Livre XXXVII : Les événements des années 190 et 189

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Livre XXXVII : Les événements des années 190 et 189

Message par Belain le Dim 02 Avr 2017, 19:07

http://bcs.fltr.ucl.ac.be/LIV/XXXVII.html

Plan

       1ère partie: [37,1-45] La campagne d'Asie (190)
       2ème partie: [37,46-60] Politique intérieure de Rome (189)

   
   Crédits

       La traduction a été reprise à celle de la Collection des Auteurs latins sous la direction de M. Nisard, Oeuvres de Tite-Live, t. II, Paris, Firmin Didot, 1864. Elle a toutefois été légèrement modifiée. On a notamment modernisé l'orthographe, adapté les noms propres aux usages actuels, introduit les divisions modernes en paragraphes et ajouté des intertitres généralement repris à A. Flobert, Tite-Live. Histoire romaine. Les progrès de l'hégémonie romaine I. Livres XXXVI à XL, Paris, 1998 (Garnier- Flammarion - GF 1005).

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

1ère partie: [37,1-45] La campagne d'Asie (190)

[37,1] La délégation étolienne repart sans avoir obtenu la paix

       (1) L. Cornélius Scipion et C. Laelius ayant pris possession du consulat, le premier soin qui, après les cérémonies religieuses, occupa le sénat, fut l'affaire des Étoliens. Leurs députés pressaient la décision, parce qu'ils n'avaient qu'une trêve fort courte; et T. Quinctius, qui était alors revenu de la Grèce à Rome, leur prêtait son appui.

       (2) Les Étoliens, qui comptaient plus sur la générosité du sénat que sur la bonté de leur cause, prirent un ton suppliant et demandèrent que leurs anciens services fissent oublier leurs torts récents. (3) Au reste, tant que dura leur audience, ils furent accablés de questions par les sénateurs qui voulaient leur arracher l'aveu de leur faute plutôt qu'une apologie, et quand ils furent sortis de l'assemblée ils donnèrent lieu à de grands débats. (4) Le ressentiment parlait plus haut que la pitié dans leur cause; on les considérait non seulement comme des ennemis, mais comme une nation intraitable et insociable.

       (5) Après plusieurs jours de débats, on finit par ne leur accorder ni leur refuser la paix. On leur offrit l'alternative ou de s'abandonner entièrement à la merci du sénat, ou de payer mille talents, et de n'avoir pour amis et pour ennemis que ceux des Romains. (6) Ils voulurent savoir sur quoi porteraient les exigences du sénat; ils n'obtinrent pas de réponse positive. Ils furent ainsi congédiés sans avoir pu obtenir la paix et reçurent l'ordre de quitter Rome le jour même, l'Italie dans l'espace de quinze jours.

       (7) On s'occupa ensuite d'assigner les départements aux consuls. Tous deux désiraient la Grèce. Laelius avait beaucoup de crédit dans le sénat; aussi l'assemblée ayant invité les consuls à tirer au sort ou a s'arranger à l'amiable, il fit observer qu'il paraissait plus convenable de s'en remettre à la prudence des sénateurs qu'au caprice du sort. (8) Scipion répondit d'abord qu'il songerait au parti qu'il devait prendre. Mais d'après l'avis de son frère, qui lui conseillait de s'en rapporter avec confiance au sénat, il annonça à son collègue qu'il agréait sa proposition.

       (9) C'était un cas nouveau, ou du moins, s'il y en avait des exemples, le souvenir en était effacé par le temps. L'attention du sénat était vivement excitée et l'on s'attendait à des discussions animées, lorsque Scipion l'Africain déclara que "si Lucius, son frère, obtenait le département de la Grèce, il irait lui servir de lieutenant." (10) Cette déclaration fut reçue avec enthousiasme et trancha la question. On voulut voir si le roi Antiochus trouverait dans Hannibal vaincu plus de ressources que le consul et ses légions dans l'Africain vainqueur. Il y eut donc à peu près unanimité pour décerner la Grèce à Scipion et l'Italie à Laelius.

[37,2] Préparatifs de guerre à Rome

       (1) Les préteurs tirèrent ensuite au sort leurs provinces. L. Aurunculéius eut la juridiction de la ville, Cn. Fulvius celle des étrangers, L. Aemilius Régillus le commandement de la flotte, P. Junius Brutus la Toscane, M. Tuccius l'Apulie et le Bruttium, C. Atinius la Sicile.

       (2) Le consul à qui la Grèce avait été décernée obtint, outre les deux légions qu'il allait recevoir de M'. Acilius, un supplément de trois mille fantassins et cent cavaliers romains, et de cinq mille hommes d'infanterie et deux cents chevaux fournis par les alliés latins. (3) Il fut autorisé, dès son arrivée dans sa province, à passer avec son armée en Asie, s'il le jugeait utile aux intérêts de la république. (4) L'autre consul eut une armée toute nouvelle; c'étaient deux légions romaines et quinze mille hommes d'infanterie avec six cents chevaux fournis par les alliés latins.

       (5) Q. Minucius, qui avait écrit qu'il n'avait plus rien à faire dans sa province et que toute la nation ligure s'était soumise, eut ordre de conduire son armée de la Ligurie chez les Boiens et de la remettre au proconsul P. Cornélius. (6) Les légions urbaines enrôlées l'année précédente quittèrent le territoire confisqué sur les Boiens vaincus, pour passer sous le commandement du préteur M. Tuccius, avec quinze mille hommes d'infanterie et six cents cavaliers latins. Ces forces étaient destinées à garder l'Apulie et le Bruttium. (7) A. Cornélius, préteur l'année précédente, qui avait commandé dans le Bruttium, eut ordre de faire passer ses légions en Étolie, si le consul le jugeait à propos, et de les remettre à M'. Acilius, au cas où celui-ci voulût y rester. (8) Si Acilius aimait mieux revenir à Rome, A. Cornélius devait rester avec son armée en Étolie.

       Atinius Labéo fut chargé de remplacer M. Aemilius dans la province de Sicile, et mis à la tête de ses troupes, avec autorisation de lever à son gré dans la province même un corps de deux mille fantassins et deux cents chevaux. (9) P. Junius Brutus conduisait en Toscane une armée nouvelle, composée d'une légion romaine, de deux mille hommes d'infanterie et de quatre cents cavaliers latins. (10) L. Aemilius, qui commandait les forces navales, devait recevoir de M. Junius, préteur l'année précédente, vingt vaisseaux longs avec leurs équipages et lever lui-même mille soldats de marine, avec deux mille fantassins. Il avait ordre de partir pour l'Asie avec ces forces et d'aller remplacer C. Livius à la tête de la flotte.

       (11) Les deux Espagnes et la Sardaigne furent laissées pour un an avec les mêmes armées encore aux généraux qui y commandaient. (11) La Sicile et la Sardaigne furent soumises cette année à une double dîme de blé. Tous les convois de Sicile devaient être envoyés à l'armée d'Étolie; ceux de Sardaigne étaient destinés en partie à Rome, en partie, comme ceux de Sicile, à l'armée d'Étolie.

[37,3] Conjuration des prodiges

       (1) Avant le départ des consuls pour leurs provinces, les pontifes furent chargés de faire des expiations pour les prodiges qui avaient eu lieu. (2) À Rome, le feu du ciel était tombé sur le temple de Junon Lucine et avait endommagé le faîte et les portes. À Pouzzoles, une porte et le mur avaient été frappés de la foudre en plusieurs endroits et deux hommes avaient été tués. (3) À Nursie, par un temps serein, un orage avait éclaté et tué pareillement deux hommes d'une condition libre. Une pluie de terre était tombée chez les Tusculans, et à Réate une mule avait mis bas.

       (4) On offrit les expiations nécessaires et on recommença les féries latines, parce que les Laurentins n'avaient pas reçu la part des victimes à laquelle ils avaient droit. (5) À cette occasion, il y eut aussi des jours de supplications: les décemvirs avaient désigné, suivant les livres sibyllins, les dieux qu'il fallait prier. (6) Dix jeunes garçons et dix jeunes filles de condition libre, ayant tous leur père et leur mère, furent employés à ces cérémonies et immolèrent la nuit des victimes encore à la mamelle. (7) P. Cornélius Scipion l'Africain, avant de se mettre en route, fit élever un arc de triomphe dans le Capitole, en face de la rue qui monte au temple, l'orna de sept statues dorées et de deux chevaux, et fit placer en avant deux bassins de marbre.

       (8) Pendant les mêmes jours, quarante-trois des principaux Étoliens, au nombre desquels étaient Damocrite et son frère, arrivèrent à Rome sous la garde des deux cohortes que Manius Acilius avait chargées de les escorter, et furent jetés dans les Lautumies. Les deux cohortes reçurent ensuite du consul L. Cornélius l'ordre de retourner à l'armée.

       (9) Une ambassade de Ptolémée et de Cléopâtre, souverains d'Égypte, vint féliciter les Romains de ce que M'. Acilius avait chassé le roi Antiochus de la Grèce, et engager à faire passer une armée en Asie, (10) assurant "que l'effroi était général, non seulement en Asie mais même en Syrie, et que les souverains d'Égypte se tenaient à la disposition du sénat." (11) Le sénat rendit grâces aux deux princes et fit présent de quatre mille as à chaque ambassadeur.

[37,4] Départ des armées (juillet 190)

       (1) Le consul L. Cornélius, libre des soins qui le retenaient à Rome, déclara en pleine assemblée qu'il ordonnait aux soldats qu'il avait enrôlés lui-même, à ceux qui étaient dans le Bruttium avec le propréteur A. Cornélius, de se trouver tous réunis à Brindes aux ides de juillet. (2) En même temps il chargea trois lieutenants, Sex. Digitius. L. Apustius et C. Fabricius Luscinus de rassembler dans le port de cette ville tous les navires de la côte, et, après avoir pris toutes ces mesures, il sortit de la ville avec l'habit militaire.

       (3) Environ cinq mille volontaires, tant romains qu'alliés, qui avaient servi sous les ordres de l'Africain, se présentèrent au consul à sa sortie et s'enrôlèrent sous ses drapeaux. (4) Quelques jours après le départ du consul pour l'expédition, au milieu des Jeux Apollinaires, le 5 des ides de juillet, par un temps serein, le jour s'obscurcit tout à coup par le passage de la lune devant le disque du soleil. (5) L. Aemilius Régillus, chargé du commandement de la flotte, partit à la même époque. L. Aurunculéius reçut du sénat l'ordre de faire construire trente quinquérèmes et vingt trirèmes; car le bruit courait qu'Antiochus, depuis sa défaite sur mer, équipait une flotte plus considérable encore.

       (6) Les Étoliens, apprenant de leurs ambassadeurs qu'ils ne pouvaient espérer la paix, ne s'inquiétèrent plus des ravages que les Achéens exerçaient sur toute la partie de leur côte qui fait face au Péloponnèse. (7) Oubliant leurs pertes pour ne songer qu'à leur danger, ils voulurent fermer le passage aux Romains et se portèrent sur le mont Corax; car ils ne doutaient pas qu'on ne reprît le siège de Naupacte. (8) Acilius, qui le savait, crut devoir plutôt frapper un coup imprévu et surprendre Lamia. (9) Cette ville avait été presque réduite par Philippe à deux doigts de sa perte; et comme elle ne s'attendait pas à une nouvelle attaque, elle pouvait être facilement emportée. (10) Acilius partit donc d'Élatie et alla camper d'abord près du fleuve Sperchéios, sur le territoire ennemi, puis se remit en marche pendant la nuit, et investit la place au point du jour.

[37,5] Attaque et prise de Lamia par le proconsul Acilius

       (1) L'alarme fut vive parmi les habitants ainsi attaqués à l'improviste. Ils se défendirent cependant avec plus de résolution qu'on n'aurait pu le croire dans un péril inattendu: pendant que les hommes couraient aux remparts, les femmes y apportèrent des pierres et des traits de toute sorte. Ainsi, quoique les échelles fussent déjà dressées sur plusieurs points, la ville tint bon tout le jour. (2) Acilius donna le signal de la retraite, et ramena ses troupes dans le camp vers midi, pour prendre de la nourriture et du repos. Avant de congédier son conseil il annonça "qu'on eût à se tenir prêt et sous les armes avant le jour; qu'on ne rentrerait pas au camp sans avoir forcé la ville."

       (3) Il donna un assaut général à la même heure que la veille. Les assiégés n'ayant plus la force ni le courage de combattre et ayant épuisé leurs traits, la place fut emportée en quelques heures. Acilius fit vendre une partie du butin, partagea le reste, puis tint conseil pour savoir ce qu'il ferait ensuite. (4) Personne ne parla de marcher sur Naupacte, les défilés du mont Corax étant gardés par les Étoliens. Cependant, pour ne pas perdre le reste de la campagne et ne pas assurer aux Étoliens, par son inaction, la jouissance de la paix que le sénat leur avait refusée, Acilius résolut d'attaquer Amphissa.

       Il partit d'Héraclée et y arriva avec son armée par le mont Oeta. (5) Il campa sous les murs de la ville, mais il ne l'investit pas comme Lamia; il voulut la réduire à l'aide des machines. On fit jouer le bélier sur plusieurs points à la fois. Les habitants, voyant battre en brèche leurs remparts, ne prenaient aucune disposition, n'imaginaient aucun expédient pour se défendre contre ce genre d'attaque. (6) Ils ne comptaient que sur leurs armes et leur courage. Par de fréquences sorties, ils jetaient le désordre dans les postes ennemis et parmi les soldats employés aux ouvrages et aux machines.

[37,6] Arrivée du consul L.Scipion en Grèce (été 190). Les Étoliens tentent d'obtenir la paix

       (1) Cependant la brèche était ouverte en plusieurs endroits lorsqu'on apprit que le successeur d'Acilius avait débarqué à Apollonie avec son armée et qu'il arrivait par l'Épire et la Thessalie, (2) à la tête de treize mille hommes d'infanterie et de cinq cents chevaux. Déjà il était arrivé au golfe Maliaque et avait envoyé sommer Hypata de se rendre. Les habitants répondirent "qu'ils n'agiraient qu'en vertu d'un décret de toute la nation étolienne." Et le consul, ne voulant pas s'arrêter au siège d'Hypata avant d'avoir repris Amphissa, fit prendre les devants à son frère l'Africain et marcha sur Amphissa. (3) À l'approche des Romains, les assiégés abandonnèrent leur ville, dont les murailles étaient en partie abattues, et se retirèrent tous, armés ou non, dans la citadelle réputée imprenable.

       (4) Le consul établit son camp à six milles environ. Ce fut là qu'une ambassade athénienne vint trouver d'abord P. Scipion, qui avait pris les devants, comme je l'ai dit, puis le consul lui-même, afin de demander grâce pour les Étoliens. (5) Elle reçut une réponse bienveillante de l'Africain qui ne cherchait qu'un prétexte pour renoncer honorablement à la guerre d'Étolie. C'était sur l'Asie, sur Antiochos que se portaient ses regards. Il engagea donc les Athéniens à conseiller aux Étoliens aussi bien qu'aux Romains de préférer la paix à la guerre.

       (6) Aussitôt, à l'instigation des Athéniens, une nombreuse députation d'Étoliens partit d'Hypata. Elle se présenta d'abord à l'Africain, qui confirma par ses paroles leurs espérances de paix. Il rappela qu'en Espagne d'abord, puis en Afrique, beaucoup de peuples et de nations s'en étaient rapportés à sa bonne foi et que partout il avait laissé de plus grandes marques de sa clémence et de sa bonté que de sa valeur. (7) L'affaire semblait terminée, lorsque le consul leur fit la même réponse qui les avait chassés du sénat. La médiation des Athéniens et les paroles bienveillantes de l'Africain ne les avaient pas préparés à ce coup imprévu; ils en furent si étourdis, qu'ils déclarèrent vouloir en référer à leurs concitoyens.

[37,7] Le siège est levé devant Amphissa. L'armée consulaire se dirige vers l'Hellespont

       (1) Ils retournèrent donc à Hypata. Le conseil ne savait quel parti prendre; car on était hors d'état de payer les mille talents et, en se rendant à discrétion, on craignait de s'exposer à des violences. (2) On chargea donc les mêmes députés de retourner auprès du consul et de l'Africain, et de leur demander, si leur intention était d'accorder réellement la paix, et non de frustrer par une cruelle illusion les espérances d'un peuple malheureux, qu'ils accordent soit la remise d'une partie des sommes exigées, soit une garantie pour les personnes. (3) Rien ne put changer la détermination du consul et cette ambassade n'eut pas plus de succès que les précédentes.

       (4) Les Athéniens les suivirent, et le chef de la députation, Échédème, voyant les Étoliens accablés par tant de refus, se livrant à de stériles lamentations sur le malheur de leur pays, ranima leurs espérances en leur conseillant de demander une trêve de six mois, pour envoyer une nouvelle ambassade à Rome. (5) "Cet ajournement, disait-il, n'ajouterait rien à leurs souffrances, dont la mesure était comble; tandis que le temps pourrait faire naître des circonstances qui adouciraient leurs infortunes présentes." (6) On suivit le conseil d'Échédème; on fit repartir les mêmes ambassadeurs, et P. Scipion, à qui ils s'adressèrent d'abord, leur obtint du consul la trêve qu'ils demandaient. (7) Le siège d'Amphissa fut donc levé, et M'. Acilius, remettant le commandement au consul, quitta la province. Le consul partit d'Amphissa pour la Thessalie avec l'intention de passer en Asie par la Macédoine et la Thrace.

       (8) "L. Scipion, disait alors l'Africain à son frère, j'approuve tout à fait que tu suives cette route-ci; (9) mais le succès dépend entièrement de Philippe. S'il est fidèle à la république, il nous livrera les passages, nous fournira les vivres et toutes les provisions nécessaires à une armée pour une longue route. S'il nous abandonne, la Thrace ne nous offrira aucune sûreté. (10) Je serais donc d'avis de nous assurer au préalable des intentions du roi. Le meilleur moyen de le faire est de lui dépêcher un courrier qui le surprendra avant qu'il ait pu se mettre sur ses gardes."

       (11) On confia cette mission à Ti. Sempronius Gracchus, jeune homme plein d'activité, qui, au moyen de relais préparés d'avance, fit le trajet avec une incroyable rapidité: il arriva à Pella trois jours après son départ d'Amphissa. (12) Le roi était à table et avait déjà bu largement, et l'abandon même où l'ivresse l'avait jeté ôta à Tibérius tout soupçon qu'il songeât à changer quoi que ce soit aux conventions. (13) Il fit bon accueil à cet hôte; il lui montra le lendemain les convois abondants qu'il tenait prêts pour l'armée romaine, les ponts qu'il avait jetés sur les fleuves et les réparations qu'il avait faites aux routes dans les mauvais passages. (14) Gracchus revint avec la même rapidité rapporter cette nouvelle au consul qu'il rejoignit à Thaumaci.

       L'armée reprit confiance et entra gaiement en Macédoine, où tout était prêt pour la recevoir. (15) Les Scipion furent accueillis à leur arrivée et traités par le roi avec une magnificence toute royale. Philippe déploya beaucoup de grâce et d'affabilité, qualités fort estimées de l'Africain, qui, avec son rare mérite, n'était pas ennemi d'une certaine politesse, pourvu qu'elle ne dégénérât pas en luxe. (16) On traversa donc la Macédoine et la Thrace; Philippe escortait la marche et pourvoyait à tout. On arriva ainsi à l'Hellespont.

[37,8] Préparatifs d'Antiochus (hiver 191-190)

       (1) Antiochus, depuis le combat naval de Corycos, avait eu tout l'hiver pour mettre sur pied de nouvelles forces de terre et de mer; il s'était principalement occupé de réparer sa flotte, afin de ne pas perdre entièrement la possession de la mer. (2) Il songeait "qu'il avait été battu en l'absence des Rhodiens, et que s'ils prenaient part à une nouvelle action (et ils ne s'exposeraient pas à arriver trop tard une seconde fois), il lui faudrait un plus grand nombre de vaisseaux pour opposer à l'ennemi des forces égales." (3) En conséquence il envoya Hannibal en Syrie chercher la flotte phénicienne, et recommanda à Polyxénidas de ne pas se laisser abattre par un échec et de travailler avec plus d'ardeur à radouber les anciens navires et à en équiper de nouveaux. (4) Pour lui, il passa l'hiver en Phrygie, rassemblant des secours de tous côtés; il envoya même en Gallo-Grèce, pays habité alors par le peuple le plus belliqueux de l'Asie, qui conservait encore le coeur gaulois et n'avait pas oublié son origine. (5) Antiochus avait laissé son fils Séleucus en Éolide à la tête d'une armée pour défendre les villes maritimes que convoitaient Eumène du côté de Pergame, et les Romains du côté de Phocée et d'Érythrée.

       (6) La flotte romaine, comme je l'ai dit, hivernait près de Canae. Vers le milieu de l'hiver, Eumène s'y rendit avec deux mille hommes d'infanterie et cinq cent chevaux. (7) Il annonça qu'on pouvait faire un butin considérable sur le territoire ennemi, aux environs de Thyatire, et, par ses instances, il décida Livius à lui confier cinq mille hommes. Quelques jours après, ce détachement revint chargé de riches dépouilles.

[37,9] C. Livius part à la rencontre de l'armée consulaire en Chersonnèse (début mars 190)

       (1) Cependant une sédition venait d'éclater à Phocée suite aux intrigues de quelques factieux qui voulaient attirer les habitants dans le parti d'Antiochus. (2) On se plaignait du quartier d'hiver de la flotte; on se plaignait du tribut de cinq cents toges et de cinq cents tuniques; (3) on se plaignait aussi de la disette de blé qui obligea enfin et la flotte et la garnison romaines à sortir de la ville. Délivrés alors de toute crainte, les partisans du roi haranguèrent la populace pour la soulever. (4) Le sénat et les principaux habitants voulaient qu'on demeurât fidèle aux Romains, mais les factieux l'emportèrent.

       (5) Les Rhodiens, pour réparer leur lenteur dans leur campagne précédente, s'empressèrent, dès l'équinoxe du printemps, d'expédier encore Pausistrate à la tête d'une flotte de trente-six voiles. (6) Déjà Livius, parti de Canae avec trente navires et sept quadrirèmes qu'Eumène lui avait ramenées, cinglait vers l'Hellespont, afin de tout disposer pour le passage de l'armée, qu'il présumait devoir arriver par terre. (7) Il relâcha d'abord au port dit des Achéens; puis il remonta vers Ilion, y offrit un sacrifice à Minerve, et reçut avec bonté les ambassades d'Éléonte, de Dardanos et de Rhétée qui venaient mettre leurs villes sous sa protection. (8) De là il se porta vers l'entrée de l'Hellespont, et, laissant deux vaisseaux en station devant Abydos, il passa en Europe avec le reste de sa flotte pour assiéger Sestos.

       (9) Déjà ses soldats s'approchaient des remparts lorsqu'une troupe fanatique de Gaulois parut devant la porte avec toute la pompe extérieure de leur culte. Prêtres de la Mère des dieux, c'était par son ordre, dirent-ils, qu'ils venaient conjurer les Romains d'épargner les murailles de la place. On respecta leur caractère sacré, (10) et bientôt le sénat sortit en corps avec les magistrats pour remettre les clefs de la ville. La flotte passa ensuite à Abydos. (11) Livius, ayant fait sonder les dispositions des habitants, et n'ayant obtenu que des réponses hautaines, se disposa à commencer le siège de la ville.

[37,10] La félonie de Polyxénidas, commandant de la flotte syrienne (début du printemps 190)

       (1) Pendant que ces événements se passaient dans l'Hellespont, l'amiral du roi, Polyxénidas, qui était un exilé rhodien, apprit que ses compatriotes avaient mis leur flotte en mer, (2) et que Pausistrate, qui la commandait, avait, en haranguant le peuple, parlé de lui avec hauteur et mépris. La vengeance devint son idée fixe; jour et nuit il ne rêvait plus qu'aux moyens de répondre par des faits aux vaines bravades de son ennemi.

       (3) Il lui dépêcha un émissaire, connu de tous deux, et lui fit dire "que Polyxénidas pouvait rendre un grand service à Pausistrate et à sa patrie si on le laissait agir, et que Pausistrate pouvait, de son côté, le faire rentrer dans sa patrie." (4) Pausistrate, étonné, voulut savoir comment on en viendrait à bout, et, sur la demande de l'agent, il promit de seconder l'exécution et de garder le silence. (5) L'émissaire ajouta alors "que Polyxénidas lui livrerait la flotte en totalité ou en grande partie, et que pour prix d'un pareil service il ne demandait qu'à rentrer dans sa patrie."

       (6) C'était une proposition tellement importante que Pausistrate, sans y croire entièrement, ne voulut pas la rejeter avec dédain. Il gagna Panhorme, ville qui appartient aux Samiens, et s'y arrêta pour juger du projet qu'on lui avait soumis. (7) Pausistrate ne se laissa persuader que lorsque Polyxénidas eut, en présence de son envoyé, écrit de sa main "qu'il ferait ce qu'il avait promis" et qu'il eût fait remettre à l'amiral rhodien ses tablettes revêtues de son sceau. (8) Ce gage, pensa Pausistrate, était comme un lien qui enchaînait le traître. Il n'était pas possible qu'un officier au service d'un roi s'exposât à donner contre lui-même des preuves signées de sa propre main.

       (9) On concerta ensuite le plan de la prétendue trahison. Polyxénidas promit de négliger tous ses préparatifs; de diminuer le nombre de ses rameurs et de ses équipages; (10) de mettre à sec une partie de ses vaisseaux, sous prétexte de les faire radouber; d'en envoyer d'autres dans les ports voisins; de n'en tenir qu'un petit nombre en rade dans Éphèse, pour les exposer, s'il fallait sortir, à un combat inégal.

       (11) La négligence que Polyxénidas s'engageait à montrer pour sa flotte, Pausistrate la porta dans toutes ses dispositions. Il envoya une partie de ses bâtiments à Halicarnasse pour y chercher des vivres, une autre à Samos, et se tint prêt lui-même à agir au premier signal donné par le traître. (12) Polyxénidas ajouta par sa dissimulation aux illusions de Pausistrate: il mit à sec quelques-uns de ses navires, fit réparer les chantiers comme s'il voulait en retirer d'autres de la mer et rappela ses rameurs de leurs quartiers d'hiver, non pas à Éphèse, mais à Magnésie, où ils les rassembla secrètement.

[37,11] La flotte rhodienne est écrasée au large de Samos

       (1) Le hasard voulut qu'un soldat d'Antiochus, venu à Samos pour des affaires personnelles, fût arrêté comme espion et conduit à Panhorme devant Pausistrate. (2) On l'interrogea sur ce qui se passait à Éphèse, et, soit crainte, soit trahison envers les siens, il déclara tout. (3) La flotte, dit-il, était dans le port tout équipée et prête à agir; tous les rameurs avaient été dirigés sur Magnésie du Sypile; à peine avait-on mis à sec un petit nombre de vaisseaux, et les chantiers étaient fermés: jamais il n'y avait eu plus d'activité dans le port. (4) Pausistrate ne crut pas à la vérité de ce rapport; son esprit était trop abusé par de vaines espérances.

       Cependant Polyxénidas, qui avait pris toutes ses mesures, rappela ses rameurs de Magnésie pendant la nuit, remit promptement à flot les navires tirés à sec, et, après avoir passé toute la journée moins à faire ses dispositions qu'à perdre son temps pour dérober le départ de sa flotte, (5) il partit après le coucher du soleil avec soixante-dix vaisseaux pontés. Malgré le vent contraire, il arriva de grand matin au port de Pygéla. Il y passa la journée pour le même motif, et, pendant la nuit, il gagna la côte voisine, qui appartenait aux Samiens. (6) De là il détacha sur Palinure un certain Nicandre, chef de pirates, à la tête de cinq vaisseaux pontés, pour aller à travers champs, par le chemin le plus court, jusqu'à Panhorme, et prendre l'ennemi à dos avec ses troupes. Pendant ce temps il devait lui-même, avec sa flotte partagée en deux escadres, garder des deux côtés l'entrée du port, et à cet effet il marcha vers Panhorme.

       (7) À cette attaque imprévue, Pausistrate éprouva d'abord un moment d'hésitation; puis, en vieux soldat, il se remit aussitôt, et, pensant qu'il lui serait plus facile d'écarter l'ennemi par terre que par mer, il envoya deux détachements sur les deux promontoires (8) qui, projetés en avant comme deux cornes, ferment le port. Il espérait, en prenant ainsi les Syriens en tenailles, les repousser sans peine. Voyant ce plan dérangé par l'apparition de Nicandre qui s'avançait du côté de la terre, il changea à l'instant de manoeuvre et donna ordre à tous ses gens de monter à bord. (9) Il y eut alors un grand désordre: soldats et matelots se pressaient, comme pour trouver un refuge sur la flotte, parce qu'ils se voyaient enveloppés à la fois par terre et par mer.

       (10) Pausistrate, n'ayant plus d'autre moyen de salut que de forcer l'entrée du port et de gagner le large, si c'était possible, n'eut pas plus tôt vu tous ses soldats embarqués qu'il leur ordonna de le suivre, et s'avança le premier à force de rames vers l'entrée du port. (11) Il franchissait déjà la passe, lorsque Polyxénidas cerna son vaisseau avec trois quinquérèmes. Le navire, défoncé par les proues de l'ennemi, coula à fond. L'équipage fut écrasé sous une grêle de traits et Pausistrate lui-même périt en combattant avec courage. (12) Le reste de ses vaisseaux fut pris, les uns devant le port, les autres dans la rade, d'autres encore par Nicandre au moment où ils cherchaient à s'éloigner de la côte. (13) Cinq galères de Rhodes et deux de Cos parvinrent seules à s'échapper en se faisant jour à travers la mêlée, grâce à la terreur inspirée par des feux qu'elles portaient à leurs proues, au bout de deux longues perches, dans des vases de fer.

       (14) Les trirèmes d'Érythres, ayant rencontré non loin de Samos les vaisseaux de Rhodes qu'elles venaient renforcer, reprirent la route de l'Hellespont pour rejoindre les Romains. (15) Dans le même temps, Séleucus rentra dans Phocée, dont une porte lui fut ouverte par trahison, et Cymè, ainsi que d'autres villes de la même côte, se donnèrent à lui dans leur épouvante.

[37,12] La flotte romaine s'éloigne d'Abydos et rejoint les alliés en Éolide

       (1) Pendant que ces événements se passaient dans l'Éolide, Abydos, après avoir résisté plusieurs jours grâce à la garnison royale qui défendait ses murs, (2) cédant enfin aux fatigues du siège, avait, avec l'agrément de Philotas, commandant des troupes, envoyé ses magistrats pour traiter avec Livius des articles de la capitulation. Ce qui empêchait de conclure, c'est qu'on n'était pas d'accord pour savoir si la garnison royale pourrait sortir avec ou sans armes. (3) On débattait ce point, lorsque la nouvelle de la défaite des Rhodiens vint arracher à Livius la proie qu'il croyait tenir entre les mains. (4) Il craignit, en effet, qu'enflé d'un si grand succès, Polyxénidas ne surprît la flotte stationnée près de Canae; il abandonna aussitôt et le siège d'Abydos et la garde de l'Hellespont, et remit en mer les vaisseaux qu'il avait tirés sur le rivage de Canae. Eumène, de son côté, se rendit à Élée. (5) Livius, avec toute sa flotte, augmentée de deux trirèmes de Mytilène,fit voile pour Phocée; mais, apprenant que cette place était défendue par une forte garnison et que Séleucus campait à peu de distance, il ravagea tout le littoral, (6) fit de nombreux prisonniers et se rembarqua précipitamment avec son butin, ne s'étant arrêté que le temps nécessaire pour attendre Eumène et son escadre. Il prit ensuite la route de Samos.

       (7) À Rhodes, la nouvelle de la défaite répandit tout à la fois l'épouvante et le deuil. Outre leurs vaisseaux et leurs soldats, les Rhodiens avaient aussi perdu la fleur et l'élite de leur jeunesse, (8) une foule de nobles ayant tout quitté pour suivre Pausistrate, qui jouissait dans son pays d'une considération méritée. Mais bientôt, songeant qu'ils n'avaient été vaincus que par ruse et que c'était un de leurs compatriotes qui les avait attirés dans ce piège, ils n'écoutèrent plus que leur ressentiment. (9) Ils mirent en mer sur-le-champ dix vaisseaux, et, peu de jours après, dix autres; ils en confièrent le commandement à Eudamos, dont les talents militaires étaient inférieurs à ceux de Pausistrate mais qui, moins impétueux, agirait sans doute avec plus de prudence.

       (10) Les Romains et le roi Eumène relâchèrent d'abord à Érythres, y passèrent une nuit, et, le lendemain, arrivèrent à Corycos, promontoire du pays de Téos. (11) De là, ils se disposèrent à passer sur les terres voisines qui appartenaient aux Samiens, et, sans attendre le lever du soleil, qui eût permis aux pilotes de juger de l'état du ciel, ils partirent à tout hasard. (12) Au milieu de la traversée, le vent de l'aquilon sauta au nord, bouleversa la mer et excita une violente tempête.

[37,13] Opérations navales au large de Samos et d'Éphèse (mai 190)

       (1) Polyxénidas, pensant que les ennemis prendraient la route de Samos, pour joindre la flotte rhodienne, partit d'Éphèse et fit une première halte à Myonnésos; de là il se jeta dans l'île Macris, afin de surprendre au passage les vaisseaux qui pourraient s'écarter du gros de la flotte ou de tomber à propos sur l'arrière-garde. (2) Voyant la flotte dispersée par la tempête, il crut d'abord le moment favorable; mais bientôt la violence croissante du vent et l'agitation plus furieuse des flots (3) l'empêchèrent d'atteindre les ennemis. Il se rejeta sur l'île d'Éthalia, afin de pouvoir les attaquer le lendemain, lorsqu'ils arriveraient de la haute mer sur Samos.

       (4) Les Romains, qui étaient en petit nombre, abordèrent le soir à un port désert de la côte de Samos, et le reste des bâtiments, après une nuit de tourmente en pleine mer, vint mouiller dans le même port. (5) Là, ayant appris des habitants de la campagne que la flotte royale était à l'ancre devant l'île d'Éthalia, ils tinrent conseil pour savoir s'il fallait en venir aussitôt aux mains, ou attendre la flotte rhodienne. On prit le parti d'attendre et l'on regagna Corycos.

       (6) Polyxénidas, de son côté, après une station inutile, retourna à Éphèse. Alors la mer étant libre, les vaisseaux romains passèrent à Samos (7) où ils y furent rejoints peu de jours après par la flotte rhodienne. Pour faire voir qu'ils n'avaient attendu que ce renfort, ils partirent aussitôt pour Éphèse, afin d'engager le combat ou de forcer l'ennemi, en cas de refus, à confesser sa faiblesse, aveu qui devait faire une vive impression sur l'esprit des alliés.

       (8) Ils se mirent en bataille à l'entrée du port; mais, voyant que personne ne se montrait, ils se partagèrent en deux divisions: l'une resta à l'ancre à l'entrée du port; l'autre alla débarquer ses soldats. (9) Ces troupes ravagèrent toute la campagne, et déjà elles revenaient chargées d'un immense butin lorsque le Macédonien Andronicos, qui commandait la garnison d'Éphèse, fit une sortie au moment où elles approchaient de la ville, leur enleva une grande partie du butin et les obligea de regagner la mer et leurs navires.

       (10) Le lendemain, les Romains, après avoir dressé une embuscade au milieu de la route, se mirent en marche vers la ville, pour attirer Andronicos hors des murs. Mais on soupçonna leur piège; personne ne se hasarda à sortir, et les Romains retournèrent à leurs vaisseaux. (11) Voyant alors que sur terre comme sur mer les ennemis refusaient le combat, ils firent voile vers Samos, d'où ils étaient partis. De là le préteur envoya deux trirèmes des alliés d'Italie, et deux des Rhodiens, sous les ordres d'Épicrate de Rhodes pour garder le détroit de Céphallénie. (12) Ces parages étaient infestés par les pirateries du Lacédémonien Hybristas, qui, à la tête de la jeunesse céphallénienne, interceptait les convois d'Italie.

[37,14] Arrivée du préteur L. Aemilius en Asie (mai 190)

       (1) Au Pirée, Épicrate rencontra L. Aemilius Régillus, qui venait prendre le commandement de la flotte. (2) À la nouvelle de la défaite des Rhodiens, Régillus, n'ayant avec lui que deux quinquérèmes, ramena en Asie Épicrate et ses quatre vaisseaux. Il fut aussi accompagné par des navires athéniens non pontés. (3) Il traversa la mer Égée et aborda à Chios. Le Rhodien Timasicrate, parti de Samos avec deux quadrirèmes, arriva aussi dans cette île pendant la nuit. Amené devant Aemilius, il déclara qu'on l'avait envoyé défendre cette côte contre les vaisseaux du roi, qui sortaient fréquemment des ports de l'Hellespont et d'Abydos et interceptaient les convois. (4) Aemilius, en passant de Chios à Samos, rencontra deux quadrirèmes de Rhodes, envoyées par Livius; et le roi Eumène Avec deux quinquérèmes. (5) Arrivé à Samos, il reçut la flotte des mains de Livius, offrit selon l'usage un sacrifice et tint conseil.

       C. Livius fut interrogé le premier. "Personne, dit-il, ne pouvait donner un avis plus sincère que celui qui conseillait à un autre ce qu'il eût fait lui-même à sa place. (6) Il avait eu le dessein de gagner Éphèse avec toute sa flotte, d'y conduire des bâtiments de transport chargés de sable et de les couler bas à l'entrée du port. (7) C'était une barrière d'autant plus facile à élever que cette entrée était, comme l'embouchure d'un fleuve, longue, étroite et peu profonde. Ainsi il empêcherait les ennemis de se mettre en mer, et rendrait leur flotte inutile."

[37,15] Discussion du projet présenté par C. Livius

       (1) Cet avis ne fut goûté de personne. Eumène demanda "ce qu'on ferait après avoir fermé le port par ce moyen. S'éloignerait-on avec la flotte devenue libre, pour porter secours aux alliés et répandre la terreur chez les ennemis? Ou bien toute la flotte n'en resterait-elle pas moins là pour bloquer le port? (2) Si l'on s'éloignait, nul doute que les ennemis ne parvinssent à retirer les navires submergés et à déblayer le port plus facilement encore qu'on ne l'aurait comblé. Si au contraire il fallait, malgré tout, rester là, à quoi bon fermer le port? (3) Les ennemis, à l'abri de tout danger, dans une rade sûre et au sein d'une ville opulente, recevant de l'Asie tout ce qui leur était nécessaire, passeraient la saison en repos, tandis que les Romains, en pleine mer, à la merci des flots et des tempêtes, privés de tout, seraient condamnés à une surveillance assidue: (4) ce serait se lier les mains à soi-même et se mettre dans l'impuissance d'agir au lieu de bloquer les ennemis."

       (5) Eudamos, commandant de la flotte rhodienne, montra de la répugnance pour l'avis proposé, mais sans en ouvrir un autre pour son propre compte. (6) Le Rhodien Épicrate conseilla "d'abandonner pour le moment Éphèse et d'envoyer une partie des vaisseaux en Lycie pour s'assurer de Patara, capitale du pays. (7) Cette expédition aurait deux résultats très importants: l'un, de permettre aux Rhodiens, par la pacification des contrées voisines de leur île, de concentrer toutes leurs forces sur une seule guerre, la guerre contre Antiochus; (8) l'autre, de bloquer la flotte qui s'équipait en Lycie, et de l'empêcher de faire sa jonction avec Polyxénidas." (9) Ce parti parut le plus sage. Toutefois on arrêta que Régillus, avec toute la flotte, se présenterait devant le port d'Éphèse pour jeter l'épouvante chez l'ennemi.

[37,16] L'escale de Phéniconte (juin 190)

       (1) C. Livius fut dirigé sur la Lycie avec deux quinquérèmes romaines, quatre quadrirèmes de Rhodes et deux vaisseaux non pontés de Smyrne; il avait ordre de passer d'abord à Rhodes, et de concerter toutes ses opérations avec les Rhodiens. (2) Les cités qui se trouvèrent sur sa route, Milet, Myndos, Halicarnasse, Cnide, Cos, obéirent avec un égal empressement aux instructions qui leur furent données. (3) Arrivé à Rhodes, Livius fit connaître l'objet de sa mission et demanda conseil. Il vit approuver ses plans à l'unanimité; adjoignant alors à son escadre trois quadrirèmes, il prit la route de Patara.

       (4) D'abord un vent favorable le poussa vers cette ville, et il se flattait déjà que dans le premier moment d'alarme un mouvement éclaterait. Mais bientôt le vent tourna et la mer fut agitée par deux courants opposés: à force de rames on parvint cependant à gagner la terre; (5) mais il n'y avait aux environs aucune rade sûre et l'on ne pouvait mouiller devant un port ennemi, par une mer grosse et à l'approche de la nuit.

       (6) On longea donc les remparts de la ville et l'on gagna le port de Phéniconte, qui était à deux nilles environ et qui pouvait offrir à la flotte un abri contre la fureur des flots. (7) Mais ce port est dominé par des rochers élevés dont les habitants, secondés par les troupes de la garnison royale, coururent aussitôt s'emparer. (8) Livius, malgré le désavantage de sa position et la difficulté des lieux, fit avancer contre eux les auxiliaires d'Issa et les troupes légères de Smyrne. (9) Ce détachement soutint assez bien la lutte, tant qu'on se battit à coups de traits et que le petit nombre des ennemis fit de l'action une escarmouche plutôt qu'un combat; (10) mais lorsque ceux-ci sortirent en foule et que là les habitants se précipitèrent en masse hors des murs, Livius craignit que ses auxiliaires ne fussent enveloppés et que ses vaisseaux ne fussent exposés aussi du côté de la terre. (11) Aussitôt, armant à la hâte soldats, équipages, rameurs, il les conduisit tous au combat.

       (12) La lutte n'en fut pas moins douteuse, et l'on perdit, outre plusieurs soldats, L. Apustius, l'un des généraux. À la fin pourtant les Lyciens furent vaincus, mis en fuite et refoulés dans la ville. Les Romains avaient chèrement acheté la victoire; (13) ils se rembarquèrent, firent voile pour le golfe de Telmissus, qui touche d'un côté à la Lycie, de l'autre à la Carie, et, renonçant à toute tentative sur Patara, ils renvoyèrent les Rhodiens chez eux. (14) Livius longea la côte d'Asie et passa en Grèce pour conférer avec les Scipions qui se trouvaient dans le voisinage de la Thessalie et retourner ensuite en Italie.

[37,17] Reprise des opérations en Lycie. Retour à Samos (juillet 190)

       (1) En apprenant que Livius avait renoncé à l'expédition de Lycie et qu'il était parti pour l'Italie, Aemilius, que la tempête avait repoussé d'Éphèse et forcé de retourner à Samos sans avoir réussi, (2) considéra comme une honte pour ses armes d'avoir échoué contre Patara. Il se mit en route avec toute la flotte pour attaquer vigoureusement la place, (3) longea Milet et toute la côte des alliés, et prit terre à Iasos dans le golfe de Bargylia. Cette ville avait une garnison royale; les Romains ravagèrent le territoire d'alentour. (4) Aemilius fit ensuite sonder par des émissaires les dispositions des magistrats et des principaux citoyens. Ceux-ci lui répondirent qu'ils n'étaient pas maîtres dans la ville; l'assaut fut résolu.

       (5) Il y avait dans l'armée romaine des exilés d'Iasos; ils allèrent en corps conjurer les Rhodiens "de ne pas laisser périr une ville voisine de leur patrie, qui leur était unie par les liens du sang et qui n'avait pas mérité son sort. La seule cause de leur exil était, disaient-ils, leur fidélité aux Romains. (6) Les soldats du roi qui les avaient chassés dominaient aussi par la terreur leurs compatriotes restés dans la ville. Tous les habitants d'Iasos n'avaient qu'un seul désir, celui de se soustraire à la domination du roi." (7) Les Rhodiens, touchés de ces prières et secondés par Eumène, à force de rappeler les liens de parenté qui les unissaient aux assiégés et de déplorer le malheur de la ville enchaînée par la garnison royale, parvinrent à faire lever le siège. (8) Aemilius s'éloigna donc, et, longeant la côte de l'Asie, où il ne rencontra plus d'ennemis, il arriva à Loryma, port situé en face de Rhodes.

       (9) Là sa conduite donna lieu à des murmures qui, de la tente des tribuns militaires, parvinrent bientôt aux oreilles du préteur. On lui reprochait d'éloigner ses soldats d'Éphèse et de négliger une guerre qui lui avait été confiée, pour laisser derrière lui les ennemis libres d'agir impunément contre tant de villes alliées situées à leur portée. (10) Ces plaintes firent impression sur Aemilius. Il appela les Rhodiens, s'informa d'eux si le port de Patara pouvait contenir toute la flotte; et, sur leur réponse négative qui lui offrait un prétexte pour abandonner l'entreprise, il ramena ses vaisseaux à Samos.

[37,18] Siège de Pergame (juin 190)

       (1) Pendant ce temps, Séleucus, fils d'Antiochus, qui avait tenu tout l'hiver son armée en Éolide, tantôt prêtant main-forte à ses alliés, (2) tantôt ravageant les contrées qu'il ne pouvait attirer dans son parti, résolut d'entrer sur les terres d'Eumène, occupé loin de ses états à menacer les côtes de la Lycie avec les Romains et les Rhodiens. (3) Il s'avança d'abord contre Élée enseignes déployées; puis, sans s'arrêter au siège de la ville dont il se contenta de dévaster le territoire, il marcha sur Pergame, capitale du royaume et résidence d'Eumène. (4) Aussitôt Attale prit position en avant de la place, et, par des courses de cavalerie et de troupes légères, harcela plutôt qu'il ne combattit l'ennemi. (5) Mais, ayant dans plusieurs escarmouches acquis la certitude de son infériorité, il se renferma dans les murs, où il fut assiégé.

       (6) Vers le même temps, Antiochus, parti d'Apamée, alla camper d'abord à Sardes, puis non loin de Séleucus, près de la source du Caïque, avec une nombreuse armée, composée de diverses nations. (7) Sa principale force consistait en un corps de quatre mille Gaulois qu'il avait pris à sa solde. Il les envoya avec un faible détachement porter le ravage de tous côtés sur le territoire de Pergame. (8) Dès que ces nouvelles arrivèrent à Samos, Eumène, que ces hostilités rappelaient à la défense de ses états, prit avec sa flotte le chemin d'Élée. Il y trouva de la cavalerie et de l'infanterie légère, et, rassuré par leur présence, il se dirigea vers Pergame avant que l'ennemi eût pris l'éveil et se fût mis en mouvement. (9) Alors recommencèrent les courses et les escarmouches, Eumène évitant avec soin tout engagement décisif. Peu de jours après, la flotte combinée des Romains et des Rhodiens arriva de Samos à Élée pour secourir le roi.

       (10) En apprenant leur débarquement à Élée et la réunion de tant de vaisseaux dans le même port, Antiochus, qui reçut en même temps la nouvelle de l'entrée du consul en Macédoine avec son armée et celle des dispositions qu'il faisait pour franchir l'Hellespont, (11) ne crut pas devoir attendre qu'on le pressât par terre et par mer, pour entamer des négociations au sujet de la paix. Il s'empara d'une hauteur en face d'Élée, où il établit son camp; (12) il y laissa toute son infanterie, et, à la tête de sa cavalerie, qui était forte d'environ six mille hommes, il descendit dans la plaine au pied même des murs de la place. Alors il envoya dire à Aemilius qu'il demandait à traiter.

[37,19] Eumène refuse de faire la paix avec Antiochus (juillet 190)

       (1) Aemilius rappela Eumène de Pergame, manda aussi les Rhodiens et tint conseil. Les Rhodiens penchaient pour la paix. Eumène soutint "que, dans les circonstances où l'on se trouvait, il n'était ni honorable de traiter, ni possible de rien conclure. (2) En effet, dit-il, pouvons-nous, enfermés dans nos murs comme nous le sommes, et pour ainsi dire assiégés, recevoir honorablement des conditions de paix? Et quel sort aura un traité conclu sans l'agrément du consul, sans l'autorisation du sénat, sans l'ordre du peuple romain? (3) Je vous le demande, Aemilius, quand vous aurez conclu la paix, retournerez-vous aussitôt en Italie et y ramènerez-vous votre flotte et votre armée? Ou bien attendrez-vous l'approbation du consul, la décision du sénat, l'ordre du peuple? (4) Il vous faudra donc rester en Asie, faire rentrer vos troupes dans leurs quartiers d'hiver, interrompre la campagne, épuiser les alliés pour l'approvisionnement de l'armée; (5) puis, si telle est la volonté de ceux qui en sont les arbitres, recommencer la guerre sur nouveaux frais. Par contre, en ne différant pas la crise, nous pouvons, avec la protection des dieux, la terminer avant l'hiver." Cet avis prévalut, (6) et l'on répondit à Antiochus qu'avant l'arrivée du consul on ne pouvait traiter de la paix.

       (7) Antiochus, voyant ses propositions repoussées, ravagea les territoires d'Élée et de Pergame, y laissa son fils Séleucus, traversa la terre d'Adramytte en y exerçant les mêmes hostilités et entra dans les riches campagnes de Thèbes, immortalisées par les chants d'Homère. (8) Nulle part en Asie les troupes royales ne firent un plus riche butin. Mais Aemilius et Eumène arrivèrent au secours de la place, après avoir doublé la côte d'Adramytte.

[37,20] Le détachement achéen libère Pergame

       (1) Le hasard voulut que durant ces mêmes jours un corps de mille fantassins et de cent chevaux, sous les ordres de Diophane, vînt d'Achaïe aborder à Élée. Ils furent reçus en débarquant par des envoyés d'Attale, qui les conduisirent pendant la nuit à Pergame. (2) C'étaient tous des vétérans et de bons soldats; leur chef lui-même était élève de Philopoemen, le plus grand capitaine de la Grèce à cette époque. Diophane prit deux jours pour faire reposer ses hommes et ses chevaux, pour reconnaître les postes ennemis et savoir sur quel point et à quelle heure ils se montraient et se retiraient.

       (3) Les soldats du roi s'étaient établis presque au pied de la colline où se dresse Pergame. Ainsi ils avaient toute liberté d'étendre leurs ravages sur leurs arrières, (4) personne ne sortant de la ville, pas même pour jeter quelques traits sur les postes avancés. Une fois que les habitants frappés de terreur se furent enfermés dans leurs murs, les ennemis les méprisèrent et le mépris amena bientôt la négligence. Les chevaux n'étaient la plupart du temps ni sellés ni bridés; (5) à peine quelques hommes restaient-ils sous les armes à leurs postes; les autres se dispersaient çà et là dans la campagne, se livrant à tous les jeux et divertissements de la jeunesse, ou mangeant à l'ombre des arbres, et quelquefois même se couchant pour dormir.

       (6) Témoin de tout ce désordre du haut des remparts de Pergame, Diophane enjoignit aux siens de prendre les armes et de se tenir prêts à exécuter ses ordres; il se rendit auprès d'Attale et lui annonça qu'il voulait faire une tentative sur les postes ennemis. (7) Attale n'y consentit qu'avec peine, voyant que cent chevaux auraient à lutter contre trois cents; mille hommes d'infanterie contre quatre mille. Diophane sortit donc et fit halte, non loin des postes ennemis, attendant une bonne occasion. (8) Les habitants de Pergame considérèrent moins cette sortie comme un coup hardi que comme une bravade; et, quant aux assiégeants, après avoir fait quelques mouvements contre cette troupe, quand ils la virent immobile, non seulement ils ne sortirent pas de leur négligence accoutumée, mais même ils se mirent à railler cette poignée d'ennemis.

       (9) Diophane tint quelque temps sa troupe à la même place, comme s'il ne l'eût fait sortir que par curiosité. Mais, dès qu'il vit les Syriens débandés, (10) il ordonna à son infanterie de le suivre avec toute la rapidité possible, et, se plaçant lui-même à la tête de son escadron de cavalerie, il fondit à toute bride sur les postes ennemis et les attaqua brusquement au milieu des cris poussés en même temps par ses fantassins et ses cavaliers. (11) L'épouvante saisit non seulement les hommes, mais encore les chevaux qui, brisant leurs liens, jetèrent le désordre et la confusion dans les rangs. (12) Peu d'entre eux tenaient ferme; encore ne pouvait-on ni les seller, ni les brider, ni les monter, tant était grande la terreur causée par cette poignée d'Achéens. (13) En même temps l'infanterie s'avança en bon ordre et tomba sur les ennemis négligemment étendus çà et là ou à moitié endormis; (14) elle en fit un grand carnage et les mit en déroute.

       Diophane les poursuivit, aussi loin qu'il le put sans danger et rentra dans la ville, après avoir ainsi couvert le nom achéen de gloire aux yeux des habitants qui tous, hommes et femmes, avaient, du haut des remparts, contemplé le combat.


Dernière édition par Belain le Sam 15 Avr 2017, 19:23, édité 1 fois

_________________
avatar
Belain
Frère de l'Ordre
Frère de l'Ordre

Masculin Nombre de messages : 829
Localisation : Rouen
Date d'inscription : 13/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Livre XXXVII : Les événements des années 190 et 189

Message par Belain le Dim 02 Avr 2017, 19:19

[37,21] Mesures de représailles dans la région de Pergame et de Phocée (juillet 190)

(1) Le lendemain les troupes du roi revinrent se poster à plus de cinq cents pas de la ville, mais avec plus d'ordre et de prudence. Les Achéens, au même moment, s'avancèrent de leur côté jusqu'au même endroit. (2) Pendant plusieurs heures on se tint prêt de part et d'autre à une attaque qu'on regardait comme prochaine.

Vers le coucher du soleil, au moment de rentrer dans le camp, les troupes du roi, levant leurs enseignes, se mirent en marche, en ordre de retraite plutôt qu'en ordre de bataille. (3) Diophane se tint tranquille tant que les ennemis furent en vue. Puis il fit comme la veille une charge impétueuse sur l'arrière-garde, et répandit encore tant d'épouvante et de confusion que, malgré les dangers qui menaçaient par derrière, personne ne fit volte-face pour combattre. Les Syriens furent refoulés dans leur camp pêle-mêle et au milieu du plus grand désordre. (4) L'audace des Achéens força Séleucus à sortir du territoire de Pergame.

Antiochus, ayant appris que les Romains et Eumène étaient venus au secours d'Adramytte, renonça au siège de la ville et ravagea la campagne. Il s'empara de Pérée, colonie de Mytilène, (5) emporta d'emblée Cotton, Corylénos, Aphrodisiade et Prinnè, et retourna à Sardes par Thyatire.

(6) Séleucus, resté sur la côte, tenait en échec quelques villes et en couvrait d'autres. Les Romains, escortés par Eumène et les Rhodiens, gagnèrent d'abord Mytilène, puis revinrent sur leurs pas et rentrèrent à Élée d'où ils étaient partis. (7) Ils firent voile ensuite pour Phocée, abordèrent à l'île de Bacchium qui commande la ville, et, après avoir fait main basse sur les temples et les statues qu'ils avaient précédemment respectés et dont l'île était décorée, ils se présentèrent devant la place. (8) Ils se partagèrent les points d'attaque; mais voyant que, sans machines, sans armes et sans échelles, ils ne pouvaient s'en rendre maîtres et qu'un secours de trois mille hommes, envoyé par Antiochus, était entré dans la ville, (9) ils abandonnèrent le siège et se retirèrent dans l'île, sans avoir fait autre chose que de ravager tous les environs.

[37,22] La flotte alliée prend position en face de Phasélis (août 190)

(1) On décida ensuite qu'Eumène retournerait dans ses états, afin de préparer au consul et à l'armée tout ce qui était nécessaire pour le passage de l'Hellespont; que les flottes romaine et rhodienne repartiraient pour Samos et y stationneraient afin d'empêcher Polyxénidas de sortir d'Éphèse. Le roi retourna donc à Élée; les Romains et les Rhodiens, à Samos. (2) Ce fut là que mourut M. Aemilius, frère du préteur.

Les Rhodiens venaient de célébrer ses funérailles lorsqu'ils apprirent qu'une flotte arrivait de la Syrie; ils détachèrent treize de leurs vaisseaux et deux quinquérèmes, l'une de Cos et l'autre de Cnide, vers Rhodes, pour y stationner. (3) Deux jours avant qu'Eudamos arrivât de Samos avec la flotte, treize vaisseaux étaient partis de Rhodes sous les ordres de Pamphilidas, pour combattre aussi la flotte syrienne. Après s'être renforcés de quatre autres navires qui gardaient la Carie, ils allèrent faire lever aux troupes du roi le siège de Dédale et de quelques autres petits forts. Eudamos reçut aussitôt l'ordre de se remettre en mer. (4) On ajouta à sa flotte six bâtiments non pontés. Il repartit donc, et, en faisant force de voiles, il rejoignit près du port de Mégistè l'escadre qui l'avait devancé. De là ils firent route ensemble jusqu'à Phasélis où ils jugèrent à propos d'attendre l'ennemi.

[37,23] Préparatifs de la bataille au large de Sidè (août 190)

(1) La ville de Phasélis, située sur les confins de la Lycie et de la Pamphylie, s'avance au loin dans la mer: c'est le premier point qu'on aperçoit en allant de Cilicie à Rhodes, et il permet de découvrir fort loin les vaisseaux. C'est pour cela surtout qu'on en fit choix comme d'un poste où l'on se trouverait sur le passage de la flotte ennemie. (2) Mais, ce qu'on n'avait pas prévu, l'insalubrité du lieu, les chaleurs du milieu de l'été et des exhalaisons pestilentielles développèrent le germe de plusieurs maladies, surtout parmi les rameurs. (3) La crainte de la contagion précipita le départ. La flotte longeait le golfe de Pamphylie et était parvenue à l'embouchure de l'Eurymédon, lorsqu'on apprit d'Aspendos que l'ennemi était déjà à la hauteur de Sidè. (4) La marche des Syriens avait été retardée par les vents étésiens, qui soufflaient par extraordinaire à cette époque où règne habituellement le zéphyr. Les Rhodiens avaient trente-deux quadrirèmes et quatre trirèmes. (5) La flotte royale était forte de trente-sept vaisseaux de première dimension, dont trois heptères, quatre hexères et dix trirèmes. Les Syriens découvrirent aussi les ennemis d'un point où ils étaient en observation.

(6) Le lendemain, dès l'aurore, les deux flottes sortirent du port comme pour combattre le jour même. Les Rhodiens n'eurent pas plus tôt doublé le cap qui de Sidè se prolonge dans la mer, qu'ils furent en vue des ennemis et les aperçurent eux-mêmes. (7) L'aile gauche de la flotte royale, qui s'étendait vers la pleine mer, était commandée par Hannibal, la droite par Apollonius, un des courtisans du roi. Déjà leurs vaisseaux étaient en ligne. (8) Les Rhodiens étaient disposés en colonne, ayant à leur tête le vaisseau amiral d'Eudamos; à l'arrière-garde était Chariclite; Pamphilidas occupait le centre.

(9) Eudamos, voyant la flotte ennemie rangée en ordre de bataille et prête à engager l'action, prit le large et ordonna à ceux qui le suivaient de marcher de front en conservant leur rang. (10) Cette manoeuvre produisit d'abord quelque confusion. En effet il ne s'était pas assez éloigné pour laisser au reste de ses vaisseaux la liberté de se développer du côté de la terre, et, par un mouvement précipité, il se trouva lui-même avec cinq navires seulement en présence d'Hannibal. Les autres, qui avaient ordre de se reformer en ligne, ne le pouvaient pas. (11) Ceux de l'arrière-garde n'avaient pas du côté de la terre l'espace nécessaire pour agir, et, pendant qu'ils s'agitaient en désordre, l'aile droite était déjà aux prises avec Hannibal.

[37,24] Déroute de la flotte syrienne

(1) Mais cette alarme ne dura qu'un instant. Les Rhodiens avaient de bons navires et étaient d'habiles marins: ils se rassurèrent. (2) Une partie de leurs vaisseaux gagnèrent rapidement le large et laissèrent à ceux qui venaient derrière la liberté de se former du côté de la terre. Heurtant de leurs éperons les galères ennemies, ils défonçaient leurs proues, brisaient leurs rames ou passaient lestement entre les rangs pour les charger en proue. (3) Ce qui effraya surtout les Syriens, ce fut de voir une de leurs heptères coulée bas au premier choc par un bâtiment rhodien beaucoup plus petit. Dès lors la déroute de l'aile droite des ennemis ne parut plus douteuse. (4) Du côté de la haute mer, Hannibal pressait Eudamos qui, supérieur à tout autre égard, avait le désavantage du nombre et allait être entouré, si le signal donné par la galère amirale n'eût fait accourir tous les vaisseaux vainqueurs à l'aile droite.

(5) Alors Hannibal et sa division prirent la fuite. Les Étoliens ne purent les poursuivre, les rameurs étant en grande partie malades et incapables de supporter longtemps la fatigue. (6) Mais, de la haute mer où ils s'étaient arrêtés pour prendre un peu de nourriture et réparer leurs forces, Eudamos aperçut les ennemis qui remorquaient avec des barques découvertes leurs vaisseaux brisés et rompus; vingt au plus s'éloignaient sans avarie. À cette vue, commandant le silence du haut de sa galère amirale: "Levez-vous, dit-il, et venez jouir d'un beau spectacle!" (7) Tous les équipages furent bientôt sur pied, et, en voyant le désordre et la fuite de l'ennemi, ils demandèrent tous comme d'une seule voix à le poursuivre. (8) La galère d'Eudamos était criblée de coups: il chargea Pamphilidas et Chariclite de la poursuite, en leur recommandant de ne pas trop s'exposer. (9) Ceux-ci suivirent quelque temps les fuyards. Mais quand ils virent Hannibal se rapprocher de la côte, craignant que le vent ne les poussât contre la terre et ne les livrât aux ennemis, ils retournèrent auprès d'Eudamos, ramenant avec eux une galère mise hors du combat, au premier choc, qu'ils traînèrent à grand-peine jusqu'à Phasélis.

(10) De là ils regagnèrent Rhodes, oubliant la joie de leur victoire, pour se reprocher mutuellement de n'avoir pas, lorsqu'ils le pouvaient, coulé bas ou pris la flotte ennemie tout entière. (11) Hannibal, écrasé par sa défaite, n'osait plus doubler la côte de Lycie, malgré le vif désir qu'il avait d'aller rejoindre l'ancienne flotte du roi. (12) Pour lui en ôter même la possibilité, les Rhodiens dépêchèrent Chariclite avec vingt vaisseaux éperonnés vers Patara et le port de Mégistè. (13) Eudamos eut ordre de retourner à Samos auprès des Romains avec les sept plus gros bâtiments de la flotte qu'il avait commandée, et d'employer toute son éloquence et tout son crédit pour les décider à faire le siège de Patara.

[37,25] Les hésitations de Prusias, roi de Bithynie

(1) Ce fut un grand sujet de joie pour les Romains que la nouvelle de la victoire, et, bientôt après, l'arrivée des Rhodiens. (2) Il apparaissait que, délivrés de toute inquiétude du côté de Phasélis, les Rhodiens assureraient la liberté des mers dans ces parages. Mais le départ d'Antiochos, qui avait quitté Sardes, fit craindre pour les villes maritimes et empêcha les vainqueurs de s'éloigner de l'Ionie et de l'Éolide. (3) Ils se bornèrent donc à détacher Pamphilidas avec quatre vaisseaux pontés vers la flotte en croisière devant Patara.

(4) Non seulement Antiochus tirait des renforts des villes placées à sa portée, mais il avait envoyé à Prusias, roi de Bithynie, un ambassadeur avec des lettres où il signalait avec force les vues ambitieuses qui conduisaient les Romains en Asie. (5) "Ils venaient, disait-il, détrôner tous les rois, afin de ne laisser subsister dans le monde entier qu'un seul empire, l'empire romain. (6) Philippe et Nabis avaient déjà succombé. C'était à lui maintenant qu'ils en voulaient. C'était comme si un vaste incendie, qui avait éclaté sur un point, gagnait tous les points environnants, et, de proche en proche, dévorait tout. (7) De ses états ils passeraient en Bithynie, puisque Eumène s'était jeté de lui-même au-devant de l'esclavage."

(8) Prusias était ébranlé lorsque des lettres du consul Scipion, et surtout de son frère l'Africain, vinrent détruire ses soupçons. Ce dernier lui rappelait l'usage constant du peuple romain d'honorer la majesté des rois ses alliés; il citait les exemples qui lui étaient personnels pour engager Prusias à se rendre digne de son amitié. (9) "Des petits princes espagnols s'étaient confiés à sa bonne foi; en quittant la province il les avait laissés rois. Il avait non seulement replacé Masinissa sur le trône de ses pères, mais il l'avait doté des états de Syphax, qui l'avait précédemment dépouillé. (10) Masinissa était devenu, sans contredit, le plus redoutable monarque de l'Afrique, et même, dans tout l'univers; il n'y avait pas de roi qui l'égalât en majesté et en puissance. (11) Philippe et Nabis, vaincus les armes à la main par T. Quinctius, avaient été cependant maintenus en possession de leur trône. (12) Philippe avait, l'année précédente, obtenu la remise de son tribut; on lui avait rendu son fils qu'il avait livré comme otage; enfin les généraux romains lui avaient permis de reprendre plusieurs villes hors de la Macédoine. Nabis aurait également conservé sa couronne sans son aveuglement et la perfidie des Étoliens qui l'avaient perdu."

(13) Ce qui acheva de décider le roi, ce fut l'arrivée à sa cour de C. Livius, qui avait naguère commandé la flotte comme préteur. Cet ambassadeur lui fit sentir (14) jusqu'à quel point les Romains avaient plus de chances de victoire qu'Antiochus, et combien une alliance, à leurs yeux, serait plus sacrée et plus respectable.

[37,26] Le siège de Notion (septembre 190)

(1) Antiochus, ayant perdu l'espoir de gagner Prusias, alla de Sardes à Éphèse visiter la flotte qu'il y faisait équiper et armer depuis plusieurs mois, (2) non qu'il eût obtenu jusque-là aucun succès sur mer, ou qu'il eût en ce moment confiance et assurance en ses forces navales, mais parce qu'il se voyait dans l'impuissance de tenir tête sur terre à l'armée romaine et aux deux Scipions. (3) Toutefois il avait alors quelque sujet d'espérer: il savait qu'une grande partie de la flotte rhodienne était devant Patara, et qu'Eumène, avec tous ses vaisseaux, était allé rejoindre le consul dans l'Hellespont. (4) Ce qui augmentait encore ses illusions, c'était la nouvelle du désastre éprouvé par la flotte rhodienne surprise par trahison près de Samos. (5) Tout entier à ces pensées, il envoya Polyxénidas avec ordre de risquer à tout prix un combat naval, pendant qu'il marcherait en personne avec ses troupes sur Notion, ville de Colophoniens, qui domine la mer, à deux milles environ de l'ancienne Colophon. (6) Il voulait s'assurer de cette place, laquelle est si voisine d'Éphèse qu'il ne pouvait faire un mouvement sur terre ou sur mer sans être aperçu des Colophoniens, et à l'instant même dénoncé par eux aux Romains. (7) Il ne doutait pas que, à la nouvelle de ce siège, la flotte romaine n'arrivât au secours d'une ville alliée et que cette diversion n'offrît à Polyxénidas l'occasion d'agir.

(8) Le roi commença donc les travaux du siège, poussa jusqu'à la mer deux lignes de circonvallation, conduisit jusqu'au pied des remparts des mantelets et des tranchées, et, sous l'abri de la tortue, battit les murs à l'aide du bélier. (9) Les Colophoniens, frappés d'épouvante, envoyèrent une députation à Samos, auprès de L. Aemilius, pour implorer la protection du préteur et du peuple romain.

(10) Aemilius s'impatientait à Samos d'une trop longue inaction: il ne s'attendait à rien moins qu'à voir Polyxénidas, deux fois défié par lui, venir lui présenter la bataille. De plus il regardait comme une honte (11) que la flotte d'Eudamos aidât le consul à passer ses légions en Asie, tandis qu'il était, lui, comme enchaîné devant Colophon, pour secourir, peut-être inutilement, cette ville assiégée. (12) Le Rhodien Eudamos, qui l'avait déjà retenu à Samos lorsqu'il se disposait à partir pour l'Hellespont, joignit ses instances à celles de tous les autres officiers: (13) "N'était-il pas beaucoup plus avantageux, disaient-ils, de délivrer des alliés assiégés, ou de vaincre pour la seconde fois une flotte déjà vaincue, et d'enlever sans retour à l'ennemi l'empire de la mer, que de trahir les alliés, de livrer à Antiochus toute l'Asie, la terre et les mers et d'abandonner son poste pour aller dans l'Hellespont, où la flotte d'Eumène était suffisante?

[37,27] Mouvements de la flotte romaine entre Chios et Samos

(1) Les Romains, qui avaient épuisé leurs vivres, partirent de Samos pour faire de nouvelles provisions, et se disposèrent à passer dans l'île de Chios, dont ils avaient fait leur magasin: c'est là que se rendaient tous les convois expédiés de l'Italie. (2) Ils tournèrent la ville, et, arrivés à l'extrémité opposée de Samos, du côté du nord, en face de Chios et d'Érythres, ils étaient sur le point de faire la traversée, lorsque le préteur fut informé par un message qu'une grande quantité de blé était arrivée d'Italie à Chios et que les vaisseaux chargés de vin avaient été retenus par le mauvais temps. (3) Il apprit en même temps que les habitants de Téos avaient approvisionné avec empressement la flotte royale et promis cinq mille mesures de vin.

Sur ces avis, le préteur, quittant la route, dirigea tout à coup sa flotte sur Téos, décidé à obtenir de bonne grâce les provisions destinées aux Syriens ou à traiter les habitants en ennemis. (4) Comme il dirigeait sa flotte du côté de la terre, environ quinze vaisseaux se présentèrent à la hauteur de Myonnésos: persuadé d'abord que c'était une division de l'escadre du roi, il se mit à leur poursuite; mais il s'aperçut bientôt que c'étaient des brigantins et des barques de pirates. (5) Ceux-ci avaient ravagé toute la côte de Chios et revenaient avec un immense butin; lorsqu'ils virent la flotte romaine au large, ils prirent la fuite: ils avaient l'avantage de la marche avec leurs bâtiments légers et taillés pour la course; d'ailleurs ils étaient plus près de terre, (6) Aussi, avant que la flotte pût les joindre, ils s'étaient réfugiés à Myonnésos. Le préteur, comptant les enlever dans le port même, continua de les poursuivre, sans trop connaître les lieux.

(7) Myonnésos est un promontoire entre Téos et Samos. La colline qui forme ce cap s'élève en cône sur une base assez large. Du côté du continent, on n'y arrive que par un étroit sentier. Du côté de la mer, des rochers minés par les flots en ferment l'entrée. En plusieurs endroits ces rochers surplombent au-dessus de la mer et se projettent plus loin que les vaisseaux qui sont en rade. (8) Le préteur n'osa s'y aventurer pour ne pas s'exposer aux coups des pirates postés sur les hauteurs et resta un jour dans l'inaction. (9) Vers la nuit enfin il s'éloigna sans avoir réussi et arriva le lendemain à Téos. Il jeta l'ancre dans le port dit de Géreste, situé derrière la ville, et fit une descente pour ravager les environs.

[37,28] Dans le golfe de Téos

(1) Les habitants de Téos, témoins de ces dévastations, envoyèrent aux Romains une ambassade avec les bandelettes et les voiles des suppliants. Ces députés voulurent justifier leurs concitoyens de tout acte, de tout propos hostile à l'égard des Romains. (2) Mais le préteur les accusa d'avoir donné des vivres à la flotte ennemie et spécifia même la quantité de vin promise à Polyxénidas. "S'ils voulaient, ajouta-t-il, approvisionner de même la flotte romaine, il rappellerait ses soldats de leurs campagnes; sinon, il allait les traiter en ennemis." (3) En apprenant cette réponse cruelle, les magistrats assemblèrent le peuple, pour savoir ce qu'il y avait à faire.

(4) Le hasard voulut que ce jour-là Polyxénidas, qui était parti de Colophon avec la flotte royale, apprit que les Romains avaient quitté Samos, pour suivre des pirates jusqu'à Myonnésos, et qu'ils avaient jeté l'ancre dans le port de Géreste pour ravager le territoire de Téos. (5) Il vint lui-même mouiller en face de Myonnésos, dans un port enfoncé de l'île Macris. (6) De là il observa de près les mouvements de l'ennemi et conçut d'abord l'espoir d'écraser la flotte romaine par une manoeuvre semblable à celle qui lui avait livré la flotte rhodienne, en fermant au-dehors l'entrée du port. En effet, la disposition des lieux était à peu près la même: (7) les promontoires, en se rapprochant, resserraient tellement l'ouverture du port qu'à peine deux navires pouvaient en sortir de front. (8) Polyxénidas avait l'intention de s'emparer la nuit de cette entrée, de placer dix vaisseaux auprès de chaque promontoire pour prendre des deux côtés l'ennemi en flanc, à sa sortie, puis d'aller avec le reste de sa flotte, comme il l'avait fait à Panhorme, débarquer ses soldats pour surprendre les Romains à la fois par terre et par mer.

(9) Ce projet lui eût réussi, si les Téiens, en se soumettant aux exigences du préteur, ne l'eussent déterminé à passer dans le port situé en avant de la ville, pour être plus à portée de recevoir les vivres. (10) Le Rhodien Eudamos, dit-on, fit remarquer l'incommodité de l'autre port à l'occasion d'un accident arrivé à deux galères, dont les rames s'étaient embarrassées et brisées dans cette passe étroite. (11) Ce qui décida aussi le préteur à transporter sa flotte, ce fut la crainte d'être attaqué du côté de la terre par Antiochus dont le camp était peu éloigné.

[37,29] Dispositif de la bataille navale au large de Myonnésos (septembre 190)

(1) La flotte passa donc en avant de la ville. Dans l'ignorance où l'on était du voisinage des ennemis, soldats et matelots débarquèrent pour recevoir les provisions et le vin destinés à chaque vaisseau. (2) Vers midi un paysan, amené devant le préteur, lui annonça que "depuis deux jours une flotte stationnait à l'île Macris et qu'il venait d'en voir une partie se mettre en mouvement, comme pour partir."

(3) Surpris de cette nouvelle inattendue, le préteur fit sonner la trompette pour rallier ceux de ses gens qui pouvaient être dispersés dans la campagne, et envoya des tribuns à la ville pour ramener à bord les soldats et les matelots. (4) Tout fut bientôt en mouvement; on eût dit le désordre d'un incendie ou d'une ville prise d'assaut. Les uns couraient à Téos pour rappeler leurs compagnons; les autres se précipitaient hors des murs pour regagner leurs vaisseaux. Des cris confus, couverts par le bruit des trompettes, empêchaient d'entendre distinctement les ordres. Enfin on se rendit en foule au rivage.

(5) Mais à peine chacun pouvait-il reconnaître et regagner son vaisseau au milieu de la confusion générale, et cet empressement eût amené quelque catastrophe sur terre ou sur mer, si Aemilius, sortant le premier du port, n'eût gagné le large avec sa galère amirale et attendu les autres vaisseaux, qu'il plaçait en ligne de bataille à mesure qu'ils arrivaient. (6) Pendant ce temps, Eudamos prenait position près de la côte avec la flotte rhodienne, afin de veiller à ce que l'embarquement eût lieu sans désordre et de faire sortir du port chaque vaisseau qui se trouvait prêt. (7) Ainsi les premiers prirent leurs rangs sous les yeux du préteur, et les Rhodiens formèrent l'arrière-garde. L'armée navale s'avança dans cet ordre en pleine mer, comme si elle eût aperçu les Syriens.

Elle était entre les caps Myonnésos et Corycos lorsqu'elle rencontra l'ennemi. (8) Les vaisseaux du roi, rangés deux à deux sur une longue file, vinrent déployer leur front de bataille en face des Romains, prolongeant leur aile gauche de manière à pouvoir tourner et envelopper la droite de leurs ennemis. (9) À cette vue, Eudamos, qui était à l'arrière-garde, sentant que les Romains ne pouvaient se développer sur une aussi grande étendue et qu'ils allaient être cernés du côté de l'aile droite, se porta de toute la vitesse de ses galères, les plus légères de toute la flotte, et, comblant le vide, opposa son vaisseau amiral à celui de Polyxénidas.

[37,30] Victoire de la flotte alliée (septembre 190)

(1) Déjà les deux flottes étaient aux prises sur tous les points à la fois. Les Romains avaient quatre-vingts voiles dont vingt-deux de Rhodes; (2) la flotte ennemie était de quatre-vingt-neuf vaisseaux dont trois hexères et deux heptères. Les Romains avaient l'avantage sur les Syriens par la solidité de leurs navires et le courage de leurs soldats; les Rhodiens, par l'agilité de leurs galères, l'expérience de leurs pilotes et l'adresse de leurs rameurs. (3) Mais ce qui répandit le plus d'effroi parmi les ennemis, ce fut les bâtiments rhodiens armés de feux à leur proue: ce stratagème, qui avait été leur unique moyen de salut à Panhorme, contribua alors puissamment à la victoire. (4) En effet, dans la crainte de ces feux menaçants, les vaisseaux du roi détournaient la proue, afin d'éviter le choc; ils ne pouvaient frapper l'ennemi de leur éperon et présentaient le flanc à ses coups. (5) Tous ceux qui tentaient l'abordage étaient inondés de flamme, et ils songeaient plus à se défendre contre l'incendie qu'à combattre. (6) Toutefois ce qui décida la victoire, ce fut, comme à l'ordinaire, la valeur des soldats.

En effet, les Romains, après avoir rompu le centre des ennemis, tournèrent ses lignes et vinrent prendre à dos ceux qui tenaient tête aux Rhodiens; en un instant les galères d'Antiochus, enveloppées au centre et à l'aile gauche, furent coulées à fond. (7) L'aile droite, encore intacte, était plus effrayée du désastre de la gauche que de son propre danger. Mais lorsqu'elle vit le reste de la flotte enveloppé et la galère amirale de Polyxénidas qui fuyait à toutes rames, sans s'inquiéter des autres vaisseaux, elle mit à la hâte toutes ses voiles dehors et profita du vent qui la poussait vers Éphèse pour prendre la fuite.

Antiochus avait perdu dans ce combat quarante-deux vaisseaux, (8) dont treize restèrent prisonniers entre les mains des vainqueurs; les autres furent brûlés ou coulés à fond. (9) Les Romains n'eurent que deux navires frappés et quelques autres endommagés. Une seule galère fut prise par une aventure singulière. Elle avait frappé de l'éperon un vaisseau sidonien; son ancre, chassée par l'effet du choc, alla de sa dent recourbée s'attacher comme une main de fer à la proue de l'ennemi. (10) Au milieu du désordre causé par cet accident, tandis que les Sidoniens cherchaient à se dégager et les Rhodiens à les retenir, le câble de l'ancre, tiré violemment, s'embarrassa dans les rames, dont il brisa tout un côté; la galère, ainsi désemparée, tomba au pouvoir du vaisseau qu'elle avait fortuitement accroché. Telle fut l'issue du combat naval de Myonnésos.

[37,31] Antiochus quitte Lysimachia et se retire à Sardes

(1) Antiochus, effrayé de cette défaite qui lui ôtait l'empire de la mer, désespéra de conserver ses possessions éloignées et rappela la garnison de Lysimachia pour ne pas l'y laisser surprendre par les Romains, démarche funeste comme l'événement le prouva. (2) Rien n'était plus facile en effet que de défendre Lysimachia contre un coup de main, et même de soutenir un siège pendant l'hiver entier, de réduire aux abois les assiégeants eux-mêmes, en gagnant du temps, et de faire à l'occasion des tentatives pour négocier la paix. (3) Antiochus ne se borna pas à livrer Lysimachia aux ennemis après sa défaite navale; il abandonna aussi le siège de Colophon et se retira à Sardes. (4) De là il envoya demander des secours au roi de Cappadoce Ariarathe, fit lever des troupes partout où il put et ne songea plus qu'à livrer bataille aux Romains sur terre.

(5) Aemilius Régillus, qui était parti pour Éphèse après sa victoire navale, parut avec sa flotte devant le port, et, content d'avoir arraché à l'ennemi un dernier aveu de sa renonciation à l'empire des mers, il remit à la voile pour Chios, dont il avait pris la route en quittant Samos avant le combat. (6) Dès qu'il y eut réparé ceux de ses vaisseaux qui avaient été endommagés dans l'action, il envoya L. Aemilius Scaurus dans l'Hellespont avec trente bâtiments pour transporter les troupes consulaires en Asie, et congédia les Rhodiens, après leur avoir distribué une partie du butin et orné leurs galères de dépouilles navales.

(7) Les Rhodiens, devançant Scaurus, allèrent aider le consul à effectuer le passage de son armée et ne retournèrent dans leur île qu'après avoir rendu ce nouveau service. (8) La flotte romaine passa de Chios à Phocée. Cette ville est située au fond d'un golfe; sa forme est oblongue; ses murailles embrassent une enceinte de deux mille cinq cents pas; elles se rejoignent aux deux extrémités et forment une sorte de coin étroit, (9) nommé Lamptera, et large de douze cents pas: de là s'avance dans la mer une langue de terre de mille pas, qui coupe le golfe par la moitié. Le filet étroit qui l'attache au continent forme à droite et à gauche deux ports parfaitement sûrs. Celui du sud a reçu le nom de Naustathmos, (10) parce qu'il est assez spacieux pour recevoir un grand nombre de vaisseaux; l'autre est auprès de Lamptera même.

[37,32] Prise de Phocée et pillage de la ville (fin de l'automne 190)

(1) La flotte romaine se mit à l'abri dans ces ports; et, avant de tenter l'escalade ou de commencer les travaux de siège, le préteur voulut faire sonder les dispositions des principaux habitants et des magistrats. Les trouvant inébranlables, il donna l'assaut sur deux points à la fois. (2) L'un de ces points était dégarni de maisons; des temples en occupaient une partie. On se servit d'abord du bélier et l'on abattit les murs et les tours de ce côté; (3) puis, comme les habitants y accouraient en foule pour repousser l'attaque, on mit aussi le bélier en mouvement de l'autre côté. (4) Déjà la brèche était ouverte sur les deux points. Les Romains s'y précipitèrent au milieu des décombres tandis que d'autres tentaient d'escalader les murs. (5) Partout ils rencontrèrent une résistance opiniâtre de la part des habitants, qui semblaient mettre tout leur espoir dans leurs armes et leur courage plutôt que dans leurs remparts.

(6) Le préteur, alarmé du péril que couraient ses soldats, fit sonner la retraite, pour ne pas les exposer imprudemment à la fureur d'un ennemi égaré par le désespoir. (7) La suspension du combat ne fut pas pour les assiégés un moment de repos; de toutes parts ils coururent réparer leurs brèches et relever les murs abattus. (8) Ils étaient occupés de ces travaux lorsque survint Q. Antonius, envoyé par le préteur. Il blâma leur résistance, leur représenta que les Romains prenaient plus d'intérêt qu'eux-mêmes à la conservation de leur ville, et leur offrit, (9) s'ils voulaient renoncer à leur aveuglement, la faculté de se rendre aux conditions qu'ils avaient précédemment obtenues de C. Livius.

(10) Les assiégés prirent cinq jours pour se consulter. Dans l'intervalle, ils firent demander des secours d'Antiochus; mais, ayant appris par les députés chargés de cette mission qu'ils ne devaient rien attendre de ce côté, ils ouvrirent leurs portes, sous la réserve qu'aucun acte d'hostilité ne serait exercé dans la ville. (11) Les Romains y entrèrent enseignes déployées, et le préteur enjoignit par une proclamation d'épargner un peuple dont la soumission était volontaire; mais on se récria de toutes parts contre cet ordre: "C'était, disait-on, une indignité; les Phocéens, qui avaient été des alliés toujours infidèles, des ennemis toujours acharnés, se joueraient-ils impunément des Romains?" (12) Et sur-le-champ, comme si le signal leur eût été donné par le préteur, les soldats se dispersèrent dans la ville pour piller.

Aemilius les arrêta d'abord, leur remontra qu'on ne devait piller que les villes prises d'assaut et non celles qui se soumettaient volontairement; que, dans ce cas même, c'était au général à décider du pillage, et non au soldat. (13) Mais quand il vit que la fureur et la cupidité les rendaient sourds à sa voix, il envoya des hérauts par la ville pour recommander à tous les citoyens libres de se rassembler dans la place publique, ou ils trouveraient auprès de lui aide et protection contre la violence. Dans tout ce qui dépendit de lui, il se montra fidèle à sa parole. (14) Il rendit aux habitants leur ville, leur territoire, leurs lois, et, comme l'hiver approchait, il choisit les ports de Phocée pour y faire hiverner sa flotte.

[37,33] L'armée consulaire passe en Asie (20 octobre 190)

(1) Ce fut vers ce temps que le consul, qui avait franchi les terres d'Aenos et de Maronée, apprit la défaite de la flotte royale à Myonnésos et l'évacuation de Lysimachia. (2) Cette dernière nouvelle lui fut encore plus agréable que celle de la victoire navale, surtout lorsque, en arrivant à Lysimachia, au lieu de se voir exposé à la disette et aux fatigues d'un siège, comme il s'y attendait, il trouva une ville abondamment remplie de toutes sortes de provisions qui semblaient préparées pour son armée.

(3) Il y séjourna quelque temps pour laisser arriver les bagages et les malades, qui s'étaient arrêtés çà et là dans toutes les places fortes de la Thrace, épuisés par les souffrances et la longueur de la route. (4) Quand tout le monde eut rejoint, il se remit en marche par la Chersonnèse et arriva dans l'Hellespont, où, grâce aux préparatifs faits par le roi Eumène pour la traversée, ses troupes passèrent le détroit sans obstacle; chacun aborda de son côté, sans confusion, comme sur un rivage ami.

(5) Rien n'inspira tant de confiance aux Romains que de trouver libre un passage qu'ils avaient craint de se voir vivement disputer. On fit une halte sur les bords de l'Hellespont: (6) c'était l'époque de la procession solennelle des boucliers sacrés, qui obligeait à suspendre la marche. (7) Cette obligation était encore plus de rigueur pour P. Scipion, qui était un des Saliens et qu'elle avait en ce moment éloigné de l'armée; ce fut donc aussi pour l'attendre qu'on s'arrêta.

[37,34] Arrivée d'Héraclidès au camp romain

(1) Pendant ces jours de fête un ambassadeur d'Antiochus, Héraclidès de Byzance, vint apporter au camp des paroles de paix; (2) le roi se flattait beaucoup de pouvoir l'obtenir, parce qu'il avait vu les Romains s'arrêter et perdre du temps, au lieu de marcher en toute hâte sur son camp, comme il avait cru qu'ils le feraient dès qu'ils auraient mis le pied en Asie. (3) Cependant l'envoyé ne voulut se présenter au consul qu'après avoir vu P. Scipion; c'était l'ordre de son maître.

Antiochus attendait beaucoup de ce grand homme qui, naturellement généreux et déjà rassasié de gloire, semblait devoir se montrer moins inflexible. (4) Tous les peuples de l'univers connaissaient la modération du vainqueur de l'Espagne et de l'Afrique; d'ailleurs son fils était prisonnier entre les mains du roi. (5) Le lieu, l'époque, les circonstances de la captivité de ce jeune homme sont, comme la plupart des faits, diversement exposés par les historiens. (6) Les uns la placent au commencement de cette guerre; ils disent qu'en passant de Chalcis à Oréos, il fut surpris par des vaisseaux syriens. Les autres racontent qu'après le passage des Romains en Asie, il fut envoyé à la tête d'un escadron de Frégellans, pour reconnaître 1e camp ennemi, et qu'obligé de battre en retraite devant des forces supérieures, il tomba de cheval au milieu de la mêlée, fut pris avec deux autres cavaliers et conduit au roi. (7) Ce qu'il y a de certain, c'est qu'Antiochus eût été en paix avec le peuple romain, et en relation particulière d'hospitalité avec les Scipion, qu'il n'eût point traité son prisonnier avec plus d'égards et de distinction. (8) Tels étaient les motifs qui faisaient attendre à l'ambassadeur le retour de P. Scipion. Dès qu'il fut arrivé, Héraclidès se présenta au consul et lui demanda audience.

[37,35] Propositions de paix d'Antiochus

(1) Une assemblée nombreuse fut réunie pour entendre l'envoyé du roi. (2) "Plusieurs ambassades, dit-il, s'étaient inutilement présentées jusque-là pour la paix: ce qui lui faisait espérer de réussir, c'était précisément le peu de succès obtenu précédemment. En effet, Smyrne, Lampsaque, Alexandrie de Troade et Lysimachia en Europe, avaient été autant d'obstacles à un accommodement. (3) Eh bien! Lysimachia était évacuée par le roi; on ne pouvait donc lui objecter qu'il conservât quelque chose en Europe; quant aux trois villes d'Asie, il était prêt à les abandonner, avec celles que les Romains pourraient encore vouloir soustraire à son obéissance, parce qu'elles avaient embrassé leur parti. (4) Il s'engageait aussi à rembourser au peuple romain la moitié des frais de la guerre." (5) Telles furent les propositions du roi.

Héraclidès finit en exhortant les Romains à se souvenir de la fragilité des choses humaines, à user avec modération de leurs succès et à ne pas accabler des ennemis dans le malheur. "Ils devaient, dit-il, borner leur empire à l'Europe: ce serait encore une assez belle part. (6) Ils avaient eu moins de peine à conquérir chaque partie qu'ils n'en auraient à conserver le tout. (7) Voulaient-ils lui enlever aussi quelque portion de l'Asie? Pourvu que les limites fussent bien déterminées, le roi, dans sa modération, ferait ce sacrifice à l'ambition romaine, par amour pour la paix."

Ces offres, sur lesquelles l'ambassadeur fondait de si grandes espérances, parurent peu de chose aux Romains. (8) Ils exigeaient que le roi leur remboursât intégralement les frais d'une guerre qu'il avait suscitée, (9) que ses garnisons évacuassent l'Ionie et l'Éolide, (10) et même qu'il rendît la liberté à toutes les villes d'Asie, comme les Romains l'avaient rendue à toute la Grèce; ce qui ne pouvait avoir lieu que moyennant l'abandon, par le roi, de toute l'Asie en deçà du mont Taurus.

[37,36] Réponse de Publius Scipion

(1) L'ambassadeur, voyant qu'il n'y avait rien à espérer de l'assemblée, essaya, suivant ses instructions, de gagner Scipion en particulier. (2) Avant tout, il l'assura que le roi lui rendrait son fils sans rançon; puis, faute de connaître et le caractère de Scipion et les sentiments d'un Romain, il lui promit des sommes considérables et le partage de l'autorité royale, sans le titre de roi cependant, si Antiochus obtenait la paix par son entremise.

(3) "Que vous ne connaissiez, lui répondit Scipion, ni les Romains, ni l'homme à qui vous vous adressez, je ne m'en étonne point, puisque je vous vois si étrangement abusé sur la position de celui qui vous envoie. (4) Il fallait garder Lysimachia, pour nous fermer l'entrée de la Chersonnèse, ou nous arrêter sur les bords de l'Hellespont et nous empêcher de passer en Asie, si vous calculiez sur nos inquiétudes relativement à l'issue de la guerre pour nous faire des propositions de paix; (5) mais aujourd'hui que vous nous avez laissé pénétrer en Asie, que vous êtes soumis au frein et même au joug, pouvez-vous traiter sur le pied de l'égalité avec un peuple dont vous n'avez plus qu'à subir la loi?

(6) Pour moi, j'accepterai la liberté de mon fils comme le don le plus précieux que puisse m'accorder la munificence du roi. Quant aux autres biens, fassent les dieux que je n'en éprouve jamais le besoin! du moins ce n'en sera pas un pour mon coeur. (7) En retour d'un si grand bienfait, je saurai prouver au roi qu'il n'a pas obligé un ingrat, si pour un service personnel il n'exige qu'une reconnaissance personnelle; mais comme homme public, je ne veux rien recevoir de lui, ni lui rien accorder. (8) Tout ce que je puis faire pour le moment, c'est de lui donner un loyal conseil. Allez lui dire de ma part qu'il mette bas les armes, qu'il ne refuse aucune condition de paix."

(9) L'avis ne fut nullement goûté du roi. Il voyait du moins une chance de salut dans la guerre, puisqu'on lui imposait déjà des volontés comme à un vaincu. Renonçant donc pour le moment à toute pensée de négociation, il s'occupa exclusivement de ses préparatifs de guerre.

[37,37] L'armée consulaire campe aux sources du Caïque (novembre 190)

(1) Le consul, ayant pris toutes les mesures nécessaires pour l'exécution de ses plans, quitta ses quartiers et entra d'abord à Dardanos, puis à Rhétée, au milieu de la population qui venait en foule à sa rencontre. (2) De là il gagna Ilion, campa dans une plaine au pied des remparts, monta dans la citadelle, (3) et y offrit un sacrifice à Minerve, déesse tutélaire de la place, au milieu de l'empressement des Iliens, des égards et des honneurs prodigués par eux à leurs descendants, et de la joie des Romains, qui se réjouissaient de voir le berceau de leur nation. De là, il arriva en six jours de marche à la source du Caïque.

(4) Il y fut rejoint par Eumène. Ce prince, après une vaine tentative pour ramener sa flotte de l'Hellespont à Élée où elle devait hiverner, se voyant retenu plusieurs jours par les vents contraires sans pouvoir doubler le cap Lecton, avait débarqué, et, dans la crainte de manquer le début des opérations, il s'était, par le plus court chemin, rendu au camp du consul avec un corps de troupes peu considérable. (5) Renvoyé à Pergame pour expédier les provisions, il livra les blés aux envoyés du consul, et revint au camp. On y prépara des vivres pour plusieurs jours, et l'armée se disposait à marcher contre l'ennemi, avant d'être surprise par l'hiver.

(6) Mais le roi, qui campait près de Thyatire, ayant appris que P. Scipion était malade et s'était fait transporter à Élée, lui envoya une ambassade pour lui remettre son fils. (7) Cette prévenance, si douce pour le coeur d'un père, produisit en outre sur la santé du malade un effet très salutaire. (8) Après avoir satisfait aux transports de sa tendresse. "Allez, dit-il aux envoyés, allez assurer le roi de toute ma reconnaissance; je ne puis, quant à présent, la lui témoigner qu'en lui conseillant de ne présenter la bataille que lorsqu'il aura appris mon retour au camp."

(9) Antiochus avait soixante-deux mille hommes d'infanterie et plus de douze mille chevaux; ces forces pouvaient lui donner quelque confiance dans l'issue d'un combat. Cependant, cédant aux conseils du grand homme, sa dernière ressource en cas de revers, il se retira, passa le fleuve de Phrygie et alla camper près de Magnésie du Sipyle. (10) Pour mettre ses retranchements à l'abri de toute tentative de la part des Romains s'il voulait gagner du temps, il l'entoura d'un fossé profond de six coudées et large de douze, (11) en dehors duquel il éleva une double palissade. Sur le revers il construisit un mur flanqué de tours nombreuses, d'où il pouvait facilement empêcher l'ennemi de franchir le fossé.

[37,38] Les deux armées se préparent au combat

(1) Le consul, qui croyait le roi à Thyatire, continua sa marche sans s'arrêter, et le cinquième jour il entra dans la plaine d'Hyrcanie. (2) Il apprit alors son départ, suivit ses traces et vint camper en-deçà du fleuve de Phrygie, à quatre milles de l'ennemi. (3) Alors, un corps de mille cavaliers, Gallo-Grecs pour la plupart, avec quelques Dahes et des archers de différentes nations, traversant à grand bruit le fleuve, fondirent sur les postes romains. La surprise causa d'abord quelque confusion; (4) mais bientôt le combat se prolongeant, les Romains, qui étaient à portée de leur camp, reçurent des renforts; la cavalerie du roi, épuisée de fatigue et cédant au nombre, tourna bride; mais elle fut atteinte sur les bords du fleuve par l'ennemi qui la poursuivait et perdit plusieurs hommes avant d'avoir pu tenter le passage.

(5) Deux jours s'écoulèrent ensuite dans l'inaction, sans qu'aucun des deux partis se hasardât à traverser. Le troisième jour, les Romains passèrent sur l'autre rive et campèrent à deux mille cinq cents pas de l'ennemi. (6) Pendant qu'ils travaillaient à leurs retranchements, trois mille fantassins et cavaliers d'élite de l'armée royale les assaillirent avec un bruit épouvantable. (7) Deux mille hommes protégeaient les travaux. Ce poste, malgré son infériorité, soutint d'abord à lui seul une lutte égale, sans appeler aucun des travailleurs à son aide; puis, s'animant à mesure que le combat s'échauffait, il finit par chasser les assaillants, leur tua cent hommes et fit à peu près autant de prisonniers.

(8) Les quatre jours suivants, les deux armées restèrent en bataille devant leurs retranchements. Le cinquième, les Romains s'avancèrent au milieu de la plaine. (9) Antiochus ne fit aucun mouvement, bien que les ennemis ne fussent pas à un mille de son camp.

[37,39] Description du front romain

(1) Le consul, voyant que les Syriens refusaient le combat, tint conseil le lendemain: "Que devait-il faire, demanda-t-il, si Antiochus ne lui donnait pas la possibilité de combattre? (2) L'hiver approchait; il fallait ou tenir les soldats sous la tente, ou, si l'on voulait prendre les quartiers d'hiver, ajourner la guerre à la campagne suivante."

(3) Jamais ennemi ne fut plus méprisé des Romains. Ce ne fut de la part de tout le monde qu'un seul cri: "Il fallait marcher droit aux Syriens et profiter de l'ardeur des soldats." (4) Les Romains ne voyaient dans ces masses d'hommes que des animaux à égorger et non des ennemis à combattre: ils étaient prêts à faire irruption dans le camp à travers les fossés et les palissades, si Antiochus ne sortait pas de ses lignes. (5) Le lendemain, d'après les renseignements positifs donnés par Cn. Domitius qu'on avait envoyé reconnaître le terrain et les endroits les plus abordables des retranchements ennemis, le consul alla se poster plus près encore. Le troisième jour les enseignes flottèrent au milieu de la plaine, et l'armée se mit en bataille. (6) De son côté, Antiochus, renonçant à ses hésitations, dans la crainte de décourager ses troupes par de plus longs délais et d'augmenter la confiance des Romains, sortit enfin de son camp, mais se contenta de faire croire qu'il avait la résolution de combattre.

(7) L'armée romaine offrait un aspect presque uniforme en hommes et en armes; elle était composée de deux légions romaines et de deux divisions des alliés du nom latin, forte chacune de cinq mille quatre cents hommes. (8) Les Romains occupaient le centre, les Latins les deux ailes; les hastats en tête, derrière eux les principes, au troisième rang les triaires. (9) En dehors de cette ligne de bataille, qui était pour ainsi dire complète, le consul plaça à droite, et sur le même front, l'infanterie auxiliaire d'Eumène, au nombre de trois mille hommes environ, mêlés aux cétrats achéens; plus loin étaient trois mille chevaux, dont huit cents fournis par Eumène et le reste composé uniquement de Romains; (10) au troisième rang cinq cents Tralles et Crétois. (11) L'aile gauche semblait pouvoir se passer de ces renforts; elle était appuyée au fleuve et couverte par les routes escarpées. Néanmoins quatre escadrons de cavalerie y furent placés. (12) Tel était l'ensemble des forces romaines, en y ajoutant deux mille volontaires macédoniens et thraces laissés à la garde du camp. (13) Seize éléphants formaient la réserve derrière les triaires. Car outre qu'on ne pouvait les opposer avec succès à ceux du roi qui en avait cinquante-quatre, les éléphants d'Afrique, même en nombre égal, ne peuvent tenir tête contre ceux de l'Inde, qui ont sur eux l'avantage de la grosseur et peut-être du courage.

[37,40] Dispositif de l'armée royale

(1) L'armée du roi, mélange confus de diverses nations, offrait un coup d'oeil plus varié par la diversité des armes et des corps auxiliaires. L'infanterie, forte de seize mille hommes, était armée à la macédonienne et portait le nom de phalange. Elle occupait le centre de l'armée sur la première ligne, et était divisée en dix corps, (2) séparés chacun par deux éléphants. La profondeur était de trente-deux hommes. (3) Cette infanterie était la principale force du roi et présentait un aspect formidable, autant par sa fière contenance que par ses éléphants qui dominaient toute la ligne. (4) Ces animaux étaient d'une grosseur prodigieuse, qui semblait encore rehaussée par leurs panaches flottants; leur dos était surmonté d'une tour dont chacune portait quatre combattants, sans compter le conducteur.

(5) À l'aile droite de cette phalange étaient placés quinze cents cavaliers Gallo-Grecs, soutenus par trois mille cuirassiers, nommés cataphractes, et par un escadron de mille chevaux, appelé agéma. (6) C'était l'élite des Mèdes et des différentes peuplades de cette contrée. À leur côté se trouvait immédiatement un corps de seize éléphants formant la réserve. (7) Plus à droite, et sur le prolongement de cette aile, était la cohorte royale, qui portait le nom d'argyraspides à cause de ses boucliers d'argent. Venaient ensuite douze cents archers à cheval, de la nation des Dahes; (8) puis trois mille hommes de troupes légères, composés de Tralles et de Crétois à peu près en nombre égal, et de deux mille cinq cents archers Mysiens. (9) L'extrémité de l'aile était couverte par un corps de quatre mille hommes, tant frondeurs cyrtéens qu'archers élyméens.

(10) À l'aile gauche la phalange était soutenue par quinze cents cavaliers Gallo-Grecs, et deux mille Cappadociens de la même arme, envoyés au roi par Ariarathe. (11) Puis venaient deux mille sept cents auxiliaires de diverses nations, trois mille cavaliers cataphractes et mille autres cavaliers couverts, eux et leurs chevaux, d'une armure un peu plus légère, ayant du reste la même tenue: ce corps, qu'en appelait l'escadron du roi, était un mélange de Syriens, de Phrygiens et de Lydiens.

(12) En avant de cette cavalerie étaient rangés les quadriges armés de faux, et les chameaux, appelés dromadaires, montés par des archers arabes, qui portaient des épées à lames étroites mais longues de quatre coudées, afin de pouvoir atteindre l'ennemi du haut de leurs montures. (13) Puis la foule des auxiliaires, à peu près comme à l'aile droite: d'abord les Tarentins, ensuite deux mille cinq cents cavaliers Gallo-Grecs, mille Néocrétois et quinze cents Cariens et Ciliciens de la même arme, autant de Tralles; enfin quatre mille cétrats, (14) Pisidiens, Pamphyliens et Lyciens. Plus à gauche, les auxiliaires cyrtéens et élyméens en même nombre qu'à l'aile droite, et seize éléphants placés à quelque distance.

[37,41] Les quadriges munis de faux

(1) Le roi commandait en personne à l'aile droite; Séleucus son fils et Antipater son neveu étaient chargés de la gauche; le centre était confié à trois chefs, Minnion, Zeuxis et Philippe, maître des éléphants.

(2) Un brouillard qui s'était levé le matin et qui remonta avec le jour répandit une grande obscurité; le vent du midi fit tomber ensuite une pluie qui inonda toute la plaine. (3) Les Romains n'en furent pas incommodés, mais l'armée du roi en souffrit beaucoup. Les premiers occupaient trop peu de terrain pour que l'obscurité les empêchât de voir toute l'étendue de leurs lignes et, comme ils étaient presque tous pesamment armés, la pluie n'émoussait ni leurs épées ni leurs javelots. (4) Dans l'armée royale, au contraire, dont le front présentait un si grand développement, on ne pouvait même pas, du centre, distinguer les ailes; à plus forte raison les deux extrémités ne se voyaient-elles pas entre elles; l'humidité avait relâché les arcs, les frondes et les courroies des javelots. (5) Les quadriges même armés de faux, sur lesquels Antiochus comptait pour jeter le désordre dans les rangs ennemis, ne servirent qu'à troubler les siens.

(6) Voici quelle était à peu près leur construction: dix piques d'une coudée partaient du joug au milieu du timon, comme des cornes destinées à transpercer tout ce qu'elles rencontreraient; (7) de chaque côté du joug étaient attachées en saillie deux faux, l'une à la hauteur du joug, pour trancher tout ce qui se présenterait de côté, l'autre plus bas, tournée vers la terre pour atteindre les soldats tombés et ceux qui tenteraient de se glisser par dessous. À l'extrémité des essieux étaient également adaptées deux faux dans la même disposition. (8) Comme il eût fallu ouvrir les rangs pour livrer passage à ces quadriges, s'ils avaient été placés à l'arrière-garde ou au centre, le roi, comme on l'a dit plus haut, les avait mis en avant de ses lignes.

(9) À cette vue, Eumène, qui était familiarisé avec cette espèce d'armes et qui savait combien c'était une ressource équivoque, lorsqu'on se bornait à effaroucher les chevaux au lieu de faire une attaque régulière, donna ordre aux archers crétois, aux frondeurs, aux cavaliers armé de javelots, de s'approcher non pas en masse, mais en se dispersant le plus possible, et de faire pleuvoir sur l'ennemi une grêle de traits. (10) Cette pluie meurtrière, accompagnée de cris discordants, répandit une telle épouvante parmi les chevaux qu'ils s'emportèrent et coururent dans des directions différentes.

(11) Il fut facile aux troupes légères, aux frondeurs et aux Crétois agiles de se dérober à cette charge soudaine, tandis que la cavalerie, qui poursuivit les fuyards, acheva de répandre le désordre et la terreur parmi les chevaux et les chameaux, également effarouchés par les cris confus qui retentissaient autour d'eux. (12) On fit donc disparaître les chars du milieu de la plaine et, lorsque cette vaine échauffourée fut terminée, les deux armées s'ébranlèrent au signal donné, pour un combat en règle.

[37,42] Scènes de panique

(1) Mais cette panique fut bientôt cause d'une véritable défaite. Les auxiliaires de la réserve, placés à peu de distance, se laissèrent gagner par l'effroi et l'épouvante qui avaient dispersé les attelages et, se mettant à fuir, dégarnirent toutes les lignes jusqu'aux cataphractes. (2) Ceux-ci, se voyant découverts et chargés par la cavalerie romaine, ne soutinrent pas même le premier choc. Les uns se débandèrent; les autres, accablés du poids de leur cuirasse et de leurs armes, furent pris ou tués.

(3) Bientôt toute l'aile gauche fut en déroute, et le désordre des auxiliaires placés entre la cavalerie et la phalange porta la terreur jusqu'au centre. (4) Les rangs furent rompus, et le mouvement rétrograde des fuyards empêcha l'infanterie de faire usage de ces longues piques que les Macédoniens nomment sarisses. Les légions romaines se portèrent alors en avant, et assaillirent à coups de javelot leurs ennemis en désordre. (5) Les éléphants placés entre les lignes ne purent eux-mêmes arrêter le soldat romain, accoutumé par les guerres d'Afrique à éviter la charge de ces animaux, soit en leur perçant les flancs avec le javelot, soit en leur coupant le jarret avec l'épée lorsqu'il pouvait les approcher.

(6) Déjà la première ligne du centre était presque entièrement enfoncée et la réserve, tournée par les Romains, était taillée en pièces, lorsqu'ils apprirent la déroute de leur aile gauche et entendirent les cris des fuyards refoulés jusqu'aux portes du camp. (7) En effet Antiochus, qui commandait à l'aile droite, ayant remarqué que le consul s'était cru suffisamment couvert par le fleuve et n'avait placé de ce côté que quatre escadrons de cavalerie, profita de ce que ces escadrons avaient abandonné la rive pour se joindre aux autres corps et fit une charge à la tête de ses auxiliaires et de ses cataphractes. (8) Non seulement il attaqua les Romains de front, mais il tourna leur aile du côté du fleuve, les prit en flanc, culbuta d'abord leur cavalerie, puis força les corps d'infanterie les plus rapprochés à fuir en désordre vers leur camp.

[37,43] Reprise du combat

(1) La garde du camp était confiée à M. Aemilius, tribun des soldats, fils de M. Lépidus qui, peu d'années après, fut nommé grand pontife. (2) Témoin de cette déroute, il courut avec toute sa troupe au-devant des fuyards, les arrêta, puis les ramena au combat en leur faisant honte de leur effroi et de leur lâche désertion; (3) il les menaçait d'une mort certaine s'ils n'obéissaient. Enfin il ordonna aux siens de faire main basse sur les plus avancés et de forcer à coups d'épée ceux qui les suivaient à faire volte-face. (4) Placés entre deux périls, les fuyards choisirent le moindre; ils cédèrent devant une si cruelle alternative, s'arrêtèrent d'abord, puis retournèrent d'eux-mêmes au combat. Aemilius, avec les deux mille braves qui composaient sa troupe, tint vigoureusement tête au roi qui arrivait à toute bride sur le dos des fuyards. (5) Attale, frère d'Eumène, placé à l'aile droite, qui avait au premier choc culbuté la gauche de l'ennemi, n'eut pas plus tôt vu la gauche des Romains en fuite et les abords du camp dans la plus grande confusion qu'il accourut à temps avec deux cents chevaux. (6) Antiochus, qui vit revenir au combat ceux qu'il venait de poursuivre et des renforts accourir du camp et du corps de bataille, tourna bride et prit la fuite à son tour.

(7) Ainsi vainqueurs aux deux ailes, les Romains franchirent les monceaux de cadavres entassés principalement au centre, où le courage de l'ennemi et la pesanteur de ses armes l'avaient retenu, et coururent piller le camp syrien. (8) Les cavaliers d'Eumène, suivis bientôt de tout le reste de la cavalerie, s'élancèrent à travers la plaine à la poursuite des fuyards et firent main basse sur les premiers qu'ils purent atteindre. (9) Mais ce qui fut surtout funeste aux Syriens, ce fut le pêle-mêle de chars, d'éléphants, de chameaux, et ces flots de fuyards qui, se ruant éperdus et en désordre les uns sur les autres, se faisaient fouler aux pieds par les animaux.

(10) Dans le camp même le carnage fut plus horrible que sur le champ de bataille. C'était au camp que les premiers fuyards avaient cherché un asile et, dans l'espoir d'être soutenus par ceux qui en avaient la garde, ils se battirent avec fureur devant les retranchements. (11) Les Romains, se voyant arrêtés à l'entrée du camp et des palissades qu'ils s'étaient flattés d'emporter du premier choc, se vengèrent de cette résistance en faisant une épouvantable boucherie lorsqu'ils l'eurent enfin forcé.

[37,44] Pillage du camp ennemi. Antiochus se réfugie à Apamée

(1) Le roi perdit dans cette journée, dit-on, près de cinquante mille fantassins et trois mille chevaux; on lui prit quinze cents hommes et quinze éléphants avec leurs conducteurs. (2) Les Romains eurent beaucoup de blessés, mais leur perte ne s'éleva qu'à trois cents hommes d'infanterie environ et vingt-quatre cavaliers, celle d'Eumène, à vingt-cinq hommes. (3) Les vainqueurs saccagèrent dans la journée le camp ennemi et rentrèrent dans le leur avec un immense butin. Le lendemain ils dépouillèrent les morts et rassemblèrent les prisonniers. (4) Des ambassades vinrent leur apporter la soumission de Thyatire et de Magnésie du Sipyle.

Antiochus, suivi d'une faible escorte (5) mais rejoint dans sa fuite par quelques débris de son armée, se retira à Sardes vers la quatrième veille avec cette poignée d'hommes (6) et, amenant avec lui sa femme et sa fille, il laissa à Zénon la garde de Sardes, et à Timon le commandement de la Lydie. (7) Toutefois, malgré la présence de ces deux officiers, les habitants et la garnison envoyèrent d'un commun accord des députés au consul.

[37,45] Le consul victorieux dicte ses conditions

(1) Vers ce même temps, les envoyés de Tralles, de Magnésie du Méandre, et d'Éphèse, vinrent apporter la soumission de ces villes. (2) Éphèse avait été évacuée par Polyxénidas à la nouvelle du combat. Cet amiral avait conduit sa flotte jusqu'à Patara en Lycie mais, dans la crainte d'être attaqué par l'escadre rhodienne qui croisait à la hauteur de Mégistè, il débarqua et prit la route de la Syrie avec un faible détachement.

(3) Cependant les villes d'Asie se mettaient avec empressement à la discrétion du consul et se hâtaient de reconnaître la domination de Rome. Déjà le consul était à Sardes. P. Scipion partit d'Élée aussitôt qu'il fut en état de supporter le voyage et vint l'y rejoindre. (4) Bientôt un parlementaire d'Antiochus fit demander au consul par P. Scipion et obtint pour son maître la permission d'envoyer des ambassadeurs. (5) Peu de jours après, Zeuxis, gouverneur de Lydie, et Antipater, neveu du roi, arrivèrent à Sardes. (6) Ils s'adressèrent d'abord à Eumène qu'ils croyaient, à raison de ses anciens démêlés avec Antiochus, fort opposé à la paix; l'ayant trouvé plus traitable qu'ils ne l'avaient espéré, ils se firent introduire par P. Scipion auprès du consul. (7) Ils obtinrent, devant une nombreuse assemblée, l'audience qu'ils sollicitaient pour exposer leurs instructions.

"Romains, dit Zeuxis, nous ne venons pas vous présenter une justification, mais vous demander les moyens d'expier la faute du roi et d'obtenir de nos vainqueurs la paix et notre pardon. (8) Vous avez toujours, dans votre magnanimité, épargné les princes et les peuples vaincus; combien ne devez-vous pas vous montrer plus magnanimes et plus cléments après une victoire qui vous rend maîtres du monde! (9) Renonçant désormais à combattre les mortels, vous n'avez plus qu'à protéger le genre humain, à veiller comme les dieux sur son repos."

(10) La réponse des Romains avait été décidée avant l'arrivée des ambassadeurs: ce fut l'Africain qui prit la parole. (11) Il s'exprima en ces termes: "Les Romains tiennent de la bonté des dieux ce qu'il était au pouvoir des dieux de leur accorder. (12) Quant à nos sentiments, qui dépendent de nous, ils ont été en toute circonstance et sont toujours les mêmes; la prospérité n'enfle pas notre orgueil, le malheur n'abat point notre courage. À défaut d'autre exemple, je vous citerais Hannibal, votre ami, si je ne pouvais vous citer vous-mêmes."

"(13) Après avoir traversé l'Hellespont, avant d'avoir aperçu le camp du roi et son armée en bataille, lorsque toutes les chances étaient encore égales et l'issue de la lutte incertaine, nous avons écouté vos propositions de paix et fixé les bases d'un traité d'égal à égal; aujourd'hui que nous sommes vainqueurs et vous vaincus, nous ne changeons rien à ces conditions. Renoncez à toute possession en Europe, (14) abandonnez toute l'Asie en deçà du mont Taurus. Pour les frais de la guerre, vous nous donnerez quinze mille talents euboïques, dont cinq cents comptant, deux mille cinq cents lorsque le sénat et le peuple romain auront ratifié la paix, et les douze mille autres en douze paiements égaux, d'année en année. (15) Vous paierez aussi quatre cents talents à Eumène et vous lui rendrez le reste du blé dû à son père."

"(16) Ces conditions acceptées, vous nous remettrez, comme garantie de votre fidélité à les observer, vingt otages à notre choix. D'un autre côté, la paix ne sera jamais tout à fait sûre pour le peuple romain partout où sera Hannibal. C'est donc lui que nous demandons avant tout. (17) Vous nous livrerez aussi l'Étolien Thoas, l'instigateur de la guerre d'Étolie, qui vous a aveuglés les uns et les autres sur vos forces respectives pour vous armer contre nous, et avec lui l'Acarnanien Mnasilochus et les Chalcidiens Philon et Eubulidès. (18) Votre maître s'est mis pour traiter de la paix dans une position plus défavorable, parce qu'il a trop tardé à le faire. S'il hésite encore, qu'il sache qu'il est plus difficile de faire descendre aux rois les premiers degrés du trône que d'achever leur ruine."

(19) Les ambassadeurs avaient ordre de souscrire à toutes les conditions. On ne s'occupa donc plus que d'envoyer une députation à Rome. Le consul établit ses quartiers à Magnésie du Méandre, à Tralles et à Éphèse. (20) Ce fut à Éphèse que le consul reçut peu de jours après les otages du roi, avec les députés chargés d'aller à Rome. (21) Eumène partit pour Rome en même temps que les ambassadeurs. Ils furent suivis par des députations de tous les peuples de l'Asie.

_________________
avatar
Belain
Frère de l'Ordre
Frère de l'Ordre

Masculin Nombre de messages : 829
Localisation : Rouen
Date d'inscription : 13/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Livre XXXVII : Les événements des années 190 et 189

Message par Belain le Dim 02 Avr 2017, 19:25

2ème partie: [37,46-60] Politique intérieure de Rome (189)

[37,46] Triomphe de M'. Acilius sur les Étoliens. Activité diplomatique du sénat

       (1) Pendant que l'Asie était le théâtre de ces événements, deux proconsuls revinrent à Rome presque en même temps, avec l'espoir de triompher. Q. Minucius arrivait de sa province de Ligurie, M'. Acilius, de celle d'Étolie. (2) Ils rendirent compte de leurs exploits, mais Minucius essuya un refus, tandis que Acilius obtint d'un consentement unanime l'honneur qu'il sollicitait. Il triompha du roi Antiochus et des Étoliens.

       (3) Il se fit précéder par deux cent trente drapeaux, trois mille livres pesant d'argent non monnayé, cent treize mille tétradrachmes attiques, deux cent-quarante-huit mille cistophores et par un grand nombre de vases d'argent ciselés d'un poids considérable. (4) Il fit aussi porter devant son char l'argenterie du roi et de riches vêtements, quarante-cinq couronnes d'or, offertes par les villes alliées, des dépouilles de toute sorte et trente-six prisonniers de distinction, tous généraux Étoliens et Syriens. (5) Damocrite, chef des Étoliens, qui était parvenu à s'évader de sa prison auparavant pendant la nuit et avait été poursuivi par ses gardes sur les bords du Tibre, s'était frappé de son épée pour ne pas retomber entre leurs mains. (6) Il ne manqua derrière le char du proconsul que son armée; du reste, ce fut un triomphe magnifique, et par la pompe du spectacle et par l'importance des succès d'Acilius.

       (7) La joie en fut troublée par la triste nouvelle d'une défaite éprouvée en Espagne. Dans un combat livré sur le territoire des Bastétans, près de la ville de Lycon, contre les Lusitaniens, le proconsul L. Aemilius avait perdu six mille hommes. (8) Les débris de l'armée, frappés de terreur et refoulés dans leurs retranchements, avaient eu beaucoup de peine à s'y défendre et avaient regagné, à marches forcées, avec toute la précipitation d'une déroute, les terres des alliés. (9) Telles étaient les nouvelles arrivées d'Espagne.

       En Gaule, les colonies de Plaisance et de Crémone avaient envoyé des députés, qui furent introduits au sénat par le préteur L. Aurunculéius. (10) Ils venaient se plaindre de la détresse de ces colonies, dont les habitants avaient été décimés par la guerre ou par les maladies, ou chassés par le voisinage dangereux des Gaulois. Le sénat décréta qu'on prierait le consul C. Laelius d'enrôler six mille familles pour les distribuer dans ces colonies, et que le préteur L. Aurunculéius nommerait des triumvirs qui seraient chargés de leur établissement. (11) Les triumvirs désignés furent M. Atilius Serranus, L. Valérius Flaccus, fils de Publius et Valérius Tappo, fils de Caius.

[37,47] Élections pour l'année 189

       (1) La proximité des comices consulaires rappela bientôt après de la Gaule le consul C. Laelius. (2) En vertu du sénatus-consulte porté en son absence, il leva les colons destinés à repeupler Plaisance et Crémone; il proposa en outre la formation de deux nouvelles colonies sur le territoire qui avait appartenu aux Boiens, et le sénat agréa la proposition.

       (3) Dans le même temps, on reçut les dépêches de L. Aemilius Régillus, qui annonçait la victoire remportée à la hauteur de Myonnésos et le passage du consul L. Scipion en Asie, avec son armée. (4) On décréta un jour de supplications en l'honneur de cette victoire, et un autre à l'occasion du premier campement fait par une armée romaine en Asie, afin d'obtenir la réussite et le bon succès de cette entreprise. (5) Le consul eut ordre d'immoler vingt grandes victimes dans chacune de ces cérémonies.

       (6) Il tint ensuite les comices consulaires qui furent signalés par de vifs débats. M. Aemilius Lépidus, l'un des candidats, avait soulevé contre lui des préventions fâcheuses, pour avoir abandonné sa province de Sicile sans l'aveu et la permission du sénat. (7) Il avait pour compétiteurs M. Fulvius Nobilior, Cn. Manlius Vulso et M. Valérius Messalla. Fulvius fut seul nommé, les autres n'ayant pas réuni les suffrages; le lendemain il se donna pour collègue Cn. Manlius, à l'exclusion de Lépidus qui fut rejeté, et de Messalla qui se désista. (8) On créa ensuite préteurs Quintus Fabius Labéo et Quintus Fabius Pictor, lequel avait été cette année même inauguré flamine de Quirinus, M. Sempronius Tuditanus, Sp. Postumius Albinus, L. Plautius Hypséus, et L. Baebius Dives.

[37,48] Fausses rumeurs en provenance d'Asie (avril 189)

       (1) Sous le consulat de Fulvius Nobilior et de Cn. Manlius Vulso, il se répandit à Rome, si l'on en croit Valérius Antias, une nouvelle qui fit grand bruit et qui fut presque regardée comme certaine. (2) On disait qu'Antiochus avait attiré à une conférence le consul et son frère, sous prétexte de leur remettre le jeune Scipion (3) et qu'il s'était assuré de leurs personnes; qu'aussitôt après cette capture il avait marché droit au camp romain, l'avait pris d'assaut et avait anéanti l'armée romaine tout entière; (4) qu'à cette nouvelle les Étoliens avaient relevé la tête et rejeté les clauses du traité; que leurs chefs s'étaient rendus en Macédoine, en Dardanie et en Thrace, pour y lever des mercenaires; (5) que le propréteur A. Cornélius avait envoyé d'Étolie à Rome A. Térentius Varron et M. Claudius Lépidus, pour y porter ces tristes détails. (6) Le même historien ajoute que, entre autres questions adressées par le sénat aux ambassadeurs étoliens, on leur demanda de qui ils tenaient la nouvelle de l'arrestation des généraux romains en Asie par le roi Antiochus et de la destruction de l'armée, (7) et qu'ils déclarèrent "en avoir été informés par leurs propres envoyés, qui s'étaient trouvés avec le consul." Ce récit n'ayant été répété par aucun autre historien, je ne veux ni le présenter comme certain, ni l'omettre comme mensonger.

[37,49] Le sénat refuse la paix à la délégation étolienne (fin décembre 190)

       (1) Ce fut alors que les députés étoliens eurent audience du sénat. Leur position et leurs malheurs leur faisaient un devoir de chercher à obtenir par un honorable aveu le pardon de leur faute ou de leur erreur. (2) Tout au contraire, ils parlèrent d'abord de leurs services envers le peuple romain et se targuèrent presque du succès de la guerre contre Philippe; (3) ce ton arrogant blessa les sénateurs; la maladresse avec laquelle ils rappelaient des faits anciens et oubliés n'eut d'autre résultat que de réveiller les souvenirs de leurs torts beaucoup plus nombreux que n'étaient leurs services; et, quand ils avaient besoin d'inspirer la compassion, ils ne surent qu'exciter la colère et la haine. (4) Un sénateur leur demanda s'ils s'abandonnaient à la discrétion du peuple romain; un autre, s'ils s'engageaient à n'avoir d'autres amis et d'autres ennemis que ceux du peuple romain.

       Ils restèrent muets et reçurent l'ordre de sortir de la curie. (5) Alors tous les sénateurs s'écrièrent d'une commune voix "que les Étoliens étaient encore tout dévoués à Antiochus, et tournaient toutes leurs espérances vers ce prince; qu'avec ces ennemis déclarés il n'y avait pas d'autre parti à prendre que la guerre et qu'il fallait achever de réduire ces esprits indomptables." (6) Un nouveau motif vint encore enflammer le courroux des Romains. Au moment même où les Étoliens demandaient la paix, ils attaquaient la Dolopie et l'Athamanie. (7) Sur la proposition de M. Acilius, le vainqueur d'Antiochus et des Étoliens, un sénatus-consulte enjoignit aux Étoliens de quitter Rome le jour même, et l'Italie avant quinze jours. (8) A. Térentius Varron fut chargé de les escorter, et on leur signifia que toute ambassade étolienne qui se présenterait désormais à Rome sans y être autorisée par le général investi du commandement de la Grèce et sans être accompagnée par un de ses lieutenants, serait traitée comme ennemie. C'est ainsi que l'on congédia les Étoliens.

[37,50] Répartition des postes pour l'année 189

       (1) Les consuls s'occupèrent ensuite de la répartition des provinces; il avait été décidé qu'ils tireraient au sort l'Étolie et l'Asie. (2) Celui des deux qui aurait l'Asie devait commander l'armée de L. Scipion, (3) y ajouter quatre mille hommes d'infanterie romaine, deux cents chevaux, et huit mille hommes d'infanterie latine, avec quatre cents chevaux, et avec ses troupes continuer la guerre contre Antiochus.

       (4) L'autre consul devait avoir l'armée d'Étolie; il était autorisé à y joindre un nombre de citoyens et d'alliés égal à celui qu'on accordait à son collègue. (5) Le même consul avait ordre d'armer les vaisseaux construits l'année précédente et de les emmener avec lui; car il avait mission, non seulement d'attaquer l'Étolie, mais de faire aussi une descente dans l'île de Céphallénie. (6) Il devait en outre, si l'intérêt de la république le permettait, revenir à Rome pour les comices. (7) Indépendamment de l'élection des magistrats annuels, il avait été résolu qu'on nommerait aussi des censeurs. Si quelque obstacle retenait le consul, il devait prévenir le sénat qu'il ne pourrait être de retour pour l'époque des comices. (8) L'Étolie échut à M. Fulvius Nobilior, l'Asie à Cn. Manlius Vulso.

       Les préteurs procédèrent ensuite au partage de leurs départements. Sp. Postumius eut la juridiction de la ville et des étrangers; M. Sempronius Tuditanus, la Sicile; Q. Fabius Pictor, flamine quirinal, la Sardaigne; Q. Fabius Labéo, le commandement de la flotte; L. Plautius Hypséus, l'Espagne citérieure, et L. Baebius Dives, l'Espagne ultérieure. (9) On décerna au nouveau préteur de Sicile une légion et la flotte qui était dans sa province; il devait lever sur les Siciliens deux dîmes de blé, l'une destinée pour l'Asie, l'autre pour l'Étolie. (10) Le préteur de Sardaigne eut ordre de frapper le même impôt sur sa province, et de l'envoyer aussi aux armées de l'Asie et de l'Étolie.

       (11) L. Baebius emmena en Espagne un renfort de mille fantassins et cinquante cavaliers romains, et de six mille hommes d'infanterie et deux cents chevaux latins. (12) Plautius Hypséus eut, pour la citérieure, mille fantassins romains, deux mille fantassins latins et deux cents chevaux; outre ces renforts, chacune des deux Espagnes devait avoir une légion. (13) Parmi les magistrats de l'année précédente, C. Laelius fut prorogé pour une année dans le commandement de sa province, ainsi que P. Junius dans la propréture de l'Étrurie, avec l'armée qui se trouvait dans son département, et M. Tuccius, dans la propréture du Bruttium et de l'Apulie.

[37,51] La nouvelle de la victoire parvient à Rome (avril 189)

       (1) Avant le départ des préteurs pour leurs provinces, il s'éleva entre P. Licinius, grand pontife, et Q. Fabius Pictor, flamine quirinal, une contestation semblable à celle qui avait eu lieu autrefois entre L. Métellus et Postumius Albinus. (2) Ce dernier était consul et se disposait à passer en Sicile avec son collègue C. Lutatius pour se mettre à la tête de la flotte, lorsqu'il fut retenu pour les cérémonies religieuses par le grand pontife Métellus. (3) De même, le départ du préteur Fabius pour la Sardaigne était entravé par P. Licinius. L'affaire fut vivement débattue dans le sénat et devant le peuple; (4) il y eut conflit d'autorités, cautions fournies, amendes prononcées, appel fait aux tribuns, recours adressé au peuple. (5) La religion l'emporta à la fin, et le flamine dut obéir au pontife; alors les amendes furent levées par ordre du peuple. (6) Mais le préteur, dans le dépit d'avoir perdu sa province, voulut se démettre de ses fonctions; il céda aux instances des sénateurs, qui lui décernèrent la juridiction des étrangers. (7) Quelques jours suffirent ensuite pour faire les levées qui étaient peu considérables, après quoi les consuls et les préteurs partirent pour leurs provinces.

       (8) Ce fut alors que s'élevèrent ces bruits sans fondement sur la campagne d"Asie; peu de jours après on reçut à Rome des nouvelles positives et des dépêches du général, (9) qui firent succéder la joie à cette crainte toute récente, déjà démentie d'ailleurs par la défaite d'Antiochus en Étolie. Ces renseignements coupèrent court aux sinistres pressentiments qui avaient éveillé dans tous les coeurs, au commencement de la guerre, la puissance formidable d'Antiochus et la coopération d'Hannibal chargé de diriger les hostilités. Cependant on ne changea point la destination du consul envoyé en Italie; (10) on ne crut pas devoir diminuer son armée, dans la crainte d'avoir à combattre les Galates.

[37,52] Arrivée des plénipotentiaires à Rome (mai 189). Les réticences du roi Eumène

       (1) Peu après, M. Aurélius Cotta, lieutenant de L. Scipion, arriva à Rome avec les ambassadeurs d'Antiochus, Eumène et les Rhodiens. (2) Cotta exposa dans le sénat d'abord, puis, par ordre des sénateurs, devant l'assemblée du peuple, les détails de la campagne d'Asie. On décréta trois jours de supplications et l'on ordonna un sacrifice de quarante grandes victimes. (3) Eumène obtint, le premier, audience du sénat. Il remercia en quelques mots les sénateurs de les avoir délivrés d'un siège, lui et son frère, et d'avoir mis ses états à l'abri des attaques d'Antiochus. Ensuite il félicita le peuple romain (4) d'avoir obtenu des succès sur terre et sur mer, d'avoir battu, mis en fuite le roi Antiochus, de l'avoir dépouillé de son camp et chassé de l'Europe d'abord, et de toute l'Asie en deçà du mont Taurus; (5) quant à ses propres services, ajouta-t-il, il aimait mieux que le sénat les apprît de la bouche de ses généraux ou de leurs lieutenants que de la sienne."

       (6) Ces paroles eurent l'approbation générale; on le pria de dire lui-même, en mettant de côté toute modestie, ce qu'il se croyait en droit d'attendre de la reconnaissance du sénat et du peuple romain. On lui déclara qu'au besoin même on récompenserait volontiers ses services au-delà de ce qu'il les estimait. (7) À cette assurance bienveillante, le roi répondit que, "si d'autres que les Romains lui laissaient le choix des récompenses, il s'empresserait de consulter le sénat romain et de prendre conseil de cette auguste assemblée, afin qu'on ne pût l'accuser de sortir des bornes de la modération dans ses désirs, ni d'être trop peu modeste dans ses demandes; (8) mais que, le don devant venir du sénat, le sénat devait être l'unique arbitre de sa munificence envers lui et ses frères."

       (9) Ces raisons ne changèrent pas la détermination du sénat; on le pressa de nouveau de s'expliquer lui-même. Enfin, après une lutte de politesse et de modestie dans laquelle ils se renvoyaient la décision l'un à l'autre avec une complaisance qui menaçait de n'avoir pas de fin, Eumène sortit de la curie. (10) Le sénat persista dans son opinion: "Il était impossible, disait-on, que le roi fût venu à Rome sans savoir ce qu'il voulait, ce qu'il avait à demander. Il savait mieux que personne ce qui était à sa convenance; il connaissait l'Asie bien mieux que le sénat. Il fallait donc le rappeler et le contraindre à énoncer ses prétentions et ses espérances."

[37,53] Eumène dévoile ses désirs et ses craintes au sénat

       (1) Le consul le ramena donc, et on lui donna la parole: "Pères conscrits; dit-il, j'aurais persévéré dans mon silence, si je ne savais que la députation des Rhodiens doit bientôt paraître devant vous, et qu'après leurs discours, je me verrai forcé de parler. (2) Or, cette explication sera d'autant plus difficile que leurs demandes ne paraîtront ni dirigées en aucune façon contre moi, ni même toucher en aucune façon à leurs propres intérêts. (3) Ils vont, en effet, plaider la cause des villes grecques et vous dire qu'elles doivent être affranchies. Ce point obtenu, qui doute qu'ils ne parviennent à détacher de moi, non seulement les villes dont la liberté aura été proclamée, mais encore celles qui sont depuis longtemps soumises à mon autorité, (4) tandis qu'eux-mêmes se prévaudront d'un si grand service pour les tenir toutes, sous le titre spécieux d'alliés, dans une dépendance et une servitude réelles? (5) Et tout en étalant cette ambition démesurée, ils se donneront, justes dieux! les airs du plus complet désintéressement; ils diront que c'est une mesure digne du peuple romain, une conséquence du passé. (6) Vous aurez donc à vous tenir en garde contre ce langage artificieux; vous ne voudrez pas établir entre vos alliés une inégalité blessante, abaisser les uns pour élever les autres outre mesure; vous ne voudrez pas que ceux qui ont porté les armes contre vous soient mieux traités que vos alliés et vos amis."

       "(7) Pour moi, en toute autre circonstance, j'aimerais mieux relâcher quelque chose de mes droits que de montrer trop d'opiniâtreté à les faire valoir; mais quand il s'agit de votre amitié, de l'honneur de vous avoir rendu service et des distinctions accordées par votre reconnaissance, je ne puis me résigner à passer après les autres. (8) C'est là le plus précieux héritage que m'ait transmis mon père, ce prince qui, le premier de tous les habitants de l'Asie et de la Grèce, a été honoré de votre amitié, et qui, par sa fidélité constante et inébranlable, a su la conserver jusqu'au dernier jour de sa vie. (9) Car il ne s'est pas borné à vous être toujours fidèle et dévoué, il a pris part à toutes les guerres que vous avez soutenues en Grèce, sur terre comme sur mer; il a montré un empressement sans égal parmi tous vos alliés pour vous fournir toutes sortes de provisions; (10) enfin, il exhortait les Béotiens à embrasser votre alliance, lorsque ses esprits l'ont abandonné au milieu de son discours: quelques moments après il n'était plus!"

       "(11) J'ai marché sur ses traces; je n'ai pu vous montrer plus de zèle, ni plus de dévouement que lui; son affection pour vous n'avait pas de bornes. (12) Si mes services ont été plus réels, mes sacrifices plus grands, c'est que la fortune, les circonstances, Antiochus, la guerre d'Asie ont été pour moi de grandes occasions de me mettre en avant. (13) Souverain de l'Asie et d'une partie de l'Europe, Antiochus me donnait sa fille en mariage; il me rendait sur-le-champ les villes qui s étaient soustraites à mon obéissance; il me faisait espérer pour l'avenir de notables accroissements de puissance, si je voulais m'unir à lui pour vous faire la guerre. (14) Je ne me ferai pas un mérite de ma fidélité, j'aime mieux vous rappeler des titres dignes de cette vieille amitié qui unit ma famille à la république."

       "(15) Plus qu'aucun de vos alliés, sans contredit, j'ai mis des armées et des flottes à la disposition de vos généraux; je leur ai fourni des vivres sur terre et sur mer; j'ai assisté à toutes vos batailles navales, et il y en eut beaucoup; je n'ai reculé devant aucune fatigue, devant aucun danger personnel. (16) La plus cruelle de toutes les calamités de la guerre, je l'ai endurée quand j'ai été assiégé dans Pergame, et menacé de perdre le trône et la vie en même temps. (17) À peine délivré de ce siège, j'ai laissé Antiochus d'un côté, Séleucus de l'autre, camper sous les murs de ma capitale, et, sourd à la voix de mes intérêts particuliers, je suis allé avec toute ma flotte rejoindre dans l'Hellespont votre consul L. Scipion, pour l'aider à faire passer son armée en Asie. (18) Depuis le moment où vos troupes ont mis le pied sur ce continent, je n'ai pas quitté le consul un seul instant. Nul soldat romain n'a été plus assidu au camp que mes frères et moi. Il ne s'est pas fait une expédition, livré un combat de cavalerie, où je ne me sois trouvé. (19) Sur le champ de bataille, je suis resté au poste que m'avait assigné le consul. Je ne m'écrierai point, Pères conscrits: 'Où donc est celui qui peut mettre ses services dans cette guerre en comparaison avec les miens?' (20) Non; mais j'oserai me placer à côté des peuples et des rois que vous honorez le plus."

       "(21) Masinissa fut votre ennemi avant de devenir votre allié; il n'est point venu dans tout l'éclat de sa puissance vous offrir ses secours; c'est après avoir été détrôné et proscrit, après avoir perdu toutes ses forces, qu'il est allé chercher un asile dans votre camp avec un petit nombre de cavaliers. (22) Cependant, pour prix du zèle et de la fidélité avec lesquels il vous a servis en Afrique contre Syphax et les Carthaginois, vous l'avez non seulement remis sur le trône de ses pères, mais agrandi de la plus riche partie des états de Syphax, et placé à la tête de tous les rois d'Afrique. (23) Quelle récompense, quel honneur ne méritons-nous pas, nous qui n'avons jamais été votre ennemi? Toujours fidèles à votre alliance, (24) mon père, mes frères et moi nous avons combattu pour vous sur terre et sur mer, en Asie, comme loin de nos foyers, dans le Péloponnèse, en Béotie, en Étolie, contre Philippe, contre Antiochus, contre les Étoliens. (25) Quelles sont donc vos prétentions, me dira-t-on? Pères conscrits, puisque vous voulez absolument que je m'explique, je dois vous obéir. Si, en rejetant Antiochus au-delà du mont Taurus, votre intention a été d'occuper vous-mêmes ces terres, nul voisinage ne peut m'être plus agréable que le vôtre, (26) nul boulevard ne saurait mieux défendre et mieux garantir mes états. (27) Mais si vous avez résolu d'abandonner ces contrées et de rappeler vos troupes, aucun de vos alliés, j'ose le dire, ne mérite plus que moi d'être mis en possession de vos conquêtes. (28) Mais, dira-t-on encore, il est beau d'affranchir des villes esclaves. Oui, sans doute, et c'est aussi mon opinion, si toutefois ces villes n'ont commis contre vous aucun acte d'hostilité. Mais si elles ont embrassé le parti d'Antiochus, n'est-il pas mille fois plus digne de votre prudence et de votre justice de favoriser des alliés fidèles que des ennemis."

[37,54] Intervention de la délégation rhodienne

       (1) Le discours d'Eumène fut agréable au sénat, et l'assemblée paraissait fort disposée à le traiter avec munificence et générosité. (2) Comme les députés des Rhodiens n'étaient pas tous présents, on reçut dans l'intervalle ceux de Smyrne, dont l'audience ne fut pas longue. On leur donna de grands éloges pour s'être résignés à tout souffrir plutôt que de se rendre au roi; puis on fit entrer les Rhodiens. (3) Leur chef, après avoir rappelé l'origine de leur alliance avec le peuple romain et les services qu'ils lui avaient rendus dans la guerre contre Philippe d'abord, ensuite dans celle contre Antiochus, continua en ces termes:

       (4) "Pères conscrits, s'il y a dans notre mission quelque chose de pénible et d'affligeant pour nous, c'est d'avoir à discuter contre Eumène, (5) le seul de tous les rois à qui notre république soit unie tout à la fois par les liens de l'hospitalité particulière et par ceux, plus sacrés encore, de l'hospitalité publique. (6) Au reste, ce ne sont point nos sentiments, Pères conscrits, c'est la différence bien autrement grave de nos institutions, qui nous divise aujourd'hui: libres nous-mêmes, nous demandons aussi pour les autres la liberté; les rois veulent tout asservir, tout soumettre à leur despotisme."

       "(7) Quoi qu'il en soit, notre embarras vient des égards que nous devons à Eumène, et non du fond même de l'affaire, dont la discussion ne nous offre pas plus de difficultés que la décision n'en aura pour vous. (8) En effet, si pour récompenser un prince, votre allié et votre ami, pour reconnaître ses services dans cette guerre même dont il s'agit de partager les avantages, vous n'aviez pas d'autre moyen que de lui sacrifier la liberté de plusieurs villes, vous pourriez éprouver quelque hésitation (9) et craindre de priver un prince, votre ami, des témoignages de votre gratitude, ou de vous écarter de vos principes et de ternir par l'asservissement de tant de cités la gloire que vous vous êtes acquise en combattant Philippe."

       "(10) Mais heureusement la fortune vous épargne cette triste alternative d'ingratitude ou de déshonneur. Grâces aux dieux, votre conquête n'est pas moins riche que glorieuse, et elle vous met à même d'acquitter facilement votre dette. (11) La Lycaonie, les deux Phrygies, toute la Pisidie, la Chersonnèse et les régions de l'Europe qui en sont voisines sont en votre pouvoir. (12) La première venue de ces contrées ajoutée aux états d'Eumène peut presque doubler son royaume; remises toutes entre ses mains, elles le placeraient au niveau des plus puissants monarques."

       "(13) Vous pouvez donc enrichir vos alliés du fruit de vos victoires, sans vous départir de vos principes, sans oublier les engagements que vous avez pris en attaquant Philippe et Antiochus, ni la conduite que vous avez tenue après la défaite de Philippe, (14) ni celle qu'on attend et qu'on espère de vous, moins comme une conséquence de votre conduite passée que comme une démarche digne de vous. Les autres nations ont différents motifs, plus ou moins honorables et plausibles pour prendre les armes: (15) il s'agit de conquérir tantôt un territoire, tantôt quelques bourgs, quelques villes, quelques ports, quelques portions de côtes. Vous, vous n'avez jamais eu de pareils désirs avant toutes vos conquêtes; et aujourd'hui que le monde est à vous, que pourriez-vous désirer? (16) C'est pour l'honneur, c'est pour répandre votre gloire dans tout cet univers, qui depuis longtemps révère votre nom et votre empire à l'égal des dieux immortels, que vous avez toujours combattu!"

       "S'il vous en a coûté pour vous élever à ce haut degré de puissance, peut-être vous en coûtera-t-il plus encore pour vous y maintenir. (17) Vous avez pris sous votre protection une nation fameuse par son antiquité, par ses hauts faits, par son amour pour les lettres et sa civilisation; vous vous êtes faits les défenseurs de sa liberté contre le despotisme des rois. Maintenant qu'elle est placée toute entière sous votre sauvegarde et votre patronage, il est de votre devoir de ne jamais l'abandonner."

       "(18) Les villes situées sur l'antique sol de la Grèce ne sont pas seules des villes grecques, il faut aussi donner ce nom aux colonies venues autrefois de la Grèce en Asie: le changement de climat n'a changé ni le sang ni les moeurs. (19) Chaque colonie s'est fait un pieux devoir de rivaliser avec sa mère-patrie, avec ses fondateurs pour le courage et la culture des beaux-arts. (20) Vous avez vu presque toutes les villes de Grèce, vous avez vu celles d'Asie. Le seul désavantage que nous ayons, c'est que nous sommes plus éloignés de vous. (21) Ceux de Marseille jouissent, dit-on, auprès de vous de la même estime, de la même considération, que s'ils étaient placés au centre de la Grèce. (22) C'est qu'en effet ils ont su conserver, sans mélange et sans altération, la langue, le costume, extérieur des Grecs, et surtout les moeurs, les lois, le caractère national qu'ils ont préservés du contact de leurs voisins."

       "(23) Votre empire a maintenant pour borne le mont Taurus. Tout ce qui est compris dans cette limite ne doit plus vous paraître éloigné. D'ici, comme d'un centre commun, faites pénétrer vos institutions partout où vos armes ont pénétré. (24) Que les barbares qui n'ont jamais eu d'autres lois que les caprices d'un maître, conservent leurs rois, puisqu'ils les aiment; les Grecs, même si leur destin est différent, ont les mêmes sentiments que vous. (25) Jadis leurs propres forces leur avaient aussi donné l'empire: aussi tous leurs voeux sont pour que le sceptre du monde reste à jamais dans les mains qui le tiennent. Ils se contentent de voir leur liberté garantie par vos armes, puisqu'ils ne peuvent plus la défendre eux-mêmes."

       "Mais, dit-on, quelques-unes de ces villes ont embrassé le parti d'Antiochus. (26) D'autres ne se sont-elles pas précédemment déclarées pour Philippe, comme les Tarentins pour Pyrrhus? Et sans citer une foule de peuples, Carthage jouit de ses lois et de sa liberté. (27) Voyez, pères conscrits, jusqu'à quel point cet exemple vous engage. Vous n'accorderez pas à l'ambition d'Eumène ce que vous avez refusé à votre juste ressentiment. (28) Les Rhodiens, dans cette guerre, comme dans toutes celles que vous avez faites sur cette côte, vous ont-ils secondés de toute leur puissance, de toutes leurs forces, c'est ce dont nous vous laissons juges. Aujourd'hui que la paix est faite, nous osons vous donner un conseil. En daignant le suivre, vous prouverez à l'univers que si vous savez vaincre, vous usez plus noblement encore de la victoire." Ce discours parut digne de la grandeur romaine.

[37,55] Conclusion de la paix avec Antiochus. Envoi d'une commission de dix membres (mai 189)

       (1) Après les Rhodiens, vinrent les ambassadeurs d'Antiochus. Ils prirent le ton ordinaire de suppliants, confessèrent l'erreur de leur maître et conjurèrent le sénat (2) de consulter plutôt sa clémence que les torts du roi, déjà assez et trop cruellement puni. Ils finirent en lui demandant de ratifier la paix accordée par le général L. Scipion et d'en confirmer les conditions. (3) Le sénat y donna en effet son approbation, et peu de jours après le peuple la sanctionna. Le traité fut signé dans le Capitole par Antipater, chef de l'ambassade et neveu du roi Antiochus.

       (4) On reçut ensuite également les autres députations venues de l'Asie et on leur fit à toutes la même réponse: "Dix commissaires seraient, suivant l'usage, envoyés par le sénat pour examiner et régler les affaires de l'Asie. (5) Ils prendraient en substance les mesures suivantes: ils attribueraient à Eumène toutes les provinces en deçà du mont Taurus, qui auraient été comprises dans les limites des états d'Antiochus, à la réserve de la Lycie et de la Carie, jusqu'au Méandre, qui seraient données aux Rhodiens. (6) Parmi les autres villes d'Asie, celles qui avaient été tributaires d'Attale auraient à payer leur tribut à Eumène, celles qui avaient été tributaires d'Antiochus seraient libres et indépendantes." (7) Les dix commissaires désignés furent: Q. Minucius Rufus, L. Furius Purpurio, Q. Minucius Thermus, Ap. Claudius Néron, Cn. Cornélius Mérula, M. Junius Brutus, L. Aurunculéius, L. Aemilius Paulus, P. Cornélius Lentulus, P. Aelius Tubéro.

[37,56] Le partage de l'Asie

       (1) Ils eurent plein pouvoir pour toutes les questions à régler sur place. La base de leurs opérations fut posée par le sénat: (2) "La Lycaonie entière, les deux Phrygies, la Mysie, les forêts royales, toutes les places de la Lydie et de l'Ionie, à la réserve de celles qui se trouvaient libres le jour de la bataille contre le roi Antiochus, et nommément Magnésie du Sypile et la Carie surnommée Hydrèle, (3) avec la partie de son territoire qui s'étend vers la Phrygie, les châteaux et les bourgs situés au-delà du Méandre, toutes les places, (4) à la réserve de celles qui étaient libres avant la guerre, entre autres Telmesse, et les forts de son territoire qui avait appartenu précédemment à Ptolémée le Telmissien, toutes ces possessions devaient être cédées à Eumène.

       (5) Les Rhodiens devaient avoir la Lycie, à l'exception de cette même ville de Telmesse, de ses forts et de son territoire qui avaient appartenu à Ptolémée le Telmissien; on ne les donnait ni à Eumène ni aux Rhodiens. (6) Ces derniers devaient encore avoir la partie de la Carie voisine de l'île de Rhodes, au-delà du Méandre, les places, les bourgs, les châteaux et les terres qui s'étendent vers la Pisidie, toujours à la réserve de celles de ces places qui étaient libres la veille de la bataille.

       (7) Les Rhodiens, après avoir rendu grâces au sénat de ces faveurs, réclamèrent pour la ville de Soles en Cilicie. "Elle était, disaient-ils, comme Rhodes, originaire d'Argos: cette parenté avait établi entre les peuples une affection fraternelle. Ils demandaient comme une grâce extraordinaire qu'on voulût bien la soustraire au despotisme du roi." (8) On fit appeler les envoyés d'Antiochus et on leur communiqua la requête. Mais on ne put rien obtenir d'Antipater qui invoquait la foi des traités et accusait les Rhodiens de les enfreindre en réclamant non seulement la ville de Soles mais encore la Cilicie, et en franchissant le mont Taurus.

       (9) Le sénat rappela les Rhodiens et leur fit connaître la résistance opiniâtre de l'ambassadeur syrien. Le sénat ajouta que si les Rhodiens y croyaient l'honneur de leur république intéressé, il emploierait tout son crédit pour vaincre l'obstination des envoyés d'Antiochus. (10) Les Rhodiens renouvelèrent alors avec plus de chaleur leurs protestations de reconnaissance et déclarèrent qu'ils aimaient mieux céder à l'orgueil d'Antipater que d'être cause d'une rupture. Ainsi rien ne fut changé à la situation de Soles.

[37,57] Événements d'Espagne. Fondation de la colonie de Bologne (30 décembre 189)

       (1) Vers le même temps une ambassade des Marseillais vint annoncer que le préteur L. Baebius, parti pour sa province d'Espagne, avait été surpris en route par les Ligures; (2) qu'une grande partie de ses troupes avait péri, et que, blessé lui-même, il s'était réfugié avec une faible escorte et sans licteurs à Marseille, où il était mort trois jours après. (3) À cette nouvelle, le sénat ordonna par un décret à P. Junius Brutus, propréteur d'Étrurie, de remettre son gouvernement et son armée à l'un de ses lieutenants, à son choix, pour se rendre lui-même dans l'Espagne ultérieure et se mettre à la tête de cette province.

       (4) Ce sénatus-consulte fut envoyé en Étrurie par le préteur Sp. Postumius avec un message de sa main, (5) et le propréteur P. Junius Brutus partit pour l'Espagne. Quelque temps avant son arrivée, Paul-Émile qu'il allait remplacer et qui s'illustra plus tard par la défaite du roi Persée, avait voulu venger ses défaites de l'année précédente. Rassemblant à la hâte une armée, il livra bataille aux Lusitaniens, (6) les vainquit, les mit en déroute, leur tua dix-huit mille hommes, leur fit deux mille trois cents prisonniers et força leur camp. Le bruit de cette victoire rétablit le calme en Espagne.

       (7) La même année, trois jours avant les calendes de janvier, une colonie latine fut conduite à Bologne par les triumvirs L. Valérius Flaccus, M. Atilius Serranus et L. Valérius Tappus. (8) Elle se composait de trois mille personnes; les chevaliers reçurent soixante-dix arpents et les autres colons cinquante. Ces terres avaient été enlevées aux Gaulois Boiens, qui eux-mêmes les avaient conquises sur les Étrusques.

       (9) La même année, la censure fut briguée par plusieurs personnages de distinction, et leur candidature, qui était déjà par elle-même une cause de débats assez vifs, excita une contestation encore plus sérieuse. (10) Les candidats étaient T. Quinctius Flamininus, P. Cornélius Scipion, fils de Cnéius, L. Valérius Flaccus, M. Porcius Caton, M. Claudius Marcellus et M. Acilius Glabrion, le vainqueur des Thermopyles. (11) Ce dernier, qui par de nombreuses distributions avait mis dans ses intérêts un grand nombre de citoyens, était surtout l'objet de la faveur du peuple. (12) Les nobles, indignés de se voir préférer un homme nouveau, le firent accuser par les tribuns P. Sempronius Gracchus et C. Sempronius Rutilus, de n'avoir pas fait porter devant lui à son triomphe, ni versé dans le trésor public, une partie de l'argent et du butin pris dans le camp d'Antiochus.

       (13) Les lieutenants et les tribuns des soldats firent des dépositions contradictoires. À la tête des témoins on remarquait Caton; mais sa candidature diminuait l'autorité de sa parole ordinairement si respectée à cause de sa conduite irréprochable. (14) Il attestait n'avoir pas vu au triomphe les vases d'or et d'argent qu'après la prise du camp ennemi il avait distingués au milieu des autres dépouilles. (15) Enfin Glabrion renonça à sa candidature afin de faire retomber tout l'odieux sur son accusateur; il déclara qu'il laissait le champ libre à un compétiteur, homme nouveau comme lui, qui, pour réussir, avait recours à un monstrueux parjure, sans provoquer comme lui l'indignation des nobles.

[37,58] M'. Acilius est écarté de la censure. Le préteur Aemilius Régillus obtient le triomphe naval (1er février 189)

       (1) Une amende de cent mille as avait été prononcée contre Glabrion. L'affaire fut débattue à deux reprises. À la troisième, l'accusé s'étant désisté de sa demande, le peuple ne voulut point sanctionner l'amende, et les tribuns abandonnèrent la poursuite. (2) Les censeurs nommés furent T. Quinctius Flamininus et M. Claudius Marcellus.

       (3) À la même époque L. Aemilius Régillus, qui avait vaincu sur mer l'amiral d'Antiochus, eut audience du sénat, hors de la ville, dans le temple d'Apollon. Il rendit compte de ses exploits, fit connaître la force des flottes qu'il avait eues à combattre, le nombre des vaisseaux qu'il avait pris ou coulés à fond, et presque tous les sénateurs lui décernèrent le triomphe naval. (4) Il triompha aux calendes de février. Dans cette cérémonie il fit porter devant lui quarante-neuf couronnes d'or, mais une somme bien modique comparativement à la puissance du roi vaincu: cette somme n'était que de trente-quatre mille sept cents tétradrachmes attiques, et cent trente et un mille trois cents cistophores. (5) Le sénat décréta ensuite des supplications pour les succès de L. Aemilius en Espagne.

       (6) Peu de jours après, L. Scipion revint à Rome, et, pour rivaliser de gloire avec son frère, se fit donner le surnom d'Asiatique. (7) Il rendit compte de sa conduite au sénat et devant le peuple. On fit observer qu'on avait donné à cette guerre beaucoup plus d'importance qu'elle n'offrait réellement de difficultés, qu'une seule bataille rangée avait suffi pour la terminer; d'ailleurs la gloire de ce succès avait été déflorée d'avance par la victoire des Thermopyles. (8) À vrai dire, c'étaient les Étoliens qu'on avait combattus aux Thermopyles, plutôt que le roi. Antiochus n'y avait engagé qu'une très faible partie de ses forces. En Asie, au contraire, Scipion avait eu à lutter contre toutes les forces de l'Asie, contre les auxiliaires des nations diverses, appelés du fond de l'Orient.

[37,59] Triomphe de L. Cornélius Scipion, l' "Asiatique" (février-mars 189)

       (1) Ce fut donc avec raison que Rome rendit aux dieux immortels les plus grands honneurs pour avoir facilité une victoire si importante, et qu'elle décerna le triomphe au général. Il triompha dans le mois intercalaire, la veille des calendes de Mars. (2) La pompe qu'il déploya fut plus remarquable que n'avait été celle du triomphe de l'Africain, son frère. Mais si l'on considère les faits, la grandeur des périls et la difficulté des opérations, ce triomphe n'était pas plus comparable à l'autre, que l'Asiatique à l'Africain, qu'Antiochus à Hannibal.

       (3) Lucius fit porter devant lui deux cent trente-quatre drapeaux, cent trente-quatre effigies de villes, douze cent trente et une dents d'éléphants, deux cent trente-quatre couronnes d'or, (4) cent trente-sept mille quatre cent vingt livres pesant d'argent, deux cent vingt-quatre mille tétradrachmes attiques, trois cent trente et un mille soixante-dix cistophores, cent quarante mille philippes d'or, (5) quatorze cent vingt-quatre livres pesant d'argent en vases d'argent ciselés, et mille vingt-quatre en vases d'or. Les généraux syriens, des gouverneurs et des courtisans, au nombre de trente-deux, marchèrent devant le char.

       (6) Les soldats reçurent chacun vingt-cinq deniers, les centurions le double, les cavaliers le triple; la solde et la ration de blé furent doublées: après le triomphe en Asie, on avait distribué une double gratification. Lucius célébra ce triomphe environ un an après l'expiration de son consulat.

[37,60] Le préteur Q. Fabius se rend en Crète (fin de l'année 89)

       (1) Vers le même temps, le consul Cn. Manlius arrivait en Asie, et le préteur Q. Fabius Labéo avait rejoint la flotte. (2) Les Gallo-Grecs pouvaient exercer la valeur du consul, mais la mer était libre depuis la défaite d'Antiochus. Fabius, après avoir cherché de quel côté il tournerait ses armes, parce qu'il ne voulait pas rester inactif dans sa préture, se décida à passer dans l'île de Crète. (3) Cydonia était en guerre avec Gortyne et Cnossos, et beaucoup de prisonniers romains ou italiens, étaient, disait-on, réduits à l'esclavage dans toutes les parties de l'île.

       (4) Le préteur partit d'Éphèse avec sa flotte, et, en abordant au rivage de Crète, il fit ordonner aux villes de mettre bas les armes, de chercher tout ce qu'il pouvait y avoir de prisonniers dans leurs murs et dans les campagnes et de les lui renvoyer avec des ambassadeurs qui s'occuperaient avec lui des intérêts communs des Crétois et des Romains.

       (5) Les Crétois ne s'effrayèrent pas beaucoup de ces ordres. Gortyne fut la seule qui rendit ses prisonniers. (6) Valérius Antias prétend que la crainte de la guerre fit renvoyer quatre mille prisonniers de tous les points de l'île, et qu'à défaut d'autre titre, cette seule considération détermina le sénat à décerner le triomphe naval à Fabius. (7) De la Crète, Fabius retourna à Éphèse: de là il détacha trois vaisseaux vers la côte de Thrace pour chasser d'Aenos et de Maronée les garnisons d'Antiochus, et rendre la liberté à ces deux villes.

FIN DU LIVRE XXXVII DE TITE-LIVE

_________________
avatar
Belain
Frère de l'Ordre
Frère de l'Ordre

Masculin Nombre de messages : 829
Localisation : Rouen
Date d'inscription : 13/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Livre XXXVII : Les événements des années 190 et 189

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum