[RP] La croix du languedoc

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[RP] La croix du languedoc

Message par Drizzten le Dim 17 Mai 2009, 19:24

La croix du Languedoc








La Croix de Toulouse, ou Croix du Languedoc ou encore Croix Occitane, est une Croix grecque, à branches égales rectilignes, cléchée (ses extrémités sont en forme d'anneaux de clefs) et pommetée d'or, dont les extrémités des branches sont triples bouletées et perlées.

Elle apparaît avec le sceau de Raymond VI en 1211 et sera utilisée ensuite par les Comtes de Toulouse.
Elle s'imposera dans tout le domaine toulousain au début du XIIIe siècle et figurera dès lors sur les armes de la ville de Toulouse, puis sur celles du Languedoc du XIVe au XVIIIe siècle.

La Croix la plus ancienne parvenue jusqu'à nous reste celle qui orne la clé de voûte de la nef de la Cathédrale Saint Sernin à Toulouse: elle date de 1211.


- Origines :

Plusieurs hypothèses existent sur son origine et elle a fait l'objet de nombreuses interprétations symboliques. Au début, une simple roue solaire à 12 rayons, chacun boulté à son extrémité, symbolisant les 12 maisons du zodiaque. Aux XIIe et XIIIe siècles, les clercs voyaient dans cette figuration le Christos crucifié entouré de ses douze apôtres.
Elle a également été appelée Croix Cathare dans la mesure où elle s'opposait à la Croix Latine, rejetée par les Cathares.
Elle apparaît officiellement sur le sceau du comtal en 1211. Les 12 cercles qui coiffent les 4 branches sont décorés des signes stylisés du zodiaque. Cette croix est antérieure à l'Epopée cathare. Elle vient de la Provence : les auteurs du «Vieux Toulouse» l'attribuent au mariage du comte Guillaume Taillefer (Comte de Toulouse de 951 à 1037) et de Emma de Venasque, la croix provenant du Marquisat de Provence. Son origine est incertaine mais sûrement fort ancienne: quand en 990 Guillaume Taillefer, comte de Toulouse, épousa Emma, fille et héritière de Roubaud comte de Provence, elle lui porta en dot quelques comtés. Et c'est bien dans ces comtés provençaux que cette croix aurait apparu en premier, pour marquer les armes du comte de Toulouse.
La tradition locale affirme par contre que la croix fut ramenée par Raimond IV de Saint Gilles (et de Toulouse) de sa première croisade en Terre Sainte en 1099, bien qu'un acte officiel en prouve l'usage bien avant cette date: mais les légendes sont plus fascinantes que les actes juridiques...

On dit aussi que le premier Comte Thorson l'avait déjà utilisée à la suite du siège de Bayonne.

On retrouve également des réminiscences dans les stèles discoïdales du Languedoc. La ressemblance la plus frappante, il faut aller la chercher dans les surprenants chapiteaux du cloître de Santa-Maria de l'Estany dans la Catalogne : cette croix semble matérialiser l'itinéraire des Wisigoths de la mer noire à Toulouse via les Balkans et l'Italie, elle était utilisée comme symbole de ce peuple chrétien, mais arien, et c'est ce souvenir que les stèles discoïdales du Lauragais auraient conservé. C'est ceci qui nous rapproche de l'épopée Cathare, qu'il faut toujours relier à l'histoire wisigothique de la région.

Il semble que cette croix aux douze points était l'un des symboles d'un peuple gaulois implanté dans le Sud de la Gaule vers le IIIèeme siècle avant  Christos. Ce peuple gaulois était les Volques. Deux groupes le constituaient, les Arécomiques et les Tectosages. Au IIème siècle avant Jésus-Christ ils se séparèrent, les Arécomiques s'installant dans l'actuel bas Languedoc (région de Nîmes), les Tectosages dans la région qui va de Toulouse à Narbonne.
Il semble qu'ils furent les premiers à se servir de la croix aux douze points dans leur symbolique.


- Les Cathares et la croix occitane :

Il est peu vraisemblable que les Cathares aient porté une croix quelconque...
En effet, ils rejetaient tout symbolisme pour ne pas adorer une image à la place du Dieu Vrai.
Et pour ce qui est du port de la croix, si certains en ont effectivement porté, c'est parce qu'ils avaient été convertis !
Le port de la croix comme signe distinctif était souvent péjoratif . En effet, les personnes condamnées à ce type de pénitence se voyaient très souvent rejetées socialement, ce qui était de toute manière le but recherché :
"...on tirera de prison les hommes et les femmes que l'on juge expédient, et on leur imposera des croix et des pèlerinages...".



- Croix occitane, croix romaine :

Le combat entre les deux croix a bien existé, mais dans une dimension politique : la croix de Toulouse et la croix de Rome. La société structurée naissante dans le Languedoc, ainsi que celle qui voyait le jour notamment au nord de l'Italie ne pouvaient laisser les chrétiens inactifs.
La Réforme Grégorienne avait permis de reprendre en main le clergé laxiste, mais il fallait encore consolider le rayonnement politique dans tous les états occidentaux. Toulouse était suffisamment loin du Saint-Siège et engagé sur d'autres vues sociétales pour être choisi comme cible privilégiée de la première croisade en terre aristotélicienne.
De plus, replacé dans le contexte des croisades en Terre Sainte qui s'essoufflaient du fait de la distance et des dangers encourus (de plus, la quatrième croisade avait été détournée au profit des Vénitiens), il était urgent de re-dynamiser l'ardeur des croisés et routiers dans une direction compatible avec les attentes de Rome.
avatar
Drizzten
Frère de l'Ordre
Frère de l'Ordre

Masculin Nombre de messages : 4699
Age : 37
Localisation : Chinon
Date d'inscription : 13/05/2008

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum