Livre 1- Histoire de Normandie par Guillaume de Jumiege

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Livre 1- Histoire de Normandie par Guillaume de Jumiege

Message par Stephandra le Ven 08 Avr 2011, 20:47


GUILLAUME DE JUMIEGE


HISTOIRE DE NORMANDIE


HISTOIRE
DES NORMANDS


LIVRE PREMIER.


COMMENT HASTINGS OPPRIMA LA NEUSTRIE AVANT L'ARRIVÉE DE ROLLON.




CHAPITRE PREMIER.

Comment la vigueur des Francs s'affaiblit après avoir long-temps brillé avec éclat, en sorte qu'ils se trouvèrent moins en état de résister aux barbares Païens.

DES le moment où la nation des Francs, recueillant ses forces, eut secoué le joug de la servitude romaine, et courbé sa tête sous la domination des rois, l'église du Christ, prenant un rapide développement et portant des fruits d'un doux parfum, poussa ses conquêtes jusques aux limites de l'Occident. Car en ce temps les rois eux-mêmes, vaillans dans les exercices de la guerre, et s'appuyant de toute la vigueur de la foi chrétienne, remportaient fréquemment de très-grands triomphes sur les ennemis dont ils étaient de toutes parts enveloppés. Sous leur gouvernement la vigne du Christ, grandissant sans cesse, produisit d'innombrables rameaux de Fidèles. De cette vigne sortirent de très-nombreuses troupes de moines, lesquelles s'élançant comme des essaims d'abeilles s'élancent de leurs ruches, transportèrent dans les demeures célestes les rayons de leur miel, formé de toutes les fleurs du monde. Par eux a été élevée cette maison de la Jérusalem éternelle, semblable à ces étoiles brillantes qui resplendissent de toute éternité devant les yeux du roi éternel. Durant un long temps cette Eglise puissante déploya chez les Francs et sous divers rois une grande vigueur, jusqu'au temps où les quatre fils de l'empereur Louis ayant renoncé à la paix, la très-grande gloire qu'avait acquise le royaume des Francs commença à être ébranlée, de telle sorte que rassemblant de tous côtés leurs forces et se battant deux contre deux, sur le territoire d'Auxerre, auprès du bourg de Fontenay, ils en vinrent enfin, sous l'instigation du diable, à satisfaire leurs déplorables inimitiés par un massacre réciproque de Chrétiens. Ainsi, dépouillant presque entièrement leur patrie de la protection de ses chevaliers par la fréquence de leurs combats, ils la laissèrent, sans force, exposée aux invasions des Barbares, ou de tout autre ennemi. En ce temps les Païens, sortant en foule des pays du Norique ou du Danemarck, avec le fils de leur roi Lothroc, qui se nommait Bier, à la côte de fer, et avec Hastings, le plus méchant de tous les Païens, qui dirigeait cette expédition, affligèrent de toutes sortes de calamités les habitans des rivages de la mer, renversant les cités et incendiant les abbayes. Nous dirons tout à l'heure quel était ce Lothroc, et de quelle race il descendait. Mais, avant cela, disons quelques mots sur la position de la Dacie.

CHAPITRE II.

Des trois parties du monde, de celle dans laquelle est située la Dacie, et de la position de ce pays.



AYANT décrit le globe de l'univers entier, et mesuré avec habileté le contour et la superficie de la terre, laquelle est de tous côtés enveloppée à jamais par l'Océan, et ayant supposé quatre points cardinaux dans l'espace du ciel, les cosmographes ont divisé cette même terre en trois parties, et les ont appelées l'Europe, l'Asie et l'Afrique. Et puisque nous faisons mention en ce lieu des trois parties de la terre, il ne sera pas inutile que nous rappelions en peu de mots ce que dit à ce sujet le bienheureux Augustin, dans le seizième livre de la Cité de Dieu: «L'Asie, dit-il, s'étend, à l'Orient, du Midi jusqu'au Septentrion; l'Europe, à l'Occident, vers le Septentrion; et l'Afrique, aussi à l'Occident, jusqu'au Midi. Ainsi l'Europe et l'Afrique occupent à elles deux une moitié du monde, et l'Asie seule l'autre moitié. On a divisé les deux premières parties, parce que c'est entre ces deux-là que vient de l'Océan toute l'eau qui coule au milieu des terres, et qui nous fait une grande mer. Ainsi, si l'on divisait le monde en deux parties seulement, celle de l'Orient et celle de l'Occident, l'Asie ferait l'une de ces parties, et l'Europe et l'Afrique feraient l'autre.» Après cette courte citation, revenons, à notre propos.


L'Europe, coupée d'un grand nombre de fleuves et divisée en plusieurs provinces, est bornée à ses extrémités par les eaux de la mer. L'une de ses provinces, la plus étendue, qui contient une innombrable population et qui est aussi plus riche que les autres, se nomme Germanie. Dans cette contrée se trouve le fleuve lster, qui prend sa source au sommet du mont Athnoe, et qui étant augmenté à profusion par les eaux de soixante rivières, et coulant avec violence du midi vers l'orient, sépare la Germanie de la Scythie, jusqu'aux lieux où il va se jeter dans la mer de Scythie, et est appelé le Danube. Dans ce vaste espace qui s'étend depuis le Danube jusqu'aux rivages de la mer de Scythie, sont répandues et habitent des nations féroces et barbares, qui se sont, dit-on, élancées de diverses manières, mais toujours avec les coutumes des peuples barbares, de l'île de Scanza, que les eaux de l'Océan environnent de tous côtés, de même que les essaims d'abeilles sortent de leur ruche, ou que le glaive sort du fourreau. Là se trouve en effet le vaste pays de l'Alanie, l'immense contrée de la Dacie, et la région extrêmement étendue de la Gétie. La Dacie est située au milieu des deux autres contrées, et défendue, comme pourrait l'être une ville, par les hautes montagnes des Alpes, qui l'enveloppent comme d'une couronne. Les immenses replis de cette vaste contrée sont habités par des peuples farouches et belliqueux, savoir les Gètes, nommés aussi Goths, Sarmates, Amacsobes, Tragodites, Alains et beaucoup d'autres peuplades qui résident encore aux environs des Palus-Méotides.




CHAPITRE III.

De l'origine des Goths, et des lieux où ils habitèrent d'abord.

LES livres sacrés attestent que Noé eut trois fils. Le plus jeune, nommé Japhet, eut un fils qu'il appela Magog. La race gothique ayant pris son nom de la dernière syllabe du nom de son père, se multiplia tellement qu'elle se répandit sur divers points de la terre, et s'empara au milieu de la mer de l'île de Scanza, ci-dessus nommée. S'étant infiniment accrue dans cette île, à la suite d'une longue succession de temps, elle produisit deux, peuples Goths, très-vaillans dans le maniement des armes. L'un de ces peuples, sorti de son berceau avec son roi Thanaus, envahit la Scythie ultérieure et s'y établit. Dans la suite il se battit souvent contre Vesove, roi des Egyptiens, qui voulut essayer de lui faire la guerre, et s'étendit au loin à force de combats. Plus tard les femmes de ces peuples, nommées Amazones, ne pouvant supporter leur trop long séjour aux mêmes lieux, abandonnèrent leurs maris, prirent les armes et mirent à leur tête deux reines, savoir Lampète et Marpesse, plus courageuses que les autres. Ces femmes, se brûlant la mamelle droite pour mieux lancer leurs traits, attaquèrent toute l'Asie, et, dans un espace de cent années environ, la réduisirent sous le joug de leur très-dure domination. Mais en voilà assez sur ces peuples. Que ceux qui en voudront savoir davantage lisent l'histoire des actions des Goths: nous allons revenir à notre sujet.


CHAPITRE IV.

Que les Danois sont descendans des Goths. — Pourquoi ils sont appelés Danois ou North-Manns, et comment cette race s'est autant multipliée.



L'AUTRE peuple des Goths, sortant avec son roi, nommé Berig, de l'île de Scanza, qui était comme l'atelier des peuples ou le berceau des nations, et descendant bientôt après de ses navires, donna aux terres sur lesquelles il aborda le nom de Scanza, en mémoire du pays qu'il venait de quitter. De là se portant plus avant et pénétrant dans l'intérieur de la Germanie, il occupa les Palus-Méotides et se répandit dans diverses autres contrées. Il fit une seconde station dans la Dacie, appelée aussi Danemarck, et eut dans ce pays beaucoup de rois merveilleusement savans et versés dans la science philosophique, tels que Zeutan, Dicinée, Zamolxis et beaucoup d'autres encore. Aussi les Goths furent-ils toujours plus instruits que tous les autres peuples barbares, et presque semblables aux Grecs. Ils disaient que le dieu Mars était né parmi eux, et l'apaisaient par des sacrifices de sang humain. Ils prétendaient en outre que les Troyens étaient issus de leur race, et racontaient qu'Anténor, à la suite d'une trahison qu'il avait commise, s'échappa avant la destruction de cette ville, avec deux mille chevaliers et cinq cents hommes de suite; qu'après avoir long-temps erré sur la mer, il aborda en Germanie; qu'il régna ensuite dans la Dacie et la nomma Danemarck, du nom d'un certain Danaiïs, roi de sa race. C'est pour ce motif que les Daces sont appelés parleurs compatriotes Daniens ou Danais. Ils se nomment aussi North-Manns, parce que dans leur langue le vent borée est appelé North et que Mann veut dire homme; en sorte que cette dénomination de North-Manns signifie les hommes du Nord. Mais quoi qu'il en soit de ces noms, il est reconnu que les Danois tirent leur origine des Goths. Dans la suite, ces Danois se multiplièrent à tel point que toutes les îles se trouvant remplies d'hommes, un grand nombre d'entre eux furent forcés à émigrer des lieux qu'ils occupaient, par des lois que publièrent leurs rois. Or cette race allait ainsi toujours croissant, par la raison que les hommes, adonnés à une extrême luxure, s'unissaient à beaucoup de femmes. Les fils devenus grands, leur père les chassait tous loin de lui, à l'exception d'un seul, qu'il instituait héritier de ses biens.



CHAPITRE V.

Comment Bier, fils de Lothroc, roi de Dacie, fut chassé de sa patrie, selon la coutume, avec Hastings son gouverneur.



ENFIN cette loi demeura sans exécution sous une longue série de rois, jusqu'au temps où le roi Lothroc, dont nous avons déjà parlé, vint à succéder à son père. Ce roi, rappelant les lois de ses ancêtres, força son fils nommé Bier, à la côte de fer, à sortir de son royaume, avec une immense suite de jeunes gens et avec Hastings, son gouverneur, homme rempli de méchanceté en tout point, afin que, se rendant en des pays étrangers, Bier conquît par les armes une nouvelle résidence. Ce Bier était appelé côte de fer, non qu'il se couvrît le corps d un bouclier, mais parce que, marchant au combat sans armes, il était invulnérable et bravait les efforts de toutes les armes, son corps ayant été violemment frotté par sa mère de toutes sortes de poisons. Hastings se voyant donc chassé et exilé de sa patrie avec son jeune élève, envoya une députation pour inviter les chevaliers des contrées voisines, hommes légers et avides de combats, à s'associer à son expédition; et il assembla ainsi une armée innombrable de jeunes guerriers. Que dirai-je de plus? Aussitôt on construit des vaisseaux, on répare les boucliers et les plastrons, on polit les cuirasses et les casques, on aiguise les épées et les lances, et l'armée s'approvisionne en outre avec grand soin de toutes sortes de traits; puis, au jour convenu, on met les vaisseaux en mer, les chevaliers accourent en toute hâte, on dresse les bannières, les voiles sont enflées par les vents, et les loups dévorans s'en vont déchirer en pièces les brebis du Seigneur, répandant en l'honneur de leur dieu Thur des sacrifices de sang humain.



CHAPITRE VI.

Comment ils arrivèrent dans le royaume des Francs, et dévastèrent d'abord le pays du Vermandois.


TOUT couverts du sang de ces libations et poussés par un vent favorable, ces hommes donc abordent à un port du Vermandois, l'an 851 de l'Incarnation du Seigneur. S'élançant alors hors de leurs navires, ils livrent aussitôt tout le comté aux feux de Vulcain. Dans leur fureur brutale ils incendient en outre le monastère de Saint-Quentin et commettent sur le peuple chrétien d'horribles cruautés. L'évêque de Noyon, Emmon, et ses diacres périssent sous leur glaive, et le petit peuple, privé de son pasteur, est massacré. De là allant attaquer les rives de la Seine, les Danois s'arrêtent avec leur flotte devant Jumiège, et commencent à l'assiéger. Ce lieu est à bon droit appelé Gemmeticus; car ils y gémissent sur leurs péchés, ceux qui n'auront point à gémir dans les flammes vengeresses. Quelques-uns pensent qu'il a été appelé ainsi Gemmeticus à raison du mot gemma, pierre précieuse, et parce que la beauté de son site et l'abondance de ses productions le font resplendir comme resplendit une pierre précieuse sur un anneau. Au temps de Clovis, roi des Francs, ce lieu fut bâti par le bienheureux Philibert, avec l'assistance de la reine Bathilde, et il prit un tel développement qu'il en vint jusqu'à contenir neuf cents moines. Un très-grand nombre d'évêques, de clercs ou de nobles laïques, s'y retirèrent, dédaignant les pompes du siècle, afin de combattre pour le roi Christ, et inclinèrent leur tête sous le joug le plus salutaire. Les moines et autres habitans de ce lieu, ayant appris l'arrivée des Païens, prirent la fuite, cachant sous terre quelques-uns de leurs effets, en emportant quelques autres avec eux, et ils se sauvèrent par le secours de Dieu. Les Païens trouvant le pays abandonné, mirent le feu au monastère de Sainte-Marie et de Saint-Pierre et à tous les édifices, et réduisirent tous les environs en un désert. Cet acte d'extermination ainsi consommé, et toutes les maisons se trouvant renversées et détruites, ce lieu si long-temps comblé d'honneur et qui avait brillé de tant d'éclat, devint le repaire des bêtes féroces et des oiseaux de proie, et durant près de trente années on n'y vit plus que des murailles que leur solidité avait garanties et qui s'élevaient encore dans les airs, des arbustes extrêmement serrés et des rejetons d'arbres, qui, de tous côtés, sortaient du sein de la terre.

_________________
avatar
Stephandra
Dans l'autre monde
Dans l'autre monde

Féminin Nombre de messages : 16007
Localisation : A ses côtés
Date d'inscription : 13/04/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Livre 1- Histoire de Normandie par Guillaume de Jumiege

Message par Stephandra le Ven 08 Avr 2011, 20:47

CHAPITRE VII.

De la dévastation de la Neustrie, qui s'étend en ligne transversale de la ville d'Orléans jusqu'à Lutèce, cité des Parisiens.



APRES cela, fendant les eaux du fleuve de la Seine, ces hommes se rendent à Rouen, détruisent cette ville par le feu, et font un horrible carnage du peuple chrétien. Pénétrant ensuite plus avant dans l'intérieur de la France, ils envahissent avec une férocité de Normands presque tout le pays de Neustrie, qui s'étend en ligne transversale depuis la ville d'Orléans jusqu'à Lutèce, cité des Parisiens. Dans leurs très-fréquentes irruptions ils se portaient en tous lieux, dévastant tout ce qu'ils rencontraient, d'abord à pied, parce qu'ils ne savaient pas encore monter à cheval, ensuite à cheval, à la manière des hommes de notre pays, errant de tous côtés. Pendant ce temps, établissant leurs navires, comme pour se faire un asyle en cas de danger, en station dans une certaine île située en dessous du couvent de Saint-Florent, ils construisirent des cabanes qui formaient une sorte de village, afin de pouvoir garder, chargés de chaînes, leurs troupeaux de captifs, et se reposer eux-mêmes de leurs fatigues, avant de repartir pour de nouvelles expéditions. De là allant faire des incursions imprévues, tantôt à cheval, tantôt sur leurs navires, ils dévastèrent entièrement tout le pays d'alentour. Dans une première course, ils allèrent incendier la ville de Nantes. Ensuite parcourant tout le pays d'Anjou, ils allèrent aussi mettre le feu à la ville d'Angers; puis ils dévastèrent et saccagèrent les châteaux, les villages et toute la contrée du Poitou, depuis la mer jusqu'à la ville même de Poitiers, massacrant tout le monde sur leur passage. Dans la suite ils se rendirent sur leurs navires dans la ville de Tours, où, selon leur usage, ils firent encore un grand massacre, et la livrèrent enfin aux flammes, après avoir dévasté tout le pays environnant. Peu de temps après, remontant sur leurs navires le fleuve de la Loire, ils arrivèrent à Orléans, s'en emparèrent, et lui enlevèrent tout son or; puis s'étant retirés pour un temps, ils y retournèrent une seconde fois, et détruisirent enfin la ville par le feu. Mais pourquoi m'arrêté-je à raconter seulement les désastres de la Neustrie? Ou bien les cinq villes dont je viens de parler auraient-elles été les seules victimes de leurs fureurs?



CHAPITRE VIII.

Comment furent détruites les villes de Paris, Beauvais, Poitiers, et d'autres villes voisines, à partir du rivage de l'Océan, en se dirigeant vers l'Orient, et jusqu'à la ville de Clermont en Auvergne.


QUE devint Lutèce, cité des Parisiens, noble capitale, jadis resplendissante de gloire, surchargée de richesses, dont le sol était extrêmement fertile, dont les habitans jouissaient d'une très-douce paix, et que je pourrais appeler à bon droit le marché des peuples? N'y voit-on pas des monceaux de cendres plutôt qu'une noble cité? Que devinrent Beauvais, Noyon et les villes des Gaules qui furent jadis les plus distinguées? Ces villes succombèrent-elles donc sous les coups et devant les glaives ennemis de ces mêmes barbares? Je m'afflige d'avoir à rapporter la destruction des plus nobles monastères, tant d'hommes que de femmes, servant Dieu en tonte dévotion, le massacre de tant de personnes qui n'appartenaient pointa une ignoble populace, la captivité des matrones, les insultes faites aux vierges, et les horribles tourmens de toute espèce que les vainqueurs firent supporter aux vaincus. Dirai-je les rudes afflictions de cette race de l'Aquitaine qui jadis faisait sans cesse la guerre et qui maintenant préférait aux combats le travail de ses mains? Ayant détruit elle-même les plus braves rejetons de son sol, elle fut alors livrée en proie aux races étrangères. Depuis le rivage même de l'Océan, pour ainsi dire, et en se dirigeant vers l'Océan jusques à Clermont, ville très-illustre aux temps anciens de l'Aquitaine, nul pays ne fut en état de conserver sa liberté, et il n'y eut aucun château, aucun village, aucune ville enfin qui ne succombât, à la suite d'un massacre, sous les coups de ces Païens. J'en prends à témoin Poitiers, ville très-riche de l'Aquitaine, Saintes, Angoulême, Périgueux, Limoges, Clermont même, et jusques à la ville de Bourges, capitale du royaume d'Aquitaine.



CHAPITRE IX.

Comment, après que la France eut gémi trente ans environ sous l'oppression des Païens, Hastings se rendant par mer à Rome pour la soumettre à la domination de Bier, fut jeté par une tempête auprès de Luna, ville d'Italie.


A la suite de toutes ces calamités qui furent pour les Gaules une sorte d'expiation qu'elles eurent à supporter durant près de trente années, Hastings, desirant élever son seigneur à une plus haute fortune, commença avec une troupe de complices à viser plus sérieusement au diadême impérial. A la fin, après avoir tenu conseil, ces hommes lancèrent leurs voiles à la mer, résolus d'aller attaquer à l'improviste la ville de Rome et de s'en rendre maîtres. Mais une grande tempête s'étant élevée, ils furent poussés par le vent vers la ville de Luna, qui était appelée de ce nom, à cause de sa beauté. Les citoyens, étonnés de l'arrivée d'une telle flotte, barricadèrent les portes de leur ville, fortifièrent leurs remparts et s'encouragèrent les uns les autres à la résistance. Hastings, dès qu'il fut informé de leurs hardis projets, crut qu'il avait devant lui la ville de Rome, et se mit aussitôt à chercher avec le plus grand soin comment il pourrait s'en rendre maître par artifice. Enfin, envoyant à l'évêque et au comte de cette ville les ministres de sa perfidie, il leur fit dire qu'il n'avait point abordé en ces lieux avec intention, et que son unique desir était de retourner dans sa patrie; qu'il ne voulait et ne demandait que la paix, et que lui-même, accablé d'une maladie mortelle, les faisait supplier humblement de vouloir bien le faire chrétien. Ayant entendu ces paroles, l'évêque et le comte se livrèrent aux transports de leur joie, conclurent la paix avec ce détestable ennemi de toute paix, et le peuple normand fut admis à entrer dans la ville, aussi bien que ses habitans.




CHAPITRE X.

Comment Hastings, croyant que la ville de Luna était Rome, et ne pouvant la prendre de vive force, la prit par artifice et la détruisit.


ENFIN le scélérat Hastings fut transporté à l'église; l'homme plein de ruse fut arrosé des eaux sacrées du baptême et en sortit en loup dévorant. Pour leur malheur, l'évêque et le comte le présentèrent sur les fonts du baptême, et de là, après avoir été oint du saint chrême, il fut rapporté à bras d'hommes sur son navire. Ensuite, et au milieu du silence de la nuit, s'étant cuirassé, Hastings se fait déposer dans un cercueil, et donne ordre à ses compagnons de revêtir leurs cuirasses sous leurs tuniques. Aussitôt on entend de grands gémissemens dans toute l'armée, sur le bruit que Hastings le néophyte vient de mourir. Le rivage de la mer retentit des cris de douleur que provoque la mort d'un tel chef. On le transporte alors hors de son navire et on le conduit à l'église. L'évêque se couvre de ses vêtemens sacrés et se dispose à immoler la très-sainte hostie en l'honneur du défunt. On chante les prières pour son ame, afin que son corps chargé de crimes, voué à la perdition et déjà enfermé dans le cercueil, puisse recevoir la sépulture. Mais voilà, Hastings s'élance hors de son cercueil et tue de son glaive l'évêque et le comte. Ensuite lui et les siens assouvissent à l'improviste sur le petit peuple leurs fureurs de loups dévorans. La maison de Dieu devient le théâtre des crimes commis par son fatal ennemi, les jeunes gens sont massacrés, les vieillards égorgés, la ville dévastée, et les remparts renversés jusque dans leurs fondemens.



CHAPITRE XI.

Comment les Païens, ayant découvert que cette ville n'était pas Rome, se divisèrent. —Bier voulant retourner en Danemarck, mourut dans la Frise. — Hastings ayant fait la paix avec le roi Charles, reçut de lui la ville de Chartres, à titre de solde, et y habita.


LA ruine de cette ville ainsi accomplie, les Païens ayant découvert qu'ils ne s'étaient point emparés de Rome, craignirent de ne pouvoir réussir dans de nouvelles entreprises (car la rapide renommée avait déjà instruit les Romains de leurs œuvres profanes), et ayant tenu conseil, ils résolurent de repartir. Bier, sous les drapeaux duquel se commettaient ces dévastations et qui était le roi de ces armées, ayant voulu retourner dans son pays, essuya un naufrage, eut beaucoup de peine à se faire recevoir dans un port chez les Anglais, et perdit par la tempête un grand nombre de ses vaisseaux. Il se rendit dans la Frise, et y mourut.

Quant à Hastings, il alla trouver Charles1, roi des Francs, lui demanda la paix, l'obtint, et reçut en don la ville de Chartres, à titre de solde. Par là la France respira un peu de tant d'horribles désastres; la vengeance due à des crimes si énormes fut suspendue, et l'on vit se manifester la miséricorde du Christ, qui avec le Père et le Saint-Esprit gouverne le monde de toute éternité, dans sa puissance ineffable.

NOTE
1 Charles-le-Chauve.

_________________
avatar
Stephandra
Dans l'autre monde
Dans l'autre monde

Féminin Nombre de messages : 16007
Localisation : A ses côtés
Date d'inscription : 13/04/2010

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum