Armes et armures (glossaire)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Armes et armures (glossaire)

Message par RAPHAEL83 le Ven 11 Sep 2009, 08:06

Armes et armures - Glossaire





Aiguillette
: Pointe de métal terminant une courroie et permettant de passer celle-ci à travers une maille. Parfois utilisées pour attacher le camail au haubert et l'empêcher de se retourner sur les épaules. A la fin du XIIIe siècle, on utilisait également des aiguillettes pour fixer les ailettes sur l'épaule (cf. image).

Ailette
: Petit bouclier généralement rectangulaire fixe à l'épaule utilisé pendant le XIIIe siècle. Elle était communément utilisée par les croisés et souvent décorée d'un blason. L'ailette protégeait essentiellement contre les coups de masses ou d'épée portés sur le heaume et qui retombaient sur les épaules quand ils étaient déviés. C'est la première pièce d'armure de fer à apparaître sur la cotte de maille. Elle fut délaissée vers la fin du XIVe siècle.
Arbalète: Arme de jet dérivée de l'arc (arc-baliste). Voir l'article sur l'arbalète.
Arc: Arme de jet composée d'une tige de bois et d'une corde fixée à ses deux extrémités. Voir l'article sur l'arc.
Armet : vient du vieux Français hiaumet. C'est un petit heaume qui fut utilise à partir du XVe siècle à la place du bassinet. Voir article sur le heaume.
Armure : Equipement de guerre ou de tournoi protégeant le chevalier du moyen âge. Ce terme n'est employé qu'à partir du XVe siècle et correspond donc à l'armure de fer composée entièrement de plates. Par extension, on appelle parfois armure l'habillement militaire du moyen âge, quel qu'il soit.

Barbière: Pièce d'armure de fer protégeant le cou, le menton et la bouche. C'est une sorte de bavière.
Barde: Armure du cheval de guerre. Dèrivèe du caparaçon d'écaille ou de mailles de l'antiquité. Utilisée du XIIIe au XVIe siècle. Au XVe siècle, les bardes sont articulées et se composent de deux parties principales: la picière (pièce de poitrine) et la culière (arrière)train). Le chanfrein en faisait également partie. Elles etaient lourdes à supporter et n'équipait certainement que les plus gros chevaux. Elles disparurent vers la fin du XVIe siècle.
Barbute: Heaume Italien du XVe siècle rappelant par sa forme certains casques de la Grèce antique. De forme arrondi, il laissait souvent le visage découvert. Il ne semble guère avoir été utilisé en dehors de la péninsule italienne.
Bardiche ou Berdiche: Sorte de hallebarde sans oreillons ni crochets, en forme de hache et longue d'environ 1m50. D'origine egyptienne, elle etait utilisee par les suedois et les russes au XVIe siecle.
Batarde (Epée batarde): Diverses sorte d'épées ont été désignées ainsi au cours du temps. Au XVe siècle, c'était l'épée longue, raide et bien tranchante des archers. Au XVIIe siècle, c'était une épée large et courte.
Bassinet: Heaume dérivé de la cervelière par extension des pièces de fer sur les joues et le coup. Il remplaça progressivement le grand heaume du XIIIe siècle. Voir l'article sur le heaume.
Bavière: Pièce d'armure de fer protégeant le bas du visage et la gorge. Les premiers heaumes (XIIe et XIIIe siècle) ne couvraient pas bien la gorge et le cou de l'homme d'armes. La bavière apparut au XIVe siècle en même temps que le bassinet et se fixait à celui-ci ou bien à la barbute grâce à deux pivots lui permettant de se relever. Au XVe siècle, certaines bavières couvraient entièrement le cou, à la manière du colletin et se portaient sous la salade.
Berruyer ou Berruier: Sorte de casque ressemblant à la barbute, sans visière et avec des brides jugulaires. Etait utilisé au XVe siècle.
Boce: Petit bouclier rond attaché au fourreau de l'épée: La boce se tenait de la main gauche lors des combats à pied et servait à parer les coups d'estoc. Surtout utilisée en Italie et lors de combats singuliers.
Bouclier: Arme défensive utilisée tout au long du moyen âge. Voir l'article sur le bouclier.
Braconnière: Pièce de l'armure de fer partant de la ceinture et recouvrant le haut des cuisses.
Brassard: Partie de l'armure de fer couvrant le bras de l'épaule au poignet.Composé d'une seule pièce articulée pour pouvoir plier le bras, le brassard fut adopté vers la fin du XIVe siècle..
Branc: Autre nom donné à l'épée au moyen âge:
Brigantine: Vêtement de guerre formé de petites plates recouverte d'un vêtement. Elle fut d'abord portée par des piétons et son nom vient des troupes de brigands du XIVe siècle. Elle couvrait le torse, les hanches et souvent les bras. Les lames de métal étaient disposées entre deux couches de vêtements: la couche intérieure était faite de toile ou de cuir et l'extérieur de velours ou d'étoffe de soie. Des rivets maintenaient le tout en place. L'emploi de différentes couleurs donnaient aux troupes une apparence très bigarrée.La brigantine offrait une bonne protection contre les flèches et revenait moins cher que le haubert ou le plastron de fer. Essentiellement portée par les fantassins, archers et arbalétriers, elle fut utilisée jusqu'au XVIe siècle.
Broigne: Cuirasse faite de cuir et d'anneaux de fer cousus employée des le XIIe siècle. Cette tunique, contrairement au haubert, ne nécessitait pas de vêtement de protection en dessous et était également plus facile à fabriquer. En effet, les anneaux de fer de la broigne n'était pas entrelacés et rivés mais simplement juxtaposés et maintenus par de fortes coutures et des lanières de cuir. C'était une protection efficace et elle était souvent portée par les fantassins, archers et arbalétriers du XIIIe siècle car elle fatiguait moins que le haubert. Elle fut abandonnée vers le milieu du XIVe siècle remplacée par les armures composée de plaques de fer.
Camail: Protection couvrant la tête et les épaules faite d'abord de cuir puis renforcée de plaques de fer ou d'anneaux et enfin composée de mailles. Le camail est déjà porté à l'époque Carolingienne puis par les normands. Au XIIe et XIIe siècle, le camail de maille est utilisé avec le haubert et encore employé au XIVe ou il s'attache au bassinet. Il disparaît peu à peu durant le XVe siècle remplacé par l'armure de plates.
Carreau: Projectile tire par l'arbalète. Plus court que la flèche (environ 20 centimètres de long) et muni d'un fer plus lourd, il ne possédait que deux pennes au lieu de trois pour la flèche.
Cervelière: Petite coiffe de maille ou de fer enveloppant la partie supérieure du crâne. Elle était portée sous le grand heaume vers la fin du XIIIe siècle et le début du XIVe. Par le suite, ce casque va évoluer vers le bassinet mais reste parfois employé dans le cadre de joutes.
Chanfrein: Pièce de fer protégeant la tête du cheval et plus particulièrement le front. Il se fixe sur le harnais que porte le cheval de guerre ou de tournoi et son emploi semble dater de la fin du XIIIe siècle. Pendant les joutes, on utilisait des chanfreins aveugles, qui empêchait le cheval de voir devant lui afin qu'il ne fasse pas d'écart dans sa course. Les chanfreins se développèrent surtout au XVe siècle en même temps que les armures pour chevaux..
Chapel de Fer: C'était une sorte de casque généralement en forme de dôme fait de trois pièces ou plus, avec un large rebord. Il était très utilisé en France et en Angleterre pendant le XIVe siècle par les hommes d'armes mais aussi par les chevaliers qui ne pouvaient se payer un bassinet. Ce casque était également souvent choisi par les archers et les arbalétriers.
Chausse: Partie d'armures recouvrant les cuisses et faite de mailles.
Claymore: Grande épée à deux mains très populaire en Ecosse du XIVe au XVIe siècle d'une longueur de 1m50 à 1m80 avec une poignée pouvant atteindre 50 centimètres et d'un poids de 3 à 5 kilos. Les fantassins Suisses et Allemands utilisaient également de grandes épées similaires mais le terme Claymore, qui signifie "grande épée" n'était employé qu'en Ecosse.
Clinque: Bandes de fer servant de nasal, d'oreillete ou de couvre-nuque dans un casque.
Colletin: Pièce de l'armure de fer qui couvre le cou et les épaules. Il etait fait de mailles ou bien de plates et s'attachait à la cervelière ou au bassinet. Il a remplacé le camail à la fin du XIVe siècle.
Corsèque: Arme d'hast utilisée du XVIe au XVIIe siècle. Le fer possède une lame centrale et deux pointes latérales plus courtes ce qui lui donne une forme ressemblant a une fleur de lys. Elle fut surtout en usage en France et en Italie comme arme de cérémonie et plus rarement pour la guerre. Elle aurait été introduite par les fantassins corses d'ou son nom.
Cubitière: Pièce d'armure protégeant le coude utilisée des le XIIIe siècle. Les premières cubitières se composaient simplement d'une pièce de fer de forme conique et attachée au haubert par une sangle. Elle ne couvrait que l'arrière du coude et c'est au XIVe siècle qu'on commença à employer des cubitières enveloppant également les côtés du coude. Au XVe siècle la cubitière de fer fait partie de l'armure à plates portée par les chevaliers.
Cuirasse: Principale partie de l'Armure qui est ordinairement de fer et qui couvre le corps devant et derrière depuis les épaules jusqu'à la ceinture.
Cuissard (ou Cuissot): Pièce d'armure recouvrant la cuisse. Le cuissot fit son apparition vers le milieu du XIVe siècle. Avant cela, les cuisses étaient protégées par le bas du haubert ou du gambison. Les premiers cuissots se résumaient à une lame d'acier d'environ 10 centimètres au dessus de la genouillère. D'autres pièces furent ensuite ajoutées pour recouvrir une plus grande partie de la cuisse. Les cuissots articulés furent remplacés par une pièce unique attachée grâce à une courroie et rivée à la genouillère. Ils ne couvraient au début que le devant de la cuisse. Vers la fin du XIVe siècle, commencèrent à apparaître des cuissots enveloppant totalement la cuisse. A cette époque, on portait également des cuissots composés de plaques d'acier insérés dans de la toile épaisse ou bien rivetés par dessus une pièce de peau. Ils étaient très pratiques et protégeaient bien contre les coups de taille mais n'étaient pas très efficaces contre les coups d'estoc.
Dague: Armes de main, courte et pointue, qui se portait à la ceinture. Elle parait avoir été adoptée à partir de la fin du XIIIe siècle. Au XIVe siècle, les homme à pied se servaient de dagues à lame large pour égorger les cavaliers désarçonnés. Les archers portaient souvent des dagues longues à 2 tranchants, d'environ 50 centimètres, ressemblant à de petites épées. De part sa taille et sa force de pénétration, la dague devint l'arme de prédilection pour les assassinats. Elle fut également utilisée pendant le combat en même temps que l'épée (une arme dans chaque main) et prit le nom de main-gauche au XVIe siècle.
Dard: Sorte de javelot empenné utilisé pendant l'époque carolingienne et jusqu'au XIIe siècle.
Ecu: Désigne le bouclier au moyen âge.Voir l'article sur le bouclier.
Epaule de Mouton: Pièce d'armure de fer recouvrant entièrement le bras développée pendant le XVe et XVIe siècle et utilisée exclusivement pour les joutes.
Epée: Arme tranchante symbole du chevalier du moyen âge. Voir l'article sur l'épée.
Epieu: Arme d'hast ressemblant à une courte lance. C'est au départ plutôt une arme de chasse mais des épieux de guerre sont également utilisés au moyen âge. La pointe de fer est assez longue et possède deux tranchants. Une entaille fut ajoutée au XVIe siècle sur un des tranchants ce qui devait permettre de parer les coups d'épée.
Esponton: Arme d'hast que portaient les gens à pied. C'est une demi-pique ressemblant à un épieu ou à une langue de boeuf. Il devient l'insigne des officiers d'infanterie au XVIe siècle. Utilisé jusqu'à la revolution.
Estoc: Se dit d'une arme ou d'un coup destiné à percer (avec la pointe).
Fauchart: Arme d'hast composée d'une lame de faux fixée à un long manche de bois. Cette arme était utilisée par les paysans quand ceux-ci étaient amenés à combattre. Elle semble avoir fait son apparition au début du XIIIe siècle. Ensuite, des faucharts dédiés à la guerre furent fabriqués et les fantassins s'en servaient pour désarçonner les cavaliers grâce au crochet dont il était muni.
Fauchon: Sabre du moyen âge, à un seul tranchant. Cette arme, assez inhabituelle pour l'époque, fut utilisée au XIIIe siècle. Sa lame était plutôt courte et conçue de manière à augmenter la puissance et la force de pénétration des coups de taille. Malgré sa ressemblance, il n'est pas dérivé des cimeterres utilisés par les arabes. Son nom vient certainement de la faux. Il était moins cher à fabriquer qu'une épée et donc beaucoup utilisé par les milices des villes.
Fléau: Arme offensive composée d'un manche en bois et d'une chaîne terminée par une masse de fer.Voir l'article sur le fléau.
Flèche: Projectile tire par l'arc.
Fronde: Arme de jet destinée à lancer des pierres ou des balles de plomb. Connue depuis l'antiquité, elle a été employée par les Grecs et les Romains. Encore utilisée au moyen âge, elle fut remplacée par l'arbalète à partir du XIIe siècle.
Fusée: Désignait la poignée d'une épée.
Gambison: Vêtement de guerre généralement porté sous le haubert de maille du XIIe au XIVe siècle. Il était fait de peau ou d'étoffe épaisse et rembourré de filasse ou de coton. Il s'ouvrait par devant ou derrière pour s'enfiler rapidement. A partir du XIVe siècle, alors que la cotte de maille commence à laisser la place à l'armure de plates, le gambison est parfois porté tout seul, renforcé par des pièces d'armures de fer (cubitières, colletin, genouillères ...). Des gambisons moins rembourrés furent utilisés sous l'armure de plates au XVe siècle.
Gantelet: Pièce d'armure protégeant la main. Jusqu'au XIVe siècle, la main était protégée par un gantelet de maille sur gants de cuir qui ne laissait que le pouce libre de mouvement. Durant la première partie du XIVe siècle, des gantelets plus perfectionnés apparurent.Ils étaient fait de plates de fer fixées sur un gant de peau. Pour faciliter le mouvement des doigts, des plates différentes étaient disposées sur chaque phalange. Dans la seconde moitié du XIVe, le poignet est également articulé. Des le début du XVe siècle, l'armure de fer du gantelet est indépendante du gant de cuir et le pouce est articulé au moyen d'une charnière qui permet le mouvement en tout sens. Les Anglais et les Allemands étaient les plus avancés dans la fabrication des gantelets. A la fin du XVe, il arrive souvent que les doigts ne soient plus détachés mais réunis et articulés ensemble. La main qui ne portait pas l'épée, généralement la gauche, était équipée d'un gantelet différent, appelé "bras de fer" et destiné essentiellement à tenir les rênes de la monture (cf. image).

Genouillère: Pièce d'armure protégeant le genou. Les premières genouillères apparaissent au XIIIe siècle. Elle pouvait avoir différentes formes: plates, coniques ou en demi-sphère. Les premières étaient composées d'un morceau de peau remontant sur la cuisse sur lequel était attaché une plaque de fer. Ensuite, la pièce de fer se fixe directement sur les armures de cuisses au moyen d'une courroie. Certaines étaient munies de pointes empêchant de saisir le cavalier par les jambes..
Glaive: Du latin Gladius: coutelas, épée tranchante. Ce terme est généralement utilisé pour designer l'épée courte portée par les soldats Romains d'abord en bronze puis en fer. Ce terme s'emploie souvent à la place de la lance au moyen âge.
Godendac ou Godendard: Arme d'hast employée par les hommes à pied, particulièrement dans les Flandres au XIVe siècle. Nom dérivé de l'allemend Gutentag appelée ainsi ironiquement parce qu'elle servait à porter le bonjour à l'ennemi. C'était une espèce de massue muni d'une pointe de dague et mesurant environ 2 mètres de long. Viollet-le-Duc l'a confondu avec une sorte de guisarme.
Gorgerin: Pièce inférieure d'un casque fermé, couvrant la gorge et le cou. Peut être composé d'une ou de plusieurs pièces articulées.
Gorgière: Partie de l'armure qui protegeait le cou. Apparue du XIIIe siècle, elle était alors constituée de mailles en continuité de la coiffe (cf image de gauche) ou bien faisant partie du camail mais existait aussi comme une pièce séparée pouvant s'attacher au bassinet. Au XIVe siècle, les gorgières furent également fabriquées en plaques d'acier. Elles furent peu à peu remplacées par le gorgerin.

Goupillon: Sorte de fléau d'armes possédant plusieurs chaînes terminées par des sphères garnies de pointes .Voir l'article sur le fléau.
Gousset: Pièce d'armure servant à protéger l'aisselle. D'abord constitués de mailles pour renforcer le haubert (Fig 1), les goussets furent ensuite des pièces separées en fer, attachée par-dessus la jointure de l'aisselle (Fig 2). Ces rondelles d'épaules furent portées jusq'au XVIe siècle.
Grève: Pièce d'armure de fer couvrant le bas de la jambe (du genou au pied).Vers le milieu du XIIIe siècle, cette pièce de fer commença à se porter sur la chausse de maille pour protéger les tibias. Elle était attachée par trois courroie et se coinçait sous la genouillère. Une articulation à la jonction avec la genouillère permit ensuite de faciliter le mouvement. Une seconde pièce fut ajoutée vers la fin du XIVe siècle pour préserver également le mollet. Les deux pièces étaient alors reliées par des charnières permettant l'ouverture de l'ensemble.
Guisarme: Arme d'hast composée d'un long pieu sur lequel était emmanché une lame tranchante recourbée et une pointe droite. Cette arme, qui ressemble au fauchart, était utilisée par les piétons à partir du XIVe siècle qui s'en servaient beaucoup pour tailler les jarrets des chevaux. .
Hache: Arme offensive dérivée de l'outil du même nom. Voir l'article sur la hache.
Hallebarde: Arme d'hast dérivée de la hache et utilisée des le XIVe siècle par les fantassins suisses et allemands. Elle se composait d'une hache munie d'une pointe fixée sur un long manche de bois. Ensuite, un crochet séparé fut ajouté à l'arrière puis, la partie métallique engloba également le ou les crochets. Cette arme, habilement maniée devait être redoutable pouvant tailler, percer et arracher des pièces d'armures.
Harnois: Désignait l'équipement militaire du soldat du moyen âge ainsi que l'habillement du cheval.
Hast: Une arme d'hast se compose d'un long manche de bois terminé par une partie métallique plus ou moins évoluée. Le mot vient du latin Hasta (Lance). La lance est en effet l'arme d'hast la plus primitive. Ensuite, tout au long du moyen âge, différentes armes d'hast furent utilisées par les fantassins: Hallebarde, Fauchart, Guisarme, Vouge... Voir l'article sur les armes d'hast.
Haubergeon: C'était un petit haubert, le plus souvent sans manche ni coiffe et descendant jusqu'à mi-cuisse.
Haubert: C'était une tunique faite de mailles, munie de manches et souvent d'une capuche. Elle descendait habituellement jusqu'au jambes et se portait par dessus le gambison. C'était la protection principales des hommes d'armes jusqu'à la fin du XIIIe siècle. Par dessus, se portait le surcot qui protégeait le haubert de la chaleur et de la rouille.
Heaume: Armure de tête utilisée pendant le moyen âge.Voir l'article sur le heaume.
Jambière: Pièce d'armure de fer protégeant le bas de la jambe (voir grève).
Javelot: Sorte de lance courte et légère et destinée à être projetée. La distinction entre la lance et le javelot est déjà clairement établie dans l'antiquité ou des troupes spécialisées dans le maniement du javelot existent déjà. Le Pilum Romain faisait environ 1m50 et possédait une lourde pointe de fer représentant environ un tiers de la longueur totale de l'arme.Son poids réduisait sa portée mais entraînait des dégâts plus importants. Comme on peut le voir sur la tapisserie de Bayeux, les Normands et les Saxons se servaient du javelot à cheval. Cette arme ne changea pratiquement pas jusqu'à son abandon au XVIe siècle.
Jazequené:Terme utilisé au moyen âge signifiant: garnie de mailles d'acier.
Lance: Arme de guerre et de tournoi composée d'un manche de bois (hampe) et d'une pointe de fer. Voir l'article sur la lance.
Marteau: Arme de guerre dérivée de l'outil du même nom. Le marteau de guerre se composait d'un manche de bois terminé par une tête en plomb ou en fer et souvent munie d'une pointe dans le prolongement du manche. Bien que de telles armes furent certainement utilisées bien avant, le marteau d'arme semble avoir été admis dans les armées vers le milieu du XIIIe siècle. C'était une arme très lourdes, utilisée par les fantassins, capables de provoquer de gros dégâts et qui accélérât sans doute l'usage des armures de plates complètes. Au XVe siècle, le manche devient plus allonge et la partie métallique s'enrichit souvent d'une hache ou d'une pointe latérale(bec de faucon). A la même époque, apparaît un marteau plus court porté par les cavaliers et parfois entièrement fait de fer (cf. image). Ces marteaux furent en usage jusqu'au XVIe siècle dans la cavalerie avant d'être abandonnés au profit du pistolet.
Masse: La masse d'arme est une sorte de massue terminée par une lourde pièce de métal. Voir l'article sur la masse.
Langue-de-Boeuf:Demi pique en usage au moyen âge. La pointe de la langue-de-boeuf était une large dague. Plus tard, ce nom fut donné à des dagues italienes et à tout instrument à fer large et à double tranchant.
Levantine: Dague dont le pommeau s'epanouit en deux ailes. Le nom vient de l'italien et l'arme était plutôt appelée en France dague ou poignard à oreilles à cause de la forme de son pommeau. La lame est assez courte et asymetrique. On trouvait en Perse des armes analogues aux Ve et VIe siècle. La levantine fut utilisée au XVe et au XVIe siècle.
Maille: Assemblage d'anneau de fer entrelacés et fermés par un rivet. On se servait des mailles pour fabriquer des vêtements de protection comme le haubert (cotte de mailles), les chausses, des coiffes et autres. Le résultat donnait une sorte d'armure très résistante aux coups de tailles mais moins efficace contre les coups d'estoc. La maille fut introduite vers la fin de l'époque Romaine et fut ensuite fabriquée dans toute l'Europe.

Miséricorde: Sorte de poignard à lame mince utilisé des le XIIIe siècle. Plus longue que la dague, c'était donc en fait une épée très courte. Son nom viendrait du fait que les gens devaient crier miséricorde quand l'arme était contre leurs gorges.
Pansière: Partie inférieure du plastron, qui va de la pointe du sternum à la ceinture (XVe siècle). La pansière pouvait se porter même sans cuirasse.

Passot Epée de passot, Epée large et courte, à deux tranchants, que portaient les gens à pied, aux XIVe et XVe siècles.
Pavois: Très grand bouclier rectangulaire ou ovale utilisés par les arbalétriers ou par les soldats lors des sièges. Voir l'article sur le bouclier.
Pertuisane: Arme d'hast dérivée de la lance utilisée en Italie vers le milieu du XVe siècle.
Pique: Longue lance de fantassin (environ 6 mètres) rappelant celle des phalanges Macédoniennes. Elle fut largement utilisée par l'infanterie suisse du XVe au XVIIe siècle.
Plastron: Partie de l'armure de fer recouvrant le devant du torse.
Plates: Pièces d'armures de fer posées par dessus le haubert à partir du XIIIe siècle. A l'origine, les plates n'étaient que quelques lamelles de fer battu destinées à protéger certaines parties du corps (arrière-bras, genou, tibia ...). Elles ne servaient qu'a renforcer la protection offerte par le haubert de mailles. Ce n'est que vers le XVe siècle que les plates commencèrent à composer une armure complète. Cette armure était appelée "armure blanche" à cause de la couleur de l'acier poli. Véritables œuvres d'art, ces armures avaient l'inconvénient d'être très lourdes et très longues à revêtir. Le chevalier devaient de faire aider par deux écuyers pour endosser son armure de plates.
Roncone: Arme d'hast de la famille des pertuisanes mais dont les oreillons sont dirigés vers le bas. C'est en fait une sorte de corsèque surtout utilisée en Italie du XVe au XVIIe siècle notament sur les bateaux. Les oreillons permettaient d'aggriper les divers cordages.
Rondache: Petit bouclier circulaire utilisé au moyen âge
Rondelle: Petit disque de fer servant de protection. Il y eut des rondelles de coudes, de plastron ou même à l'arrière de l'armet pour une raison inconnue.
Salade: Casque couramment utilisé au XVe siècle. Son style est très variable selon les pays. Voir l'article sur le heaume.
Secrète: Calotte de fer qui se portait comme défense de tête du XVe au XVIIe siècle. Elle était cousue dans la forme du chapeau et était le plus souvent percée de trous pour l'alléger et l'aérer. Elle est derivéee de l'ancienne cervelière.

Sica: Sorte de poingnard antique.La sica était de forme recourbée et se portait à gauche. Elle était facile à dissimuler sous les vêtements ce qui en faisait l'arme priviliégée des assassins. Elle a donné le mot sicaire pour désigner un tueur à gages.

Soleret: Pièce d'armure protégeant le pied. Des le XIIIe siècle, des pièces de fer furent posées sur la maille pour couvrir le dessus du pied. Elles étaient attachées avec des courroies. A la fin du XIVe siècle, les progrès effectués par les armuriers permirent la fabrication de solerets enveloppant totalement le pied, véritables chaussures de fer.Au début du XVe siècle, les chevaliers portaient souvent des solerets à poulaines. Cette pointe recourbée et fixée à l'avant devait permettre de mieux maintenir le pied dans les étriers mais devait être retirée pour pouvoir marcher. A la fin du XVe siècle, ils furent remplacés par des solerets à large extrémité, appelés pieds d'ours, qui n'empêchaient pas de marcher. Ils furent utilisés jusqu'au XVIe siècle.
Spallière: Pièce d'armure de fer couvrant l'épaule. La spallière remplaça l'ailette, qui n'était pas très pratique, vers le milieu du XIVe siècle. Elle était d'abord demi-sphérique et fixée par une courroie passant sous l'aisselle. Au XVe siècle, elle devint une partie importante de l'armure de plates et se composait souvent de plusieurs plaques de métal articulées.
Spatha: C'était l'épée de la cavalerie romaine. Elle était en fer et plus longue (jusqu'à un mètre) que le Glaive, porté par les fantassins. Cette épée devait être assez semblable à celle utilisée au moyen âge dont elle est peut-être l'ancêtre.
Surcot: Vêtement porté par dessus le haubert. Les surcots du XIIIe siècle étaient assez longs, arrivant jusqu'au genou. Ils protégeaient le chevalier de la chaleur et évitaient à la cotte de maille de se rouiller. Le surcot se raccourcit au XIVe siècle pour arriver au niveau de la hanche. Encore plus court au XVe siècle, il fut bientôt abandonné pour une simple tunique. La plupart des surcots portaient le blason du chevalier permettant de faciliter son identification durant la bataille.
Tabard: Désigne généralement un vêtement de dessus au moyen âge et plus spécialement le manteau que les soldats portaient par-dessus leurs armes.
Targe: Autre nom donne au bouclier du moyen âge.
Tassette: Pièce de fer, attachée à la braconnière et couvrant la cuisse. Il ne faut pas la confondre avec le cuissot qui était la pièce d'armure portée directement sur la cuisse. La tassette venait en fait renforcer la protection et faisait partie de l'armure de plates.
Ventaille: Désigne la pièce de l'armet qui couvre le menton.
Vouge: Arme d'hast se composant d'une lame emmanchée sur un long bâton de bois. La partie métallique est une sorte de gros poignard dont la lame n'est aiguisée que d'un seul cote et fabriquée dans un acier très dur. Les fantassins (vougiers) s'en servaient pour couper les jarrets des chevaux ou bien pénétrer les armures de plates. Elle fut utilisée du XIVe au XVIe siècle.
avatar
RAPHAEL83
Dans l'autre monde
Dans l'autre monde

Masculin Nombre de messages : 2639
Localisation : Nevers / Bourgogne
Date d'inscription : 31/07/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Armes et armures (glossaire)

Message par RAPHAEL83 le Jeu 17 Sep 2009, 20:59

Armes - Glossaire

Entre parenthèses : le nom anglais
Ahlspiess
Âme partie centrale de l'épée dont le rôle est à la fois décoratif et mécanique (elle assure la souplesse de l'épée).
Anelace
Angon Lance ou javelot franc dont le fer a la forme d'un harpon.
Arbalète Arme de jet dérivée de l'arc (arc-baliste). Voir l'article sur l'arbalète.
Connue des chinois dès 350 avant notre ère, connue à l'Antiquité, celle-ci se différencie fort peu de l'arme qui sera employée tout au long du Moyen Age, mis à part le fait qu'elle soit montée avec un arc composite - assemblage de corne, de tendons et de bois d'essences différentes.
Un arc est fixé au bout d'un arbrier. La corde, tressée en crin, s'accroche sur une noix en os ou en corne. Le trait, appelé aussi carreau, vireton ou même dondaine selon sa forme, est placé dans une rainure creusée le long de l'arbrier. En pressant une détente, on libère la noix qui bascule, libérant puissamment la corde et le trait. Le tir est plus tendu que celui de l'arc et offre un meilleur balayage du terrain. Dans les armées du Bas-Empire, certaines légions gauloises auraient eu des corps d'arbalétriers, arcuballistae » (Végète). Deux basreliefs datant du Ier ou du IIe siècle, déposés au musée du Puy, ont conservé l'image d'arbalète primitive.
Au XIIe siècle, son utilisation se généralise en Europe. L'Eglise, la jugeant trop meurtrière, en interdit l'usage entre chrétiens de 1097 à 1099 (Urbain II) puis en 1139 lors du concile de Latran. Malgré tout, son développement continuera. On verra des corps d'arbalétriers à pied ou à cheval intégrer toutes les armées. Pour exemple, trois cents arbalétriers sont prévus à Saphet en Terre sainte vers 1250, mille cinq cents dans le pacte de renouvellement de la Ligue lombarde en 1231, et l'Arsenal de Venise compte mille cent trente et un arbalétriers en 1314. Richard Coeur de Lion fut mortellement blessé par un trait d'arbalète lors du siège de Chalus en Limousin. Cette arme a été utilisée comme arme de guerre jusqu'au XVIe siècle.
Elle pèse de 7 à 8 kilos, et peut aller jusqu'à 11 kilos. Le carquois et les carreaux pèsent à eux-seuls 2-3 kg.
L'arbalète à levier est inventée au début du 14ème siècle.
L'arbalète à arc en acier, et à moufle est inventée au milieu du 14ème siècle. L'arbalète à moufle tire 2 coups par minute, et est efficace jusqu'à 300 m.
Arc Arme de jet composées d'une verge de bois plus effilée aux extrémités, le milieu étant plus renflé, à chaque extrémité une encoche dans le bois pour fixer la corde ou le boyau, la longueur de l'arc variait avec l'archer il pouvait mesurer entre 1m50 et 1m90. Voir l'article sur l'arc.
Il est très difficile de définir avec exactitude ce que fut l'arc médiéval car il en reste très peu d'exemplaires. La découverte en 1841, à l'embouchure de la Tamise, d'une cargaison de bois d'if et d'ébauches d'arcs sur le navire la « Marie-Rose », naufragé en 1545, est une des seules sources sur les arcs anglais, les « long bow ». Nombre d'iconographies et de sculptures de bas-reliefs montrent l'existence de deux autres types d'arcs : le "bourguignon" et le "turquois".
Avant le XIIe siècle, l'arc faisait partie de l'éducation des jeunes chevaliers, et était parfois utilisé pour la chasse. Il était décoré et particulièrement soigné. Par contre, on utilisait des arcs plus rudimentaires lorsqu'il s'agissait de tirs militaires. Ils étaient réservés aux gens d'armes non nobles, les chevaliers se réservant l'usage de l'épée.
Les Archers : Les archers étaient recrutés parmi les gens de classes dites inférieures (artisans, petits bourgeois ou paysants).
Les archers en temps de guerre apportaient une aide précieuse et puissante au seigneur. Les meilleurs compagnies d'archers étaient anglaises, brabançons, bourguignonnes.
Arc - long bow Les caractéristiques de ce grand arc sont les matériaux utilisés pour sa fabrication. Élaborée en if massif, la combinaison de l'aubier au dos et du cour au centre le rend plus solide. Sa forme transversale en D et sa très grande taille permettaient une grande allonge, et donc une grande portée, pouvant atteindre les 200 m. A l'époque médiévale, il était couramment tiré avec des puissances de 100 à 120 livres anglaises (45 à 54 kg) par des gens exercés dès leur plus jeune âge. Son usage était essentiellement guerrier et son but, un tir lointain d'attaque. Il était meurtrier à moins de 200 m sur une cotte de mailles et à 100 m sur une armure. Quant aux flèches, elles pouvaient mesurer jusqu'à 90 cm et pesaient entre 60 et 100 g. Les pointes forgées étaient conçues pour transpercer les armures.
L'empennage est en plumes d'oie blanches. La corde est tressée en lin, chanvre ou soie pour les plus sophistiquées.
Arc - bourguignon Arc court d'environ 1,60 m, se tire avec une plus petite allonge. Une contre-courbure optimise sa souplesse. Il est sans doute plus précis que 1e < long bow » ; son utilisation initiale est la chasse et la défense des châteaux. La combinaison de plusieurs bois, permettant de minimiser les défauts des essences utilisées par la pratique du contrecollage, semble peu courante au Moyen Age car conteuse. L'arc est souvent protégé de l'humidité par du cuir ou de la peinture.
Arc - turquois Il fallait souligner l'existence de ce petit arc particulièrement efficace.
D'origine orientale, ce petit arc « recurve » était en bois contrecollé avec du tendon au dos et de la corne au ventre. Ses performances étaient meilleures que celles des arcs français ou anglais. Ces arcs sont à l'origine de nombreuses pertes humaines lors des Croisades.
Arme de choc arme contondante, c'est-à-dire qui meurtrit en premier lieu par écrasement de la partie touchée.
Arme de taille arme dont le principe actif (pointe, fer de hache, objet contondant) est dirigé plus ou moins perpendiculairement par rapport à l'axe de la hampe. La frappe de taille consiste en un mouvement semi-circulaire de l'outil martial.
Arme d'estoc arme qui possède principalement une pointe dans le prolongement de la hampe. La frappe d'estoc consiste à faire avancer la pointe de l'arme dans la direction empreinte par la hampe.
Arme d'hast provient du latin hasta qui signifie « lance ». C'est une arme blanche dont 1e fer est emmanché au bout d'un bâton.
Armé prise d'élan avec le bras armé avant de lancer un coup.
Arquebuse Inventée au 15ème siècle.
Artillerie armes de traits
Attrape-coquin
Bardiche Arme d'origine de l'Europe de l'Est , arme dont le fer en forme de hache étirée possède un long tranchant convexe dont la pointe supérieure devient un estoc, la pointe inférieure est habituellement fixée au manche par des liens ou rivets.
La longueur du manche se situe entre 1 m 40 et 2 m pour un fer de 50 cm.
Bec de Corbin Pointe perpendiculaire à la hampe, recourbée en forme de bec, placé en complément du marteau ou du fer de hache.
Bill
Branc Autre nom donné à l'épée au Moyen Age.
Braquemart C'est une épée courte et large de la même époque, qui peut s'utiliser pour sabrer.
Carreau Projectile tire par l'arbalète, ainsi appelés en raison de leur section carrée. Plus court que la flèche (environ 20 centimètres de long) et muni d'un fer plus lourd, il ne possédait que deux pennes au lieu de trois pour la flèche. Ils sont stockés dans des tonnelets ou des bourses placés près de chaque arbalétrier, et peuvent aisément percer une armure.
Cimeterre
Claymore Grande épée à deux mains très populaire en Ecosse du XIVe au XVIe siècle d'une longueur de 1m50 a 1m80 avec une poignée pouvant atteindre 50 centimètres et d'un poids de 3 a 5 kilos. Les fantassins Suisses et Allemands utilisaient également de grandes épées similaires mais le terme Claymore, qui signifie "grande épée" n'était employé qu'en Ecosse.
Cognée
Contus (terme latin d'origine grecque) longue lance de cavalier, maniée à deux mains.
Corsèque Arme d'hast utilisée du XVIe au XVIIe siècle. Le fer possède une lame centrale et deux pointes latérales plus courtes ce qui lui donne une forme ressemblant a une fleur de lys. Elle fut surtout en usage en France et en Italie comme arme de cérémonie et plus rarement pour la guerre. Elle aurait été introduite par les fantassins corses d'ou son nom.
Court tranchant le tranchant face à soi, quand on tient son épée devant soi.
Couteau
Couteau de pierre
Coutelas arme blanche semi-longue à un seul tranchant.
Couteau de brèche
Dague Armes de main, courte et pointue, à 2 tranchants, qui se portait a la ceinture. Elle parait avoir été adoptée a partir de la fin du XIIIe siècle. Au XIVe siècle, les homme à pied se servaient de dagues à lame large pour égorger les cavaliers désarçonnés. Les archers portaient souvent des dagues longues à 2 tranchants, d'environ 50 centimètres, ressemblant à de petites épées. De part sa taille et sa force de pénétration, la dague devint l'arme de prédilection pour les assassinats. Elle fut également utilisée pendant le combat en même temps que l'épée (une arme dans chaque main) et prit le nom de main-gauche au XVIe siècle.
Dard Sorte de javelot empenné utilisé pendant l'époque carolingienne et jusqu'au XIIe siècle.
Epée Arme tranchante symbole du chevalier du Moyen Age. Voir l'article sur l'épée.
Arme blanche à double tranchant, sans doute d'origine celtique et copiée par les Germains. L'épée franque (carolingienne) est la plus renommée jusqu'à ce que les Vikings la copient et la surpassent. Durant cette période, l'épée est dite longue lorsqu'elle mesure de 80 cm à 1 m.
Epée batarde (ou épée à une main et demi)
Epée courte
Epieu Arme d'hast ressemblant à une courte lance. C'est au départ plutôt une arme de chasse mais des épieux de guerre sont également utilisés au Moyen Age. La pointe de fer est assez longue et possède deux tranchants. Une entaille fut ajoutée au XVIe siècle sur un des tranchants ce qui devait permettre de parer les coups d'épée.
Espringale grosse arbalète montée sur une roue
Estoc Se dit d'une arme ou d'un coup destiné à percer (avec la pointe).
Faible moitié supérieure de la lame, située prêt de la pointe.
Fauchart / Fauchard / Faussant Arme d'hast composée d'une lame de faux fixée à un long manche de bois. Cette arme était utilisée par les paysans quand ceux-ci étaient amenés à combattre. Elle semble avoir fait son apparition au début du XIIIe siècle. Ensuite, des faucharts dédiés à la guerre furent fabriqués et les fantassins s'en servaient pour désarçonner les cavaliers grâce au crochet dont il était muni.
Arme dérivée de la faux. II se constitue d'un fer large monté dans le prolongement de la hampe, dont l'unique tranchant est convexe. Il s'utilise essentiellement pour les attaques de taille.
Fauchon Sabre du moyen âge, à un seul tranchant. Cette arme, assez inhabituelle pour l'époque, fut utilisée au XIIIe siècle. Sa lame était plutôt courte et conçue de manière à augmenter la puissance et la force de pénétration des coups de taille. Malgré sa ressemblance, il n'est pas dérivé des cimeterres utilisés par les arabes. Son nom vient certainement de la faux.
Faucille
Faussant Voir Fauchard
Faux (War scythe)
Feu grégeois liquide â base de naphte auquel on mettait le feu pour en faire une arme redoutable, inventée à la fin du VIII siècle.
Fléau (Flail) Arme offensive composée d'un manche en bois et d'une chaîne terminée par une masse de fer. Voir l'article sur le fléau.
Flèche (Arrow) Projectile tiré par l'arc.
Les flèches se composent de bois, de fer et de l'empenne. le pin, le mélèze ou le frêne sont les bois les plus utilisés.
On choisissait des bois à fibre serrée et régulière, pour que la flèche soit droite et légère, le poids du bois dépendait du poids du fer.
Pointes de fer

Le boujon : fer est de section triangulaire ou carrée.
Les passadoux : fer de flèche plat et triangulaire.
Les dardes : fer lourd
Les barbillons : fer est barbelé.
Jusqu'au XIV siècle, les fers de flèches portaient des douilles, dans laquelle le fer rentrait.
Après le XIV siècle, le fer était muni d'une soie, pincée par une entaille faite dans le bois, le tout serré par un fil de soie ou de coton bien collé.
Encoche

Entaille dans le bois, renforcé par un morceau de corne ou d'os pour améliorer et durcir l'entaille lors du pincement de la flèche au moment de la décoche de la flèche.
Empennage

Il y a trois pennes collés avec précision pour le flottement dans l'air après la décoche.
Voir schéma : A et B sont collés à l'identique, Cest collé à l'extérieur du fut, les pennes A et B permettent le passage de la flèche avec le minimum de frottement sur le bois d'arc au moment de la décoche.
Les pennes sont fixés à l'aide de fil de soie ou de coton par enroulement et les trois à la fois.
La longueur de la flèche, fer compris est de 0m74.
Fort moitié inférieure de la lame, située prêt de la garde.
Fourche (Military fork)
Fourche fière fourche de fer dont on se sert par exemple pour lever les échelles, les palissades
Framée
Francisque nom traditionnel de la hache de jet des Germains occidentaux, que popularisa les Francs.
Fronde La fronde constitue l'arme de jet la plus anciennement connue, puisque mention en est faite dans la Bible. Connue durant l'antiquité, elle a été employée par les Grecs et les Romains. Engin aussi simple qu'efficace, elle lance de petits projectiles, cailloux arrondis, balles d'argile durcie, ou de plomb, coulé au moule en forme d'olive très allongée, sur lesquels sont gravées des invectives : "reçoit", "avale" ou des propos beaucoup plus grossiers...
Dans l'Antiquité, les frondeurs des Baléares sont renommés pour la précision de leurs tirs; il en est de même au XVe siècle de leurs descendants espagnols. Dans les armées françaises, la fronde ne disparaît qu'au XVIIe siècle.
Fusée Désigne la poignée d'une épée.
Garde peut désigner la partie d'une épée -ou d'une autre arme- servant à stopper une lame adverse avant qu'elle n'atteigne la main. Il s'agit aussi de la position de départ du combattant dans un engagement armé. Cette dernière permet de passer d'une position de défense passive à des actions de défense ou d'attaque en un temps optimum.
Garrot sorte de carreau / sorte d'arbaléte
Glaive Du latin Gladius: coutelas, épée tranchante. Ce terme est généralement utilisé pour désigner l'épée courte portée par les soldats Romains d'abord en bronze puis en fer.
Glaive Arme d'hast
Ce terme s'emploie souvent à la place de la lance ou de l'épieu au Moyen Age, on disait aussi « hanst ».
Godendac Arme d'hast employée par les hommes à pied, particulièrement dans les Flandres. C'était une espèce de fauchart muni d'une pointe à l'opposé de la partie tranchante et mesurant environ 2 mètres de long.
Goupillon Sorte de fléau d'armes possédant plusieurs chaînes terminées par des sphères garnies de pointes. Voir l'article sur le fléau.
Guisarme (Gisarme) Arme d'hast composée d'un long pieu sur lequel était emmanché une lame tranchante recourbée et une pointe droite. Cette arme, qui ressemble au fauchart, était utilisée par les piétons à partir du XIVe siècle qui s'en servaient beaucoup pour tailler les jarrets des chevaux.
Hache (Axe) Arme offensive dérivée de l'outil du même nom. Voir l'article sur la hache.
Hache d'arme
Hache danoise Différents fer de haches danoises
Hache de bataille
Hache de guerre
Hache de jet
Hache de pierre
Hachette
Hallebarde (Halberd) Arme d'hast dérivée de la hache et utilisée des le XIVe siècle par les fantassins suisses et allemands. Elle se composait d'une hache munie d'une pointe fixée sur un long manche de bois. Ensuite, un crochet séparé fut ajouté à l'arrière puis, la partie métallique engloba également le ou les crochets. Cette arme, habilement maniée devait être redoutable pouvant tailler, percer et arracher des pièces d'armures.
Hanst épieu, lance, on disait aussi « glaive »
Hache de lockaber - Lockaber (Lochaber axe) Sorte de grande hache d'origine Ecossaise qui semble être apparue dans le courant du bas moyen age. Cette arme de piéton se caractérise principalement par un crochet fixé sur la tête de la hampe, son emploi majeur reste de saisir un cavalier pour le désarçonner.
Ces fers sont solidement emmanchés par deux douilles à un manche de 1m50 à 2m environ.

Hast Une arme d'hast se compose d'un long manche de bois terminé par une partie métallique plus ou moins évoluée. Le mot vient du latin Hasta (Lance). La lance est en effet l'arme d'hast la plus primitive. Ensuite, tout au long du Moyen Age, différentes armes d'hast furent utilisées par les fantassins: Hallebarde, Fauchart, Guisarme, Vouge... Il est parfois difficile de les différencier clairement.
Haussepied instrument destiné à tendre l'arbalète avec le pied
(Holywater sprinkler ou Morning Star)
Javeline arme de jet légère, semblable à une lance ou à un javelot raccourci.
Javelot (Javelin) Sorte de lance courte et légère et destinée à être projetée. La distinction entre la lance et le javelot est déjà clairement établie dans l'antiquité ou des troupes spécialisées dans le maniement du javelot existent déjà. Le Pilum Romain faisait environ 1m50 et possédait une lourde pointe de fer représentant environ un tiers de la longueur totale de l'arme.Son poids réduisait sa portée mais entraînait des dégâts plus importants. Comme on peut le voir sur la tapisserie de Bayeux, les Normands et les Saxons se servaient du javelot à cheval. Cette arme ne changea pratiquement pas jusqu'à son abandon au XVIe siècle.
Kama
Katana
Khopesh
Kora
Kris
Kukri
Lance Arme de guerre et de tournoi composée d'un manche de bois (hampe) et d'une pointe de fer. Voir l'article sur la lance.
Terme générique désignant une arme offensive dôtée d'un fer emmanché sur une hampe. Par opposition au javelot, la lance est une arme d'assaut qui n'est pas destinée à être lancée. Elle est popularisée par la cavalerie gothique.
Langue de boeuf (Langdebeve)
Latte sabre droit.
Long tranchant le tranchant face à l'adversaire quand on tient son épée devant soi.
Machette
Main gauche Dague utilisée comme 2ème arme dans un combat.
Marteau (Hammer) Arme de guerre dérivée de l'outil du même nom. Le marteau de guerre se composait d'un manche de bois terminé par une tête en plomb ou en fer et souvent munie d'une pointe dans le prolongement du manche. Bien que de telles armes furent certainement utilisées bien avant, le marteau d'arme semble avoir été admis dans les armées vers le milieu du XIIIe siècle. C'était une arme très lourdes, utilisée par les fantassins, capables de provoquer de gros dégâts et qui accélérât sans doute l'usage des armures de plates complètes. Au XVe siècle, le manche devient plus allonge et la partie métallique s'enrichit souvent d'une hache ou d'une pointe latérale(bec de faucon). A la même époque, apparaît un marteau plus court porté par les cavaliers et parfois entièrement fait de fer (cf. image). Ces marteaux furent en usage jusqu'au XVIe siècle dans la cavalerie avant d'être abandonnés au profit du pistolet.
Marteau de Lucerne
Masse (Mace) La masse d'arme est une sorte de massue terminée par une lourde pièce de métal. Voir l'article sur la masse.
Miséricorde Sorte de poignard à lame mince utilisé des le XIIIe siècle. Plus longue que la dague, c'était donc en fait une épée très courte. Son nom viendrait du fait que les gens devaient crier miséricorde quand l'arme était contre leurs gorges.
Mitre partie intermédiaire, souvent métallique, entre le manche et la lame d'un couteau.
(Morning Star) Voir Holywater sprinkler.
Pertuisane (Partisan) Arme d'hast dérivée de la lance utilisée en Italie vers le milieu du XVe siècle.
Pique Longue lance de fantassin (environ 6 mètres) rappelant celle des phalanges Macédoniennes. Elle fut largement utilisée par l'infanterie suisse du XVe au XVIIe siècle.
Plombée Grosse masse
Poignard arme blanche courte à double tranchant. Un long poignard est une dague.
(Pole axe)
Sabre arme blanche longue à un seul tranchant, populaire chez les peuples de la steppe. Le sabre peut être droit (latte, proto-sabre) ou courbe. Au cours du haut Moyen-Âge, sa forme a tendance à se courber.
Sacquebutte
Sax nom du scramasaxe dans certaines sources latines
Sayte Flêche
Scramasax/Scramasaxe nom franc du coutelas.
Arme typiquement germanique, couteau à un seul tranchant dont la longueur peut varier de 20 à 80 cm. Les scramasax à lame longue était des armes pour ceux dont la fortune ne permettait pas d'acheter une épée. Ceux de moins de 30 cm servaient de couteau à tout faire.
Shotel
Spatha C'était l'épée de la cavalerie romaine. Elle était en fer et plus longue (jusqu'à un mètre) que le Glaive, porté par les fantassins. Cette épée devait être assez semblable à celle utilisée au Moyen Age dont elle est peut-être l'ancêtre.
Semispatha Nom latin de l'épée courte.
Trempe refroidissement brutal d'un acier chauffé au rouge (env. 800°) afin de le durcir.
Vireton type de carreau.
Vouge Arme d'hast se composant d'une lame emmanchée sur un long bâton de bois. La partie métallique est une sorte de gros poignard dont la lame n'est aiguisée que d'un seul cote et fabriquée dans un acier très dur. Les fantassins (vougiers) s'en servaient pour couper les jarrets des chevaux ou bien pénétrer les armures de plates. Elle fut utilisée du XIVe au XVIe siècle.
Vouge français autre nom du couteau de brèche
Yatagan
avatar
RAPHAEL83
Dans l'autre monde
Dans l'autre monde

Masculin Nombre de messages : 2639
Localisation : Nevers / Bourgogne
Date d'inscription : 31/07/2009

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum