où ils étaient auparavant. (11) Il remit à A. Postumius la garde de Persée et de Philippe, son fils aîné, fit venir de Samothrace à Amphipolis la fille de ce roi avec le plus jeune de ses fils, et les traita avec toutes sortes d'égards.

[45,29] Libération de la Macédone; division du pays en quatre circonscriptions (printemps 167)
   (1) Au jour qu'il avait indiqué pour la réunion de dix des principaux citoyens de chaque ville à Amphipolis, et pour la remise de tous les papiers épars en divers lieux et de l'argent qui appartenait au roi, le consul prit place sur son tribunal avec les dix commissaires, au milieu d'une foule immense de Macédoniens. (2) Bien qu'ils fussent accoutumés à l'éclat de la royauté, les Macédoniens ne laissèrent pas de voir avec terreur ce tribunal nouveau pour eux, ce licteur écartant la foule, ce héraut, les assesseurs: toutes ces formes imposantes qui frappaient pour la première fois leurs yeux et leurs oreilles étaient bien faites pour effrayer des alliés, à plus forte raison des ennemis vaincus.

   (3) Après avoir imposé silence par la voix du héraut, Paul Émile fit connaître en latin les volontés du sénat et les décisions qu'il avait prises lui-même, d'accord avec son conseil. Le préteur Cn. Octavius (car il était aussi présent) répétait ses paroles en grec. (4) Il déclara d'abord "que les Macédoniens seraient libres, conserveraient leurs villes et leur territoire, avec l'usage de leurs lois, et choisiraient tous les ans leurs magistrats: qu'ils paieraient aux Romains la moitié des impôts qu'ils payaient auparavant à leurs rois; (5) que la Macédoine serait partagée en quatre districts, dont le premier comprendrait le territoire renfermé entre le Strymon et le Nessos, (6) au-delà duquel on ajouterait, du côté de l'orient, tous les bourgs, châteaux et villes qu'avait occupés Persée, à l'exception d'Aenos, de Maronée et d'Abdère, puis au-delà du Strymon, vers l'occident, la Bisaltique entière avec Héraclée-Sintique. (7) Le second se composerait du pays borné à l'orient par le Strymon, moins Héraclée-Sintique et la Bisaltique, et de celui que borne au couchant le fleuve Axios, avec la partie orientale de la Péonie, située sur les bords de l'Axios; (8) le troisième comprendrait avec le territoire entouré à l'orient par le fleuve Axios, et au couchant par le fleuve Pénée, le pays borné au nord par le mont Bora; on y joignit la partie de la Péonie qui s'étend à l'occident, le long de l'Axios, ainsi que les villes d'Édessa et de Béroée; (9) le quatrième commencerait au-delà du mont Bora, et toucherait d'un côté à l'Illyrie et de l'autre à l'Épire; que les chefs-lieux où se tiendraient les assemblées de chaque district seraient: pour le premier, Amphipolis; pour le second, Thessalonique; pour le troisième, Pella, et pour le quatrième, Pélagonie; (10) que ce serait dans ces villes que se réuniraient les députés de tous les districts, que serait apporté l'argent des impôts et qu'auraient lieu les élections des magistrats." Paul Émile déclara ensuite "qu'il ne serait permis à personne de se marier, de vendre ou d'acheter des terres et des édifices, hors de son district. (11) L'exploitation des mines d'or et d'argent fut interdite, celle des mines de fer et de cuivre permise." Les concessionnaires des mines furent taxés à la moitié seulement du droit qu'ils payaient au roi. L'importation du sel fut également défendue.

   (12) Comme les Dardaniens revendiquaient la Péonie, parce qu'elle leur avait déjà appartenu et qu'elle touchait à leur pays, le consul leur répondit "que Rome donnait la liberté à tous ceux qui avaient été sujets de Persée." (13) Pour adoucir son refus, Paul Émile leur permit d'acheter du sel aux Macédoniens, donna ordre à ceux du troisième district d'en transporter à Stobi en Péonie et en fixa le prix. (14) Il défendit aux habitants de couper eux-mêmes ou de laisser couper à d'autres les bois propres à la construction des vaisseaux. Il permit aux districts qui avaient les barbares pour voisins, c'est-à-dire aux deux premiers et au quatrième, d'avoir des troupes armées sur leurs frontières.

[45,30] Réactions diverses après le morcellement de la Macédoine

   (1) Cette déclaration, qui fut faite le premier jour de l'assemblée, affecta diversement les esprits. La liberté, qu'on leur accordait contre leur attente, et la diminution des impôts annuels, leur causèrent une vive satisfaction; (2) mais en voyant leur pays divisé par districts et leurs relations commerciales interrompues, ils se comparaient à un corps déchiré en plusieurs membres dont l'existence est inséparable: tant il est vrai que les Macédoniens ignoraient eux-mêmes combien la Macédoine était vaste et facile à diviser, et combien chaque partie pouvait se suffire à elle-même. (3) Le premier district est occupé par les Bisaltes, peuple intrépide, qui habite au-delà du fleuve Nessos, et dans le voisinage du Strymon. Ce pays est fertile en toute espèce de productions et en métaux; Amphipolis, placé dans la position la plus avantageuse, ferme l'entrée de la Macédoine du côté de l'Orient. (4) Le second district renferme les villes populeuses de Thessalonique et de Cassandrée, les fertiles et riches campagnes de Pallène, et des ports très favorablement situés pour le commerce maritime (Toronè, mont Athos), certains sont tournés vers la Thessalie et l'Eubée, d'autres sont sur la route de l'Hellespont (Aenos, Anicius). (5) Le troisième district comprend les importantes villes d'Édessa, de Béroée et de Pella, la belliqueuse nation des Vettiens et un grand nombre de colons gaulois et illyriens, tous laborieux cultivateurs. (6) Le quatrième est habité par les Éordiens, les Lyncestes et les Pélagoniens. (7) Il renferme aussi l'Atintanie, la Tymphée et l'Élimée; tout ce pays est froid, âpre et inculte. Le caractère des habitants tient de la nature de la terre. Leur naturel farouche le devient plus encore à cause du voisinage des barbares, qui tantôt les harcèlent par leurs hostilités, tantôt leur communiquent leurs moeurs par les relations de la paix. (8) C'est ainsi qu'Aemilius, après avoir promis de donner des lois à la Macédoine, la divisa en quatre parties distinctes, qui n'avaient rien de commun que la forme générale de gouvernement.

[45,31] Règlements de comptes en Grèce et en Asie

   (1) Paul Émile fit savoir qu'il s'occuperait de la constitution après avoir réglé les problèmes administratifs. On fit ensuite comparaître les Étoliens. Dans cette enquête on chercha plus à savoir qui avait favorisé Rome ou le roi, qu'à distinguer les coupables des victimes; (2) les assassins furent absous; les exilés ne furent point rappelés, et les morts restèrent sans vengeance. A. Baebius seul fut condamné pour avoir fait servir les soldats romains à ces exécutions.

   (3) Ce résultat de la cause des Étoliens inspira un orgueil intolérable à toutes les nations et à tous les peuples de la Grèce qui avaient suivi le parti des Romains, et fit courber devant eux tous ceux qu'on avait pu soupçonner d'avoir favorisé le roi. (4) Les principaux habitants des villes étaient de trois espèces: les deux premières, en flattant le pouvoir des Romains et en captant l'amitié des rois, fondaient leur fortune particulière sur l'oppression de leur patrie; la troisième, opposée aux deux autres, défendait la liberté et les lois; (5) mais s'ils gagnaient par là l'affection de leurs compatriotes, ils perdaient tout crédit au dehors. Les partisans de Rome, fiers des succès des Romains, étaient seuls en possession des magistratures et des ambassades. (6) Ils étaient venus en foule du Péloponnèse, de la Béotie et des autres contrées de la Grèce. Ils étourdirent de leurs accusations les dix commissaires. (7) "Ceux qui par vanité s'étaient déclarés hautement les hôtes et les amis de Persée n'étaient pas les seuls, disaient-ils, qui eussent favorisé ce prince; beaucoup d'autres encore l'avaient servi secrètement. Le reste, sous le prétexte de défendre la liberté, n'avait fait qu'intriguer dans les conseils contre les Romains. (8) L'unique moyen de maintenir ces peuples dans le devoir, c'était de ruiner leur parti, d'augmenter et de confirmer le crédit de ceux qui n'envisageaient que les intérêts de Rome."

   (9) Ils désignèrent ensuite les personnes. Plusieurs habitants de l'Étolie, de l'Acarnanie et de Béotie furent mandés par le général et reçurent l'ordre de le suivre à Rome pour y plaider leur cause. Deux des commissaires, C. Claudius et Cn. Domitius se rendirent en Achaïe, pour y signifier cet ordre par un édit. (10) Cette mesure était dictée par deux motifs; d'un côté, l'on croyait que les Achéens avaient plus de confiance en eux-mêmes, et par conséquent plus de dispositions à désobéir, et l'on craignait peut-être d'exposer à quelque danger Callicrate et les autres accusateurs et délateurs; (11) de l'autre, on avait bien saisi dans les papiers du roi des lettres des principaux chefs des autres villes; mais pour les Achéens on n'avait aucune pièce de conviction, on n'avait trouvé aucune lettre.

   (12) Les Étoliens congédiés, on fit comparaître les Acarnaniens. On ne changea rien à leur constitution; on se contenta d'enlever Leucade à la confédération acarnanienne. (13) Cette enquête sur les personnes qui avaient servi publiquement, ou comme simples particuliers, les intérêts du roi, fut poussée plus loin et s'étendit jusqu'en Asie. (14) On envoya Labéon dans l'île de Lesbos pour détruire Antissa et transférer ses habitants à Méthymne, parce qu'ils avaient ouvert leur port et fourni des vivres à Anténor, lieutenant du roi, dans le temps où il croisait avec ses vaisseaux dans les environs de Lesbos. (15) Deux personnages de distinction furent frappés de la hache, l'Étolien Andronicus, fils d'Andronicus, pour avoir suivi son père et porté avec lui les armes contre le peuple romain, et Néon, de Thèbes, par les conseils duquel les Béotiens avaient fait alliance avec Persée.

[45,32]Fin des consultations sur l'organisation de la Macédoine. Les jeux d'Amphipolis (été 167)

   (1) Lorsque ces enquêtes sur les étrangers furent terminées, on convoqua une nouvelle assemblée de Macédoniens. (2) On y déclara que, "pour ce qui concernait la Macédoine, on choisirait des sénateurs, nommés Synèdres, à qui l'on confierait l'administration des affaires publiques." (3) Ensuite on désigna nommément les principaux Macédoniens qui devaient devancer les commissaires en Italie avec ceux de leurs enfants qui auraient plus de quinze ans. (4) Cette mesure sembla d'abord cruelle aux Macédoniens; mais bientôt elle leur parut conforme à l'intérêt de leur liberté. En effet ceux qui furent désignés étaient tous des amis et des courtisans du roi, des généraux d'armée, des commandants de flotte, des gouverneurs de places, tous habitués à servir humblement le roi et à commander aux autres avec hauteur; (5) les uns immensément riches, les autres égalant en somptuosité ceux dont ils ne pouvaient égaler la fortune. Ils vivaient avec un luxe royal. Aucun d'eux n'était capable de remplir les devoirs de citoyen, de subir le joug des lois, la liberté et l'égalité. (6) Tous ceux qui avaient exercé quelque emploi auprès du roi, qui avaient rempli la moindre charge, reçurent l'ordre de sortir de Macédoine et d'aller en Italie. Quiconque désobéirait, encourrait la peine de mort.

   (7) Aemilius donna des lois aux Macédoniens avec tant de sollicitude, qu'elles semblaient faites non pour des ennemis vaincus, mais pour des alliés qui auraient rendu d'importants services. Elles étaient telles qu'elles purent, pendant de longues années, résister à l'épreuve du temps, le seul réformateur des lois.

   (8) Des affaires sérieuses, on passa aux divertissements. Aemilius avait depuis longtemps préparé une fête; il l'avait fait annoncer aux républiques et aux rois de l'Asie, et y avait lui-même invité les principaux chefs de la Grèce, pendant qu'il parcourait ce pays. Elle fut célébrée à Amphipolis avec un appareil extraordinaire. (9) On y avait réuni de toutes les parties du monde les acteurs les plus habiles, des athlètes et des chevaux fameux. Les ambassadeurs y parurent avec des victimes et toute la pompe que déploie la Grèce dans ses grandes fêtes, pour honorer les dieux et les hommes. (10) On admira dans ces jeux, encore peu familiers aux Romains, non seulement la magnificence, mais le bon goût; (11) les repas offerts aux ambassadeurs ne laissèrent non plus rien à désirer pour la somptuosité et l'élégance. On rappelait ce mot d'Aemilius, que "celui qui savait gagner des batailles, devait aussi savoir ordonner un festin et préparer une fête."

[45,33] Paul Émile quitte la Macédoine (automne 167)

   (1) Lorsque les jeux de toute sorte furent terminés, le général fit transporter sur les vaisseaux les boucliers d'airain; il fit rassembler en un monceau toutes les autres espèces d'armes, (2) et, après avoir invoqué Mars, Minerve, la déesse Lua et les autres divinités auxquelles c'est un usage et un devoir de consacrer les dépouilles des ennemis, il y mit lui-même le feu avec une torche. Les tribuns des soldats qui l'entouraient en firent autant à leur tour.

   (3) Dans cette espèce de rendez-vous de l'Europe et de l'Asie, au milieu de ce concours de peuples accourus de toutes parts, soit pour féliciter le vainqueur, soit pour assister au spectacle des jeux, et, malgré la présence de tant d'armées de terre et de mer, (4) on vit régner une telle abondance, et les vivres furent à si bon marché, qu'Aemilius put les prodiguer aux particuliers, aux villes et aux nations, non seulement pour leurs besoins du moment, mais encore pour les besoins de leur voyage. (5) La foule qui se trouvait là admira plus encore que les jeux scéniques, plus que les luttes des athlètes ou les courses des chevaux, le butin fait sur la Macédoine. On y voyait exposés des statues, des tableaux, des tapisseries, des vases d'or, d'argent, d'airain et d'ivoire; (6) et tous ces chefs-d'oeuvre, trouvés dans le palais du roi de Macédoine, n'étaient point faits seulement pour éblouir un moment les yeux, comme ceux qui remplissaient le palais d'Alexandrie, mais ils étaient destinés à un usage journalier. (7) On fit placer tous ces trésors sur les vaisseaux, et on chargea Octavius de les transporter à Rome.

   Paul Émile, après avoir congédié avec courtoisie les ambassadeurs, passa le Strymon et alla camper à un mille d'Amphipolis; il en partit aussitôt et arriva en cinq journées à Pella. (8) Il passa outre sans séjourner dans cette ville, et s'arrêta deux jours près d'un lieu appelé Spelaeum. Il détacha P. Nasica et son fils Q. Maximus avec un corps de troupes pour ravager les terres des Illyriens qui avaient prêté assistance à Persée et en avaient reçu l'ordre d'aller le rejoindre à Oricum. Pour lui, il se dirigea vers l'Épire, et arriva en quinze jours à Passaron.

[45,34] Représailles en Épire. Échec de la délégation romaine auprès des Galates (printemps 167)

   (1) Anicius était campé près de là. Aemilius, pour prévenir les mouvements que pourrait occasionner sa présence, lui fit savoir par un message "que le sénat avait abandonné à l'armée le pillage des villes de l'Épire qui avaient embrassé le parti de Persée." (2) Il envoya aussi des centurions dans chaque ville, avec ordre de déclarer qu'ils venaient pour en retirer les garnisons, afin que les Épirotes fussent libres comme les Macédoniens. Il manda dix des principaux habitants et leur enjoignit de verser dans le trésor public l'or et l'argent qu'ils possédaient; il fit partir ensuite ses cohortes pour les différentes villes. (3) Celles qui devaient aller dans les lieux les plus éloignés se mirent en marche avant les autres, afin que toutes arrivassent le même jour à leur destination. (4) Les tribuns et les centurions reçurent leurs instructions. Le matin tout l'or et l'argent furent apportés; à la quatrième heure on donna aux soldats le signal du pillage, (5) et le butin fut si considérable qu'il y eut quatre cents deniers pour chaque cavalier, deux cents pour chaque fantassin et qu'on emmena cent cinquante mille esclaves. (6) Après le pillage, on rasa les murs des villes, dont le nombre s'élevait à près de soixante-dix. On vendit tout le butin et le prix de la vente fut partagé entre les soldats.

   (7) Paul Émile descendit vers Oricum sur les bords de la mer. Mais il n'avait pas assouvi, comme il le croyait, l'avidité de ses troupes. Elles étaient irritées de n'avoir pas plus participé aux dépouilles du roi que si elles n'avaient pas fait la guerre en Macédoine. (8) Il trouva à Oricum le corps de troupes qu'il avait détaché sens la conduite de Scipion Nasica et de son fils Maximus, embarqua son armée et repassa en Italie. (9) Quelques jours après, Anicius fit rassembler le reste des Épirotes et des Acarnaniens, enjoignit aux principaux habitants, dont il avait réservé le procès, de le suivre en Italie, attendit le retour des vaisseaux qui avaient servi au transport de l'armée de Macédoine et partit.

   (10) Au moment où ces événements venaient de se passer en Macédoine et en Épire, les ambassadeurs qui avaient été envoyés avec Attale pour mettre fin à la guerre entre les Gaulois et le roi Eumène arrivèrent en Asie. (11) À la faveur d'une trêve conclue pendant l'hiver, les Gaulois étaient rentrés dans leur pays, le roi avait établi ses quartiers d'hiver à Pergame et y était tombé dangereusement malade. Le retour du printemps les fit sortir de leurs retraites. Déjà les Gaulois étaient arrivés à Synnada, et Eumène avait rassemblé toutes ses troupes à Sardes. (12) Ce fut à Synnada que les Romains eurent une entrevue avec Solovettius, le chef des Gaulois. Attale était venu avec eux; mais on ne jugea pas à propos de le laisser entrer dans le camp des Gaulois, dans la crainte d'envenimer la discussion. (13) P. Licinius entra en pourparler avec le chef des Gaulois et rapporta que les prières n'avaient fait que le rendre plus intraitable. (14) On pourrait remarquer avec étonnement que l'intervention des ambassadeurs romains qui avait eu tant de pouvoir sur des rois aussi puissants qu'Antiochus et Ptolémée, n'eût aucune influence sur les Gaulois.

_________________
avatar
Zepto
Chapitre
Recteur
Chapitre Recteur

Masculin Nombre de messages : 1330
Localisation : Honfleur
Date d'inscription : 01/09/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Livre XLV : Les événements des années 168 et 167

Message par Zepto le Dim 19 Mar 2017, 15:52

IVème partie: [45,35-44] La situation à Rome (167)

   [45,35] Retour des généraux vainqueurs (automne 167). L'armée manifeste contre le triomphe de Paul Émile

       (1) Les rois captifs, Persée et Gentius, furent, dès leur arrivée à Rome, jetés en prison avec leurs enfants. On incarcéra ensuite la foule des autres prisonniers, ainsi que ceux des Macédoniens et des chefs de la Grèce qui avaient été mandés à Rome; (2) car on avait intimé l'ordre de venir à ceux qui se trouvaient en Grèce, et on avait même écrit, pour cet objet, à ceux qui étaient, disait-on, en mission à la cour des rois.

       (3) Quelques jours après, Paul Émile s'approcha de Rome en remontant le Tibre sur un vaisseau du roi. Ce navire, d'une grandeur extraordinaire, était conduit par seize rangs de rameurs, et orné des dépouilles de la Macédoine, d'armes magnifiques et de tissus précieux enlevés au palais de Persée. Les rives étaient noires de monde sur leur passage. (4) Anicius et Octavius le suivirent de près avec leur flotte. Le sénat leur décerna à tous trois le triomphe; le préteur Q. Cassius fut chargé de prier, au nom du sénat, les tribuns de présenter au peuple une loi qui maintiendrait ces généraux dans le commandement, le jour où ils feraient leur entrée triomphale.

       (5) L'envie ne s'attaque pas aux médiocrités, c'est contre les talents supérieurs qu'elle dirige ses coups. Le triomphe d'Anicius et celui d'Octavius ne rencontrèrent point d'obstacles; mais Paul Émile, à qui ces deux généraux auraient eux-mêmes rougi de se comparer, fut en butte à la calomnie. (6) Il avait rétabli dans son armée l'ancienne discipline; il avait fait à ses soldats, dans les dépouilles de la Macédoine, une part moindre qu'ils ne l'avaient espéré; car s'il eût écouté leur avidité, il n'aurait rien réservé pour le trésor public. (7) L'armée de Macédoine devait donc se montrer peu disposée à venir prêter son appui à Paul Émile dans les comices où la loi allait être proposée; (8) mais Ser. Sulpicius Galba, qui avait servi en Macédoine comme tribun de la seconde légion, et qui était l'ennemi personnel de son général, avait intrigué et fait agir les soldats de sa légion pour qu'on se rendît en foule à l'assemblée. (9) "Ils devaient, disait-il, se venger de l'orgueil et de la dureté de leur général, en faisant rejeter la proposition relative à son triomphe. Le peuple voterait comme les soldats. Le général n'avait pu leur donner de l'argent: pouvaient-ils, eux, lui accorder des honneurs? Il ne devait attendre d'eux aucune reconnaissance, puisqu'il n'avait pas su la mériter."

   [45,36] Intervention de Ser. Galba

       (1) Ces réflexions irritèrent les soldats. Aussitôt après la motion faite dans le Capitole par le tribun du peuple Ti. Sempronius, comme la parole était accordée aux simples citoyens, suivant la loi, et que personne ne se présentait pour appuyer une proposition dont l'adoption ne paraissait faire aucun doute, (2) Ser. Galba s'avança tout à coup et demanda aux tribuns "de vouloir bien différer jusqu'au jour suivant, et remettre la délibération au lendemain matin, attendu qu'il était déjà la huitième heure du jour, et qu'il ne lui restait pas assez de temps pour exposer les raisons que les soldats avaient de s'opposer au triomphe de Paul Émile. (3) Il avait besoin, dit-il, d'un jour entier pour développer ses motifs." Sommé par le tribun de s'expliquer sur-le-champ, s'il avait quelque chose à dire, Galba gagna du temps et fit durer son discours jusqu'à la nuit; il accusait le général d'avoir exigé trop rigoureusement l'accomplissement des devoirs militaires, d'avoir imposé aux soldats plus de fatigues et de dangers que les circonstances ne l'exigeaient, (4) et de s'être montré cependant fort avare envers eux de récompenses et de distinctions. Si de tels généraux, dit-il, étaient traités avec faveur, le service en temps de guerre deviendrait très pénible et très dur, sans leur rapporter après la victoire aucun avantage, aucun honneur. Le sort des Macédoniens était préférable à celui des soldats romains; (5) mais si l'armée venait en masse le lendemain s'opposer à la loi présentée, les grands comprendraient que tout ne dépend pas du général, que les soldats ont aussi quelque pouvoir."

       (6) Excités par ces récriminations, les soldats se réunirent le lendemain au Capitole en si grand nombre, qu'il ne fut plus possible à personne d'autre qu'eux d'y pénétrer pour donner son suffrage. (7) Les premières tribus appelées pour voter rejetèrent la loi, et aussitôt les principaux personnages de Rome se précipitèrent en foule au Capitole. "C'était une indignité, s'écriaient-ils, que de frustrer du triomphe un général qui avait heureusement terminé une guerre si importante. (8) C'était sacrifier les généraux à la licence et à l'avidité des soldats, dont on briguait déjà trop souvent la faveur par de coupables complaisances. Que serait-ce si les généraux se trouvaient ainsi placés sous la dépendance de leurs troupes?" Chacun à l'envi accablait Galba de reproches. (9) Enfin, lorsque ce tumulte fut apaisé, M. Servilius, qui avait été consul et maître de la cavalerie, demanda aux tribuns de remettre l'affaire en délibération, et de lui permettre de haranguer le peuple. (10) Les tribuns se retirèrent à l'écart pour se consulter; vaincus par l'autorité des principaux citoyens, ils déclarèrent qu'ils allaient rouvrir la délibération et rappeler les mêmes tribus, lorsque M. Servilius et les autres citoyens qui voudraient prendre la parole auraient harangué le peuple.

   [45,37] Discours de M. Servilius à l'assemblée du peuple

       (1) "Citoyens, dit Servilius, si vous n'aviez eu d'autre occasion d'apprécier les talents militaires de L. Aemilius, il suffirait, pour juger un si grand général, de considérer qu'ayant dans son camp des soldats si mutins et si remuants, un ennemi personnel si illustre et si entreprenant, dont l'éloquence est si propre à soulever la multitude, il n'a eu dans son armée aucune sédition. (2) Cette sévérité même contre laquelle ils s'élèvent en ce moment, les a contenus dans le devoir. Ils ont été pliés au joug de l'ancienne discipline, et ils veulent aujourd'hui la secouer.

       (3) Quant à Ser. Galba, s'il avait l'intention de faire un essai de ses forces en accusant Paul Émile, et de nous donner un modèle de son éloquence, il aurait dû au moins éviter de s'opposer à un triomphe dont le sénat avait reconnu la justice. (4) Et le lendemain de la solennité, quand Paul Émile n'aurait plus été qu'un simple citoyen, alors il aurait pu l'accuser et l'interroger au nom des lois. Ou bien encore, il pouvait attendre qu'il fût devenu lui-même magistrat, et citer alors son ennemi devant le peuple. (5) De cette façon, Paul Émile aurait obtenu par son triomphe le juste prix de l'habileté avec laquelle il a conduit la guerre, sans échapper au châtiment s'il avait terni l'éclat de ses succès passés et récents.

       (6) Mais Galba a voulu calomnier la gloire de celui contre lequel il ne pouvait articuler aucune accusation, aucun fait déshonorant. Hier il demandait un jour entier pour accuser Paul Émile, et il a passé quatre heures, c'est-à-dire tout ce qui restait de la journée, à récriminer contre lui. (7) Quel accusé a jamais été assez coupable pour que tant d'heures ne pussent suffire à l'énumération de ses crimes? Qu'a-t-il reproché à Paul Émile que ce général voulût nier, s'il songeait à se défendre?

       (8) Supposons un instant deux assemblées, l'une composée des soldats qui ont fait la guerre de Macédoine, l'autre impartiale, intègre, sans faveur et sans haine, le peuple romain tout entier constitué en tribunal. Que l'accusé comparaisse d'abord devant l'assemblée des citoyens! (9) Eh bien! Ser. Galba, que diriez-vous en présence des citoyens romains? Il vous serait alors interdit de tenir ce langage: 'Vous avez surveillé les postes avec trop d'exactitude et de sévérité; vous avez fait les veilles avec trop de rigueur et de soin; vous avez imposé aux soldats plus de travaux que de coutume, et vous donniez à la fois l'ordre et l'exemple; (10) vous avez le même jour fait une longue marche et livré bataille. Il ne vous a pas même, après la victoire, accordé un instant de repos et vous a menés sur-le-champ à la poursuite de l'ennemi. Il pouvait vous enrichir en vous partageant le butin, il a mieux aimé garder l'argent du roi pour le faire porter à son triomphe et le verser ensuite dans le trésor public.'

       (11) De tels reproches peuvent irriter les esprits des soldats qui trouvent qu'on n'a pas assez satisfait leur licence et leur cupidité; mais ils ne feraient aucune impression sur le peuple romain. (12) Les Romains ont pu oublier les événements anciens qu'ils ont appris de la bouche de leurs pères, les défaites causées par la faiblesse coupable des généraux et les victoires dues à la sévérité du commandement; mais ils se souviennent assurément de la différence qu'il y eut, pendant la seconde guerre punique, entre M. Minucius, maître de la cavalerie, et le dictateur Q. Fabius Maximus. (13) L'accusateur, diraient-ils, aurait pu le savoir, et la justification de Paul Émile était inutile. (14) Passons maintenant à l'autre assemblée. Je ne vous appellerai pas citoyens, mais soldats, si du moins ce nom peut vous inspirer une certaine pudeur et vous faire craindre de manquer au respect que vous devez à votre général.

   [45,38] Suite du discours de Marcus Servilius

       (1) "En songeant que je vais m'adresser à mon armée, j'éprouve des sentiments bien différents de ceux qui m'animaient, il y a peu d'instants, quand je parlais au peuple romain. Soldats, qu'avez-vous à dire? (2) Il y a dans Rome un personnage autre que Persée, qui ne veut pas que l'on triomphe des Macédoniens, et vous ne le mettez pas en pièces de ces mains mêmes avec lesquelles vous les avez vaincus? Sans doute il vous eût empêchés de vaincre, s'il l'avait pu, lui qui ne veut pas que vous rentriez triomphants dans Rome. (3) C'est une erreur, soldats, que de croire que l'honneur du triomphe est tout entier pour le général, et qu'il n'appartient pas aussi aux soldats, au peuple entier. (4) Non, le triomphe ne sera pas pour Paul Émile seul. Déjà, beaucoup de généraux auxquels le sénat avait refusé le triomphe ont triomphé sur le mont Albain. Il est tout aussi impossible d'enlever à Paul Émile la gloire d'avoir mis fin à la guerre de Macédoine, qu'à C. Lutatius et à P. Cornélius celle d'avoir terminé, l'un la première, l'autre la seconde guerre punique, que d'enlever à ceux qui ont déjà triomphé le mérite de leurs exploits. (5) Le triomphe ne peut rien ôter ni rien ajouter à la gloire militaire de Paul Émile; c'est bien plutôt l'honneur des soldats et celui du peuple romain tout entier qui sont en jeu. (6) Prenez garde de paraître n'avoir pour les plus illustres citoyens que de la jalousie et de l'ingratitude, et d'imiter en cela le peuple d'Athènes, qui persécutait par envie les principaux personnages de la république. (7) C'est assez de l'injustice commise par vos ancêtres envers Camille, injustice qui toutefois vint le frapper avant qu'il eût reconquis Rome sur les Gaulois; c'est assez de celle que vous avez commise vous-mêmes envers P. Scipion l'Africain. Quoi! le vainqueur de l'Afrique a dû se retirer et se fixer à Literne! C'est à Literne qu'on montre son tombeau. (8) Quelle honte pour nous, si le rival de gloire de ces grands hommes, Paul Émile, se voit traité par nous avec une égale ingratitude!

       Évitons une telle infamie, qui pour d'autres nations serait une flétrissure, et qui pour nous aurait de funestes conséquences. (9) En effet qui voudra ressembler à l'Africain ou à Paul Émile, dans une cité ingrate qui n'a que de la haine pour les gens de bien; (10) mais quand nous n'aurions aucune infamie à redouter, quand il ne s'agirait que de la gloire, quel est le triomphe dont l'honneur ne rejaillit pas sur le nom romain tout entier? (11) Tant de triomphes sur les Gaulois, les Espagnols, les Carthaginois, sont-ils un titre de gloire pour les généraux seuls et non pour le peuple romain? Comme on ne triomphait pas seulement de Pyrrhus et d'Hannibal, mais bien des Épirotes et des Carthaginois, ce ne furent pas seulement Manius Curius et P. Cornélius, mais bien aussi les Romains qui triomphèrent. (12) Cette cause est véritablement celle des soldats, qui, eux-mêmes couronnés de lauriers, parés chacun des récompenses qu'ils ont reçues, s'avancent dans la ville en faisant entendre des acclamations triomphales, et en chantant leurs louanges avec celles de leur général. (13) S'il arrive qu'on ne fasse pas venir les soldats de leur province pour assister au triomphe, ils murmurent, et cependant, tout absents qu'ils sont, ils croient triompher parce que ce sont leurs bras qui ont remporté la victoire.

       (14) Si l'on vous demandait, soldats, pourquoi l'on vous a ramenés en Italie, au lieu de vous licencier aussitôt après la fin de la guerre; pourquoi vous êtes venus en masse à Rome sans quitter vos étendards; pourquoi vous restez ici au lieu de regagner chacun vos foyers, ne répondriez-vous pas que vous vouliez figurer au triomphe? Assurément, vous deviez vouloir vous montrer à vos concitoyens dans la pompe de la victoire."

   [45,39] Fin du discours de Servilius

       (1) "On a triomphé récemment de Philippe, père de Persée, et d'Antiochus. Tous deux étaient sur le trône, à l'époque de ce triomphe. Et l'on ne triompherait pas de Persée prisonnier, amené à Rome avec ses enfants? (2) Supposez que Paul Émile, redevenu simple particulier et confondu dans la foule des citoyens, voie L. Anicius et Cn. Octavius, tout brillants d'or et de pourpre, monter au Capitole dans leur char, et qu'il leur dise: 'L. Anicius, Cn. Octavius, vous croyez-vous plus dignes que moi du triomphe?' Sans doute, ils lui céderaient aussitôt leur char, et, par pudeur, le revêtiraient de leurs ornements.

       (3) Et vous, citoyens, vous aimez mieux voir marcher Gentius que Persée devant le char triomphal, vous récompenserez du triomphe une expédition secondaire, plutôt que la guerre principale? (4) Les légions d'Illyrie et les soldats de la flotte entreront dans Rome couronnés de lauriers, et les légions qui ont vaincu en Macédoine, privées du triomphe qui leur est dû, assisteront à celui des autres? (5) Et puis que deviendra ce précieux butin, que deviendront ces riches dépouilles, fruits de la victoire? où cacher tant de milliers d'armes enlevées aux ennemis tués dans le combat? Les renverrez-vous en Macédoine? Et les statues d'or, de marbre ou d'ivoire, les tableaux, les tissus précieux, tous les vases d'argent et d'or, tout ce riche trésor du roi? (6) transportera-t-on ces richesses dans le trésor public pendant la nuit, comme le honteux produit d'un vol? Et ce spectacle si imposant, ce roi si fameux et si puissant, devenu votre prisonnier, quand l'offrira-t-on aux yeux du peuple vainqueur? (7) Il n'est presque aucun de nous qui ne se souvienne du concours innombrable qu'attira Syphax prisonnier, bien qu'il ne fût qu'un ennemi secondaire dans la guerre punique. Et l'on nous déroberait la vue de Persée captif, de ses fils, Philippe et Alexandre, qui portent des noms si célèbres? (8) Tous les yeux sont avides de voir Paul Émile lui-même qui a été deux fois consul, et qui a soumis la Grèce, faire son entrée dans Rome sur un char triomphal. Nous l'avons élevé au consulat, pour qu'il mît fin à une guerre qui durait depuis quatre ans, à notre honte. (9) Quand le sort lui eut donné la Macédoine, quand il partit, nos pressentiments lui présagèrent la victoire et le triomphe; il revient vainqueur, et nous l'empêcherions de triompher?

       (10) Il ne s'agit pas ici des hommes seulement, il s'agit des dieux aussi: oserons-nous les frustrer d'un honneur qui leur appartient? car le triomphe leur est dû aussi bien qu'aux hommes. Vos ancêtres firent-ils jamais une grande entreprise sans invoquer les dieux au commencement et les adorer à la fin? (11) Le consul ou le préteur, au moment de partir pour la province ou pour la guerre, va au Capitole avec sa cotte d'armes et ses licteurs offrir des voeux aux immortels. Après avoir heureusement terminé la guerre, c'est encore dans le Capitole qu'il revient triomphant et qu'il apporte les offrandes du peuple romain aux dieux qu'il avait invoqués. (12) Ce n'est pas le moindre ornement du triomphe que ces victimes qui ouvrent la marche, et prouvent que le général vainqueur remercie les dieux des avantages qu'il a accordés à la république. Partagerez-vous ces victimes que Paul Émile a eu soin de rassembler pour son triomphe; que chacun de vous en immole une. (13) Le banquet du sénat, qui ne peut avoir lieu dans aucun endroit profane, soit particulier, soit public, mais qui doit se donner au Capitole (et pensez-vous qu'il ait pour but le plaisir des hommes ou la gloire des dieux et le plaisir des hommes en même temps?), (14) en troublerez-vous les apprêts à l'instigation de Ser. Galba? Les portes de Rome seront-elles fermées au triomphe de Paul Émile? Laisserez-vous de l'autre côté du fleuve le roi des Macédoniens, Persée, ses enfants, la foule des captifs qui l'accompagnent et les dépouilles de la Macédoine? Paul Émile ira-t-il des portes de la ville à sa maison comme un simple particulier revenant de la campagne?

       (15) Mais vous, centurions et soldats, n'hésitez point entre un décret rendu par le sénat en faveur de Paul Émile, votre général, et les vaines paroles de Galba. Écoutez-moi, et méprisez ce qu'il vous a dit. (16) Cet homme n'a étudié que l'art de la parole, encore était-ce seulement pour en faire un instrument de médisance et de perfidie. Moi, défié par l'ennemi, j'ai soutenu vingt-trois combats singuliers, et j'ai rapporté les dépouilles de tous ceux avec lesquels je me suis mesuré. Mon corps est couvert de glorieuses cicatrices, toutes reçues par devant."

       (17) Après ce discours, il découvrit, dit-on, sa poitrine et raconta dans quelle guerre il avait reçu chacune de ses blessures. Pendant qu'il les montrait, il arriva que ses vêtements tombèrent trop bas et qu'on aperçut une tumeur qu'il avait à l'aine. Cette vue fit rire ceux qui étaient auprès de lui. (18) "Vous riez, reprit-il; eh bien! ce mal je l'ai contracté en restant à cheval jour et nuit, et je n'en rougis pas; je ne le regrette pas plus que mes cicatrices, puisqu'il ne m'a jamais empêché de servir la république, en temps de paix comme en temps de guerre. (19) Vieux guerrier, j'ai souvent montré aux jeunes soldats ce corps mutilé par le fer: que Galba découvre le sien, on le verra frais et sans blessure.

       (20) Tribuns, rappelez, si vous le jugez à propos, les tribus aux suffrages: pour moi, soldats,

   [45,40] Le triomphe de Paul Émile(28-30 novembre 167)

       (1) Valérius Antias dit que l'or et l'argent faisant partie du butin étalé en triomphe formaient une somme de cent vingt millions de sesterces. Mais à en juger par le nombre des chars et la masse d'or et d'argent dont il fait lui-même l'énumération, cette somme a dû être beaucoup plus considérable. (2) On assure que Persée avait dépensé une somme aussi forte, soit pour les préparatifs de la guerre, soit pendant sa fuite dans l'île de Samothrace. Ce qu'il y eut de plus étonnant, c'est qu'il ait pu, pendant les trente années qui suivirent la guerre de Philippe contre les Romains, tirer tant d'argent soit de l'exploitation des mines, soit des autres revenus de l'état. (3) Aussi avait-il commencé la guerre contre les Romains avec d'immenses ressources, tandis que son père n'avait eu à sa disposition que de faibles sommes.

       (4) Enfin paraissait Paul Émile lui-même monté sur un char. Son air de dignité naturel était encore rehaussé par ses cheveux blancs. On remarquait derrière son char, entre autres personnages illustres, ses deux fils, Q. Maximus et P. Scipion; venaient ensuite les escadrons de cavalerie et les cohortes d'infanterie, rangés en bon ordre. (5) On donna cent deniers à chaque fantassin, le double à chaque centurion, le triple à chaque cavalier. On croit que le général aurait triplé la somme dont il gratifia les fantassins, s'ils ne s'étaient point opposés à son triomphe ou s'ils avaient témoigné leur reconnaissance par leurs acclamations.

       (6) Persée, conduit enchaîné à travers la ville devant le char du vainqueur, ne fut pas alors le seul exemple des vicissitudes humaines. Paul Émile lui-même, entouré de l'éclat de l'or et de la pourpre, ne fut pas à l'abri des coups du sort. (7) Il avait donné deux de ses fils en adoption; des deux autres qu'il avait gardés auprès de lui comme héritiers de son nom, de ses dieux et de sa fortune, le plus jeune, âgé d'environ douze ans, mourut cinq jours avant le triomphe; l'aîné, qui en avait quatorze, trois jours après. (8) Ils devaient tous deux paraître dans le cortège, assis à côté de leur père et vêtus de la prétexte, comme pour préluder à de semblables honneurs.

       (9) Peu de jours après, le tribun M. Antonius, ayant convoqué une assemblée du peuple, Paul Émile, à l'exemple des autres généraux, y rendit compte de sa conduite, et prononça un discours mémorable et digne d'un des plus grands citoyens de Rome.

   [45,41] Discours de Paul Émile à l'assemblée du peuple

       (1) "Romains, dit-il, vous n'ignorez pas, je pense, les succès que j'ai obtenus dans le cours de mon consulat, et les deux coups de foudre qui sont venus dernièrement frapper ma famille: vous avez été tour à tour témoins de mon triomphe et des funérailles de mes enfants. (2) Permettez-moi, cependant, d'établir, avec les sentiments qui doivent m'animer, une comparaison entre ma fortune particulière et la prospérité publique.

       (3) Lorsque je quittai l'Italie, je m'embarquai à Brindes au lever du soleil; vers la neuvième heure du jour, j'abordai à Corcyre avec toute ma flotte. Quatre jours après, j'étais à Delphes, où j'offris un sacrifice à Apollon pour vos troupes de terre et de mer et pour votre général. (4) De Delphes, j'arrivai en quatre jours au camp. Après y avoir pris le commandement de l'armée, et réformé quelques abus qui auraient pu être de grands obstacles à nos succès, je marchai contre les ennemis. Mais, voyant qu'il était impossible d'emporter leur camp et de forcer le roi de combattre, je m'ouvris un passage à travers ses postes pour pénétrer jusqu'à Pétra, j'obligeai Persée à engager l'action, et je le vainquis en bataille rangée. (5) Je mis ainsi la Macédoine au pouvoir du peuple romain, et cette guerre, que quatre consuls avaient entreprise avant moi et qui avait pris chaque année un caractère plus grave, je la terminai en quinze jours. (6) Ce premier succès enfanta en quelque sorte tous ceux qui suivirent: toutes les villes de la Macédoine se soumirent; les trésors du roi tombèrent entre nos mains; Persée, livré pour ainsi dire par les dieux mêmes, fut fait prisonnier avec ses enfants dans le temple de Samothrace.

       (7) Dès lors mon bonheur me parut trop grand et m'inspira de la défiance. Je commençai à craindre les dangers de la mer pour le transport de tant de richesses et le trajet d'une armée victorieuse. (8) Quand je vis toute ma flotte heureusement débarquée en Italie, je n'avais plus rien à souhaiter. Je ne formais plus qu'un voeu, c'est que si la fortune devait, suivant son habitude, nous faire sentir ses brusques retours, ses coups portassent plutôt sur ma famille que sur la république. (9) J'espère que les malheurs qui viennent de m'accabler auront servi à garantir l'état. Mon triomphe, placé entre les deux convois funèbres de mes enfants, aura suffi aux jeux cruels de la fortune. (10) Nous offrons, Persée et moi, un exemple frappant de l'inconstance du sort. Cependant Persée a vu, dans sa captivité, ses enfants captifs marcher devant lui: il jouit du moins de leur présence. (11) Et moi, qui ai triomphé de lui, j'ai quitté les funérailles de l'un pour monter au Capitole, et du Capitole je suis allé voir expirer l'autre. D'une si nombreuse postérité il ne reste plus un seul héritier du nom de Paul Émile. (12) Comptant trop sur le nombre de mes enfants, j'en ai fait passer deux par l'adoption dans les familles Cornélia et Fabia. Paul Émile est réduit à l'isolement dans sa maison; mais le bonheur public et la prospérité de l'état me consolent de mes malheurs domestiques."

   [45,42] Triomphe de Cn. Octavius (1er décembre 167). Leçon de grandeur à un roi

       (1) Ce discours, si plein de grandeur d'âme, produisit sur le peuple une impression plus vive que s'il eût déploré son infortune dans les termes les plus attendrissants. (2) Aux calendes de décembre, Cn. Octavius reçut les honneurs du triomphe naval. (3) On ne vit dans ce triomphe ni captifs, ni dépouilles. Il donna à chacun des soldats de sa flotte soixante-quinze deniers, le double aux pilotes, et le quadruple aux commandants des vaisseaux.

       (4) Le sénat fut ensuite convoqué. Il décida que Q. Cassius conduirait le roi Persée, avec son fils Alexandre, dans la ville d'Albe pour y être gardé avec les gens de leur suite, l'argent, leurs trésors et leurs bagages.(5) Bithys, fils du roi de Thrace, fut confiné avec les autres otages dans la ville de Carséoles. On emprisonna le reste des captifs qui avaient servi au cortège triomphal.

       (6) Quelques jours après, des ambassadeurs vinrent de la part de Cotys, roi de Thrace, apporter de l'argent pour racheter son fils et les autres otages. (7) On les introduisit dans le sénat. Ils donnèrent pour excuse que si Cotys avait aidé Persée dans la guerre, c'était bien contre son gré et par suite de la nécessité où il s'était trouvé de fournir des otages. Ils prièrent le sénat de vouloir bien déterminer lui-même le prix de la rançon. (8) On leur répondit que le peuple romain se souvenait de l'amitié qui l'unissait à Cotys, à ses ancêtres et à la nation des Thraces. (9) "Les otages qu'il avait donnés, ajouta-t-on, faisaient son crime, loin de pouvoir servir à sa justification. Persée, même pendant la paix, ne devait point être redoutable aux Thraces, bien moins encore, depuis qu'il avait à lutter contre les Romains. (10) Au reste, quoique Cotys eût préféré la faveur de Persée à l'amitié du peuple romain, le sénat considérerait plutôt sa dignité que la justice de son ressentiment: il rendait au roi son fils et ses otages. (11) Les bienfaits du peuple romain étaient gratuits; il aimait mieux laisser ses services dans le souvenir de ceux qui en étaient l'objet que de se les faire payer."

       On nomma trois commissaires pour reconduire les otages en Thrace: ce furent T. Quinctius Flamininus, C. Licinius Nerva, M. Caninius Rébilus. On fit à chacun des Thraces un présent de deux mille as. (12) Bithys fut rappelé de Carséoles avec les autres otages et retourna avec les ambassadeurs auprès de son père. Les vaisseaux de la flotte du roi pris sur les Macédoniens et qui étaient d'une grandeur extraordinaire, furent déposés dans le Champ de Mars.

   [45,43] Triomphe de L. Anicius sur les Illyriens (17 février 166)

       (1) Le triomphe de Paul Émile était encore présent, non seulement au souvenir, mais presque aux yeux des Romains, lorsque Anicius triompha, le jour des Quirinalia, de Gentius et des Illyriens. (2) Tout dans cette cérémonie ressembla à la première, mais sans l'égaler. Le général était moins illustre, soit que l'on comparât pour la noblesse Anicius avec Paul Émile, ou pour l'autorité un préteur avec un consul. On ne pouvait pas plus établir le parallèle entre Gentius et Persée, entre les Illyriens et les Macédoniens, entre les dépouilles des deux états, les sommes d'argent qu'on en avait tirées, les gratifications faites aux deux armées.

       (3) Mais, quoique le premier triomphe éclipsât celui-ci, en considérant le général en lui-même, on trouvait qu'il n'était pas non plus sans mérite. (4) En peu de jours il avait dompté les Illyriens, nation redoutable sur terre et sur mer, et qui mettait sa sûreté dans ses places fortes; il avait fait prisonniers le roi et tous les membres de la famille royale. On vit paraître dans son triomphe une grande quantité de drapeaux, ainsi que d'autres dépouilles, et les meubles du palais du roi, (5) vingt-sept livres pesant d'or et dix-neuf d'argent, trois mille deniers et cent vingt mille pièces d'argent d'Illyrie. (6) Le roi Gentius fut conduit devant le char du vainqueur avec sa femme et ses enfants, Caravantius, son frère, et quelques nobles Illyriens. (7) Anicius donna sur le butin quarante-cinq deniers à chaque soldat, le double à chaque centurion, le triple à chaque chevalier. Les alliés du nom latin reçurent la même gratification que les citoyens, et les troupes de la flotte des alliés la même que les soldats. (8) L'armée suivit ce triomphe avec des transports de joie et célébra par des chants d'allégresse les exploits de son général. Valérius Antias assure qu'on tira du butin vingt millions de sesterces, outre l'or et l'argent qui furent versés dans le trésor. Comme il semblait peu probable qu'on eût pu recueillir une telle somme, je me suis contenté de citer l'auteur sans garantir le fait. (9) Un sénatus-consulte relégua à Spolète le roi Gentius avec sa femme, ses enfants et son frère; les autres captifs furent emprisonnés à Rome. Mais les habitants de Spolète, ayant refusé de se charger de la garde de la famille royale, on la transféra à Iguvium. (10) Le reste du butin d'Illyrie se composait de deux cents barques, prises sur le roi Gentius. Q. Cassius fut chargé, par un décret du sénat, de les distribuer aux habitants de Corcyre, d'Apollonie et de Dyrrachium.

   [45,44] Élections pour l'année 166. Venue du roi Prusias à Rome (premiers mois de l'année 166)

       (1) Cette année, les consuls se bornèrent à ravager le territoire des Ligures; comme l'ennemi évita constamment leur présence, ils revinrent à Rome sans s'être signalés par aucun exploit. (2) Leur retour avait pour but l'élection des magistrats. Dès le premier jour des comices ils proclamèrent consuls M. Claudius Marcellus et C. Sulpicius Gallus. Le lendemain on nomma préteurs L. Julius, L. Apuléius Saturninus, A. Licinius Nerva, P. Rutilius Calvus, P. Quintilius Varus et M. Fontéius. On assigna à ces préteurs les deux juridictions de la ville, les deux Espagnes, la Sicile et la Sardaigne.

       (3) Il y eut cette année un mois intercalaire, qui commença le lendemain des Terminalia. Cette année aussi mourut l'augure C. Claudius: ses collègues lui donnèrent pour successeur T. Quinctius Flamininus. Le flamine quirinal Q. Fabius Pictor mourut également.

       (4) Le roi Prusias vint à Rome avec son fils Nicomède. Il entra dans la ville suivi d'un nombreux cortège, se rendit directement au Forum et au tribunal du préteur Q. Cassius; (5) puis, en présence de la foule qui était accourue de toutes parts, il déclara qu'il était venu offrir ses hommages aux dieux de Rome, au sénat et au peuple romain, et les féliciter de leur victoire sur les rois Persée et Gentius, et de l'accroissement que la réduction de la Macédoine et de l'Illyrie avait donné à leur empire. (6) Le préteur lui ayant répondu qu'il le présenterait au sénat le jour même, si Prusias le désirait, le roi de Bithynie demanda un délai de deux jours pour visiter les temples des dieux, la ville, ses hôtes et ses amis. (7) On lui donna pour guide le questeur L. Cornélius Scipion, qui avait été déjà envoyé à sa rencontre jusqu'à Capoue; et on loua des appartements pour le prince et pour sa suite.

       (8) Deux jours plus tard il eut audience, félicita le sénat de sa victoire, rappela les services qu'il lui avait rendus dans cette guerre, et demanda "la permission d'acquitter un voeu en immolant dans le Capitole à Rome dix grandes victimes et à Préneste une dans le temple de la Fortune. (9) C'était, dit-il, un voeu qu'il avait fait pour le triomphe du peuple romain. Il sollicita aussi le renouvellement de l'alliance conclue avec lui, et la cession du territoire confisqué sur Antiochus: les Romains n'en avaient pas encore disposé et c'étaient des Gaulois qui s'en étaient emparés." Enfin il recommanda son fils Nicomède au sénat. Ses demandes furent appuyées par tous les généraux qui avaient commandé en Macédoine.(10) Elles furent donc toutes agréées, excepté l'abandon du territoire. On lui répondit à cet égard "qu'on enverrait des commissaires pour examiner cette affaire; que si le territoire appartenait au peuple romain, et qu'on n'en n'eût disposé en faveur de personne, on le donnerait à Prusias, qui avait si bien mérité un tel présent; (11) mais que s'il n'avait pas appartenu au roi Antiochus, il n'était pas probable qu'il fût tombé au pouvoir du peuple romain, ou que s'il avait été donné aux Gaulois, Prusias devrait excuser des Romains de ne vouloir lui faire aucune concession qui portât préjudice à quelqu'un; (12) qu'on ne pourrait jamais avoir de reconnaissance pour un bienfait, du moment où l'on saurait que le bienfaiteur vous en dépouillera à son gré; (13) que le sénat prenait volontiers Nicomède sous sa protection; que Ptolémée, roi d'Égypte, était une preuve de l'intérêt avec lequel le peuple romain veillait sur les enfants des rois ses amis."

       (14) Telle fut la réponse faite à Prusias. On lui fit présent de sesterces et de vaisselle d'argent du poids de cinquante livres. (15) Son fils Nicomède reçut une somme égale à celle qui avait été donnée à Masgaba, fils du roi Masinissa. Les victimes et les autres objets nécessaires aux sacrifices qui devaient être offerts tant à Rome qu'à Préneste, furent fournis au roi par la république, comme on les fournissait aux magistrats romains. (16) On destina vingt vaisseaux longs de la flotte, qui était à Brindes, pour transporter ce prince jusqu'à la flotte dont on lui avait fait présent. (17) L. Cornélius Scipion avait ordre de ne pas le quitter, et de pourvoir aux dépenses personnelles de Prusias et à celles de sa suite jusqu'à ce qu'ils fussent embarqués. (18) Le roi fut, dit-on, émerveillé des égards dont le combla le peuple romain; il refusa pour lui-même toute espèce de présents; mais il enjoignit à son fils d'accepter ceux qui lui étaient destinés.

       (19)Voilà ce que disent de Prusias les écrivains romains. Polybe raconte que ce prince, déshonorant la majesté royale, allait toujours au-devant des ambassadeurs, avec le bonnet d'affranchi et la tête rasée, disant qu'il était l'affranchi du peuple romain; et que par conséquent il portait les insignes de sa condition. (20) À Rome aussi, ajouta-t-il, lorsqu'il se présenta au sénat, il se prosterna, baisa le seuil de la curie, appela les sénateurs ses dieux sauveurs, et prononça un discours moins adulateur encore pour son auditoire que déshonorant pour lui-même. (21) Après un séjour de trente jours au plus dans la ville, il repartit pour son royaume.

FIN DU LIVRE XLV DE TITE-LIVE

_________________
avatar
Zepto
Chapitre
Recteur
Chapitre Recteur

Masculin Nombre de messages : 1330
Localisation : Honfleur
Date d'inscription : 01/09/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Livre XLV : Les événements des années 168 et 167

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum